Voiture autonome : accusé de vol de technologie, Uber cède face à Waymo,
Un accord à l'amiable a été trouvé entre les deux entreprises

Le , par Michael Guilloux, Chroniqueur Actualités
Uber vient de lâcher prise dans son procès face à Waymo qui l'accuse de vol d'informations confidentielles et technologies de voiture autonome.

Pour ceux qui auraient manqué le commencement de l'affaire, rappelons qu'au mois de février de l'année dernière, Waymo a porté plainte contre Uber et sa filiale Otto pour vol de technologies de voiture autonome. D’après Waymo (aujourd'hui entreprise sœur de Google), cela aurait été possible grâce à Anthony Levandowski, l’un de ses anciens employés, qui a quitté l’entreprise pour créer une start-up de technologies de voiture autonome (Otto), laquelle a été rachetée quelques mois plus tard par Uber. D'après les avocats de la filiale d'Alphabet, tout était ingénieusement préparé : Uber aurait comploté avec Levandowski pour voler les secrets industriels de Waymo, ensuite créer la start-up Otto pour la racheter plus tard ; un plan mis en place pour permettre à Uber de rattraper son retard sur le marché naissant des voitures autonomes, mais qui est déjà assez compétitif.

Uber a passé toute l'année dernière à se défendre devant les tribunaux alors qu'audience après audience, les avocats de Waymo continuaient à présenter des éléments de preuve et arguments pour soutenir les accusations contre la société de transport. Après une longue année de procès, le nouveau directeur général d'Uber a décidé de mettre fin à cette bataille en justice et a trouvé un accord à l'amiable avec Waymo.


Dara Khosrowshahi, directeur général d'Uber

Uber versera à Waymo une participation de 0,34 % de son capital, ce qui équivaut à un montant d'environ 245 millions de dollars en se basant sur la récente valorisation de 72 milliards de dollars d'Uber. En plus de cela, Uber a accepté de ne pas incorporer les informations confidentielles de Waymo dans son matériel et son logiciel de voiture autonome.

Essayant de justifier cette décision, Dara Khosrowshahi explique, dans un communiqué publié aujourd'hui, que son travail en tant que CEO d'Uber est de « préparer le terrain pour l'avenir de l'entreprise : innover et grandir de manière responsable, reconnaître et corriger les erreurs du passé. » Il dit être inspiré par la passion et l'engagement des employés d'Uber à donner vie à des véhicules autonomes et reconnait que la technologie de voiture autonome est cruciale pour l'avenir du transport – un avenir dans lequel Uber entend jouer un rôle important. « De ce point de vue, l'acquisition d'Otto était sensée sur le plan des affaires », dit-il. « Mais la possibilité que certains employés de Waymo aient [...] quitté [leur entreprise] avec des fichiers de Google a soulevé quelques problèmes », a-t-il regretté.

Le directeur général d'Uber dit toutefois qu'il ne croit pas que son entreprise utilise les secrets commerciaux de la filiale d’Alphabet. « Pour être clair », dit-il, « nous ne croyons pas que des secrets commerciaux soient passés de Waymo à Uber, et nous ne croyons pas non plus qu'Uber ait utilisé des informations exclusives de Waymo dans sa technologie de voiture autonome », a-t-il précisé dans son communiqué.

Sources : CNBC, Communiqué du directeur général d'Uber

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision d'Uber et des dispositions de l'accord à l'amiable avec Waymo ?

Voir aussi :

Les tests de voitures autonomes se multiplient en France, simple course à la technologie ou réponse à un véritable besoin ?
Véhicule autonome et IA : Macron pense encore à un duo franco-allemand pour définir les règles à l'échelle européenne et contrer les géants US
Les véhicules autonomes de Nissan pourront être conduits par la pensée, en utilisant discrètement l'IA pour améliorer l'expérience de conduite


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de zecreator zecreator - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 11/02/2018 à 19:21
UBER Société créé en 2009, et côtée à 50 milliards de dollars en 2015. 6 ans et 50 milliards. Et ça choque personne... C'est normal, pour être devenue aussi riche en si peu de temps, que l'on puisse se poser des questions sur ses méthodes.
Avatar de goomazio goomazio - Membre chevronné https://www.developpez.com
le 13/02/2018 à 13:33
Citation Envoyé par zecreator Voir le message
UBER Société créé en 2009, et côtée à 50 milliards de dollars en 2015. 6 ans et 50 milliards. Et ça choque personne... C'est normal, pour être devenue aussi riche en si peu de temps, que l'on puisse se poser des questions sur ses méthodes.
Ses méthodes... Parlons plutôt des actionnaires et de l'impacte de ce genre de société. Les sociétés qui marchent sont celles qui transforment le monde afin qu'il devienne ce que certains désirent.

Ont pris part à ce tour de table les fonds BlackRock, Fidelity Investments et Wellington Management, ce qui donne une allure de Who's Who à l'actionnariat de la startup: avant cette levée d'argent frais, Uber comptait déjà comme actionnaires le géant de l'internet Google, via son fonds Google Ventures, la prestigieuse banque d'affaires Goldman Sachs ou encore Jeff Bezos, le patron du mastodonte de l'e-commerce Amazon.
http://www.huffingtonpost.fr/2014/06...n_5461566.html
Avatar de zecreator zecreator - Membre expérimenté https://www.developpez.com
le 13/02/2018 à 17:48
Citation Envoyé par goomazio Voir le message
Ses méthodes... Parlons plutôt des actionnaires et de l'impacte de ce genre de société. Les sociétés qui marchent sont celles qui transforment le monde afin qu'il devienne ce que certains désirent.
Je suis d'accord. Le problème de ces sociétés, ceux sont toujours et encore les actionnaires, qui ne voient que le chiffre en se foutant carrément de la manière de l'atteindre. Je me souviens d'avoir discuté avec un actionnaire très investi. Quand je lui ai demandé si il était sensible à la manière dont les entreprises atteignent le chiffre que les actionnaires demandent, il m'a répondu de manière totalement décomplexée : "Et si le PDG veut rester à son poste, il va devoir trouvé la meilleure manière de me satisfaire. C'est du donnant-donnant. Et l'avis du p'tit peuple, je m'en foûs, il a qu'à faire comme moi."
Contacter le responsable de la rubrique Accueil