IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitter est expulsé de ses bureaux de Boulder en raison de loyers impayés
Une stratégie de Twitter pour réduire les coûts ou un aveu d'échec ?

Le , par Bruno

206PARTAGES

6  0 
Twitter est en train de se faire expulser de son bureau de Boulder, dans le Colorado, pour cause de loyer impayé. Selon le propriétaire du bâtiment, Twitter doit plus de 2 millions de dollars de loyer depuis mars 2023, date à laquelle il a cessé de payer en raison de la pandémie de Covid-19. Le propriétaire a déposé une plainte en justice et demande à Twitter de quitter les lieux d'ici au 30 juin 2023. Twitter affirme qu’il a tenté de négocier une réduction ou un report du loyer avec Unico Properties, mais que le propriétaire a refusé toute concession. Twitter dit aussi qu’il n’a pas besoin du bureau, car il a adopté une politique de travail à distance pour ses employés.

Le conflit entre Twitter et Unico Properties illustre les difficultés rencontrées par les entreprises technologiques qui ont opté pour le télétravail face aux propriétaires immobiliers qui cherchent à maintenir leurs revenus locatifs. Le bureau de Boulder est l’un des nombreux bureaux que Twitter possède aux États-Unis et dans le monde. Twitter a déclaré qu’il envisageait de vendre ou de sous-louer certains de ses espaces inutilisés.


Depuis son rachat par Elon Musk, les activités de Twitter ont plus ou moins sombré dans le désordre, et de nombreuses factures impayées ont été signalées. La confiance dans Twitter a atteint ce qui pourrait être un creux historique, à peine deux semaines après le début du mandat d'Elon Musk en tant que propriétaire. Lors d'un appel, Musk a déclaré au personnel de Twitter que la faillite était une possibilité réelle, car l'année prochaine, Twitter pourrait faire face à des milliards de pertes supplémentaires.

L'honnêteté brutale de Musk à propos d'une éventuelle faillite de Twitter a accru les doutes quant à la survie de la plateforme au style de leadership de Musk. En plus d'avoir été endetté de 13 milliards de dollars lors de son rachat par Elon Musk, Twitter perd 4 millions de dollars par jour en revenus publicitaires. S'il est regrettable qu'un entrepreneur ne soit pas payé pendant une période de transition difficile, il n'est pas rare qu'il cesse de payer son loyer pendant des mois, ce qui laisse penser que les activités de Twitter sont peut-être plus mal en point que prévu.

Le cabinet d'études Insider Intelligence a indiqué dans un rapport que Twitter perdra 32 millions d'utilisateurs d'ici la fin 2024. La faute à des « problèmes techniques et à la prolifération de contenus haineux. » Plus de 32 millions d'utilisateurs de Twitter devraient abandonner la plateforme de médias sociaux au cours des deux prochaines années, suite à des frustrations par des problèmes techniques et par l'augmentation des messages qu'ils jugent offensants.

Insider Intelligence pense clairement que les décisions prises par le propriétaire Elon Musk vont se retourner contre lui, tant en termes d'audience que de revenus publicitaires. Les utilisateurs mensuels mondiaux devraient chuter de 3,9 % en 2023 et de 5,1 % l'année suivante, marquant les premières baisses annuelles du nombre de personnes que Twitter attire.

« Il n'y aura pas un événement catastrophique qui mettra fin à Twitter », a déclaré Jasmine Enberg, analyste principale chez Insider Intelligence dans un communiqué accompagnant l'étude. « Les utilisateurs commenceront à quitter la plateforme l'année prochaine, car ils seront de plus en plus frustrés par les problèmes techniques et la prolifération de contenus haineux ou autres contenus peu recommandables », a-t-elle ajouté.

Depuis que Musk a pris la direction de l'entreprise en octobre, il a radié le PDG, le directeur financier et le responsable du conseil juridique, ainsi que des milliers d'autres employés, notamment des ingénieurs logiciels et des modérateurs de contenu. Il a également lancé un ultimatum à ceux qui sont restés. Le raisonnement de Musk semble être que Twitter perdait 4 millions de dollars par jour et devait réduire ses frais généraux. « Le personnel squelettique de Twitter, travaillant 24 heures sur 24, ne sera pas en mesure de contrer les problèmes d'infrastructure et de modération des contenus de la plateforme », ajoute Enberg.

Les licenciements initiés par Musk ont suscité une action en justice de la part des employés et un appel au boycott de la part des annonceurs. Déposée au nom de cinq plaignants nommés, et de toutes les autres personnes se trouvant dans la ligne de mire de Musk, la plainte accuse Twitter d'avoir licencié des employés sans le préavis de 60 jours prévu par la loi WARN (Worker Adjustment and Retraining Notification) Act pour les licenciements collectifs. D'autres entreprises de Musk font également face à des plaintes similaires.

Twitter en conflit avec AWS et Google Cloud pour des factures impayées

En début d'année, The Information rapporte que Twitter refuse depuis des mois de payer ses factures d'Amazon Web Services, bien qu'elle utilise le service en cloud pour des aspects clés de la plateforme de médias sociaux. Cette absence de paiement a conduit Amazon à menacer de représailles, l'entreprise déclarant qu'elle ne paierait pas pour la publicité qu'elle diffuse sur Twitter - ce qui représenterait environ 1 million de dollars au premier trimestre pour le commerce de détail, et davantage si l'on tient compte d'Amazon Studios.

Cette décision a peut-être eu un certain impact, puisque Twitter a payé 10 millions de dollars en coûts AWS il y a quelques semaines. Mais il reste au moins 70 millions de dollars à payer, et qu'AWS n'est pas disposé à renégocier le contrat de cinq ans et demi qu'il a signé avec Twitter en 2020. Ce contrat prévoyait que Twitter paie 510 millions de dollars sur cette période. Il a été signé lorsque Twitter s'attendait à transférer sa timeline principale sur AWS, mais cela ne s'est jamais produit (à la place, elle héberge Twitter Spaces et d'autres services), ce qui signifie que Twitter n'utilise pas pleinement le contrat.

Twitter utilise davantage Google Cloud, avec son propre contrat de cinq ans d'une valeur d'un milliard de dollars. Toutefois, Twitter a également refusé de payer ses factures Google Cloud alors que son contrat doit être renouvelé ce mois-ci, ce qui pourrait avoir pour conséquence de paralyser les équipes de confiance et de sécurité de l'entreprise de médias sociaux, a rapporté Platformer.

Avant le rachat de la plateforme de médias sociaux par Elon Musk l'année dernière, Twitter a signé un contrat pluriannuel avec Google concernant la lutte contre le spam et la protection des comptes, entre autres, selon le rapport.

D'anciens employés de Twitter, dont l'ex-PDG Parag Agrawal, l'ex-responsable juridique Vijaya Gadde et l'ex-PDG Ned Segal, ont également intenté un procès au réseau social pour des remboursements juridiques prétendument impayés. L'action en justice, déposée devant le tribunal de la chancellerie du Delaware, allègue que Twitter doit verser plus d'un million de dollars aux anciens dirigeants pour les frais juridiques qu'ils ont encourus lorsqu'ils travaillaient dans l'entreprise pour répondre aux demandes du ministère de la Justice et de la Securities and Exchange Commission (Commission des opérations de bourse).

« Cette action vise à obtenir une décision rapide exigeant du défendeur qu'il se conforme à ses obligations d'avancer les frais juridiques et les dépenses liées aux litiges et aux enquêtes en cours », indique l'action en justice. Le document énumère un certain nombre de batailles juridiques et d'enquêtes gouvernementales dans lesquelles ces dirigeants ont été impliqués au fil des ans en tant que défendeurs. Les plaignants ont écrit à Twitter à plusieurs reprises pour demander le remboursement, mais ils n'ont reçu que des accusés de réception en réponse, ajoute le document.

Licenciements, procès et impayés sous l’ère Musk

Après avoir pris les rênes de Twitter en octobre dernier, Elon Musk a immédiatement licencié Agrawal, Gadde et Segal. À l'époque, Bloomberg a rapporté que ces dirigeants avaient reçu une indemnité de départ de plus de 100 millions de dollars. Twitter a fait l'objet de multiples poursuites judiciaires après que Musk en soit devenu le propriétaire.

Il s'agit notamment de procès intentés par d'anciens employés et contractants qui affirment que l'entreprise les a licenciés sans préavis adéquat et par plusieurs fournisseurs qui accusent l'entreprise de ne pas avoir payé leurs factures à temps. L'entreprise de médias sociaux est également impliquée dans une bataille juridique en Allemagne, où les autorités cherchent à imposer une amende à Twitter pour ne pas avoir supprimé des discours haineux.

En vertu de la loi allemande sur l'application des réseaux (NetzDG), les entreprises sont passibles d'une amende pouvant aller jusqu'à 50 millions d'euros en cas de violation des règles. Selon des documents judiciaires et le Denver Business Journal, le bailleur basé à Chicago qui possède les bureaux de Twitter au 3401 Bluff St à Boulder, a reçu une lettre de crédit de 968 000 dollars en février 2020.

Twitter a cessé de payer le loyer en mars 2022, invoquant une clause du bail qui lui permettait de suspendre ses obligations en cas de force majeure, telle qu’une épidémie ou une catastrophe naturelle. Le propriétaire a contesté cette interprétation, arguant que la pandémie ne constituait pas un cas de force majeure au sens du bail, et que Twitter avait continué à utiliser le bureau pour stocker du matériel et accueillir des employés.

Le tribunal a donné raison au propriétaire et a ordonné à Twitter de quitter les lieux et de payer le loyer dû, ainsi que des dommages-intérêts et des frais juridiques.

Source : Denver Business Journal

Et vous ?

Quelles peuvent être les raisons qui ont poussé Twitter à ne pas payer son loyer à Boulder ? Une stratégie de Twitter pour réduire les coûts ou un aveu d’échec ?

Quel est l’impact de cette expulsion sur les employés et les utilisateurs de Twitter dans la région ?

Quelles sont les conséquences potentielles de cette affaire sur la réputation et la crédibilité de Twitter en tant qu’entreprise technologique ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Le personnel de Twitter a reçu l'ordre de travailler 84 heures par semaine et les managers ont dormi au bureau le week-end, alors qu'ils s'efforçaient de respecter les délais serrés d'Elon Musk

Elon Musk propose de transformer Twitter en banque pour éviter la faillite. Musk vise à augmenter le nombre d'utilisateurs de Twitter d'un milliard, puis à lier les comptes aux cartes de débit

Twitter perdra 32 millions d'utilisateurs d'ici la fin 2024, selon Insider Intelligence

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de agripp
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 19:42
Le mot chien désigne un animal, il n'est pas péjoratif, mais employé pour désigner un humain,il devient une insulte. De même en français le mot "nègre" est étymologiquement un doublé du mot "noir" lequel désigne une couleur et rien d'autre. Il se trouve que ce mot aurait été utilisé de façon péjorative et serait devenu une insulte. Le législateur a pris la décision d'en interdire l'usage jusque dans les nom désignant des gâteaux ou des lieux. De même cisgenre n'est certainement pas péjoratif par son étymologie, mais il peut dans la bouche ou sous la plume de certaines personnes le devenir. Il en est de même de beaucoup d'autres mots. En réalité c'est le contexte qui fait qu'un mot est dans un discours ou un texte un terme décrivant une réalité ou une insulte. Ainsi par exemple "manouche" est le nom d'une branche du peuple tsigane, branche dont les membres parlent une langue : le manouche (de même les roms - une autre branche - parlent le rom). Manouche n'est donc pas une insulte sauf si on l'emploie pour insulter quelqu'un.
8  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/06/2023 à 11:34
On comprend pourquoi Macron l'a reçu en grande pompe à l'Élysée. Ce type méprise ses employés d'une telle force, c'est un modèle pour lui !
10  3 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 16:35
c'est toujours emouvant de voir quelqu'un pronant la liberté absolu, mettre en place une censure
9  3 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/06/2023 à 17:21
je croyais que musk voulait le retour au bureau pour tous les salariés ?
maintrenant que le peu qui reste sont retourné au bureau ils vont se retrouver à la rue ? ça va être sympa de voir des dev twitter en train de coder sous un pont

Bon Elun, le télétravail c'est peut être pas une si mauvaise idée au lieu de payer des millions de loyer....

bon connaissant le zozo il va dire a tous le monde de déménager au texas dans les locaux de spacex/tesla. Et si tu peux pas car t'a ta famille/t'a acheté ta maison/appart tu es viré.
5  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/06/2023 à 11:20
Twitter c'était déjà le mal, au même titre que Facebook par exemple. C'est d'ailleurs assez incroyable qu'ils puissent assumer faire du business sur la haine en ligne, mais que ce soit autorisé. Donc que Dorsey ait raison ou pas, dans tous les cas, je suis perdant.
6  1 
Avatar de 23JFK
Membre expert https://www.developpez.com
Le 25/06/2023 à 18:32
Le rapport à la réalité des "trans" laisse songeur...

Citation Envoyé par Leruas Voir le message
Sur France 2, il disait justement qu'il ne fallait pas trop censurer, respecter la loi et uniquement la loi.
"Cisgenre" n'est pas interdit par la loi
Et ? La loi ne proscrit aucun mot lisible dans tout dictionnaire et pourtant nombre de mots sont censurés sur la simple qualification arbitraire
d'être "offensant".
6  1 
Avatar de Zefling
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/02/2024 à 10:04
56 milliards, c'est une misère. C'est juste environ 35 000 vies de salaire à 40K$/an ou le salaire de 1 400 000 personnes à 40k$.

J'avoue que quand je vois ces chiffres, pour moi c'est totalement déconnecté de la réalité.
Je ne vois pas ce qui justifie une telle rémunération et déconnexion.
5  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 15/06/2023 à 17:41
L'entreprise d'un multimilliardaire SDF
4  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/06/2023 à 14:23
Citation Envoyé par binarygirl Voir le message
Et donc vous n'arrivez pas à imaginer que la nature puisse commettre des erreurs, des caprices... alors qu'on en a plein d'exemples de toutes sortes.
Une personne devrait-elle être condamnée à subir son état, qui serait par définition parfait et ne supporte aucune remise en cause, puisqu'il est "naturel" et natif ?

Si vous étiez né avec un zizi malformé, personne ne vous aurez reproché de faire de la chirurgie pour corriger ce que vous percevez comme une anomalie ou une tumeur. On ne parle pas de mutilation pour un acte correctif.
Une malformation de naissance ou des problèmes suite à un accident est autre chose. La majorité des personne naît bien formée (heureusement). Je pense que c'est le développement jusqu'à l'age adulte qui est en cause (environnement, éducation). Ca a donc conduit à un mal être donc un problème psychologique à la base.
Là, on cherche à influencer les gens, les rendre fragile, les faire culpabiliser, ... et ce n'est pas normal. Maintenant être hétéro et blanc est presque un crime !

Être tolérant, oui !
Imposer des idées, non !
5  1 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/06/2023 à 8:31
Peut être qu'à force d'imposer leur vision, les gens normaux vont se rebeller aussi.

Sous la pression de la communauté LGBT+, une école aux USA n'avait pas fini par adopter les pronoms non genrés (they/them) pour les enfant ? Résultat, les parents se sont "révoltés" (décrochage de toutes les bannières LGBT+ dans l'école). (je ne retrouve pas l'article)
5  1