Google utiliserait un site chinois qu'il a acheté pour développer une liste noire des termes de recherche
Qui sera incorporée dans la version locale

Le , par Stéphane le calme, Chroniqueur Actualités
Il y a quelques jours, nous apprenions par le quotidien The Intercept que Google prévoit de déployer une version censurée de son moteur de recherche en Chine qui va bloquer des sites Web ainsi que certains termes de recherche sur les droits de l'homme, la démocratie, la religion et les manifestations pacifiques, d’après le quotidien. Le quotidien a cité des documents Google internes et des personnes familières avec cette initiative.

Baptisé "Dragonfly”, le projet serait en développement depuis le printemps 2017 et a été boosté en décembre 2017 après une rencontre entre Sundar Pichai, PDG de Google, et un haut fonctionnaire du gouvernement chinois, selon le quotidien qui cite à nouveau les documents Google internes.

The Intercept a rappelé que le service de recherche de Google ne peut actuellement pas être consulté par la plupart des internautes en Chine, car il est bloqué par le Grand Firewall du pays. Mais avec cette décision, Google voudrait changer la donne.

En effet, les documents indiquent que la version chinoise du moteur de recherche de Google va identifier et filtrer automatiquement les sites Web bloqués par le Grand Firewall de Chine. Lorsqu'une personne va effectuer une recherche, les sites Web interdits seront supprimés de la première page des résultats, et une clause de non-responsabilité va s'afficher indiquant que « certains résultats peuvent avoir été supprimés en raison d'exigences légales ». Parmi les exemples de sites Web pouvant être soumis à la censure figurent ceux de la chaîne de télévision britannique BBC et de l'encyclopédie en ligne Wikipedia.

Il se pourrait que nous en sachions un peu plus sur ce qui se prépare. Selon le même quotidien, pour se conformer aux autorités chinoises, Google utilise des échantillons de recherche sur un site Web basé à Beijing, dont il est propriétaire pour créer des listes noires.

Le rachat de site qui s’avère utile

Alors que la plupart des services de Google sont bloqués en Chine, son site Web 265.com reste ouvert. 265.com a été fondée en 2003 par Cai Wensheng, un entrepreneur chinois connu comme étant le « parrain des webmasters chinois ». En 2008, Google a fait l’acquisition de ce site Web, qu’il exploite désormais en tant que filiale. Les archives montrent que 265.com est hébergé sur les serveurs de Google, mais que son adresse physique figure sous le nom de « Beijing Guxiang Information and Technology Co. » , située dans un immeuble du quartier nord-ouest de Beijing.


265.com fournit des mises à jour, des liens vers des informations sur les marchés financiers et des annonces de vols et d’hôtels bon marché. Il a également une fonction qui permet aux utilisateurs de faire des recherches de sites Web, des images, des vidéos et d’autres contenus. Cependant, les requêtes de recherche entrées sur 265.com sont redirigées vers Baidu, le moteur de recherche le plus populaire en Chine et le principal concurrent de Google dans le pays.

Selon The Insider, Google aurait utilisé 265.com comme un pot de miel de facto pour les études de marché, stockant des informations sur les recherches des utilisateurs chinois avant de les envoyer à Baidu. C’est cette utilisation de 265.com par Google qui offre un aperçu des mécanismes derrière sa plateforme de recherche censurée que l’entreprise se prépare à déployer en Chine.

Après avoir recueilli des exemples de requêtes auprès de 265.com, les ingénieurs de Google les auraient utilisés pour examiner les listes de sites Web que les internautes pouvaient consulter en réponse à leurs recherches. Les développeurs de Dragonfly ont utilisé un outil qu'ils appelaient "BeaconTower" pour vérifier si les sites Web étaient bloqués par Great Firewall. Ils ont compilé une liste de milliers de sites Web interdits, puis ont intégré ces informations dans une version censurée du moteur de recherche de Google afin de pouvoir manipuler automatiquement les résultats de Google, en supprimant les liens vers des sites interdits en Chine.

Source : The Intercept

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Google retire son formulaire de soumissions publiques d'URL dans son index de recherche, la page « addurl » redirige vers Google Search Console
USA : l'administration Trump travaille à l'établissement de règles de protection de la vie privée sur Internet avec Facebook et Google
Google publie la dernière bêta d'Android P qui inclut les « comportements système finaux », et invite les développeurs à procéder aux derniers tests
Google lance sa propre clé de sécurité physique, après avoir constaté que ces périphériques USB sont efficaces contre les attaques d'hameçonnage
Explosion de prix chez Google Maps : quelles sont les alternatives susceptibles d'être intéressantes ? Une ébauche de réponse


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de mamadoudou mamadoudou - Inactif https://www.developpez.com
le 09/08/2018 à 15:05
il est important dans cette affaire de raisoner autrement.
Avec ou sans Google il y'aura de censure pour le peuple chinois.

En revanche avec Google, les chinois pourrons profiter plus facilement des services Google.
Que se soit Beidu ou Google, ce qui est important c'est les services apporté aux clients, pas la censure qui est une constante du gouvernement local.
Pour ce qui est de l'éthique, pour la 1ere puissance mondial et avec 2 milliards de potentiel client je ne pense pas que l'éthique dois ne serais-se être considéré, autrement Google serait mal dirigé et qui dit mal dirigé dit revente des actions et qui dis revente des action dit effondrement de Google.
En allant chine j'ai envie d'acheter d'avantage d'action chez cette entreprise, elle me donne confiance.

Donc effet vertueux pour le peuple chinois grâce à l'apport de nouveaux services et concurrence
Effet vertueux sur la bourse
Je gagne de l'argent (+1.14%) sur mes actions

dans cette histoire nul n'est l'aisé quand on y réfléchie bien.
Avatar de cryptonym cryptonym - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 09/08/2018 à 18:32
Citation Envoyé par mamadoudou Voir le message
il est important dans cette affaire de raisoner autrement.
...
Je gagne de l'argent (+1.14%) sur mes actions

dans cette histoire nul n'est l'aisé quand on y réfléchie bien.
C'est un troll ? En tout cas ça m'a bien fait marrer, merci bel exercice de pensée parallèle et objective.
Avatar de tmcuh tmcuh - Membre du Club https://www.developpez.com
le 10/08/2018 à 9:30
Troll ou pas je pense le même ^^
Business is business, les chinois ne résonnent pas seulement en terme de censure et de fermeture.
Si vous voulez continuez votre progression et même pourquoi pas écraser un peu Baidu (comme à son temps Yahoo) il est interessant de s'investir même sous les critiques de tous.
Je pense que c'est un bien pour le pays la venu de Google
Maintenant vous pouvez critiquer Google sur ce qu'il fait car vous vivez dans votre système démocratique et vous pensez qu'il est le meilleur de monde mais les chinois pensent que c'est le leur qui est le meilleur, celui de l'esprit de groupe, de l'investissement du pays à trouver des solutions pour tous... autre point de vue

Dans tous les cas ça n'affectera pas ma vie c'est sûre
Avatar de RedGuff RedGuff - Membre régulier https://www.developpez.com
le 10/08/2018 à 14:19
Beijing = Pékin, en français.

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil