Pourquoi peu de femmes s'orientent vers les métiers informatique ?
Une ingénieure livre son analyse

Le , par Patrick Ruiz, Chroniqueur Actualités
L’informatique a-t-elle un sexe ? Au propre, la réponse à la question est non puisqu’il ne s’agit pas d’un être vivant, mais au figuré l’appel à une réponse affirmative est plus qu’évident. C’est un fait, ce domaine d’activité est fortement dominé par les hommes. Pourtant, des faits d’armes importants sont à mettre au crédit des femmes dans l'histoire de l'informatique. Les cas Ada Lovelace – à qui l'on attribue l’écriture du premier programme informatique pour la machine analytique du mathématicien Charles Babbage – et Grace Hopper – conceptrice du premier compilateur en 1951 et du langage COBOL en 1959 – l’illustrent à souhait.

Pourquoi la tech est-elle dominée par les hommes ? Qu’est-ce qui explique la faible représentation des femmes dans cet univers ? Dans un billet de blog paru il y a peu, une ex-Googler livre son opinion sur la question.

Julia Enthoven désormais à la tête de Kapwing – un site web d’édition de vidéos – est d’avis que les stéréotypes peignent l’informatique comme un domaine d’activité qui sied aux personnes sans vie sociale saine, c’est-à-dire des individus qui n’accordent aucune considération aux autres. D’après l’ex-employé de la firme de Mountain View (ils sont apparemment très intéressés par la question du sexisme dans la tech chez le géant technologique), la société voit l’informaticien comme le geek, c’est-à-dire, le gars qui passe le clair de son temps dans un coin obscur à rechercher des solutions à des problèmes « informatiques » plutôt qu’humains.


Dans un billet de blog paru en 2013, le quotidien le monde écrit à propos du sexisme dans la tech qu’ « être geek c’est un truc de mec. » Dans son développement, Julia Enthoven va dans le même sens en précisant que tout se passe au moment où l’on fait les choix de carrière initiaux. « Entre 16 et 24 ans, les filles ont une vie sociale plus prononcée que celle des hommes du même âge. Les jeunes femmes parlent plus souvent à leurs amis, s’intéressent plus à leur réputation et accordent plus de valeur émotionnelle aux relations sérieuses », écrit-elle. Du billet de l’ex-ingénieure de Google, il ressort que la femme est prosociale, toute chose qui explique d’ailleurs sa forte représentation dans les métiers liés (médecine, enseignement, droit, etc.).

Julia Enthoven va au-delà de l’imagerie populaire sur le geek – qui polarise déjà assez le choix des jeunes femmes – pour préciser que d’un point de vue social, le milieu de la tech n’est pas accueillant, ne facilite pas l’intégration de la gente féminine. L’ingénieure rapporte avoir eu des difficultés à intégrer un groupe de travail sur un projet de système d’exploitation à l’université de Standford. « L’exclusion n’est pas intentionnelle, ne cache pas une mauvaise intention, mais la situation est aggravée par le fait que les femmes sont socialement plus averties que les hommes [de la tranche 16 – 24 ans] », lance-t-elle.

La sortie de Julia Enthoven n’est pas sans faire penser à celle de James Damore. En août 2017, le désormais ex-Googler a publié une note interne pour expliquer les inégalités salariales entre hommes et femmes dans le milieu de la technologie. L’ingénieur de Google n’y était pas allé de main morte et avait affirmé que les aptitudes naturelles des hommes les conduisent à devenir facilement des programmateurs en informatique, alors que les femmes sont, plus enclines « aux sentiments et l'esthétique plutôt que vers les idées. »

Source : blog

Et vous ?

Partagez-vous l'idée selon laquelle l'informatique ne sied qu'a des individus sans vie sociale saine ?

En tant que développeur vous voyez-vous personnellement comme un geek ? Un mec coupé du monde qui vit dans sa bulle et a à peine des relations de travail avec ses collègues ? Le type qui reste enfermé dans son labo et ne voit ni femme ni enfants ?

Y a-t-il des femmes au sein de l’entreprise avec laquelle vous travaillez ? Si oui, comment jugez-vous la qualité de vos rapports professionnels avec ces dernières en comparaison de ceux que vous avec vos collègues de sexe masculin ? Quel accueil réserve-t-on à la gente féminine au sein de votre entreprise ?

Voir aussi

Un employé de Google crée la polémique en expliquant que les femmes ne sont pas faites pour la tech et finit par être viré de l'entreprise

Polémique sur les inégalités de genre dans la tech : des chercheurs défendent l'employé de Google, ses arguments seraient prouvés scientifiquement

Inégalités du genre dans la tech : Google poursuivi par son ex-employé et bientôt pour discrimination salariale basée sur le genre

Le sexisme dans la tech est « omniprésent », affirme la CEO de YouTube qui profite du débat sur les inégalités de genre pour partager son expérience


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse Signaler un problème

Avatar de - https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 9:25
Venant d'une personne qui a probablement des centaines d'amis et peut en rencontrer deux ou trois à chaque dîner/déjeuner cela me semble normal. Avec sa famille, j'en doute...

De ne pas s'ouvrir vers les relations humaines (volontairement ou involontairement ou sans le savoir) plonge dans " l'enferment " et les activités qui vont avec.
C'est valable aussi bien pour les femmes que les hommes. Quelques soient leurs métiers. C'est très souvent le besoin d'un réconfort qui implique cela.

Je connais personnellement des personnes qui socialement sont épanouies et qui pourtant ont des activités de Geek et Otaku à leurs heures perdus.
Les plus âgés parleraient-ils de manque de maturités ?
Avatar de 23JFK 23JFK - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 12:44
Qui peut dire ce qu'est pour l'autre "une vie saine" ? Il est clair cependant que si la dame avait été un homme, aux vues de ses propos, elle serait déjà bannie de la Silicon Valley bien qu'elle ne fasse qu'un constat de réalité comme Damore l'avait fait avant elle.
Avatar de 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ - Membre expert https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 14:25
On a quand même oublié que les premières personnes à faire du dév étaient des femmes.
Le code des mission Apollo, c'était des femmes.
Il y a eu un point dans les années 70 - 80 où le sexe du métier s'est transformé complètement.
J'avais lu un article sur le sujet sur le facebook de "a mighty girl" mais je n'ai pas réussi à remettre la main dessus.
Avatar de datalandia datalandia - Bot Troll en alpha-test https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 14:33
je dois bien avouer pour ma part en tant que femme que je suis plus portée sur les sentiments et l'esthétique plutôt que vers les idées.

On a quand même oublié que les premières personnes à faire du dév étaient des femmes.
Le code des mission Apollo, c'était des femmes.
Il y a eu un point dans les années 70 - 80 où le sexe du métier s'est transformé complètement.
J'avais lu un article sur le sujet sur le facebook de "a mighty girl" mais je n'ai pas réussi à remettre la main dessus.
oui a l'époque nous faisions le sale boulot, on pissaient du code pendant que Monsieur allait dans l'espace
Aujourd'hui cela a changé en mieux, les femmes vont dans l'espace et c'est je pense mieux que d’être juste resté informaticienne.
Avatar de grunk grunk - Modérateur https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 14:44
Citation Envoyé par datalandia Voir le message
je dois bien avouer pour ma part en tant que femme que je suis plus portée sur les sentiments et l'esthétique plutôt que vers les idées.

oui a l'époque nous faisions le sale boulot, on pissaient du code pendant que Monsieur allait dans l'espace
Aujourd'hui cela a changé en mieux, les femmes vont dans l'espace et c'est je pense mieux que d’être juste resté informaticienne.
C'est claire qu'écrire du code pour des missions spatiales ça doit sacrément être un boulot de merde , inintéressant au possible ...
Et j'ose espérer que le code qu'on trouve dans les satellites et autres objets qui orbitent au dessus de nous n'as pas été "pissé" comme un vulgaire formulaire.
Avatar de 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ - Membre expert https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 14:55
Citation Envoyé par datalandia Voir le message
je dois bien avouer pour ma part en tant que femme que je suis plus portée sur les sentiments et l'esthétique plutôt que vers les idées.
Pour les idées, on avait déjà remarqué, merci.
Cela dit, la propagande patriarcale est bien en place quand on lit justement ce genre de commentaire...
Avatar de - https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 16:05
Citation Envoyé par datalandia Voir le message
Aujourd'hui cela a changé en mieux, les femmes vont dans l'espace et c'est je pense mieux que d’être juste resté informaticienne.
Le droit de vote a été en France bénéfique pour les femmes. Et au stade temporel de l'humanité, cela est récent.
Je devrais même dire << l'implication des femmes >> dans certains domaines bien avant droit de vote pour parler comme les anciens des anciens.

La place des femmes a aussi été très importantes durant les guerres mondiales et je devrais même dire stratégique.

Dans la nature, les groupes animaux sauvages (insectes, etc...) ont
des matriarches/reines ou des mâles dominants.
Les communautés sans hiérarchies sociales ont parfois une hiérarchie de couple ou harem sur les tâches et autres en fonction des prédispositions biologique.

L'humain est beaucoup plus compliqué que les animaux.
Avatar de 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ 7gyY9w1ZY6ySRgPeaefZ - Membre expert https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 16:36
Citation Envoyé par grunk Voir le message
C'est claire qu'écrire du code pour des missions spatiales ça doit sacrément être un boulot de merde , inintéressant au possible ...
C'est comme tout, quand on fait ça 8 heures par jours, le charme s'émousse au bout d'un moment, même si la finalité est d'un gros calibre.
Surtout qu'avec les machines de l'époque, tu ne devais pas faire ton test unitaire dans la foulée.
Avatar de benjani13 benjani13 - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 16:58
Julia Enthoven désormais à la tête de Kapwing – un site web d’édition de vidéos – est d’avis que les stéréotypes peignent l’informatique comme un domaine d’activité qui sied aux personnes sans vie sociale saine, c’est-à-dire des individus qui n’accordent aucune considération aux autres.
Mettons. Je ne partage pas ce point de vue, mais mettons. Et? En quoi ça fait avancer le shmilblick? Il y a il plus d'homme que de femme n'ayant pas "une vie sociale saine" donc? Son argument ne vaut rien si elle ne le pousse pas jusqu'au bout.
Sur le terme "sans vie sociale saine, c’est-à-dire des individus qui n’accordent aucune considération aux autres" je le trouve extrêmement péjoratif et faux. Ce sont des ados plus ou moins rejetés, qui ont du mal à d’intégrer (et pas qui ne veulent pas s'intégrer) qui préfèrent passer leur temps sur leur PC plutôt que sortir de chez eux et se faire maltraiter par les brutasses de leurs classes.

D’après l’ex-employé de la firme de Mountain View (ils sont apparemment très intéressés par la question du sexisme dans la tech chez le géant technologique), la société voit l’informaticien comme le geek, c’est-à-dire, le gars qui passe le clair de son temps dans un coin obscur à rechercher des solutions à des problèmes « informatiques » plutôt qu’humains.
Encore un argument qui touche autant les hommes que les femmes donc ("la société". Pourquoi cela ferait fuir uniquement les femmes du coup?

Dans tous les cas même si effectivement il y a beaucoup de stéréotypes, pourquoi les hommes passent au dessus de ces stéréotypes et les femmes ne le font pas? Au final de ma petite expériences, les geeks passant leur temps dans leur coin sombre sont au final très minoritaire dans l'industrie et même dans les écoles (malheureusement en un sens car des fois on aimerait croiser plus de personnes réellement passionnés) et le monde de l'informatique ressemble à n'importe quel autre métiers d'ingénierie. Pour moi il y a donc toujours quelques choses qui ne collent pas dans ces explications et d'autres pistes sont à étudier.

Je pense qu'il s'agit surtout d'un cercle vicieux. Le vrai soucis aujourd'hui c'est qu'une ado n'a pas envie de passer 5 années d'études seule ou quasi seule femme dans des classes de mecs (voir 7 ou 8 années si elle fait certaines filières scientifiques/techno du bac), et c'est bien normal. Maintenant dans les classes que j'ai fréquenté, les quelques filles n'ont jamais eu aucun soucis d'intégration, je n'ai jamais vu aucune forme de sexisme. J'ai toujours eu des classes soudées, hommes et femmes indépendamment. Ce n'est probablement pas le cas partout, j'ai entendu de très mauvais échos de femmes ayant fait l'école 42. Dans tous les cas c'est au corps enseignant de veiller à ce qu'il n'y ait pas de discrimination.

Il y a aussi surement une mauvaise orientation de profs qui transmettent eux mêmes ces stéréotypes aux jeunes femmes et les privent de carrières qui auraient pu leur plaire. A ma femme on lui a dit que l'informatique n'était pas du tout une filière d'avenir... Récemment je lui appris des bases de programmation car elle était intriguée, elle a adoré et a regretté qu'on l'ai mal orienté.
Avatar de - https://www.developpez.com
le 10/05/2018 à 17:26
Citation Envoyé par benjani13 Voir le message
Le vrai soucis aujourd'hui c'est qu'une ado n'a pas envie de passer 5 années d'études seule ou quasi seule femme dans des classes de mecs (voir 7 ou 8 années si elle fait certaines filières scientifiques/techno du bac), et c'est bien normal.
Dans une école primaire, les groupes d'élèves se constitue comment durant la récréation ? Les jeux associés à chaque groupe ?
Bien avant, les joués servant au développement cognitif ?

Évidemment que le PC ressemble plus à une voiture...

Citation Envoyé par grunk Voir le message
C'est claire qu'écrire du code pour des missions spatiales ça doit sacrément être un boulot de merde , inintéressant au possible ...

Il y a eu une émission sur Arte le 08/05/2018 vers 22H20, Sexe et Amour 3.0, qui sait, il y aura peut-être des personnes qui changeront orientations.
Contacter le responsable de la rubrique Accueil