USA : Facebook, Google et d'autres géants du Net se mobilisent pour supporter la neutralité du Net
à l'occasion de l'International Day of Action

Le , par Coriolan, Chroniqueur Actualités
Les géants d’Internet ainsi que des milliers de sites web principalement américains se sont mobilisés aujourd’hui à l’occasion de l’International Day of Action, le but étant de supporter la neutralité du Net. Parmi les entreprises qui se sont jointes à ce mouvement de protestation, on trouve entre autres Amazon, Facebook, Google et Twitter ainsi que des startups et des activistes.

Le principe de la neutralité du Net est l’un des principes fondateurs d’Internet et du web, il permet à tout internaute de bénéficier d’un accès à Internet sans entraves et empêche les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) d’avoir la main mise sur tout le système. Avec ce principe, tous les sites peuvent être consultés à pied d’égalité sans que l’un d’eux soit privilégié par son FAI. De ce fait, les petits sites et les startups sont au même rang que les géants du Net qui ne peuvent pas payer pour bénéficier d’une connexion plus rapide.

Durant le mois de mai, la FCC a voté pour entamer le processus de suppression de la neutralité du Net, le président Trump a nommé le républicain Ajit Pai, un fervent opposant à la neutralité du Net. Il cherche désormais à supprimer les règles introduites par l’administration Obama qui empêchent les FAI comme AT&T, Charter, Comcast et Verizon de bloquer ou ralentir l’accès à certains contenus sur le web.

Pour cette raison, cette campagne de protestation en ligne vise à afficher leur soutien à la neutralité du réseau sur leurs pages d’accueil. Des outils en ligne facilitant l’envoi de notifications et de mails seront également mis à la disposition des personnes connectées pour qu’elles puissent faire entendre leur voix au Congrès et à la FCC. L’objectif de faire pression sur l’administration du président Donald Trump.

Twitter a publié un billet de blog à minuit pour informer qu’il n’aurait pas été possible pour l’entreprise d’exister aujourd’hui sans des règles strictes qui garantissent un Internet ouvert. « La FCC doit abandonner son effort malavisé pour rendre inutile tout le travail accompli pour le compte de tous les utilisateurs d’Internet », a dit l’entreprise. Twitter a également lancé une promotion du hashtag #netneutrality dans sa barre de tendances, une première pour l’entreprise qui n’a jamais promu un tweet de ses prises de position publiques, a confirmé le site Recode.

Google a pour sa part informé qu’il va envoyer un email aux utilisateurs qui se sont abonnés pour recevoir les alertes des actions politiques de l’entreprise. Son message a pris le soin d’encourager les supporters à informer « tout le monde qu’il faut garder Internet ouvert et gratuit. »

Facebook et Amazon ont également entrepris des actions pour supporter l’initiative. Mozilla a publié des bulletins sur son navigateur encourageant les internautes à s’indigner contre la décision de la FCC. Le propriétaire de Wordpress a cherché à offrir aux utilisateurs un plug-in permettant de mobiliser les lecteurs contre la FCC.

L’Internet Association, un groupe de lobbying basé à Washington et qui compte dans ses rangs des géants comme Facebook, Google et d’autres a créé une nouvelle page web destinée à aider les internautes préoccupés à s’exprimer et partager leurs avis sur la neutralité du net avec la FCC.

Toutefois, malgré tous les efforts entrepris par ces acteurs pour pousser la FCC à changer d’avis, Pai et la FCC apparaissent déjà comme étant victorieux puisqu’ils ont les votes nécessaires pour éliminer les règles existantes qui garantissent la neutralité du Net. Pour l’administration Trump, cette neutralité est contrainte et ne permet pas d’investir suffisamment dans le réseau. Un avis partagé par Ajit Pai qui avait en 2015 voté contre le plan adopté par les démocrates pour garantir la neutralité du Net. Durant ce temps, il avait informé qu’il trouvait ces règles onéreuses.

Il apparait que la FCC sous l’impulsion de son nouveau patron cherche à se débarrasser des protections d’Internet dans le cadre d’un effort plus large de dérégulation des télécoms dans le pays. Cet effort est conduit avec une conviction solide qui stipule qu’Internet doit rester libre de toute ingérence. Seulement, Pai n’a pas encore spécifié les règles à éradiquer et les règles à laisser en place. Pour le moment, la FCC ne cherche qu’à rassembler les avis du public jusqu’au 17 juillet.

Ses opposants les plus ardents au sein des démocrates et les compagnies du web continuent leurs efforts pour rallier le public à cette campagne qui commence aujourd’hui. Les organisateurs espèrent générer assez de réactions, en plus des 6,1 millions de commentaires déjà partagés avec la FCC. Ces réactions devront les aider plus tard à mettre la pression sur l’agence gouvernementale pour qu’elle mette un terme à ses efforts devant la Cour fédérale. Ils cherchent aussi à mettre de la pression sur le Congrès américain pour qu’il adopte une nouvelle loi de neutralité du Net plus durable. Une idée qui a le support de certaines compagnies de télécommunications.

Source : The Washington Post - blog de Twitter

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

USA : Twitter et d'autres entreprises de l'Internet se mobilisent pour la neutralité du Net qui est menacée par la Federal Communications Commission
USA : républicains et démocrates sont dans leurs grandes majorités favorables à la neutralité du Net, d'après un sondage mené par Mozilla


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Stéphane le calme Stéphane le calme - Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
le 14/07/2017 à 16:00
USA : Trois FAI et un opérateur de câble ont déboursé plus d'un demi-milliard de dollars
pour combattre la neutralité du net depuis 2008

La neutralité du Net est un principe de non-discrimination qui régit Internet depuis sa création. Ce principe met en scène l’égalité d’accès. Aussi, sous la neutralité du Net, un fournisseur d’accès ne peut pas faire payer davantage ses consommateurs pour un meilleur débit sur YouTube ou Netflix, par exemple. Avec ce principe, tous les sites peuvent être consultés à pied d’égalité sans que l’un d’eux soit privilégié par son FAI. De ce fait, les petits sites et les startups sont au même rang que les géants du Net qui ne peuvent pas payer pour bénéficier d’une connexion plus rapide.

À l’occasion de l’International Day of Action, Facebook, Google, Amazon, et d’autres poids lourds du Net ont manifesté leur soutien pour ce principe. Sur son blog, Google l’a formulé de manière très simple : « Internet est un terrain de jeu ouvert à tous, sur lequel les nouveaux entrants et les joueurs les plus établis peuvent atteindre de la même façon des utilisateurs. »

Twitter a publié un billet de blog où l’entreprise a tenté de rappeler que son existence n’aurait pas été possible sans des règles strictes qui garantissent un Internet ouvert. « La FCC doit abandonner son effort malavisé pour rendre inutile tout le travail accompli pour le compte de tous les utilisateurs d’Internet », a déclaré l’entreprise. Twitter a également lancé une promotion du hashtag #netneutrality dans sa barre de tendances, une première pour l’entreprise qui n’a jamais promu un tweet de ses prises de position publiques, d’après le site Recode.

Le site Battle for The Net estime de son côté que la neutralité du Net « protège notre liberté d’expression sur Internet » en empêchant les grands opérateurs de « ralentir et bloquer des sites, ou faire payer les applis et les sites pour atteindre leur audience. »

Parmi les opposants à cette philosophie, trois FAI ainsi que l'association commerciale principale de l'industrie de la télévision par câble se sont distinguées aux États-Unis par leur implication financière : à elles seules, Comcast, AT & T, Verizon et l'Association nationale des télécommunications et des télécommunications (NCTA) ont dépensé 572 millions de dollars pour tenter de discréditer la neutralité du net auprès de la FCC et d'autres organismes gouvernementaux depuis 2008. C’est en tout cas ce que révèle une analyse de MapLight.

Pour quelles raisons sont-ils contre la neutralité du net ? Ils évoquent les coûts considérables que représente pour eux la modernisation du réseau, indispensable au vu de l’augmentation du trafic, mais aussi la vidéo en direct. Ils ont fait valoir que faire payer les utilisateurs pour des services de plus grande qualité pourrait leur permettre d’investir et d’innover davantage.

Des investissements qui finissent par porter leurs fruits puisque c’est de leur côté de la balance que semble se pencher l’administration Trump.

En 2015, à l’issue de longs débats, la FCC avait décidé que l’Internet américain était un « bien public » au même titre que le réseau téléphonique, et que les fournisseurs d’accès à Internet devaient être soumis aux mêmes règles, incluant la neutralité du réseau. Ceux-ci se sont alors retrouvés placés sous l’autorité de la FCC, qui a depuis pour responsabilité de veiller au respect de la neutralité du Net.

Pourtant, peu de temps après l’arrivée au pouvoir du président Trump, ce mouvement pour la suppression de la neutralité du Net a été pressenti, notamment après que Trump a nommé le républicain Ajit Pai, un fervent opposant à ce principe, à la tête de la Federal Communications Commission (FCC). En avril dernier, Ajit Pai est finalement passé à l’action en annonçant son intention de supprimer l’Open Internet Order, adopté par l’administration Obama pour garantir la neutralité du Net. À l’issue d’une rencontre en privé avec un groupe d'entreprises de télécommunications, il en est ressorti que le président de la FCC comptait annuler les règles de neutralité du Net actuelles et les remplacer par des engagements volontaires des fournisseurs d'accès Internet. Autrement dit, les FAI ne seront plus contraints par la FCC de respecter la neutralité du Net, mais ils devraient eux-mêmes s'engager volontairement envers leurs clients à respecter ces règles dans leurs accords de services.

C’est en soutien au président de la FCC que neuf sénateurs américains, tous républicains, ont déposé un projet de loi en début mai, qui vise non seulement à annuler l’Open Internet Order, mais également à interdire à la FCC d’essayer de restaurer la neutralité du Net à l’avenir, une fois qu'elle sera supprimée. Le projet baptisé Restoring Internet Freedom Act a été déposé par le sénateur Mike Lee, et est coparrainé par les sénateurs John Cornyn, Tom Cotton, Ted Cruz, Ron Johnson, Rand Paul, Thom Tillis, Ben Sasse et James Inhofe.

Source : MapLight

Et vous ?

Êtes-vous en faveur de la neutralité du Net ou contre ce principe ? Pourquoi ?
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 14/07/2017 à 16:11
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Et vous ?

Êtes-vous en faveur de la neutralité du Net ou contre ce principe ? Pourquoi ?
Chaque pays cherche à avoir son Internet pour le "non" à la neutralité. D'où l'existence de l'itinérance pour les data, appels téléphoniques et j'en passe.

La neutralité, c'est comme le diplôme du baccalauréat en France, la mondialisation ("neutralité") va le faire disparaitre au profit du "commerce international" (partenariat d'itinérance commerciale).

Franchement, j'ai appris qu'il existe un type de réseau appelé Extranet ayant surement un rapport avec la jonction de deux Intranet via des ponts/passerelles (pas une prolongation physique). Alors savoir l'existence d'un Externet en rapport avec Internet ne serait plus une surprise et confirmerait une neutralité sur l'Externet mais pas l'Internet...
Avatar de TiranusKBX TiranusKBX - Expert confirmé https://www.developpez.com
le 17/07/2017 à 13:55
Les opérateurs télécoms sont assis sur une formidable rente mais ils demandent que l'on paye plus uniquement car ils n'on pas envie de faire baisser leur niveau de bénéfice pendant la période de rénovation du réseau.
De ce fait la neutralité ne les arrange pas, ils ne peuvent ajuster les prix à leur convenance
Avatar de MikeRowSoft MikeRowSoft - Provisoirement toléré https://www.developpez.com
le 17/07/2017 à 14:05
https://www.developpez.com/actu/1489...-au-plus-tard/

Pourtant réussir cela n'est pas de la neutralité. Juridiquement je ne sais même pas si cela fait parti d'un tronc commun sachant que les verrous des censures peuvent-être beaucoup plus précises... Les serveurs proxy vont faire un grand retour au nom des libertés, je le crois bien...

A moins que cela soit déjà bloqué.
Avatar de domi65 domi65 - Membre actif https://www.developpez.com
le 20/07/2017 à 13:14
des opérateurs qui dépensent plus d'un demi milliard de dollars pour faire du lobbying sur le thème : « ça va nous coûter trop cher ». Rigolo, non ?
Avatar de tartenpion32 tartenpion32 - Futur Membre du Club https://www.developpez.com
le 20/07/2017 à 17:44
la neutralité du net me semble un règle de bon sens, du point de vue de la notion d'intérêt général.
la remettre en cause pour favoriser l'intérêt particuliers de quelque acteurs en position de force technologique?
posez la question ainsi que c'est fait, c'est comme mettre en balance deux choses qui ne sont pas de même nature.

et depuis la maternelle on sait que l'on ne mélange pas les salades et les carottes.

bonne remarque du message précédent :
dépenser autant d'argent en lobbying ?
la motivation, ou l'intention de ces gens là, qui veulent remettre en cause la neutralité du net, va probablement au-delà du simple intérêt financiers!
portez vous bien
Offres d'emploi IT
Développeur Web FULL-STACK
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)
RESPONSABLE WEB ANALYTICS F/H
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)
Développeur WEB PHP F/H
VACALIANS GROUP - Languedoc Roussillon - SETE (34)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil