L'IoT est un danger pour la vie privée, une technologie à risque accordant peu de place aux logiciels libres,
D'après Richard Stallman

Le , par Christian Olivier, Chroniqueur Actualités
Le citoyen américain Richard Matthew Stallman, président de la Free Software Foundation (FSF) et pionnier du GNU, est un fervent partisan du logiciel libre et des valeurs qui s’y rattachent. C’est aussi un critique acerbe, à la limite extrémiste, de l’industrie technologique profitant de chaque occasion qui lui est offerte pour donner son point de vue sur les nouveautés, les tendances et les autres faits marquants qui s’y rapportent.

Stallman s’est fait remarquer à de nombreuses reprises à cause de son franc-parler et de ses prises de position « radicales » sur des sujets concernant par exemple l’efficacité du RGPD, les raisons qui devraient pousser le public à éviter d’utiliser les services proposés par Google ou encore la nouvelle politique de Microsoft à l’égard des distributions Linux.

En 2016 déjà, bien avant les révélations ayant débouché sur le scandale de Cambridge Analityca qui a récemment secoué l’industrie d’Internet, Stallman avait tiré la sonnette d’alarme en évoquant les menaces qui planent sur la vie privée des internautes à cause des pratiques instituées par les sociétés comme Facebook. Soulignons au passage qu’au lendemain de ce scandale, le lanceur d’alerte Edward Snowden a déclaré que Facebook s’apparente plus à une entreprise de surveillance qui se fait passer pour un réseau social.

L’interview récente accordée à Richard Stallman par le média TFIR et son fondateur Swapnil Bhartiya a permis au créateur d’Ubuntu de faire savoir à la communauté tout le mal qu’il pensait des objets connectés (IoT) et des technologies qui sous-tendent leur fonctionnement. Elle intervient au moment où l’attention des différents acteurs de l’industrie technologique semble inexorablement se porter vers les technologies telles que la Blockchain, l’intelligence artificielle ou l’apprentissage profond qui sont pour la plupart tributaires d’opérations liées à la collecte massive des données.


Les éléments mis en avant par Stallman pour justifier son animosité vis-à-vis des objets connectés ont un lien direct avec les notions fondamentales de respect de la vie privée et de protection des données des utilisateurs. Stallman déplore le fait que le marché de l’IoT est en grande partie contrôlé par des acteurs qui privilégient l’usage de logiciels propriétaires au détriment des logiciels libres, alors que seuls le développement et l’adoption de logiciels libres à plus grande échelle permettraient de garantir une meilleure protection des données et de la vie privée des utilisateurs d’objets connectés.

D’après lui, encourager cette tendance « injuste » contribue à la vulgarisation de mouchards et de logiciels propriétaires potentiellement malveillants. Il estime que, dans l’état actuel des choses, ce type d’appareil se prêterait mieux à un usage industriel ou en entreprise et que leur adoption par le grand public ne ferait que renforcer la surveillance illégale et les abus (l’exploitation illégale des données collectées notamment) dont seraient régulièrement victimes les utilisateurs. Un clin d’œil au scandale de Cambridge Analytica ?

Pour le créateur du système d’exploitation libre « GNU », il serait temps que le consommateur apprenne à dire non à certaines pratiques inappropriées qui ont cours dans l’industrie technologique et d’interdire aux entreprises l’accès ou la collecte de certaines données de l’utilisateur à moins que ces opérations ne soient nécessaires et en rapport direct avec les activités ou les services qu'elles proposent.

Mais peut-on en conclure que logiciel propriétaire rime forcément avec opacité du code source et augmentation des risques pour l’utilisateur et qu’à l’inverse le caractère libre d’un logiciel est suffisant pour établir qu’il s’agit de la meilleure solution pour l’utilisateur ?

L’approche de Stallman semble correspondre au cadre singulier de projets éthiques qui ciblent davantage les communautés de passionnés. Elle ne prend pas forcément en compte les spécificités des marchés concurrentiels ciblant l’ensemble des consommateurs et où il est souvent nécessaire de mettre en place des logiciels propriétaires pour assurer la compétitivité et la rentabilité d’une affaire sur le court et le long terme, sachant qu’une entreprise 100 % ouverte et éthique s’expose au plagiat délibéré de la part de la concurrence. L’IoT est actuellement une technologie en pleine effervescence et son potentiel est indéniable. En fonction des tendances du marché, cette technologie pourrait favoriser la démocratisation des logiciels libres ou à l'inverse être induire l’adoption à plus grande échelle de logiciels propriétaires.

Source : Youtube

Et vous ?

Que pensez-vous des opinions exprimées ici par Stallman ?
Logiciels libres ou logiciels propriétaires, de quel côté penchez-vous ? Pourquoi ?


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - I.A. en bêta-test https://www.developpez.com
le 07/05/2018 à 12:00
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
[...]
En 2016 déjà, bien avant les révélations ayant débouché sur le scandale de Cambridge Analityca qui a récemment secoué l’industrie d’Internet, Stallman avait tiré la sonnette d’alarme en évoquant les menaces qui planent sur la vie privée des internautes à cause des pratiques instituées par les sociétés comme Facebook.
[...]
L’interview récente accordée à Richard Stallman par le média TFIR et son fondateur Swapnil Bhartiya a permis au créateur d’Ubuntu de faire savoir à la communauté tout le mal qu’il pensait des objets connectés (IoT) et des technologies qui sous-tendent leur fonctionnement.
[...]
Que pensez-vous des opinions exprimées ici par Stallman ?
Logiciels libres ou logiciels propriétaires, de quel côté penchez-vous ? Pourquoi ?
Le cas FaceBook, l'activité est principalement sur Internet, la page Web : Les divers applications y menant avec des IHM "différentes" sont elles pas si nombreuses que cà. Après c'est un réseau sociale. Rencontrer, discuter et partager des informations (personnelles ou pas) y est primordiale. Logiciels libres ou propriétaires n'y changerait pas grand chose.

Les objets connectés c'est plus ou moins bien. Le partage d'informations perso ou pro aussi.
Dommage que sur l'emballage des produits que les états n'ai pas imposé un logo d'intrusion à la vie privé et donnée personnelle.

Ainsi une console de jeux aurait clairement signalé un receuille d'informations comportementale et plus. Et j'aurai pas du tout été géné par cela vue que les activités sur ce type de plateforme hors tchat ne viole pas la "vie privé". Cependant les infos vont à qui ?

Un système d'exploitation aurait signalé ne vouloir transmettre que les informations techniques. Sans transmettre les habitudes ou même des "échantillons" des applications installer. Franchement, un driver ou HW défaillant qui fait planté un OS est kernel qui n'avait pas pris en considération une ou plusieurs exceptions. Et je l'avoue, propriétaire ou libre, j'ai eu le problème à analyser avec les deux. Les OS n'ont pas su dire clairement d'où ça venait et le B.I.O.S. fonctionnait correctement même pour le choix de la langue affiché ainsi que l'usage de l'application memtest (que j'ai dû ne pas laisser continuer bien longtemps)... Le système libre lui avec son gestionnaire de boot m'a permis de désactiver le ACPI et ainsi de démarrer le kernel/noyau sans aucune difficulté vue que je ne me laisse pas faire par les difficultés...

"L'expérience Pokémon Go" en est où ?
Avatar de blackradbit blackradbit - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 07/05/2018 à 12:31
Le créateur de Ubuntu ?
C'est plutôt Mark Shuttleworth que Richard Stallman non ^^
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 07/05/2018 à 14:42
Je pense que l'IoT est une passoire en terme de sécurité et que de ce fait, est un vrai danger pour notre vie privée.

Non seulement, la plupart de objets récoltent des données particulièrement privées (domotique, poids, santé, alimentation, etc.) mais en plus, ils ne sont presque jamais maj.
Les failles viennent souvent dès leur conception où l'aspect sécurité est totalement mis de côté délibérément afin d'en accélérer les développements et la commercialisation tout en réduisant les coût.
Déjà des passoires à leur sortie, cela ne s'arrange pas avec le temps car rare sont les objets connectés dont le firmware est maj régulièrement pour en corriger les failles.
Avatar de sergio_is_back sergio_is_back - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 07/05/2018 à 18:22
+1

Et j'ai pas encore compris à quoi sert un pèse personne connecté, a part afficher ses kilos en trop sur son compte Facebook..... Pareil pour la brosse à dents connectée ?
Avatar de Mrsky Mrsky - Membre éclairé https://www.developpez.com
le 07/05/2018 à 23:37
L'IoT est tellement vaste qu'on pourra toujours trouver des exemples ridicules et des exemples utiles. J'étais à une conférence IBM la semaine dernière et ils montraient une valise motorisée pour aveugles qui emmène la personne aux bons guichets et fonctionne à la voix, je me permet d'imaginer que ça doit changer la vie pour les aveugles qui doivent voyager régulièrement, pour le boulot par exemple.

Par contre cette absence de mises à jour et le fait qu'on ai pas d'IoT open source est vraiment inquiétant, mais je suis sur que des standards finiront par émerger éventuellement ce qui devrait ouvrir la porte à l'open source.
Avatar de mister3957 mister3957 - Membre éprouvé https://www.developpez.com
le 08/05/2018 à 8:23
J'y voilà plusieurs sujets de vigilance à avoir :
- La sécurité (pas envie que mon voisin sache ce que raconte mon frigo à ma brosse à dent, ou arrive à déverrouiller ma serrure connectée)
- Les data. C'est des boites noires ces petites saloperie, qui sait ce qu'elles récoltent et à qui elle les envoient pour quels usages ?

Je m'attarderai sur les data.
- Si j'ai bien compris, les trucs tels que Facebook proposent des règles de confidentialité permettant de protéger nos données et toutes les infos déductibles, règles qui sautent si on lâche un bifton, du coup ça sert à rien. Et apparemment il est difficile d'acheter des données confidentielles en toute confidentialité ^^
- Quelles valeurs ont nos datas ? Même anonymisées, sans tomber dans le scrupuleux, elles participent à une amélioration du service global, donc commerciale, on est sans cesse A/B testé et nos data (tout comme notre comportement) a donc de la valeur. Laquelle ?
- Tout ça n'est pas nouveau (les cartes de fidélités dans les supermarchés, les passages au contrôle technique où on reçoit un SMS pour nous avertir qu'il faut revenir etc.). L'IoT va faire exploser le phénomène, mais ça ne change rien, c'est déjà là.
- Il y a des produits où on est assujettis à une écoparticipation (un malus écologique). A quand un bonus data ?
- J'aime la case "cochez si vous refuser de transmettre vos informations personnelles". Première question "ce serait pour faire quoi ?", deuxième interrogation "dans ce cas je n'ai qu'à pas les transmettre plutôt que le faire et dire que j'ai pas envie", non ?

Bref, ça dépend.

P.S.: Moi je vote pour 5€ de remise quand on lâche son code postal chez IKEA ! Et 15€ pour que l'on réutilise la liste de ce que j'ai acheté !
Avatar de Steinvikel Steinvikel - Membre actif https://www.developpez.com
le 08/05/2018 à 16:15
connecter = échange d'information... toute information peux être utile, les questions sont : pour qui, et dans quel but.
un pèse personne connecté >> pour tracer une courbe dans un pdf, croiser les données avec sont tensiomètre, son dextro, ses prise de sang, etc... transférer les mesures brutes et les calculer/analyser plus précisément sur un PC.
...ou simplement consulter ses différentes pesées plus confortablement qu'à travers la balance, sans rajouter 100€ pour un écran intégré (+l'électronique associé).
Bien-sûr, il y a nombre de dérives possibles, mais les 2 raisons cités plus haut (confort de lecture et analyse améliorés) suffisent amplement à justifier une "connectivité". Le serieux de la conception est un autre problème, le concept est éthique, la mise en oeuvre... pas forcément.
Avatar de Saverok Saverok - Expert éminent https://www.developpez.com
le 09/05/2018 à 10:08
Citation Envoyé par mister3957 Voir le message
- Quelles valeurs ont nos datas ? Même anonymisées, sans tomber dans le scrupuleux, elles participent à une amélioration du service global, donc commerciale, on est sans cesse A/B testé et nos data (tout comme notre comportement) a donc de la valeur. Laquelle ?
Tes données seules ne valent pas grand chose (lorsqu'elles sont anonymisées).
Mais lorsqu'elles sont associées à celles de dizaines milliers (et plus) d'autres personnes, là, c'est autre chose.
Le big data permet d'identifier des groupes statistiques de comportement et de prédiction ce qui permet d'effectuer un meilleurs ciblage.

Des fichiers de données personnelles anonymisées sont même cotés en bourse mais à chaque fois, c'est par paquet de plusieurs dizaines de milliers car ça n'aurai pas de sens de coter ces données individuellement (ce qui reviendrai aux données d'un individus pour moins d'un centime).
Contacter le responsable de la rubrique Accueil