Windows 10 Redstone 4 : tour d'horizon des fonctionnalités de la build 17133
Disponible pour les Insiders sur le canal lent

Le , par Patrick Ruiz

124PARTAGES

8  0 
Les testeurs inscrits au programme Insider ont désormais accès à la build 17133 de la cinquième mise à jour majeure de Windows 10 – la Redstone 4 – sur le canal lent. Ne reste plus que le pas « Release Preview » à franchir et la firme de Redmond disposera d’une édition prête à être déployée ce mois sur les ordinateurs des consommateurs de par le monde. Le timing semble donc approprié pour faire un récapitulatif des fonctionnalités à découvrir dans cette nouvelle mouture du système d’exploitation de Microsoft.

Pour l’utilisateur lambda

L’interaction personne-machine devrait être plus aisée sous la Redstone 4. Microsoft a procédé à un remaniement de l’interface visuelle des options d’ergonomie pour que le système d’exploitation opère à la façon d’un guide qui aide l’utilisateur à se retrouver plus aisément. Ces changements ont été intégrés à la build 17025.

La Redstone 4 vient également armée de la fonctionnalité Timeline présentée lors de la conférence Build 2017. Dans son annonce y relative, la firme de Redmond explique qu’elle permet de remonter dans le temps pour retrouver des fichiers, applications et pages Web précédemment ouverts en navigant au sein d’une interface avec des tuiles.


Il faudra aussi compter avec la fonctionnalité Sets dans la cinquième mise à jour majeure de Windows 10. À la façon d’un navigateur, Sets permet de lancer des applications dans différents onglets, au sein d'une même fenêtre. Au travers d’un nouvel onglet, la fonctionnalité donne l’accès à une liste d’applications les plus fréquemment utilisées, aux documents récents et à une barre de recherche des fichiers locaux ou situés sur une ressource cloud. Microsoft précise qu’un utilisateur peut sauvegarder un Set – une fenêtre avec plusieurs onglets ouverts – et le restaurer pour continuer une session de travail où il l’a arrêtée. La firme a publié une vidéo de cette fonctionnalité fortement orientée multitâche.


L’intégration des fonctionnalités Sets et Timeline à la Redstone 4 fait suite à celle d’une fonctionnalité d’échange de fichiers dans le cadre de la build 17035. Near Share s’appuie sur une liaison Bluetooth pour permettre des transferts de fichiers entre PC Windows 10. Il faut enfin noter que la Redstone 4 intègre Cortana – l’assistant personnel intelligent de Microsoft – depuis la build 17017 pour PC publiée en octobre 2017.

Pour les développeurs

Les têtes pensantes derrière les applications et logiciels que nous utilisons au quotidien n’ont pas été oubliées.

La Redstone 4 se veut être une plateforme qui facilite le développement des applications Web progressives. À cet effet, le système d’exploitation s’appuiera sur le moteur de rendu EdgeHTML 17 conçu pour son navigateur Edge dans lequel les service workers et les notifications push sont activés par défaut depuis décembre 2017. La Redstone 4 sera, dans le cadre de cette mouvance, la première mouture de l’OS à lister les applications Web progressives disponibles en ligne sur sa boutique d’applications. Les développeurs désireux de soumettre des applications Web progressives pourront user de l’outil gratuit PWA Builder pour s’arrimer aux standards de publication définis par le géant du logiciel pour son Store.



À l’ère de l’intelligence artificielle, il aurait été surprenant que la firme de Redmond ne fasse aucun rapprochement avec son système d’exploitation. Microsoft y a pensé et a annoncé que la Redstone 4 serait livrée avec Windows ML. L’API devrait permettre aux développeurs d’exploiter les capacités des processeurs ou GPU d’une machine pour faciliter l’intégration de modèles d’apprentissage dans leurs applications UWP et Win32. La compilation d’applications qui utilisent l’API est conditionnée par l’installation de la build 17110+ du Windows SDK.


Cela fait déjà un moment que l’on parle de l’intégration d’outils Linux à l’univers du système d’exploitation de la firme de Redmond. Le géant du logiciel a annoncé la prise en charge du shell Bash par la dernière mouture de son système d’exploitation en mars 2016. « Le but de WSL est de simplifier le travail des développeurs (en particulier dans le domaine du Web) en rendant possible la mise en place d'une structure et d'outils Linux sous Windows, et ainsi d'harmoniser les environnements de développement Windows avec les environnements GNU/Linux qu'on trouve couramment sur les serveurs de production », indiquait alors Canonical. En juin 2016, Microsoft a fait un pas en avant avec l’introduction de deux environnements SUSE sur la boutique d’applications en ligne de Windows à l’intention des utilisateurs du sous-système Windows pour Linux. Avec la Redstone 4, Microsoft crée un pont avec la distribution Debian et une de ses célèbres variantes : Kali Linux. Ces partenariats ouvrent toute la palette d’applications ligne de commande des distributions Linux concernées aux développeurs travaillant sous Windows 10.

Comme d’habitude avec ce type de mise à jour, il faudra guetter les notifications Windows Update pour initier le processus. Une installation manuelle devrait aussi être proposée.

Source

Windows blogs

Et vous ?

Quelles sont les fonctionnalités qui présentent le plus d’intérêt pour vous en tant que développeur  ? Desquelles s’agit-il et pourquoi ?

Voir aussi

Windows 10 Redstone 5 est disponible pour les « Skip Ahead Insiders », cette nouvelle version embarque plusieurs améliorations et correctifs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de slowsaz
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/04/2019 à 10:50
Bon courage à ceux ayant un dual boot et ceux faisant des partitionnements précis pour leurs diverses activités. Je ne comprends vraiment pas comment Microsoft a pu en arriver à ce point et je suis une fois de plus heureux de ne pas être concerné.
6  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 24/04/2019 à 11:03
Ah bah enfin !
Enfin un moyen d'éviter que l'ordinateur redémarre pendant la nuit à cause d'une mise à jour.

Pour le coup, ce n'est vraiment pas un bug, mais bien une feature.
6  0 
Avatar de yildiz-online
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/04/2019 à 15:44
Citation Envoyé par transgohan Voir le message
Depuis quand une mise à jour doit être un calvaire ?
Depuis Windows 10 (et d'autant plus sur un disque 5400 tpm)
5  0 
Avatar de transgohan
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/04/2019 à 14:55
Avant la mise à niveau, le périphérique aurait été monté dans le système en tant que lecteur G en fonction de la configuration de lecteur existante. Toutefois, après la mise à niveau, le périphérique se voit attribuer une autre lettre de lecteur. Par exemple, le lecteur est réaffecté en tant que lecteur H
Quand je lis ça je comprends que cela concerne aussi les disques physiques.
Et que les applications qui stockent dans la base de registre des chemins (oui ça existe...) comprenant la lettre du disque vont devoir être réinstallés entièrement...
Depuis quand une mise à jour doit être un calvaire ?
3  0 
Avatar de esperanto
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/04/2019 à 11:04
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Microsoft va bloquer les mises à niveau de Windows 10 Msi un support externe tel qu'un périphérique USB ou une carte SD est connecté à l'ordinateur.
Super, donc maintenant pour éviter d'avoir l'ordinateur qui reboote sans prévenir en plein milieu d'une conférence, la règle d'or est: toujours avoir une clé usb connectée à l'ordinateur.
Les solutions de sécurité de Microsoft m'étonneront toujours

La suppression des supports externes, des DVD / CD inutiles et le débranchement des imprimantes est depuis longtemps une méthode recommandée pour résoudre les problèmes rencontrés lors de la mise à niveau ou de l’installation de Windows 10
Sachant que Microsoft fait les mises à jour sans prévenir, comment l'utilisateur pourrait-il débrancher les périphériques à titre préventif?

Lorsque cela se produit, Microsoft affiche une erreur indiquant "Ce PC ne peut pas être mis à niveau vers Windows 10", comme indiqué ci-dessous.
J'ignorais qu'un ordinateur sous Windows 10 pouvait être mis à jour vers Windows 10 mais bon...
2  0 
Avatar de alain_du_lac
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 09/04/2018 à 9:12
pour RizenOC,
Personne n'utilise Windows 10, ni Edge, ni Office 365 ..
Ah, on me dit dans l'oreillette qu'ils seraient plusieurs centaines de millions d'utilisateurs (une misère comparée aux milliards de Linuxiens )
Quand le sectarisme vous aveugle, il n'y a plus rien à espérer pour des remarques constructives
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 28/04/2018 à 17:23
Je ne pense pas.
Voici un lien avec des produits pour monter des partitions ext :
https://doc.ubuntu-fr.org/tutoriel/c...u_sous_windows

Pour BTRFS, tu as ceci :
https://github.com/maharmstone/btrfs

Et sinon Paragon Software a un logiciel pour gérer les partitions ext/btrfs/xfs sous Windows.
1  0 
Avatar de daphi
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 08/05/2018 à 8:36
bonjour,

pour ma part, cela n'a pas résolu le problème.
1  0 
Avatar de Mindstan
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 24/04/2019 à 12:47
J'ai un PC avec un HDD partitionné ainsi : ntfs (D: ), ext4, swap, ntfs (E: ), la partition principale Windows étant sur un SSD à part, l'explorateur Windows indique que la partition E: est une carte sdhc (mais pas dans le gestionnaire de partitions). Ayant des programmes sur la-dite partition, il m'est impossible de 《l'éjecter》le temps de la maj ; je vais donc devoir être patient...
1  0 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 01/07/2019 à 14:21
Pour moi le principe de match des appel système Linux vers appel système Windows (à la manière de Wine pour l'inverse) est ce qu'il y a de plus performant (même si l'on perd forcément en performances par rapport à du natif). C'est aussi ce qu'il y a de plus léger.
Maintenant Linux tourne dans une VM presque à côté de Windows en utilisant au mieux la virtualisation hardware. (par rapport a une classique virtualisation dans Windows ou Windows est utilisé comme hyperviseur.) Mais dans ce cas on perd la mémoire d'un noyaux, plus une couche de virtualisation, avec toutes les failles que cela inclut... ce qui perd de l'intérêt surtout dans le cas général ou rien ne tourne dessus. Le seul intérêt est une compatibilité total puisqu’alors aucun appel système n'est pas implémenté. Mais en avait on vraiment besoin? Oui si Windows est très en retard sur Linux...
Pour moi la seul vrai raison explicable de faire ainsi ait que Windows voulait en donner plus, plus de Linux sans ce casser la tête, ils se sont dis tant pis, on virtualise on s'en fiche de la perte mémoire que cela occasionne, de toutes façon les PC sont puissant maintenant... Et ce raisonnement surtout pour un OS est très business mais mauvais à long terme... le patch de patch n'est pas viable...
1  0 
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web