Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

USA : la Silicon Valley se mobilise pour les Dreamers en attendant la décision de Trump
Concernant l'évolution du statut de ces derniers

Le , par Christian Olivier

58PARTAGES

2  2 
C’est aujourd’hui que Donald Trump doit trancher sur la question épineuse du statut des « ;Dreamers ;», le terme utilisé au pays de l’oncle Sam pour désigner les migrants, des jeunes originaires du Mexique voisin pour la plupart, qui séjournent « ;illégalement ;» sur le territoire américain depuis qu’ils sont mineurs. Ces personnes sont obligées de renouveler leurs autorisations de séjour sur le sol américain tous les deux ans et ne bénéficient toujours pas de la nationalité américaine.

Les chefs d’entreprises de la Silicon Valley n’ont pas tardé à réagir et à se démarquer de la position du gouvernement américain sur cette affaire. Plusieurs centaines de patrons d’entreprises américaines, parmi lesquels Mark Zuckerberg de Facebook, Tim Cook d’Apple, Sundar Pichai de Google, Satya Nadella de Microsoft ou encore Jeff Bezos d’Amazon, ont exhorté le président américain à ne pas toucher au programme de protection qui garantit un avenir meilleur à des milliers de jeunes sur le sol américain.


« ;En tant que leaders du monde des affaires, nous sommes inquiets par les derniers développements sur la politique migratoire parce qu’ils menacent l’avenir des jeunes « ;sans-papiers » ayant grandi aux États-Unis ;», écrivent-ils dans une lettre ouverte au président américain. « ;97 % d’entre eux vont à l’école ou travaillent, 5 % ont lancé une entreprise, 65 % ont acheté un véhicule et 16 % un bien immobilier. Au moins 72 % des 25 premières entreprises du classement Fortune 500 comptent des bénéficiaires du programme DACA dans leurs rangs ;», ont-ils précisé.

Sur sa page Facebook, Mark Zuckerberg a déclaré : « ;ces jeunes représentent le futur de notre pays et de notre économie. Ce sont nos amis et des membres de nos familles, des étudiants et des jeunes « leaders » dans nos communautés. J’espère que vous joindrez vos voix aux nôtres ;». Chez Microsoft, au moins 27 employés sont bénéficiaires de la DACA, a déclaré le directeur des affaires juridiques de Microsoft, Brad Smith, dans un article de blog. Ce sont des ingénieurs logiciels, des professionnels des finances et des détaillants et vendeurs. La fin du programme, a-t-il dit, serait « ;un pas en arrière pour notre nation entière ;».

Le Development, Relief, and Education for Alien Minors Act abrégé « ;DREAM ;» fait référence à un projet de loi qui a failli être adopté sous le mandat de l’administration Obama en 2010. Ce projet de loi devait statuer sur le sort des migrants « illégaux » arrivés sur le territoire américain alors qu’ils n’étaient encore que des enfants. C’est cet acronyme (Dream) qui a conduit les personnes concernées à se reconnaitre sous l’appellation « ;Dreamers ;». À défaut de réussir à régulariser la situation de ces personnes, l’ancien président américain Barack Obama avait fait adopter un décret en 2012 baptisé Deferred Action for Childhood Arrivals (DACA), qui octroie un statut particulier à ces jeunes clandestins et empêche leur expulsion hors du territoire américain.

La DACA concerne actuellement près de 800 ;000 résidents en situation irrégulière sur les onze millions de clandestins que compteraient les États-Unis. La DACA protège une petite partie de ces migrants en leur permettant de rester vivre aux États-Unis sous certaines conditions :
  • ils doivent être arrivés sur le sol américain avant l’âge de 16 ans ;;
  • ils doivent être âgés d’au moins 15 ans et avoir moins de 31 ans en 2012 ;;
  • ils doivent avoir un casier judiciaire vierge ;;
  • ils doivent avoir résidé de façon permanente aux États-Unis depuis 2007 ;;
  • ils doivent avoir bénéficié d’une éducation scolaire.

Les conservateurs du parti des républicains qui sont issus de la même branche politique que l'actuel président en exercice des États-Unis veulent en finir avec les personnes en situation irrégulière et réclament leur expulsion pure et simple au motif que ces personnes représentent une menace pour l’emploi des Américains. Donald Trump a toujours clairement affiché son opposition à l’immigration clandestine. Il est d’ailleurs le fervent défenseur d’un projet qui vise à construire un mur de séparation le long de la frontière sud de son pays afin d’isoler le Mexique des États-Unis. Pendant la campagne électorale de 2016, Donald Trump avait aussi promis de s’attaquer au statut DACA « ;dès le premier jour ;» de sa présidence.


Dans une interview accordée durant le mois d’avril à un média américain, Donald Trump avait déclaré que les personnes qui étaient protégées par la DACA ne devraient avoir aucune inquiétude à se faire par rapport à leur statut. Il a insisté sur le fait que son administration n’avait rien contre les Dreamers, mais qu’elle s’évertuait simplement à protéger le pays des criminels venus d’ailleurs.

Les Dreamers ont passé la plus grande partie de leur vie aux États-Unis et payent régulièrement leurs impôts comme n’importe quel citoyen américain. On estime à un quart la proportion de ces jeunes à majorité hispaniques qui résident dans l’État de la Californie. Certains travailleraient même au sein de grandes entreprises de la Silicon Valley. Selon leurs défenseurs, l’expulsion des « ;Dreamers ;» représenterait une perte de 460,3 milliards USD pour les États-Unis.

Ce n’est pas la première fois que la Silicon Valley et la Donald Trump sont en désaccord. Une bonne partie des grandes entreprises technologiques américaines avaient regretté et dénoncé l’adoption du décret anti-immigration signé par le président américain. Ils avaient également exprimé de manière quasi unanime leur désapprobation au moment de l'annonce du retrait des États-Unis des accords de Paris sur le climat après la volte-face de Donald Trump.

Source : The New York Times, The Washington Post

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Pensez-vous que la France pourrait avoir des leçons à tirer sur ce qui se passe aux États-Unis à propos de cette affaire ?

Voir aussi

USA : sept conseillers en cybersécurité de l'administration Trump démissionnent à cause de l'attitude du président US sur des dossiers sensibles
USA : Facebook, Google et d'autres géants du Net se mobilisent pour supporter la neutralité du Net à l'occasion de l'International Day of Action
USA : Donald Trump a nommé un partisan de la surveillance de masse à la tête du Conseil chargé de protéger la vie privée des Américains

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Marco46
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/09/2017 à 11:01
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Mais y'en aura plus qui poseront problèmes que de gens qui créeront des emplois.
Ya pas un moment où tu t'arrêtes, tu relis ce que t'écris et tu dis : "putain mais je suis complètement arraché j'écris vraiment de la merde" ?!?

Ça t'arrive jamais ?
6  0 
Avatar de Marco46
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/09/2017 à 13:24
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
La vision européenne à l'heure actuelle, c'est "Venez tous, les portes sont grandes ouvertes, si on vous demande dites que vous êtes des réfugiés !".
Disons plutôt que les chefs de l'Europe sont les allemands, et que les allemands sont entrain de crever des effets de leur politique néo-libérale, et donc ils ont besoin d'intégrer plein d'étrangers chez eux pour assurer leur survie. Et comme d'habitude ils imposent à l'ensemble de l'Europe leur grille de lecture et leurs intérêts.
5  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 07/09/2017 à 12:02
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Non mais j'ai pas eu le temps de chercher les vrais infos sur les immigrés, alors que trouver ce tableau c'est le premier résultat d'une requête simple dans un moteur de recherche.
C'est quand même collector ça aussi...

"J'ai pas eu le temps" (bon déjà si tu as le temps, rien ne t'oblige à poster toutes les 30s et demi).

Enfin bref, t'as eu la flemme de chercher les infos en rapport avec la discussion, du coup tu nous colles le 1er truc qui passe complètement hors sujet, histoire d'absolument poster un truc quoi...

Et après c'est toi juste en dessous qui vient nous dire de revenir au sujet initial ?

Sérieux je pense qu'on touche vraiment le fond là...
5  0 
Avatar de kmedghaith
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/09/2017 à 11:56
Quel bel adjectif que ce "Dreamers". Des personnes qui séjournent illégalement et qui sont prêtes à accepter n'importe quel job à n'importe quel prix.
Finalement le terme n'est pas si mal choisi. Cette main d'oeuvre fait rêver pas mal de patrons de la silicon valley.
7  3 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2017 à 13:40
Citation Envoyé par Aeson Voir le message
Ca vas tres bien en Allemagne. Ca n'a jamais ete aussi bien d'ailleur....
Ça dépend de comment on regarde la situation.

En Allemagne, les retraités sont les grands oubliés des années Merkel
En dépit de la santé florissante de l’économie allemande, plus de 900 000 retraités dans le pays sont actuellement obligés de travailler pour compléter leur faible pension.
Le sujet a beau constituer l’un des thèmes forts de la campagne électorale en vue des législatives du 24 septembre, beaucoup doutent que leur situation s’améliore dans les prochaines années.


Risque de pauvreté en Allemagne : même le FMI met en garde Berlin
La hausse de la pauvreté en Allemagne devient à tel point inquiétante que même le Fonds monétaire international (FMI) s’en est alarmé, ce lundi 15 mai, dans son rapport annuel.

Tous les aspects ne sont pas rose.
Mais l'Allemagne est le pays qui s'en sort le mieux en Europe (en même temps l'UE est un peu fait pour eux).
3  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 06/09/2017 à 13:47
Citation Envoyé par Aeson Voir le message
Ca coute cher le racisme apparement
Arrêtons de confondre racisme, xénophobie, et nationalisme...
3  0 
Avatar de ManusDei
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/09/2017 à 13:06
Si la Silicon Valley se mobilise c'est parce qu'il ne s'agit pas de travailleurs pauvres. Leurs parents oui, mais les "Dreamers" ont pour beaucoup fait toute leur scolarité aux US, et sont diplômés (avec des emplois qui correspondent).
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2017 à 14:01
C'est vrai qu'à la base l'immigration a été voulu par les gros patrons pour maintenir tout le monde au minimum.
Avec la formule magique "Si t'es pas content je peux embaucher un immigré pour moins chère".

Le Français et l'immigré sont tous les deux des victimes du capitalisme.
2  0 
Avatar de laerne
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/09/2017 à 14:36
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est vrai qu'à la base l'immigration a été voulu par les gros patrons pour maintenir tout le monde au minimum.
Avec la formule magique "Si t'es pas content je peux embaucher un immigré pour moins cher".

Le Français et l'immigré sont tous les deux des victimes du capitalisme.
Oui et les déportations et les barrières sont des horribles solutions au problème. Un immigrant “illégal” acceptera toujours un travail de misère au noir : dans tous les cas la pénalité lui est tout aussi répréhensible : la déportation sans avoir le temps d'un recours.
Ce qu'il nous faudrait au contraire, c'est plus de protection des immigrants : les légaliser et s'assurer qu'on les paie comme un natif et suffisament les informer pour qu'ils sachent comment se défendre quand ils se font exploiter.
Ah, et donner une plus grande importance aux visa temporaires et leur renouvellement, qu'ils ne se sentent pas obliger de rester dans le pays d'acceuil parce que s'il rentrent c'est décision définitive.
2  0 
Avatar de cdusart
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/09/2017 à 14:59
Beaucoup de digression , les dreamers, dont il est question ici, sont forcément des gens un minimum qualifié qui ne sont présentement pas des illégaux et c'est Trump qui veut en faire des illégaux

Comme a si bien dit manusDei :
Si la Silicon Valley se mobilise c'est parce qu'il ne s'agit pas de travailleurs pauvres. Leurs parents oui, mais les "Dreamers" ont pour beaucoup fait toute leur scolarité aux US, et sont diplômés (avec des emplois qui correspondent).
2  0