La France et l'Allemagne appellent à un financement européen pour les start-ups technologiques
Afin de relancer l'innovation et la recherche

Le , par Stan Adkens, Chroniqueur Actualités

Dans un document présenté aux dirigeants de l'Union européenne lors du sommet des Balkans la semaine dernière, Berlin et Paris ont appelé le Conseil Européen de l'Innovation à financer des start-ups « ambitieuses » dans le domaine de la technologie.

En effet, l'Europe a longtemps été considérée comme en retard dans la promotion des nouvelles technologies par rapport aux États-Unis, qui ont une solide industrie de capital-risque finançant les start-ups de la Silicon Valley ainsi qu’un vivier significatif de développeurs. Le retard sur l’Intelligence Artificielle en est un exemple palpable : « la France et l'Europe sont inexistantes sur l'IA », a déclaré Laurent Alexandre, Chirurgien et spécialiste de l’IA.

L’une des raisons révélées du retard européen se trouve dans la peur de l’échec dont les conséquences peuvent être stigmatisantes, empêchant l’innovation et laissant ainsi ce domaine aux mains des États-Unis et la Chine.

Pour rattraper ce retard au niveau européen comme dans les pays membres, la France et l'Allemagne plaident en faveur d'une initiative européenne pour financer l'innovation et la recherche dans les projets de start-up technologiques à travers l’union afin que l'Europe puisse rivaliser plus efficacement avec la Chine et les États-Unis. Selon les défenseurs du projet, l'objectif est de créer un réseau pour apporter des innovations révolutionnaires dans la science sur le marché qui sera ouvert à d’autres pays de l'UE qui seraient intéressés.

« Un effort conjoint est également nécessaire pour améliorer davantage l'environnement et les réglementations du capital risque afin de permettre le succès du transfert d'innovations révolutionnaires, ainsi que la création et le développement d'entreprises de rupture technologique en Europe », a déclaré Reuters.

Pour accélérer la procédure de l’initiative du fonds européen pour le développement des start-ups technologiques, les poids lourds de l'UE, la France et l'Allemagne poussent à des réformes dans des secteurs qui seront impactés avant le sommet des dirigeants de l'UE en juin.

Souhaitant vivement que l'Europe prenne une longueur d’avance dans les nouvelles technologies numériques, la France et l'Allemagne proposent que les initiatives nationales soient complétées par des initiatives de l'UE, qui peuvent avoir plus de valeur ajoutée pour la création et la croissance des start-ups technologiques, selon Reuters. Les leaders technologiques dans le milieu universitaire et les entrepreneurs sont proposés par les initiateurs pour participer au fond afin de financer des projets technologiques à haut risque.

La France emboîte le pas au projet européen avec sa promesse de dépenser 1,5 milliard d'euros (2,34 milliards de dollars) en Intelligence Artificielle d'ici 2022 pour inverser la fuite des cerveaux et rattraper les géants technologiques dominants américains et chinois. Toutefois, la France est à la traine sur le plan européen en termes de mobilisation de fonds de soutien au développement des start-ups et sur le plan du nombre de développeurs.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de cette initiative européenne ?
L’idée ne vient-elle pas un peu en retard ?
Avec la concurrence qui existe déjà entre les États membres, que pensez-vous de l’efficacité de ce fond ?

Voir aussi

Le président français annonce le lancement du French Tech Visa et un fonds de 10 milliards, pour faire de la France une nation startup
Intelligence artificielle: une vingtaine d'experts plaident pour la création d'un laboratoire européen en IA, afin de concurrencer les USA et la Chine


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de VivienD VivienD - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 29/05/2018 à 17:10
Le manque de financement pour les start-ups technologiques est certes un problème. Toutefois, la mesure proposée ne suffira pas en France, car le pays a un problème plus grave pour les ambitions entrepreneuriales: un système à refondre depuis les bases. En effet, le peu d'entrepreneurs potentiels, qui arrivent à donner vie à leurs idées en France, ont fort à faire avec le fisc, qui s'adonne parfois au racket en bande organisée et encourage la délation, et le reste du système administratif, qui oscille entre incompétence notoire et mauvaise foi. En l'état actuel, tout est fait pour empapaouter les créateurs et leur seul remède à ce mal n'est autre que l'émigration.

Pièces à charge:
Aypierre et ses contrôles fiscaux

Linguisticae et l'incurie de l'URSSAF
Avatar de benjani13 benjani13 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 30/05/2018 à 1:20
VivienD, Merci pour les vidéos. J'avais déjà entendu quelques anecdotes (qui n'en sont pas tellement elles sont courantes), mais que le simple résumé des déboires d'une personne avec les URSSAF/RSI/etc puissent prendre deux heures de vidéos devraient déjà faire tilter quelques cerveaux, même si comme tu le dis ça ressemble malheureusement à du racket... Et ça coule des PME, qui ne seraient pas des grandes startup bleu blanc rouge comme le souhaiterait Macron mais qui donnerait du boulot à quelques personnes et ferait tourner un peu l'économie. Aypierre a eu de la chance d'avoir un projet qui a bien marché et qui lui a permis d'avoir un peu de sous de coté pour payer tout ses déboires, mais que peut faire une PME dont le patron lutte pour se verser un salaire quand tout ça lui tombe sur la tête... C'est ahurissant.

On pourrait aussi discuter du manque de protection des créateurs d'entreprise (retraite, sécu, chômage, réinsertion dans le salariat si échec).

Concernant les aides aux startup je viens de tomber sur cet article.

10 mesures pour aider la créations de startup, certaines sont assez étonnantes, notamment le fait de pouvoir demander la modification de règlements et même de lois le temps d'une expérimentation ou encore le relèvement du seuil pour les appels d'offres publiques (multiplié par 4!).
Avatar de dad3zero dad3zero - Membre à l'essai https://www.developpez.com
le 30/05/2018 à 12:12
Citation Envoyé par VivienD Voir le message
En effet, le peu d'entrepreneurs potentiels, qui arrivent à donner vie à leurs idées en France, ont fort à faire avec le fisc, qui s'adonne parfois au racket en bande organisée et encourage la délation, et le reste du système administratif, qui oscille entre incompétence notoire et mauvaise foi. En l'état actuel, tout est fait pour empapaouter les créateurs et leur seul remède à ce mal n'est autre que l'émigration.
L'entreprenariat en France souffre en effet d'une lourdeur assez pénible (je suis indépendant, je le vois bien…). Mais les vidéos en référence montre en fait un autre problème réel qui n'est pas l'administration mais l'amateurisme de "l'entrepreneur" moyen. C'est bien joli de faire sa pleureuse lorsqu'on est médiatique, ça peut même être profitable : Florent Pagny avait sorti un album de mauvaise foi. Et la mauvaise foi ou la méconnaissance est le fond de la première vidéo (et je n'ai pas fait plus). Il n'y a pas besoin d'aller loin : 3ème minute et la déclaration selon laquelle "aujourd'hui on ne peut pas cumuler 2 emplois"…*C'est faux… Le passage d'autoentrepreneur à entreprise, ça s'anticipe et se gère, même si on a un contrat miracle de 30.000 €. On n'attends pas d'avoir dépassé le plafond pour espérer qu'un guichetier d'un service public fera la déclaration à votre place. Perso, j'ai arrêté là. Lorsqu'on a 3 contrôle dont l'un arrive à un dû de 40.000 € (il l'a tweeté en mai 2017), on les moyens de se payer un comptable qui vous évite ces galères…
Mais ça permet de faire une vidéo avec 5 encarts publicitaires…

Émigrer reste certes une solution, mais ça ne marche que pour les "entrepreneurs sérieux". Ceux qui sont mauvais ici en critiquant l'administration seront tout aussi mauvais à l'étranger.

Et pour ma part, je ne crois pas qu'un simple financement permettra de créer des "Start-Ups tech" qui "rattraperont le retard dans l'innovation". Nous souffrons en France dans le domaine de l'IT d'une culture de "service". L'écrasante majorité des créations d'entreprise dans le domaine résulte dans le service. On ne bascule pas du jour au lendemain d'une culture de service à une culture de l'innovation. Mais ça permettra à certains de vivoter sur des subventions…
Avatar de Xanadu Xanadu - Membre régulier https://www.developpez.com
le 30/05/2018 à 16:37
Laurent Alexandre est un opportuniste qui ne connait rien à l'IA, il ne faut pas lui apporter de crédit.
La france n'est certes pas au niveau des US et de la chine, mais ce n'est pas déshonorant pour un petit pays de 67 millions d'habitants.
Avatar de wolinn wolinn - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 30/05/2018 à 17:13
Je n'ai jamais eu trop de difficulté avec l'URSSAF et (feu) le RSI... C'est sûr que le premier courrier URSSAF d'injonction de payer avec menaces de poursuites (expédié automatiquement dès le 1er jour de retard) impressionne la première fois, mais j'ai toujours pu négocier délai et remise des pénalités, pour peu que ça ne se produise pas trop souvent.

Pour ce qui est des financements, en ce moment, les taux d'intérêt sont au 36ème dessous, les placements habituels ne rapportent plus rien, et du coup, il y a des masses d'argent qui cherchent placements. Il n'y a pas tant de difficultés de financement pour les entreprises, même pour les start-up.
Par contre, en France, tout cet argent se retrouve plus souvent dans l'immobilier...
Contacter le responsable de la rubrique Accueil