Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Parlement ratifie l'interdiction des téléphones portables dans les écoles et collèges
Les lycées sont concernés sans y être obligés

Le , par Stéphane le calme

147PARTAGES

15  0 
Début juin, les députés ont approuvé la proposition de loi relative à l'interdiction de l'usage du téléphone portable dans les écoles et collèges, déposée le 14 mai 2018. Les parlementaires français s’étaient montrés favorables à cette promesse de campagne du président Macron. L’article L. 511-5 du code de l’éducation était alors ainsi rédigé : « à l’exception des lieux où, dans les conditions qu’il précise, le règlement intérieur l’autorise expressément, l’utilisation d’un téléphone mobile par un élève est interdite dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges ».

Près de neuf jeunes sur dix de 12 à 17 ans (86%) possèdent un téléphone portable en France. Or l'usage du portable perturbe la capacité d'attention en classe, le climat scolaire, réduit l'activité physique dans les cours de récréation, quand il n'expose pas des contenus violents ou pornographiques, ont insisté plusieurs défenseurs du dispositif.

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, avait fait valoir que « cette addiction aux écrans fait des dégâts, une cour sans téléphone portable, c’est une cour où les enfants jouent, discutent, chahutent, où ils vivent leur vie d’enfant ». Le ministre et la rapporteuse du projet de loi, la députée LaRem Cathy Racon-Bouzon ont évoqué les problèmes liés à l'utilisation des smartphones en milieu scolaire : « la baisse de la lecture et des exercices physiques, le danger d’être exposé à des contenus violents et pornographiques, le cyberharcèlement et les conséquences sur le climat scolaire ».

Mais certains ont estimé que le projet de loi ne semble pas assez outillé pour régler le problème de l'utilisation des smartphones dans les écoles et collèges. C'est ce qu'ont fait remarquer certains députés comme Patrick Hetzel du parti politique Les Républicains (LR) lors des échanges. « Aucun encadrement et aucune sanction en cas de non-exécution » ne sont prévus par cette loi, a-t-il dit. En réponse aux insuffisances soulevées, Jean-Michel Blanquer soulignait que l'introduction de cet article dans le code de l’éducation n'était pas suffisante pour la rendre effective dans tous les établissements. L'amendement relatif à l'interdiction de l'usage des téléphones mobiles par les enseignants et le personnel des établissements scolaires a été retiré. Jean-Michel Blanquer s'est intéressé à la proposition « d’organiser une semaine sans écran » de la députée Pascale Boyer. « Je ne pense pas que cela relève de la loi, mais sur le fond, c’est extrêmement intéressant », a-t-il ajouté.


Néanmoins, lundi 30 juillet, le Parlement a définitivement adopté, par un ultime vote de l’Assemblée, l’interdiction des portables dans les écoles et collèges – voire dans certains lycées –, au cœur de cette proposition de loi La République en marche (LRM).

Si les LREM, MoDem, UDI-Agir-Indépendants ont soutenu cette « forme de droit à la déconnexion », LR, socialistes, Insoumis et communistes se sont abstenus devant « une opération de communication », de « l'affichage politique », « une loi de circonstance » qui « ne va rien changer »

Jean-Michel Blanquer, qui a épinglé des « contradictions » dans les arguments des oppositions, a vanté une loi « d'entrée dans le XXIème siècle » qui « envoie un message à la société française » mais aussi à l'international, avec « d'autres pays intéressés ». Cela permettra de « favoriser une rentrée scolaire plus sereine », pour la rapporteure Cathy Racon-Bouzon (LREM).

Le texte interdit l'usage de tout objet connecté (portable, tablette, montre...) dans les écoles et collèges. Il y aura des exceptions « pour des usages pédagogiques » - jusqu'alors prohibés -, laissés à l'appréciation de chaque établissement dans son règlement intérieur, ou pour les enfants handicapés.

Les activités liées à l'enseignement mais à l'extérieur, comme le sport, seront aussi concernées. Les lycées auront la possibilité, mais pas l'obligation, d'inscrire l'interdiction, totale ou partielle, du portable et autres objets connectés dans leur règlement intérieur.

Le code de l’éducation interdit, depuis la loi du 12 juillet 2010, les portables « durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur ».

Source : Le Monde

Et vous ?

Que pensez-vous de cette mesure ?

Voir aussi :

Directive sur le copyright : le Parlement européen va se prononcer à nouveau le 12 septembre, après avoir rejeté le texte initial
Le Parlement européen appelle à la suspension du Privacy Shield, estimant qu'il n'offre pas le niveau de protection requis par le droit européen
La Grande École du Numérique : 14 millions d'euros de subvention en 2017, mais seulement 23 % de CDI à la sortie, initiative utile ou inutile ?
Une octogénaire japonaise prouve qu'il n'est jamais trop tard pour aller à l'école du code avec son application iOS à succès
Microsoft ouvre une école dédiée à l'IA en partenariat avec Pôle Emploi, avec à la clé un contrat de professionnalisation d'un an dans ce domaine

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de arond
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/08/2018 à 9:01
Sinon je proposes qu'on ne change rien à la situation actuelle parce que j'ai l'impression que les gens font une fixette sur l'utilisation des téléphones en classe.

Finalement que l'élève suive ou non le cours c'est lui qui décide, si ça gène le cours qu'on le sorte de la classe il ne gênera plus le bon déroulement du cours il sera content et quand les parents demanderont pourquoi leur cher petit trésor n'a que des notes de merde le prof leur dira tout simplement après aux parents et à l'élève de prendre leurs responsabilités.

Pourquoi l'enseignant devrait-il perdre du temps et de l'énergie à gérer des élèves qui ne veulent pas suivre le cours ?
12  0 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/08/2018 à 10:11
Je me demande vraiment quels parents collent un smartphone entre les mains de leurs enfants de primaire voire... de maternelle ? WTF ?

Déjà qu'au collège c'est trop tôt pour moi. Surtout au vu des risques de harcèlement sur les nouveaux réseaux sociaux des jeunes. Harcèlement scolaire qui a existé de tout temps, mais qui prend des proportions inédites à l'heure des réseaux sociaux.
7  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 01/08/2018 à 17:25
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message

Le ministre [...] a exprimé sa nostalgie des cours de récréation sans téléphone portable, des cours « où les enfants jouent, discutent, chahutent, où ils vivent leur vie d’enfant ».
Aujourd'hui les collégiens jouent, discutent et chahutent au travers d'applis et de jeu vidéos, nous c’était avec des billes, des marrons, des cartes Magic ou de basket...

Il m'arrive souvent de prendre le bus aux même heures que les scolaires et j'observe qu'ils utilisent davantage Internet pour interagir entre eux à l’instant T que pour atteindre une personne distante. Par exemple ils jouent en ligne sur une partie dédiée ou regardent et commentent une vidéo.

Le sus-cité ministre nostalgique adopte un discours opposé aux usages de la jeunesse actuelle... Autant pisser dans un violon.

Pour divertir, sociabiliser et stimuler les gamins il vaudrait mieux leur proposer davantage de clubs (lecture, sport, techno, etc) ou encore des ateliers de travail de type "Comment monter un club dans mon collège" ou "Comment organiser son travail à la maison". L'ennui c'est qu’interdire et faire interdire par un corps éducatif parfois à bout de souffle est moins coûteux qu'une volonté politique de réellement faire bien grandir nos gamins.
7  0 
Avatar de Itachiaurion
Membre averti https://www.developpez.com
Le 31/07/2018 à 10:42
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il faudrait fouiller les sacs des élèves ou utiliser un détecteur de métal.
Mais comme d'habitude des parents chiants viendraient casser les couilles :
La fouille des sacs passe mal au collège Hélène-Boucher de Chartres

Les collégiens vont continuer d'être sur leur smartphone en cours et il n'y a rien qui pourra être fait...
Je ne sais pas si tu te rend compte du temps que cela prendrais de faire passer les élèves un par un a travers un portique ou a la fouille vis à vis d'un surveillant équipé d'un détecteur. Allez on va dire que absolument personne n'a sur lui d'objet qui fait bip on prend 15 secondes par personne en moyenne sur collège de 100 étudiants ça fait grosso modo 25 minutes. Sachant que dans les collèges ou lycée ou je suis aller on était plus facilement autour de 500 en moyenne le délais moyen (de 2h05) pour filtrer tout le monde me semble suffisamment énorme et stupide pour ne pas le mettre en place.

Même a 5 seconde la "fouille" en admettant encore que personne ne bip ce qui est peu probable on prend bien 9 minutes pour 100 élèves ce qui pourrais aller et 41 minutes pour 500 eleves. Tu compte leurs dire d'être a l'établissement une heures avant pour la fouille? C'est même pas une question d'être "chiant" c'est une question de bon sens, mathématiquement c'est pas applicable a l’échelle d'établissement dépassant les 200 personnes ce qui est un peu faible.

C'est quand même dingue de faire des beau discours sur la liberté, l'infeodalité a l'Europe et après nous vendre que "pour leur bien" ou "le bien de tous" ou doit fouiller systématiquement les élèves comme des délinquants en puissance. Ça sert a rien de faire des beau discours si derrière on flic tout le monde. On en revient au même combat avec ceux qui sous prétexte qu'on pourrais tendre vers la sécurité zéros, on restreint le maximum de liberté pour gagné un semblant de "sécurité".

Interdire les portables en classes oui, mais ça peut se faire bien plus simplement avec une boite ou les élèves le dépose a l'entrée du cours et qui le récupère en sortie. Simple, efficace, et c'est une réponse bien plus proportionnelle a la "menace" qu'une fouille systématique.
6  0 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 31/07/2018 à 15:21
Citation Envoyé par arond Voir le message
Envoyons leur les Nokia 3310 ça leur fera du bien
Tu rigoles j'espère ? Il y a snake dessus...
6  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/08/2018 à 9:56
Citation Envoyé par Michael Guilloux Voir le message

En mars dernier, Jean-Michel Blanquer a expliqué que les modalités d’interdiction seront multiples selon le degré de souplesse qu'on veut adopter. Les établissements pourront par exemple choisir « d’interdire tout simplement » à l'élève de venir avec son téléphone portable sous peine de le voir confisqué. Mais une autre option, plus souple, consisterait à obliger l'élève « à enfermer le téléphone, par exemple dans un petit sac spécifique dans son cartable. »
En maternelle (des Smartphones en maternelle ? ) et primaire, cela pourra peut-être se faire, mais au collège (ou même au lycée) ?

A chaque changement de cours, le professeur va vérifier que chaque élève a bien son Smartphone dans son petit sac plastique dans son cartable ? Et il va encore perdre 10/15mn sur son cours ?

Bientôt les élèves auront des cours de 15mn sur 1 heure, et on s'étonnera des programmes encore moins terminés en fin d'année que maintenant, des lacunes des élèves, et des diplômes de plus en plus facile à obtenir pour ne pas avoir des taux d'obtention proche du zéro...

Plus les années passent, plus notre système scolaire s'engouffre dans une voie peu reluisante, enfin ce n'est que mon point de vue...
7  1 
Avatar de Zardas
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 01/08/2018 à 17:57
Au niveau des brouilleurs, la majorité des fois où j'ai entendu un téléphone sonner en classe, c'était celui du prof ; donc pas sûr que le corps enseignant accepte ça.

Citation Envoyé par Placide Avorton Voir le message
Le sus-cité ministre nostalgique adopte un discours opposé aux usages de la jeunesse actuelle... Autant pisser dans un violon.
Effectivement, il serait intéressant de savoir quelles études on été menées pour déterminer qu'une telle loi soit nécessaire.
Enfin, ça parait quand même improbable qu'un gouvernement fasse passer une loi simplement pour faire plaisir à ses électeurs et sans réellement enquêter pour savoir si elle n'est pas déjà appliquée partout, pas vrai ?
6  0 
Avatar de jvallois
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 01/08/2018 à 18:08
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Et pire, qu'ils osent engueuler un(e) instit(e) qui l'interdirait ! Mais quel monde de c*** !

Et ce n'est pas nouveau !

6  1 
Avatar de xelab
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 01/08/2018 à 13:00
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message

Mais devoir faire une loi pour interdire les smartphones dans les maternelles...
Le souci c'est surtout qu'il n'y avait pas besoin de loi. On a pris le personnel éducatif pour des idiots (le gouvernement a failli leur interdire le téléphone aussi) juste pour satisfaire la frange la plus réac et ignorante de l'opinion. J'étais surveillant de collège il y a 10 ans et déjà à l'époque les gamins amenaient leur téléphone, on ne les autorisait à le sortir que pour appeler les parents en cas de besoin. S'ils se faisaient prendre avec en dehors de cette utilisation alors potentiellement on confisquait (selon les cas). La plupart des bahuts fonctionnaient et fonctionnent toujours comme ça, la loi ne changera rien, c'est juste un effet de manche politicien.
5  1 
Avatar de Grogro
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/08/2018 à 13:46
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Non, mais il faut comprendre que les parents n'en ont plus rien à foutre, les politiques n'ont plus de courage, les professeurs plus de pouvoirs, et les élèves ne savent même plus pourquoi ils apprennent.

C'est facile yaka faucon, mais ce n'est pas suffisant.
Dites-vous surtout que le ministère de l'éducation nationale est un monstre de bureaucratie d'une complexité ahurissante, et doté d'une incroyable inertie. Or plus une organisation est complexe, que ce soit une administration publique, une entreprise privée, une institution internationale, plus elle est difficile à réformer.
4  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web