IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook parvient à un accord de principe dans le procès du scandale Cambridge Analytica.
Mark Zuckerberg est désespéré et tente tout pour ne pas être interrogé, selon une journaliste

Le , par Stéphane le calme

412PARTAGES

13  0 
En 2018, Facebook a été poursuivi par Washington DC pour avoir trompé des utilisateurs sur la façon dont il a traité et sauvegardé des données personnelles au cours du scandale Cambridge Analytica. En effet, le réseau social a révélé en mars de cette année-là qu'une application tierce, un quiz de personnalité « thisisyourdigitallife » d'Aleksandr Kogan, avait accédé aux informations personnelles de 87 millions de personnes avant de les vendre à Cambridge Analytica, le cabinet de conseil politique britannique spécialisé dans le profilage politique. Le cabinet a utilisé ces données personnelles obtenues sans autorisation des utilisateurs pour influencer des électeurs américains au cours de la période électorale de 2016 aux États-Unis.

Le procureur général de Washington DC, Karl Racine, a affirmé en 2018 que le réseau social était bien au courant des entourloupes de la société d'analyse, mais n'a rien fait de significatif jusqu'à ce que la collecte de données soit couverte par les médias grand public. Facebook a bloqué à plusieurs reprises les tentatives de production de documents, a affirmé Racine, et les documents qu'il a finalement remis ont tracé une piste qui, selon lui, menait directement à Zuckerberg.

Puis en mai 2022, Racine a poursuivi le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour avoir participé directement à la prise de décision qui a permis la violation de données de Cambridge Analytica.

Racine a déclaré : « Ce procès est non seulement justifié, mais nécessaire, et envoie un message selon lequel les chefs d'entreprise, y compris les PDG, seront tenus responsables de leurs actes ».

En parallèle, en juillet 2022, un dépôt de document judiciaire dans le Northern District of California a montré que Zuckerberg et Sandberg ont accepté d'être entendus pendant six et cinq heures respectivement en septembre de cette année. Cela s'inscrit dans le cadre d'un recours collectif intenté contre Meta, selon lequel la société a violé les lois sur la protection de la vie privée des consommateurs lorsqu'elle a partagé les données des utilisateurs avec Cambridge Analytica en 2015.

Sheryl Sandberg, qui a quitté son poste de directrice de l'exploitation de la plateforme en juin, devait également répondre à plus de cinq heures d'entretiens de déposition dans le cadre du processus de découverte. En plus de Zuckerberg et Sandberg, le tribunal cherchait également à entendre le nouveau directeur technique de Meta, Javier Olivan, qui était auparavant directeur de la croissance de la société, ainsi qu'une poignée d'autres « témoins clés ». La déposition d'Olivan devait durer trois heures. Selon le dossier déposé en juillet, Meta devait également remettre 1 200 documents « précédemment retenus comme privilégiés ». Les plaignants dans cette affaire ont précédemment accusé Meta et le cabinet d'avocats qui la représente d'avoir fait de l'obstruction pendant la phase de découverte du tribunal. Les dépositions devaient avoir lieu au cours du mois d'août et de septembre et pouvaient faire intervenir d'autres témoins, notamment Rob Sherman, responsable de la protection de la vie privée chez Facebook, Eddie O'Neil, ancien directeur de la gestion des produits, et Konstantinos Papamiltiadis, responsable des partenariats avec les plateformes, selon les documents déposés.

C'est dans ce contexte que Facebook a conclu un accord préliminaire dans le procès lancé en 2018 réclamant des dommages et intérêts au réseau social pour avoir laissé des tiers, dont la société Cambridge Analytica, avoir accès aux données privées des utilisateurs.

Selon un document judiciaire déposé vendredi 26 août auprès d’un tribunal de San Francisco, Facebook a demandé la suspension des procédures pour soixante jours « afin de finaliser l’accord par écrit et de le présenter au tribunal ».

Le réseau social ne mentionne pas de montant ni les termes de cet accord dans ce procès en nom collectif.

Certains ont exprimé leur consternation que le moment du règlement potentiel empêcherait la directrice de l'exploitation sortante de Zuckerberg et Meta, Sheryl Sandberg, d'être amenée à témoigner pendant jusqu'à six heures d'interrogatoire par les avocats des plaignants le mois prochain.

Carole Cadwalladr, la journaliste d'Observer dont les enquêtes sur Facebook et Cambridge Analytica ont également contribué à inspirer le film Netflix The Great Hack, a déclaré : « Cela montre à quel point Zuckerberg tente désespérément d'éviter de répondre aux questions sur la dissimulation par Facebook de la violation de données de Cambridge Analytica. Facebook a réglé cette affaire à quelques jours seulement de son contre-interrogatoire sous serment pendant six heures ».

Il est apparu que Zuckerberg et Sandberg, qui ont récemment annoncé qu'elle démissionnerait à l'automne, seraient interrogées, les dépositions devant avoir lieu à partir du 20 septembre.

Les derniers développements font suite à un procès distinct l'année dernière selon lequel Facebook aurait payé 4,9 milliards de dollars de plus que nécessaire à la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis dans le cadre d'un règlement concernant le scandale de Cambridge Analytica afin de protéger Zuckerberg.

Le procès alléguait que la taille du règlement de 5 milliards de dollars était motivée par le désir d'empêcher le fondateur de Facebook d'être nommé dans la plainte de la FTC.

Cadwalladr a ajouté : « Facebook a prouvé qu'il était prêt à payer presque n'importe quelle somme d'argent pour éviter que ses dirigeants ne répondent à ces questions. Ce règlement vient s'ajouter aux 5 milliards de dollars qu'ils ont déjà payés à la FTC ».

« La vérité sortira un jour - mais aujourd'hui n'est pas ce jour-là ».

Dans le nouveau dossier du tribunal, divulgué vendredi, les conditions financières ou les détails du règlement préliminaire ne sont pas donnés.

L'Observer a demandé à Facebook et à ses avocats de partager plus de détails sur le règlement de principe, mais il a refusé de répondre.


Cambridge Analytica et la manipulation de masse

Pour mémoire, en mars 2018, le quotidien américain New York Times et britannique The Guardian ont publié des informations relatives à une campagne de manipulation orchestrée par l’entreprise Cambridge Analytica, une société spécialisée dans l’analyse de données (data mining). La source, un lanceur d’alerte canadien répondant au nom de Christopher Wylie, a été employée au sein de cette entreprise qui était alors suspectée d’avoir exploité les données de millions d’utilisateurs de Facebook (dont 87 millions rien qu'aux USA) à leur insu.

Ces données auraient permis d’effectuer un profilage des électeurs potentiels dans le cadre de la campagne victorieuse de Donald Trump outre-Atlantique, mais aussi du « Oui » au Brexit.

Cambridge Analytica a payé pour obtenir des données Facebook collectées par un chercheur, le Dr Aleksandr Kogan, via une application qu’il a baptisée « thisisyourdigitallife ». Selon Facebook, le chercheur prétendait les recueillir à des fins académiques. Contre 4 $, les internautes étaient invités à se connecter avec leurs identifiants Facebook et à répondre à une série de questions. Ils étaient plus de 270 000 à se livrer à cet exercice qui a eu un impact sur plus de 87 millions d’utilisateurs Facebook aux USA. Autant de données que Cambridge Analytica a utilisées pour faire du profilage et tenter d’influencer le courant politique aux États-Unis.

Facebook offrait un certain nombre d'outils technologiques pour les développeurs de logiciels, et l'un des plus populaires est Facebook Login, qui permet aux gens de simplement se connecter à un site Web ou une application en utilisant leur compte Facebook au lieu d’enregistrer de nouvelles informations. Vous verrez probablement le même système avec d’autres services populaires comme celui de Google.

Les gens s’en servent probablement parce que c'est facile (en deux clics, ils peuvent créer leur compte) et élimine le besoin de se souvenir d'une nouvelle combinaison pseudo/MdP.

Seulement voilà : lorsque les utilisateurs se servaient de Facebook Login, ils accordaient au développeur de l'application une série d'informations provenant de leur profil Facebook, telles que leur nom, leur emplacement, leur adresse e-mail ou leur liste d'amis. C'est ce qui est arrivé en 2015, quand un professeur de l'Université de Cambridge nommé Dr Aleksandr Kogan a créé une application appelée « thisisyourdigitallife » qui utilisait cette fonctionnalité de connexion de Facebook. Quelque 270 000 personnes ont utilisé Facebook Login pour créer des comptes et ont ainsi choisi de partager leurs données personnelles avec Kogan.

En 2015, cependant, Facebook a également permis aux développeurs de recueillir des informations sur les réseaux d'amis de personnes qui ont utilisé Facebook Login. Cela signifie que même si un seul utilisateur avait accepté de remettre ses données, les développeurs pouvaient également accéder à certaines données sur leurs amis. Précisons que depuis, Facebook a mis à jour ses conditions de service pour que cela ne soit plus possible, du moins pas au même niveau de détail.

Grâce à ces 270 000 personnes qui ont opté, Kogan a pu accéder aux données de quelque 87 millions d'utilisateurs américains de Facebook, selon le Times. Cette collecte de données aurait pu inclure des informations sur l'emplacement et les centres d'intérêt des utilisateurs, ainsi que des informations plus détaillées, telles que des photos, des mises à jour d'état et des enregistrements.

Le Times a constaté que les données de Cambridge Analytica « contenaient suffisamment d'informations, y compris les lieux de résidence, que l'entreprise pourrait faire correspondre les utilisateurs à d'autres enregistrements et construire des profils psychographiques. »

Dans une série de réunions filmées en caméra cachée, qui ont été diffusées sur Channel 4 News, Alexander Nix, le patron de Cambridge Analytica a confirmé le rôle joué par la société dans l’élection de Donald Trump aux États-Unis.

Ces réunions ont été filmées dans des hôtels londoniens pendant quatre mois, entre novembre 2017 et janvier 2018, par un journaliste infiltré de Channel 4 News qui s'est fait passer pour un client aisé cherchant à faire élire des candidats au Sri Lanka. En dehors d’Alexander Nix, elles ont impliqué Mark Turnbull, Managing Director Political Global pour le compte de Cambridge Analytica, et le Dr Alex Tayler, data scientist en chef de l'entreprise.

Dans une troisième partie, les cadres supérieurs de Cambridge Analytica ont parlé de :
  • l'ampleur de leur travail pivot dans la victoire électorale de Trump ;
  • comment ils évitent les enquêtes du Congrès sur leurs clients étrangers ;
  • la configuration d'organisations proxy pour diffuser des messages introuvables sur les médias sociaux ;
  • l’utilisation d'un système de messagerie secret où les messages s'autodétruisent et ne laissent aucune trace ;
  • la participation de Cambridge Analytica à la campagne d'attaques « Defeat Crooked Hilary ».


Alexander a expliqué à son client potentiel « qu’on a fait toutes les recherches, les données, les analyses, le ciblage… On a mené la campagne numérique, la campagne de télévision, et nos données ont alimenté toute la stratégie. »

Il a assuré également avoir rencontré Donald Trump, alors qu’il était encore en campagne, à plusieurs reprises. Il a aussi admis que sa société a mené, au profit du camp républicain, une campagne de dénigrement publicitaire contre Hillary Clinton.

De son côté, Turnbull a raconté comment l'entreprise pourrait créer des organisations par procuration pour diffuser discrètement des informations négatives sur les candidats de l'opposition sur Internet et les médias sociaux.

La société affirme que son travail avec les données et la recherche ont permis à Trump de gagner avec une marge étroite de « 40 000 voix » dans trois États assurant la victoire dans le système des collèges électoraux, malgré la perte du vote populaire de plus de 3 millions de voix.

Et d’expliquer que « Parfois, vous pouvez utiliser des organisations de proxy qui sont déjà là. Vous les nourrissez. Ce sont des organisations de la société civile. Des organisations caritatives ou des groupes d'activistes, et nous les utilisons – nous leur fournissons le matériel et ils font le travail. »

« Nous mettons des informations directement dans le flux sanguin de l'Internet et ensuite nous les regardons grandir, leur donnons un coup de pouce de temps en temps, et les regardons prendre forme. Ce genre de choses s'infiltre dans la communauté en ligne et se développe, mais sans branding – donc c'est indescriptible, non traçable. »

Cambridge Analytica a donc utilisé une stratégie à double voie pour faire campagne. C’est d’ailleurs ce qu’explique le Dr Tayler, data scientist en chef de Cambridge Analytica, lorsqu’il a déclaré : « Il faut parfois faire une séparation de la campagne politique elle-même. Donc, en Amérique, vous savez qu'il y a des groupes de dépenses indépendants qui se cachent derrière la campagne ».

Source : document judiciaire

Et vous ?

Partagez-vous l'analyse de la journaliste qui pense que cette décision montre que Mark Zuckerberg est désespéré et tente de ne pas être interrogé ?

Voir aussi :

Zuckerberg et Sandberg vont témoigner sur leur implication présumée dans le scandale Cambridge Analytica, ils seront respectivement interrogés pendant six et cinq heures
Cambridge Analytica : un accord secret entre Facebook et l'ICO aurait réduit au silence les autorités britanniques, cela montre comment les GAFA peuvent influencer les politiques gouvernementales
Meta fait face à un recours collectif de 2,76 milliards d'euros au Royaume-Uni pour donner une compensation aux 44 millions d'utilisateurs Facebook, dont les données ont été exploitées
Cambridge Analytica : des agences fédérales US enquêtent sur les révélations de Facebook, pour déterminer le rôle de l'entreprise dans cette affaire
Conséquence scandale Cambridge Analytica : le taux de visiteurs mensuels enregistré par Facebook a baissé de 5,15 % en avril, selon SimilarWeb

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de HaryRoseAndMac
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 28/08/2022 à 17:52
Si seulement je pouvais avoir juste un petit million qui tombe de sa poche
1  0 
Avatar de Leruas
Membre averti https://www.developpez.com
Le 28/08/2022 à 21:23
5 milliards c'est bien trop peu pour les empêcher de refaire la même chose plus tard, ils ont 100 milliards de trésorerie...
1  1 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 31/08/2022 à 7:56
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Facebook parvient à un accord de principe dans le procès du scandale Cambridge Analytica,
une décision qui montre que Mark Zuckerberg est désespéré et tente tout pour ne pas être interrogé, selon une journaliste
https://www.developpez.net/forums/d2.../#post11868768
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Mark Zuckerberg déclare que se réveiller chaque jour en tant que PDG de Meta est difficile à vivre
C'est vrai que ça ne doit pas être évident de subir autant de procès qui montre à quel point on a perdu notre humanité.
Mais il ne tient qu'à lui de changer, de mettre quelques milliards de coté pour garantir une vie tranquille à quelques générations et de prendre des risques pour essayer de faire changer les choses
0  1