Trump et Poutine envisagent la mise sur pied d'un groupe de travail sur la cybersécurité
Une idée bottée en touche par des observateurs

Le , par Patrick Ruiz

83PARTAGES

14  0 
Un groupe de travail USA-Russie en matière de cybersécurité c'est ...
En 2016, les présumées attaques de pirates à la solde du gouvernement russe contre les infrastructures du DNC ont eu lieu. En sus, il y a eu une vaste campagne de fake news sur les réseaux sociaux pour diviser l’opinion américaine et perturber l’élection qui a mené Donald Trump à la tête des États-Unis. Le pays de l’oncle Sam avait également désigné la Russie comme responsable de cet autre acte. En 2018, les USA persistent et signent avec une nouvelle sortie du Département de la Justice ; l’instance fait lecture d’un acte qui accuse 12 ressortissants russes d’avoir utilisé le bitcoin pour financer le piratage de l’élection.

Comme il est de coutume depuis le début de ce ping-pong, les allégations des autorités étasuniennes ne permettent pas de faire autrement que s’exprimer avec des pincettes. Donald Trump lui-même semble ne pas trop être en phase avec ces dernières comme en témoigne sa récente sortie aux côtés de Vladimir Poutine à Helsinki. Il a, en mondovision, remis en question l’enquête du procureur spécial sur les soupçons de collusion de son équipe de campagne avec la Russie, la qualifiant au passage de désastre qui crée un fossé avec le pays de Poutine.


Poutine est carré sur ce sujet : il n’ y a pas eu d’interférence russe dans la dernière élection présidentielle américaine. Le discours du président n’a pas changé lors de la rencontre d’Helsinki et Trump s’est directement abreuvé à la source la plus autorisée du pays le plus vaste au monde. « Le président Poutine a dit que la Russie n’y est pour rien. Je ne vois aucune raison pour que ce soit le cas », a-t-il déclaré. À Helsinki, l’étape de la mise des points sur les i a débouché sur la possibilité de voir un groupe de travail USA – Russie en matière de cybersécurité. « Poutine a laissé filtré que les interférences étaient au menu des échanges avec Trump et a évoqué une possible collaboration entre les deux pays pour investiguer en matière de cybersécurité », écrit Business Insider.

Il s’agit d’une redite. « Poutine et moi avons discuté de la formation d’une unité de cybersécurité impénétrable afin de nous prémunir du piratage des élections et de nombreux autres actes négatifs », tweetait le président américain en juillet 2017.

Toutefois, pour des observateurs de la sphère de la cybersécurité, cette entreprise ne saurait prospérer. Ces derniers rappellent que les deux pays sont déjà liés par un traité d’assistance mutuelle sur des cas de criminalité. L’accord signé en 1999 prévoit que les USA puissent requérir de se rendre en Russie pour questionner des personnalités soupçonnées de pratiques d’espionnage et vice versa. À ce sujet, il existe des allégations du FBI selon lesquelles la Russie a profité dudit dispositif pour enrôler des Américains visés par des enquêtes.

Sources : BI, traité d’assistance

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Quels sont d’après vous les éléments qui pourraient concourir à la mise sur pied d’une telle unité ?

Voir aussi :

États-Unis : la Russie est responsable du piratage du DNC et les cyberattaques liées à la campagne présidentielle américaine

Les États-Unis accusent la Russie d'avoir lancé une cyberattaque contre leurs infrastructures critiques dans un rapport relayé par l'US-CERT

Cyberattaques russes contre les USA : des détails sur le mode opératoire divulgués, Obama annonce des représailles contre la Russie

Russie et USA s'accusent mutuellement d'ingérence dans les élections, mais ce sont leurs entreprises technologiques qui en font les frais

Après les États-Unis, l'Allemagne accuse la Russie de vouloir perturber ses élections, la France doit-elle craindre aussi une manipulation russe ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/07/2018 à 12:51
Les services de renseignements des deux pays sont tellement à couteaux tirés que c'est inenvisageable dans l'immédiat. Au cas où cela devrait se faire, cette alliance contre nature promet de grosses pertes de liberté à n'en pas douter. Pour l'instant ce sont 2 autocrates évocant une union de l'eau et du feu mais à l'avenir il pourrait y avoir des dissenssions fortement marquées. Mieux vaut pour l'instant qu'ils restent éloignés les uns des autres.
0  1 
Avatar de CoderInTheDark
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/07/2018 à 18:34
J'ai voté "autre"
Ca me fait penser à la non non-prolifération nucléaire.
Son but n'est pas la sécurité nucléaire, le but est d'empècher les autres de rentrer dans le club.

Et là se serait pareil, 'intérêt pour les deux puissances serait de tuer dans l'oeuf les volontés de pays de s'armer en cyber armes
1  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web