IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Zuckerberg et Sandberg vont témoigner sur leur implication présumée dans le scandale Cambridge Analytica
Ils seront respectivement interrogés pendant six et cinq heures

Le , par Nancy Rey

369PARTAGES

2  0 
Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, et l'ancienne directrice des opérations Sheryl Sandberg devront témoigner devant un tribunal fédéral pour discuter de leur implication présumée dans le célèbre scandale Cambridge Analytica de l'entreprise, plus d'une demi-décennie depuis qu'il a attiré l'attention du monde entier. Mark Zuckerberg devra faire face à une déposition de six heures sur la façon dont l'entreprise a traité les données des utilisateurs liées au scandale Cambridge Analytica, selon de nouveaux documents judiciaires. Cette déposition intervient dans le cadre d'un procès intenté devant un tribunal californien au nom des utilisateurs de Facebook impactés par le partenariat de la plateforme avec Cambridge Analytica, un cabinet de conseil accusé d'avoir manipulé les données des utilisateurs.


Un nouveau dépôt de document judiciaire dans le Northern District of California, mardi, montre que Zuckerberg et Sandberg ont accepté d'être entendus pendant six et cinq heures respectivement en septembre de cette année. Cela s'inscrit dans le cadre d'un recours collectif intenté contre Meta, selon lequel la société a violé les lois sur la protection de la vie privée des consommateurs lorsqu'elle a partagé les données des utilisateurs avec Cambridge Analytica en 2015. Cambridge Analytica était un cabinet de conseil politique britannique qui a utilisé les données des utilisateurs de Facebook pour cibler et faire pression sur des électeurs potentiels avant l'élection de 2016 en faveur de Donald Trump. L'entreprise s'était donc associée à l'équipe de campagne de Donald Trump et avait eu accès aux données privées de 50 millions d'utilisateurs de Facebook, qui ont été utilisées pour établir le profil des électeurs. L'entreprise a également joué un rôle dans le référendum sur le Brexit de 2016 au Royaume-Uni.

Sheryl Sandberg, qui a quitté son poste de directrice de l'exploitation de la plateforme en juin, devra également répondre à plus de cinq heures d'entretiens de déposition dans le cadre du processus de découverte. En plus de Zuckerberg et Sandberg, le tribunal cherche également à faire déposer le nouveau directeur technique de Meta, Javier Olivan, qui était auparavant directeur de la croissance de la société, ainsi qu'une poignée d'autres « témoins clés ». La déposition d'Olivan devrait durer trois heures. Selon le dossier déposé mardi, Meta remettra également 1 200 documents « précédemment retenus comme privilégiés ». Les plaignants dans cette affaire ont précédemment accusé Meta et le cabinet d'avocats qui la représente d'avoir fait de l'obstruction pendant la phase de découverte du tribunal. Les dépositions devraient avoir lieu au cours des deux prochains mois et pourraient faire intervenir d'autres témoins, notamment Rob Sherman, responsable de la protection de la vie privée chez Facebook, Eddie O'Neil, ancien directeur de la gestion des produits, et Konstantinos Papamiltiadis, responsable des partenariats avec les plateformes, selon les documents déposés.

Dans une affaire civile, une personne qui témoigne lors d'une déposition est sous serment, et un sténographe judiciaire transcrit tout ce qu'il dit. En général, la déposition est prise au cabinet d'avocats de la partie qui demande la déposition. Comme le témoignage est fait sous serment, le témoin déclare sous peine de parjure. Robert Frenchman, associé du cabinet d'avocats new-yorkais Mukasey Frenchman, a déclaré que l'utilisation de délais est inhabituelle pour les dépositions effectuées dans des affaires civiles, mais que les avocats représentant les plaignants seraient heureux de pouvoir déposer le PDG et l'ancien directeur des opérations. « Les plaignants savourent l'opportunité de contre-interroger les cadres supérieurs, et ils auront carte blanche sur un large éventail de sujets. Pour l'entreprise défenderesse, il y a beaucoup plus à perdre qu'à gagner », a-t-il ajouté.

Tout au long du processus de découverte de l'affaire, les plaignants ont obtenu des milliers de pièces à conviction de l'entreprise remontant à 13 ans. Facebook s'est opposé à cette enquête approfondie, accusant les plaignants, dans un document judiciaire, d'être « constamment et continuellement dans l'excès ». Le procès pourrait révéler de nouveaux détails dans le scandale Cambridge Analytica, qui a ébranlé la réputation publique de l'entreprise et conduit à des audiences du Congrès au cours desquelles Zuckerberg a été interrogé pendant des heures sur les politiques de confidentialité des données de Facebook.

L'entreprise a accepté une amende record de 5 milliards de dollars de la Federal Trade Commission (FTC) en 2019 à la suite du scandale, mais les critiques ont fait pression pour une plus grande responsabilité juridique, notant que les conséquences financières signifient peu pour l'entreprise massive. Meta a déclaré 28,3 milliards de dollars de revenus en 2021. Facebook a été frappé par un certain nombre de poursuites judiciaires liées à l'affaire, dont quatre en une seule semaine de 2018. Ce procès est le premier à inclure des dépositions extensives de cadres supérieurs de Facebook. Les plaignants demandent jusqu'à 5 millions de dollars de dommages et intérêts.

Le procès californien n'est que l'une des nombreuses actions en justice concernant le scandale Cambridge Analytica qui ont refait surface ces derniers mois. En mai dernier, le procureur général de Washington D.C, Karl Racine, a poursuivi Zuckerberg pour avoir « directement participé à la prise de décision qui a permis la violation des données de Cambridge Analytica ». Dans sa plainte, Racine affirme que Zuckerberg a personnellement contribué au laxisme de Meta (alors Facebook) en matière de protection de la vie privée des utilisateurs et que le fondateur a ordonné à l'entreprise de s'associer à des groupes extérieurs qui collectaient les données des utilisateurs de Facebook pour les manipuler. Des plaintes antérieures déposées par Racine allèguent que Facebook était au courant des pratiques douteuses de Cambridge Analytica en matière de collecte de données plusieurs mois avant la déclaration de Zuckerberg.

Source : Plainte

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Cambridge Analytica : un accord secret entre Facebook et l'ICO aurait réduit au silence les autorités britanniques, cela montre comment les GAFA peuvent influencer les politiques gouvernementales

Meta fait face à un recours collectif de 2,76 milliards d'euros au Royaume-Uni pour donner une compensation aux 44 millions d'utilisateurs Facebook, dont les données ont été exploitées

Cambridge Analytica : des agences fédérales US enquêtent sur les révélations de Facebook, pour déterminer le rôle de l'entreprise dans cette affaire

Conséquence scandale Cambridge Analytica : le taux de visiteurs mensuels enregistré par Facebook a baissé de 5,15 % en avril, selon SimilarWeb

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !