IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple a désormais une plus grande capitalisation boursière qu'Amazon, Alphabet et Meta réunis.
Meta est tombé en dessous d'une valorisation de 300 Mds $ pour la première fois depuis février 2016

Le , par Stéphane le calme

113PARTAGES

7  0 
Les actions d'Apple ont bien mieux résisté que celles de ses pairs au cours du mois dernier, ce qui a aidé l'entreprise à réaliser un exploit stupéfiant : la grande enseigne du numérique vaut désormais plus qu'Alphabet (maison mère de Google), Amazon et Meta Platforms (maison mère de Facebook) combinés.

Apple a terminé la séance de mercredi avec une capitalisation boursière de 2 307 milliards de dollars, selon Dow Jones Market Data. Alphabet, Amazon et Meta valaient ensemble 2 306 milliards de dollars.

La comparaison a été signalée sur Twitter par le financier YouTuber Joseph Carlson.


Le contraste illustre la forte baisse des actions technologiques cette année. Apple valait 2 913 milliards de dollars fin 2021, selon Dow Jones Market Data. La combinaison Alphabet, Amazon et Meta valait 4 410 milliards de dollars à l'époque.

Les actions d'Apple ont connu une meilleure performance que celles d'Alphabet, Amazon et Meta au cours du mois dernier et tout au long de 2022 en général.

Les actions d'Apple ont augmenté de 4,9 % au cours du mois dernier, tandis que les actions d'Alphabet ont baissé de 9,1 %, les actions d'Amazon de 18,5 % et les actions de Meta de 33,3 %. Depuis le début de l'année, l'action d'Apple a perdu 18,3 %, tandis que celle d'Alphabet a baissé de 40,5 %, celle d'Amazon de 44,7 % et celle de Meta de 73,1 %.

Les actions d'Apple ont également connu un meilleur début de semaine que n'importe lequel de ces trois autres noms de Big Tech, bien que les quatre soient en baisse.

Les quatre sociétés ont chacune déclaré leurs bénéfices la semaine dernière, et seuls les chiffres d'Apple ont suscité une réaction positive des actions. Depuis lors, Meta est tombé en dessous d'une valorisation de 300 milliards de dollars pour la première fois depuis février 2016. L'entreprise était évaluée à 240 milliards de dollars à la clôture de mercredi.

De son côté, au début de l'année, Apple est devenue la première entreprise à atteindre une capitalisation boursière de 3 000 milliards de dollars, même si ce n'était que brièvement. Le fabricant d'iPhone est devenu une entreprise de 1 000 milliards de dollars en août 2018 et, deux ans plus tard, est devenu la première entreprise à être évaluée à 2 000 milliards de dollars.

Sous Tim Cook, qui en 2011 est devenu directeur général après la mort de Jobs, Apple a fortement augmenté ses revenus provenant de services tels que le streaming vidéo et la musique. Cela a aidé Apple à réduire sa dépendance à l'égard de l'iPhone à environ 52 % du chiffre d'affaires total au cours de l'exercice 2021, contre plus de 60 % en 2018, ravissant les investisseurs qui craignaient que l'entreprise ne s'appuie trop sur son produit le plus vendu.

Pourtant, certains investisseurs craignent qu'Apple n'atteigne les limites de combien il peut élargir sa base d'utilisateurs et combien d'argent il peut tirer de chaque utilisateur, sans aucune garantie que les futures catégories de produits s'avéreront aussi lucratives que l'iPhone.

L'adoption rapide de technologies telles que la 5G, la réalité virtuelle et l'intelligence artificielle a également accru l'attrait d'Apple et d'autres grandes sociétés technologiques.

Dans une note de décembre aux investisseurs, l'analyste de Bernstein Toni Sacconaghi a averti que les perspectives d'Apple dans la catégorie de la réalité augmentée et virtuelle sont prometteuses, mais ne devraient représenter que 4 % de ses revenus d'ici 2030. De plus, l'ensemble du marché de ces appareils ne devrait pas près de la barre du milliard d'unités jusqu'en 2040, a-t-il écrit.

Sacconaghi n'a également vu « aucun catalyseur évident pour une expansion multiple » des actions d'Apple « compte tenu d'une croissance attendue plus lente » au cours du prochain exercice. Il a une cote de performance boursière sur l'action.

Une autre préoccupation est l'incertitude quant à la capacité d'Apple à verrouiller les mêmes bénéfices pour les services payants sur son futur matériel. Son modèle commercial App Store, qui prélève des commissions sur les achats intégrés de produits numériques, a été ciblé par une proposition de législation aux États-Unis et en Europe.

La dégringolade de Meta

En février, la société mère de Facebook, Meta, a été éjectée du top 10 des entreprises les plus valorisées au monde (capitalisation boursière) après une série de revers brutaux les semaines précédentes.

La grande enseigne des médias sociaux de Mark Zuckerberg valait environ 565 milliards de dollars à la clôture du marché jeudi 19 février, une baisse étonnante par rapport à sa situation quelques mois plus tôt, lorsque Facebook se classait au sixième rang des entreprises les plus valorisées au monde.

Meta se classait alors au 11e rang, derrière d'autres entreprises technologiques telles qu'Amazon, Apple, Alphabet et Microsoft, selon Bloomberg. Tesla, Berkshire Hathaway, Nvidia, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company et Tencent avaient tous progressé dans le classement. Tesla Inc., qui disposait d'une valeur marchande de 906 milliards de dollars, avait pris la place de Meta en tant que sixième plus grande entreprise derrière le géant du commerce électronique Amazon.com Inc. Berkshire Hathaway Inc. de Warren Buffett suit le constructeur de véhicules électriques à 700 milliards de dollars, suivi par le fabricant de puces Nvidia Corp. à 613 milliards de dollars.


Les actions avaient chuté de plus de 45 % depuis qu'elles ont atteint un sommet historique de 384,33 $ en septembre 2021, effaçant plus de 500 milliards de dollars de valeur marchande au cours de cette période. Le ralentissement a coïncidé avec la publication d'un rapport trimestriel lamentable qui montrait que Facebook avait enregistré une baisse de sa base d'utilisateurs quotidienne moyenne pour la première fois dans l'histoire de l'entreprise. Zuckerberg a imputé la stagnation de l'activité des utilisateurs à la concurrence accrue de plateformes rivales telles que TikTok.

Meta a perdu plus de 200 milliards de dollars de valeur en une seule journée de négociation à la suite du rapport – ce qui était la plus forte baisse de valeur marchande d'une journée de toutes les actions de l'histoire des États-Unis, selon Dow Jones.

Facebook était autrefois une entreprise qui valait plus de 1 000 milliards de dollars, grâce à son système de suivi impeccable. Cependant, la nouvelle fonctionnalité d'Apple qui permet à ses utilisateurs de choisir de bloquer les traceurs publicitaires a neutralisé cette force de Facebook. Même la base d'utilisateurs de Facebook a commencé à diminuer après une vague de révélations de lanceurs d'alerte, montrant les effets néfastes des médias sociaux pour les jeunes utilisateurs.

Et comme si cela ne suffisait pas, Meta a encore fait pire : l'entreprise ne figure désormais plus dans le top 20 des plus grosses capitalisations boursières du monde. La société a perdu 70 % de sa valeur cette année et 74 % depuis le sommet atteint par l'action en septembre 2021, ce qui représente une perte totale de plus de 730 milliards de dollars en capitalisation boursière.

La valeur de Meta divisée par trois en un an, l'heure n'est pas encore à la récolte des fruits du métavers

La maison mère de Facebook a annoncé qu'elle s'attendait à dégager un chiffre d'affaires situé entre 30 et 32,5 milliards de dollars au dernier trimestre, un chiffre là encore en dessous de ce que prévoyaient les analystes de Wall Street. Depuis septembre 2021, la valorisation de Meta, qui s'élevait alors à plus de 1 000 milliards de dollars, a désormais été divisée par trois et pourrait encore se réduire si les mauvais résultats continuent de s'accumuler.

L'effondrement stupéfiant du cours de l'action Meta rappelle l'époque de l'effondrement des dot-com, mais il est bien plus important en ce qui concerne la valeur effacée d'une seule entreprise. La chute a commencé à la fin de l'année dernière, alors que les signes d'une économie en berne commençaient à apparaître, et s'est accélérée au début de l'année 2022 après que l'entreprise a déclaré que la modification d'iOS par Apple concernant la protection de la vie privée entraînerait une perte de revenus de 10 milliards de dollars cette année.

Meta est impacté par la baisse des revenus publicitaires. Mais le plus gros problème de Meta reste ses gigantesques investissements sur le Métavers. Ses dépenses ont augmenté de 19 %. Le groupe continue de parier son avenir sur le métavers. Les difficultés de Meta proviennent par exemple de sa tentative de réinventer son modèle d'affaires pour être moins dépendant de la publicité, qui lui rapporte de moins en moins de recettes. Pour cela, l'entreprise a misé sur le métavers, dans lequel elle engloutit des sommes faramineuses (pas moins de 21 milliards de dollars en deux ans). Pourtant, des voix sceptiques se font de plus en plus entendre alors que la réalité virtuelle a bien du mal à se démocratiser, et suscitant la méfiance des investisseurs qui doutent quant aux capacités d'un tel investissement à générer de l'argent à court terme.

« Je sais que de nombreuses personnes désapprouvent cet investissement. Cependant, je pense que ce serait une erreur pour nous de ne pas nous focaliser sur ce domaine, qui sera à mon avis d'une importance fondamentale dans l'avenir » , a concédé Mark Zuckerberg lors de l’échange avec des analystes financiers mercredi de la semaine dernière.

Le fondateur et PDG Mark Zuckerberg n'a pas été en mesure d'arrêter l'hémorragie et semble seulement aggraver la situation. Un Zuckerberg quelque peu perplexe a reconnu lors de la téléconférence avec les investisseurs « qu'il y a beaucoup de choses qui se passent en ce moment dans l'entreprise et dans le monde ».

En plus des difficultés macroéconomiques, Meta est confronté à une confluence de défis, y compris la concurrence croissante pour sa plateforme Instagram de la part de rivaux tels que l'application de vidéo de courte durée TikTok et les difficultés à cibler et à mesurer la publicité en raison des changements de la politique de confidentialité d'Apple. « Il y a des problèmes macroéconomiques, il y a beaucoup de concurrence, il y a des défis publicitaires en particulier venant d'Apple, et puis il y a certaines des choses à plus long terme que nous prenons en charge parce que nous pensons qu'elles vont fournir de meilleurs retours sur le temps », a déclaré Zuckerberg.

Mark Zuckerberg a averti que l'entreprise était confrontée à des « défis à court terme en matière de revenus », mais a déclaré que « les fondamentaux sont là pour un retour à une croissance plus forte des revenus ». Il a réitéré ses principaux paris, notamment le développement d'un format vidéo court pour rivaliser avec TikTok, la messagerie professionnelle et le métavers. Il a tenté de rassurer les investisseurs sur le fait que les investissements dans ces domaines seraient payants à long terme. « J'apprécie la patience et je pense que ceux qui sont patients et investissent avec nous finiront par être récompensés », a-t-il déclaré, arguant que l'entreprise faisait un « travail de premier plan » sur le métavers qui serait « d'une importance historique ».

C’est la fin de l’abondance pour les GAFAM aussi. Si la crise causée par le Covid a plutôt gonflé leur dynamique, les tensions géopolitiques actuelles, des taux d’échange défavorables et la crise économique désormais bien installée ont en revanche fini par les atteindre. Tous avaient déjà annoncé cet été une mise en pause des embauches et tous ont plus ou moins commencé des vagues réduites de licenciements pour mieux se focaliser sur les projets les plus prometteurs et porteurs. Mais ce sont surtout les perspectives du prochain trimestre qui affolent quelque peu les marchés financiers.

Et vous ?

Qu'est-ce qui peut, selon vous, expliquer les performances boursières d'Apple malgré le contexte économique et les difficultés rencontrées par les autres grandes enseignes technologiques ?
Êtes-vous surpris de voir Apple valoir plus qu'Alphabet, Amazon et Meta en termes de capitalisation boursière ? Pourquoi ?
Qu'est-ce qui pourrait, selon vous, expliquer la dégringolade de Meta ? Des éléments à améliorer susceptibles de faire que l'entreprise renoue avec la croissance ?
Êtes-vous convaincus par le métavers comme source alternative de revenus pour Meta ?

Voir aussi :

La société mère de Facebook, Meta, ne figure plus dans le Top 10 des entreprises les plus valorisées. Meta a perdu 513 milliards de dollars de capitalisation boursière en quelques mois
Meta ne figure plus dans le Top 20 des valeurs boursières américaines après la publication des résultats pour le 3e trimestre 2022 des géants de la Tech
Mark Zuckerberg a laissé entendre que Meta pourrait développer un système d'exploitation pour son métavers et s'attend à ce que le métavers génère des centaines de milliards de revenus d'ici 2030

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/11/2022 à 9:27
Citation Envoyé par PomFritz Voir le message
Moralité, pour être le numéro un, il faut miser sur le bling-bling et l'asservissement sectaire des masses.
Il faut surtout faire travailler des gens dans le Tiers-Monde dans des conditions misérables, faire payer sa camelote beaucoup plus cher que nécessaire et ne payer aucun impôt.
3  0 
Avatar de PomFritz
Membre averti https://www.developpez.com
Le 03/11/2022 à 22:21
Moralité, pour être le numéro un, il faut miser sur le bling-bling et l'asservissement sectaire des masses.
3  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/11/2022 à 11:13
À mon avis si le cours de l'action Apple est si haut c'est uniquement dû à la spéculation. Les investisseurs font gonfler une bulle spéculative.
Ça risque de finir comme la bulle internet en 2000.
1  0