Richard Stallman, l'initiateur du mouvement du logiciel libre, recommande d'éradiquer Facebook
Qui « entrave les libertés » selon lui

28PARTAGES

10  0 
Profitant d’un passage au Québec où il a été invité par l’université Laval et par le collège Dawson à parler de liberté numérique et de logiciel libre, Richard Stallman, le président fondateur de la Free Software Foundation et initiateur du mouvement du logiciel libre, s’est exprimé lors d’un entretien avec le quotidien montréalais Devoir.

« Il faut éliminer Facebook pour protéger la vie privée », a-t-il lancé sans détour, estimant que « sans cette vie privée, sans la possibilité de communiquer et d’échanger sans être surveillé, la démocratie ne peut plus perdurer ». Il estime que dans un monde où les communications sont surveillées, les possibilités de dénoncer les abus, de savoir ce que l’État fait diminuent forcément, avec à la clé une perte de contrôle du citoyen sur ce même État.

Le père du libre considère Facebook comme un service qui « utilise bien plus ses usagers que ses usagers ne l’utilisent » : « c’est un service parfaitement calculé pour extraire et pour amasser beaucoup de données sur la vie des gens. C’est un espace de contraintes qui profile et fiche les individus, qui entrave leur liberté, qui induit forcément une perte de contrôle sur les aspects de la vie quotidienne que l’on exprime à cet endroit ».

Richard Stallman craint que l’utilisation et la dépendance créée chez les utilisateurs aient des conséquences sociales et politiques délétères à plus ou moins long terme. D’ailleurs il avance « qu’on le voit avec l’informatique privative qui, depuis des années, ne laisse aucune place à l’alternative de l’informatique libre. Les entreprises qui soumettent les gens avec ces produits gagnent beaucoup d’argent, argent qu’elles utilisent pour amplifier l’inertie sociale qui bloque toutes les portes de sortie ».

Il soutient qu'une telle domination a des effets néfastes pour les gouvernements. Pourquoi ? En laissant leurs administrations publiques se placer sous le joug d’entreprises, ils perdent de leur pouvoir tout en ne servant pas très bien les citoyens qu’ils représentent. C'est pourquoi il explique « qu'une informatique publique dans l’intérêt du peuple n’est pas une informatique dont le contrôle est dans les mains d’entreprises privées qui cultivent le secret sur leurs codes informatiques. Le logiciel privatif surveille ses utilisateurs, décide de ce qu’il est possible de faire avec ou pas, contient des portes dérobées universelles qui permettent des changements à distance par le propriétaire, impose de la censure. Lorsqu’on l’utilise, on se place forcément sous l’emprise de la compagnie qui le vend. Avec ce pouvoir, le propriétaire est tenté d’imposer des fonctionnalités pour profiter des utilisateurs. On ne peut décider librement du code que l’on installe ou pas. On est donc forcément soumis et moins libre ».

« Les gouvernements ont un rôle important à jouer pour combattre ces injustices en s’échappant des cadres privatifs dans lesquels ils se sont placés. Le système scolaire, aussi, doit apporter sa contribution en n’imposant plus la dépendance des élèves à des entités informatiques privées. Il ne devrait enseigner que le logiciel libre. C’est la seule façon de regagner collectivement la liberté perdue et de reprendre le contrôle sur des activités qui nous ont d’ores et déjà échappé », a-t-il dit en guise de conclusion.

Source : Le Devoir

Voir aussi :

forum Logiciels Libres & Open Source

Microsoft lance SONiC, une pile logicielle open source ciblant Linux et qui permet d'exécuter des dispositifs réseau

Microsoft rejoint la fondation Eclipse pour une meilleure intégration de l'EDI open source avec Visual Studio et sa plateforme de cloud Azure

Wire, une alternative de Skype se dote du chiffrement de bout en bout pour les appels vidéo, Wire est open source

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 19:36
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le système scolaire, aussi, doit apporter sa contribution en n’imposant plus la dépendance des élèves à des entités informatiques privées. Il ne devrait enseigner que le logiciel libre.
J'ai toujours autant de mal avec ce deux poids deux mesures. Si on est pour la liberté, on augmente le choix, on n'impose pas de virer à 180°. J'ai personnellement du mal avec une définition de liberté qui dit qu'il faut faire uniquement ceci.
12  2 
Avatar de StraToN
Membre actif https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 15:44
Il y a beaucoup de raisons d'être d'accord avec RMS. Néanmoins, comme souvent, son discours vise les masses populaires, mais il n'est entendu que par les technophiles.

C'est comme pour le nucléaire : si on stoppe tout demain, comment on fait si aucune solution alternative ne permet le même rendement ? C'est bien beau de dire que Facebook a créé un besoin qui n'existait pas, maintenant ce besoin est bel et bien là. Supprimer Facebook et les autres ne supprimera pas ce besoin, bien au contraire.
9  2 
Avatar de mangobango
Membre averti https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 16:50
Tiens! J'ai éliminé FB il y a 10 jours (je suis en plein sevrage). Résultat : j'ai pas plus d'amis! Mais par contre, j'ai beaucoup plus de temps que je peux employer à des choses plus concrètes.
8  0 
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 15:12
Faut au moins reconnaître quelque chose, c'est que stallman est consistent dans ses opinions, malgré les années.
7  0 
Avatar de Bono_BX
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 16:35
Richard Stallman fait du Richard Stallman, tout simplement ...
Aucun gouvernement, aucun "système" n'oblige qui que ce soit à publier ses opinions politiques sur Facebook. C'est de la responsabilité de chacun.

Perso, sur mon compte, je publie mes opinions et ce que je trouve anormal en politique, et je l'assume. Si je suis fiché ou suivi, tant pis, c'est mon choix de défendre ma liberté d'expression ... qui serait elle aussi réduite par des gens comme Stallman.

C'est à nous de décider de ce que nous faisons de ces outils, c'est notre responsabilité.
7  2 
Avatar de StraToN
Membre actif https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 17:37
Citation Envoyé par laerne Voir le message
Ou j'ai mal compris, ou RMS ne s'oppose pas au principe d'un réseau par ordinateur social mais au fait que la technologie soit “secrète” et controlée par un organisme au intérêts privés. Bref son argument éternel du libre. Si ça nous plait pas, on peut le savoir (par du code review) et on peut se protéger (redistribution de code modifié). D'où je notais la consistence de son opinion.
Oui, tu as raison.
En fait ma réponse se rapporte au titre de la news : "Stallman [...] recommande d'éradiquer Facebook". Ce que j'en disais, c'est que c'est bien trop tard ! Éradiquer Facebook aujourd'hui est totalement impossible parce que les gens qui l'utilisent en majorité n'ont aucune alternative équivalente. Diaspora* est une bonne idée, mais pour que les gens quittent Facebook pour Diaspora*, il faudrait un feature-killer qui leur parle vraiment - ou bien un énorme scandale - et qui dispose de la confiance des Libristes, donc un logiciel libre.

Or, l'argument du Libre, aujourd'hui, les non-technophiles à qui ça peut dire quelque chose s'en moquent (en très large majorité). Et on peut faire le même constat pour à peu près tous les logiciels privateurs largement utilisés par le grand public, il y en a pléthore. Je suis moi-même défenseur du Logiciel Libre, et ce constat m'attriste, mais c'est la réalité.

Les gens sont au courant du fait que leurs données personnelles sont utilisées par Facebook et les autres à des fins lucratives. Manifestement, cela ne semble pas les affecter plus que ça. La preuve, c'est que leur réponse habituelle est : "je fais attention à ce que je publie". Ils ont raison. Et pour être franc, je fais pareil.

La seule solution, comme tu le soulignes, ce serait que Facebook libère son code source. Ce qui, soit dit en passant, ne l'empêcherait certainement pas d'utiliser les données personnelles.
7  1 
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 17:09
Citation Envoyé par StraToN Voir le message
C'est bien beau de dire que Facebook a créé un besoin qui n'existait pas, maintenant ce besoin est bel et bien là. Supprimer Facebook et les autres ne supprimera pas ce besoin, bien au contraire.
Ou j'ai mal compris, ou RMS ne s'oppose pas au principe d'un réseau par ordinateur social mais au fait que la technologie soit “secrète” et controlée par un organisme au intérêts privés. Bref son argument éternel du libre. Si ça nous plait pas, on peut le savoir (par du code review) et on peut se protéger (redistribution de code modifié). D'où je notais la consistence de son opinion.
6  0 
Avatar de Mouke
Membre averti https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 16:39
Pour une fois qu'il disait quelque chose de sensé le Stallman, il a fallu qu'il revienne sur ses généralités de devoir imposer le libre partout...

Quand il comprendra qu'être obligé d'utiliser un logiciel libre est privateur de liberté...
5  4 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 18:05
Citation Envoyé par StraToN Voir le message
Il y a beaucoup de raisons d'être d'accord avec RMS. Néanmoins, comme souvent, son discours vise les masses populaires, mais il n'est entendu que par les technophiles.

C'est comme pour le nucléaire : si on stoppe tout demain, comment on fait si aucune solution alternative ne permet le même rendement ? C'est bien beau de dire que Facebook a créé un besoin qui n'existait pas, maintenant ce besoin est bel et bien là. Supprimer Facebook et les autres ne supprimera pas ce besoin, bien au contraire.
Facebook n'a pas créé un besoin ni comblé le besoin qu'il avait créé.

Le besoin initial c'est pour les gens d'avoir un espace de publication d'information à leurs amis et de pouvoir accéder à leurs publications.

Ce qu'à fait Facebook c'est de rendre facile la satisfaction de ce besoin. Il a beaucoup de manières différentes de satisfaire ce besoin, utiliser des mails, tenir un blog, etc ...

Ce que dit RMS est une évidence. Un exemple concret assez récent. TLDR : Les données achetées aux réseaux sociaux par des banques leurs servent à alimenter des algorithmes permettant de déterminer si un emprunteur potentiel est un emprunteur sérieux ou non, le tout permettant de déterminer automatiquement le niveau du taux de crédit et voire même l'obtention du crédit en lui-même.

Là où RMS se trompe c'est que le véritable problème ce n'est pas l'existence de Facebook, mais plutôt comme le dit Benjamin Bayart le manque d'éducation des gens au numérique. Ils n'ont pas conscience qu'ils s'auto-espionnent en publiant trop d'information sur les réseaux sociaux.
5  0 
Avatar de athlon64
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 16/03/2016 à 21:08
Richard Stallman, il ne faut pas le prendre continuellement au premier degré, mais plutôt voir l'esprit qui anime ses critiques. Pour se faire écouter de nos jours il faut dire de gros mots ou "choquer", le problème c'est que ça marche ! Les animateurs télé, les politiciens et les célébrités usent couramment de cette technique, pour attirer l'attention.

Pour Facebook, je me dis que c'est en conséquence de cause, quand on porte des bikinis il ne faut pas s'étonner que son derrière soit visible .
Citation Envoyé par Marco46 Voir le message


Ce que dit RMS est une évidence. Un exemple concret assez récent. TLDR : Les données achetées aux réseaux sociaux par des banques leurs servent à alimenter des algorithmes permettant de déterminer si un emprunteur potentiel est un emprunteur sérieux ou non, le tout permettant de déterminer automatiquement le niveau du taux de crédit et voire même l'obtention du crédit en lui-même.
L'assurance santé aussi raffole de ces données pour déterminer les personnes à risque...

Nos opérateurs téléphoniques et internet par exemple, sont les nouveaux industriels de matières premières, que sont nos données et infos perso.

Ils liquident leurs offres à des prix ridicules pour se faire de la clientèle mais dernière ils monétisent tout ça.

Nous finirons un jour par avoir des opérateurs gratuits mais avec engagement .
5  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web