Créer une start-up serait-il un suicide financier ? Oui, selon un ancien ingénieur Google,
Qui s'est lancé dans l'aventure il y a bientôt 10 ans

Le , par Stéphane le calme

80PARTAGES

18  0 
La théorie

Lorsque le mot start-up est évoqué, plusieurs personnes y voient des entreprises « innovantes » à fort potentiel de croissance intervenant dans le numérique ou les nouvelles technologies, ou, à l'opposé, d'une culture, d'une façon de voir le monde dont le but est de le changer.

La définition proposée par Steve Blank est la suivante : « Une startup est une organisation temporaire à la recherche d'un business model industrialisable, rentable et permettant la croissance ».

Plus exactement, une start-up n’est pas encore une entreprise installée, mais son organisation est déjà bien en place. La start-up offre un nouveau modèle de gestion des activités d’une entreprise, mais ces outils ne lui permettent pas de déterminer exactement la rentabilité de son activité. Par conséquent, elle doit passer par différentes étapes de tests et de recherche afin de saisir son environnement et ses clients. Cela permettrait de dépasser l’incertitude du départ, engendrée par tout projet de création.

Ce qui différencie la start-up d’un autre projet est que la start-up est conçue pour croître rapidement. Elle cherche avant tout à intercepter la valeur de marché et d’obtenir la meilleure position sur ce dernier. Pour ce faire, il est important de bien miser sur l’équipe et le réseau en premier lieu. Viennent ensuite l’offre et le modèle économique, et enfin le marché et la stratégie.

La première chose à faire est de trouver une idée de start-up puis de trouver un business model et une équipe pour s’entourer. Ensuite, il faut trouver un financement et un prototype. Vous pouvez prendre exemple sur un site web marchand. Pour que la start-up soit un succès, vous devez miser sur la communication, et ensuite, vous devrez trouver un autre financement. Vous pourriez rapidement vous faire un nom à l’international en agissant ainsi. Il faut garder à l’esprit que le but ultime est de se faire coter en bourse.

La pratique

Un ancien ingénieur de Google raconte sa pénible épreuve.

« En 2009, lorsque j'ai quitté Google, j'avais plus de 100 000 $ dans mon compte bancaire. Je ne dis pas cela pour se vanter. J'ai travaillé dur pour économiser cet argent, et je l'ai fait parce que je voulais créer une startup », a-t-il avancé en guise d’introduction.

Lorsque Mike Knapp fait une rétrospection, il se dit qu’il aurait pu faire les choses autrement :


Mike Knapp

« Le problème était ma mentalité. J’étais certain que, d'une manière ou d'une autre, la start-up allait bien marcher. Cela m'a fait me sentir vraiment en sécurité ! En fait, je m'endormais souvent en me laissant aller à cette belle pensée (mais irrationnelle). Par conséquent, je n'ai pas pris au sérieux ma situation financière immédiate. Après tout, elle n’était que temporaire ! Faire de l’épargne n’avait pas d'importance. Les 401K de pension de retraite n'avaient pas d'importance. Tout ce sur quoi je devais me concentrer était de "maximiser la valeur pour les actionnaires" et le reste allait suivre ».

« Ne vous laissez pas berner en pensant que le fait d'amasser beaucoup d'argent vous sauvera, ou que d’avoir de nombreux clients vous permettra d’être épargnés. Nous avons recueilli plus de 25 millions de dollars et vendu des millions de dollars de produits à de vrais clients. Plus de 90% des start-ups meurent. Statistiquement parlant, la vôtre en fera également partie », a-t-il insisté. Pourtant, neuf ans plus tard, son compte bancaire ne représentait plus qu’une fraction des 100 000 dollars qu’il avait au départ.

« Soyons clairs, ma start-up existe toujours et se porte, apparemment, bien. J'ai quitté l'entreprise il y a plus d'un an. Bien que je puisse obtenir un retour dans le futur, je n'ai aucun moyen de savoir quelle en est la probabilité. J'ai dû me résoudre à convenir que la probabilité d’un retour sur investissement pourrait être de zéro ».

Voici une liste de choses qu’il aurait aimé faire :
  • améliorer les fondamentaux financiers de la startup plus tôt ;
  • récolter moins d'argent ;
  • vivre encore plus frugalement, en économisant au moins 20% - idéalement 40% ;
  • déchirer sa carte de crédit ,
  • obtenir une deuxième ou une troisième source de revenus - conduire pour Uber le samedi soir ne semble pas si fou maintenant, et
  • prendre sa pension de retraite 401K au sérieux.

Pour lui, démarrer une entreprise « est l'une des choses les plus gratifiantes que vous puissiez faire, même si vous vous plantez ». Il prévient que « si vous êtes un fondateur (ou un ancien employé), ne comptez pas sur vos actions pour vous enrichir. C'est assez improbable. Au lieu de cela, concentrez-vous à devenir riche aujourd'hui, lentement. Un dollar à la fois. Comme tout le monde ».

Sources : DM, billet Mike Knapp

Et vous ?

Avez-vous déjà envisagé de créer une start-up ? Pour quelles raisons ?
Avez vous déjà créé une startup ? Si oui quel conseils pouvez-vous prodiguer ?
Que pensez-vous des conseils de Mike Knapp ?
Quels pourraient être les indicateurs qui suggèrent que créer une start-up est une bonne initiative ?

Voir aussi :

Mounir Mahjoubi évoque 10 propositions qui seront bénéfiques aux start-up, après un tour de France de huit mois à la rencontre des entrepreneurs
La France et l'Allemagne appellent à un financement européen pour les start-ups technologiques, afin de relancer l'innovation et la recherche
Microsoft annonce le rachat de la startup Semantic Machines, spécialisée dans la construction d'IA conversationnelle
Les start-ups chinoises recrutent des femmes séduisantes pour motiver leurs programmeurs, baisser leur stress et les rendre plus productifs
Une start-up parisienne ouvre sa technologie de traitement du langage naturel, Snips NLU est disponible pour x86_64 et Raspberry Pi

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/06/2018 à 12:53
Le monsieur en question fait un peu dans le "polémique", histoire de faire parler de lui, mais son intervention a le mérite de mettre en avant un point intéressant:

"Startup" n'est pas synonyme de "réussite", il y a un taux d'échec monstrueux (comme dans le cas de toute création d'entreprise classique d'ailleurs) et quand la startup se transforme en tas d'or, c'est rarement pour le fondateur mais le plus souvent pour les financiers qui ont financé son développement

Comme d'habitude la réalité est biaisée par les médias qui passent leur journée à parler du succès de la startup X ou Y en oubliant de parler de toutes celles qui ont disparus: Pour un Google ou un Amazon, c'est plusieurs centaines de milliers de startups qui sont parties en faillite que dans la Silicon Valley.

Contrairement aux discours de tous nos politicards, la startup n'est pas la solution à la crise économique occidentale due à la globalisation de l'économie, ce n'est qu'un mirage...
13  0 
Avatar de Matthieu76
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/06/2018 à 14:20
Citation Envoyé par KnifeOnlyI Voir le message
Autant je ne comprend absolument pas le titre de la news...
Oui je trouve que beaucoup d'article de developpez.com sont un peu trop objectif et un peu trop "aguicheur".
6  0 
Avatar de KnifeOnlyI
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 04/06/2018 à 14:11
Autant je suis d'accord avec la toute fin des dires du monsieur. Autant je ne comprend absolument pas le titre de la news... "Suicide financier" ? Certainement pas pour tous le monde, sa se saurais si tous avais tous perdu dans l'aventure. C'est quoi un suicide financier ? Il y a une différence entre un risque financier et un investissement risqué sur le long terme.

Cet ingénieur a plutôt l'air de dire "Attention c'est une épreuve difficile, que beaucoup échoue et pour ma part j'ai fais des erreurs. Servez vous en de mon expérience acquise". Mais certainement pas "Je me suis suicider financièrement".

Ou alors je n'ai rien compris ?
5  0 
Avatar de mister3957
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/06/2018 à 20:44
Pour avoir créé une start'up dans le monde numérique pour le domaine de la logistique, je confirme que savoir bien s'entourer, déléguer, aller à des rencontres etc. est primordial.

Par ailleurs, on a dû faire bien plus qu'un simple prototype, c'est le serpent qui se mange la queue. Les financeurs / aides veulent des concurrents (qui prouve qu'il y a un marché) et des clients (qui vont prouvent qu'on a une réponse à ce marché).

Il y a peut être des moyens pour le développement de l'entreprise, mais avant il faut prouver qu'on est pas des jojo, de manière concrète, que l'on est pas l'un de ces illuminés qui pense réinventer la lune. Malheureusement ça se comprend, y'a plein de guignols fan de 2/3 succes story, qui sortent d'HEC et s'imaginent avoir un cigare de génie.

Plus la pression financière, sociale également, la peur de l'échec, très mal vu en France. Le mieux est d'avoir eu un gros salaire, de se serrer la ceinture durant la période de l'ACCRE, mais il faut vraiment pas avancer avec l'idée dans la tête qu'on pourra faire ce que l'on veut, qu'on va gagner la blinde de tune etc. On gagne surtout des préoccupations qu'on avait pas avant, des sujets où l'on est incompétent, et donc pas mal de désillusions, le quotidien n'est pas gégé et risque fort de ne jamais l'être.

Mais tant qu'on arrive à rester objectif, humble, prudent sur sa vie perso, concessionnaire sur ses choix de vie perso et avec un bout de chance que l'on doit provoquer à 110.000%, ça peut éventuellement le faire.

En tout cas je me sens bien mieux en tant qu'employé que patron, mais tout ça est spécifique, a chacun son histoire et l'histoire de sa boite. Moi je pense que ça va fonctionner, mais si je cumule les efforts, quand est-ce que ça va être rentable, ça j'en sais rien, je me dis juste que ça peut peut-être être une assurance pour plus tard, c'est tout.
4  0 
Avatar de nico84
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/06/2018 à 9:24
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Voici une liste de choses qu’il aurait aimé faire :
  • améliorer les fondamentaux financiers de la startup plus tôt ;
  • récolter moins d'argent ;
  • vivre encore plus frugalement, en économisant au moins 20% - idéalement 40% ;
  • déchirer sa carte de crédit ,
  • obtenir une deuxième ou une troisième source de revenus - conduire pour Uber le samedi soir ne semble pas si fou maintenant, et
  • prendre sa pension de retraite 401K au sérieux.

Je pense que ce jeune homme a les boules car de levée de fonds en levée de fonds il s'est fait sortir du capital de sa start-up - puis viré - et donc même si un jour elle gagne de l'argent ce ne sera pas pour lui

Si en plus il a utilisé ce capital pour se payer un salaire comparable à celui qu'il avait chez google et garder le même niveau de vie cela explique sa remarque sur "vivre frugalement sans carte de crédit". Contrairement à nous, souvent les américains qui ont 100k$ sur le compte en banque ont bien plus en crédits divers et variés (logement, voiture, crédit conso...)

En France la startup voluntis vient de faire une nieme levée de fond de 30M€, elle est présentée comme une réussite mais n'a pas encore gagné d'argent et le fondateur n'en a plus de 2%
2  0 
Avatar de nico84
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/06/2018 à 14:21
En 2009 il a participé à la création de Shoes of Prey
Shoes of Prey creates bespoke, hand-made women's shoes designed by the customer, and delivers them to anywhere in the world.
Ca sent pas la machine à cash...

En 2017 il a créé tout seul Mottle
Furthering human potential through audio communication
Preuve qu'il y croit encore et qu'il lui reste qq économies
2  0 
Avatar de Xavdeb
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 11/06/2018 à 13:42
100 000 $ non ce n'est pas énorme.
Réfléchissez, combien de salarié vous pouvez payer pendant combien de temps avec une telle mise de départ ?
Aux USA : 1 seul pendant 1 an
En France, 2,5 pendant 1 an, sans vous payez vous-même (je parle bien du coût du salarié, pas de ce que lui touche annuellement).

une start-up, c'est à ce qu'on dit 5 ans pour trouver son business model.
5 ans, 3 salariés, c'est minimum 600 k€ qu'il faut pour se lancer, sans toucher un rond (vous donnez tout ce que vous avez gagné à des petits jeunes en espérant qu'un jour vous aurez votre part).

Alors évidemment, si on trouve des financeurs prêts à prendre les risques à votre place, c'est bonnard. Mais come le dit Mister 3957, un investisseur ne vous finance pas tant qu'il n'y a pas des concurrents sur le marché qui prouvent qu'il y a un marché et qui permet de faire une étude de marché.
Lancez-vous sur un produit complètement innovant et en France vous serez absolument seul ! Et il faut tenir 5 ans.
je ne connais pas la recette.
2  0 
Avatar de virginieh
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/06/2018 à 14:31
Surtout qu'a ce qu'il dit sa start up existe encore et semble marcher.
En fait son problème c'est qu'il a laissé complètement négligé la plus simple gestion de ses finances persos en créant sa start up. Il aurait eu les même problèmes s'il était resté chez google et avait arrété de gérer son argent et son épargne retraite et pas fait gaffe aux crédits qu'il prennait.
1  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 04/06/2018 à 14:42
Bonjour,

Citation Envoyé par KnifeOnlyI Voir le message
Autant je suis d'accord avec la toute fin des dires du monsieur. Autant je ne comprend absolument pas le titre de la news... "Suicide financier" ?
Cette affirmation est le titre de son billet dont le lien a été mentionné en source (Startups are Financial Suicide)
1  0 
Avatar de KnifeOnlyI
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 04/06/2018 à 14:56
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Bonjour,

Cette affirmation est le titre de son billet dont le lien a été mentionné en source (Startups are Financial Suicide)
Ah d'accord autant pour moi, en effet, c'est bien lui qui a surement exagérer son titre. Néanmoins si il la choisis lui même, je n'ai pas à discuter de cela.
Je te remercie de la précision.
1  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web