IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Cambridge Analytica : un accord secret entre Facebook et l'ICO aurait réduit au silence les autorités britanniques
Cela montre comment les GAFA peuvent influencer les politiques gouvernementales

Le , par Bill Fassinou

629PARTAGES

4  0 
Alors que le scandale Cambridge Analytica battait son plein, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, avait promis en 2018 réaliser un audit complet de sa plateforme et des services qui ont accès aux données personnelles des utilisateurs. Mais l'a-t-il réellement fait ? Lorsque la question a été posée cette semaine, la commissaire à l'information britannique a répondu à une sous-commission parlementaire sur les préjudices et la désinformation en ligne qu'un accord secret entre son bureau et Facebook l'empêche de répondre publiquement si Facebook a ou non contacté l'ICO pour réaliser cet "audit des applications" tant vanté.

Facebook avait promis un audit complet en 2018, mais l'a-t-il réellement fait ?

Le scandale de Cambridge Analytica est encore frais dans tous les esprits. En effet, en mars 2018, des rapports ont révélé que les données de Facebook avaient été récoltées par Cambridge Analytica. Christopher Wylie, un dénonciateur de 28 ans, a révélé comment la société a utilisé les données du profil Facebook de 50 millions de personnes pour influencer le résultat des élections américaines. Cela a apparemment confirmé des rapports datant de 2017 qui suggéraient que Cambridge Analytica avait obtenu les données en 2014, bien qu'elle ait prétendu, et prétend toujours avoir supprimé les données en 2015.

Une enquête connexe menée par la chaîne de télévision britannique Channel 4 a également révélé comment Cambridge Analytica s'est vendu comme propagateur de propagande. Le directeur général de la division politique de Cambridge Analytica, Mark Turnbull, a expliqué en détail comment l'entreprise acquérait du matériel dit "préjudiciable" sur les opposants et le diffusait sur Internet. « Nous mettons simplement l'information dans le flux sanguin d'Internet, et puis nous la regardons grandir, nous lui donnons un petit coup de pouce de temps en temps [...] comme une télécommande », a déclaré Turnbull.



Facebook a été accusée d’avoir permis l’utilisation abusive des données de ses utilisateurs qui a joué un rôle important dans l'élection de Donald Trump en 2016 et dans le vote du Brexit en Grande-Bretagne. En janvier 2020, une nouvelle fuite de données de plus de 100 000 documents a en outre révélé que la manipulation générale a atteint un niveau sans précédent. Les nouveaux documents divulgués devraient exposer les activités de l’entreprise dans près de 68 pays visant à manipuler les élections. La fuite de données laisse paraître que le scandale Cambridge Analytica (CA) n’était qu’une petite partie d’une opération mondiale plus vaste.

Dans la foulée du scandale de Cambridge Analytica, Facebook a déclaré qu'il allait prendre de nouvelles mesures pour renforcer son contrôle sur la manière dont les développeurs d'applications peuvent utiliser la plateforme Facebook. Toutes les applications qui ont reçu un accès important aux données des utilisateurs avant que Facebook ne réduise l'accès aux données en 2014 (Facebook avait déjà pris une fois des mesures importantes pour limiter la façon dont les développeurs pouvaient accéder aux données des utilisateurs), ainsi que celles qui ont montré un "comportement suspect", seront auditées.

L'une des dispositions prévoyait que les développeurs d'applications doivent obtenir l'approbation d'un contrat signé pour accéder aux posts ou aux données privées d'un utilisateur. « J'ai lancé Facebook, et en fin de compte, je suis responsable de ce qui se passe sur notre plateforme », a déclaré le PDG Mark Zuckerberg dans un post publié aujourd'hui. « Il s'agit d'un abus de confiance entre [Aleksandr] Kogan, Cambridge Analytica, et Facebook. Mais c'était aussi un abus de confiance entre Facebook et les personnes qui partagent leurs données avec nous et attendent de nous que nous les protégions. Nous devons réparer cela », avait-il dit.

Il est à noter que le fondateur de Facebook n'a pas promis de rendre compte des résultats de l'audit de manière transparente et publique. C'est bien sûr à cela que ressemble une "autorégulation". Des rapports d'audit finaux invisibles. Un "audit" qui est entièrement contrôlé par une entité profondément impliquée dans les éléments fondamentaux de ce qui est examiné ne vaut évidemment pas le papier sur lequel il est (ou n'est pas) écrit. Mais, dans le cas de Facebook, cet "audit d'application" ouvert, mais jamais fermé semble avoir rempli son objectif de relations publiques de crise.

Devant une sous-commission parlementaire sur les préjudices et la désinformation en ligne, la commissaire à l'information britannique, Elizabeth Denham, a déclaré mardi qu'un accord secret entre son bureau et Facebook l'empêche de répondre publiquement si Facebook a ou non contacté l'ICO (Information Commissioner's Office) pour réaliser un audit des applications. « Je pense que je pourrais répondre à cette question avec vous et la commission en privé. Cela fait partie d'un accord que nous avons conclu avec Facebook », a-t-elle déclaré au député Kevin Brennan.

« En ce qui concerne notre litige contre Facebook, il y a donc un accord qui n'est pas dans le domaine public et c'est la raison pour laquelle je préfère en discuter en privé », a-t-elle ajouté.

L'ICO se retrouve coincée en raison d'un accord qu'elle a conclu avec Facebook

En effet, en octobre 2019, Facebook a conclu un accord avec l'organisme britannique de protection des données, acceptant de payer la totalité de la pénalité de 500 000 livres sterling annoncée par l'ICO en 2018 en relation avec l'infraction de Cambridge Analytica, mais dont Facebook avait fait appel. Lorsqu'il a conclu un accord avec l'ICO, Facebook n'a pas admis sa responsabilité. Il avait auparavant obtenu gain de cause, auprès d'un tribunal de première instance qui avait jugé que "l'équité procédurale et les allégations de partialité" contre le régulateur devaient être prises en compte dans le cadre de son appel.

Ainsi, le procès de l'ICO contre Facebook avait pris un mauvais départ, ce qui a probablement incité le régulateur à conclure un accord avec l'armée privée d'avocats internes de Facebook. Dans une déclaration à l'époque, l'ICO a dit que Denham considérait que l'accord "sert au mieux les intérêts de toutes les personnes concernées au Royaume-Uni qui sont des utilisateurs de Facebook". Il n'y avait aucune mention de "clauses de bâillonnement" dans cette divulgation. Mais le régulateur a noté que les termes de l'accord donnaient à Facebook la permission de conserver les documents divulgués par l'ICO pendant l'appel à d'autres fins.

Ainsi, d'un seul coup, Facebook a pris le contrôle d'un grand nombre d'informations stratégiquement importantes. L'accord semble avoir été extrêmement pratique pour Facebook. Non seulement il était incroyablement bon marché (Facebook a payé 5 milliards de dollars pour conclure un accord avec la FTC à la suite du scandale de Cambridge Analytica peu de temps après), mais il a fourni à Facebook une mine de données obtenues par l'ICO pour qu'il puisse faire ses propres recherches sur Cambridge Analytica en toute sécurité, à l'abri des regards du public.

De plus, il a également garanti que le régulateur britannique serait limité dans ce qu'il pourrait dire publiquement. C'est pourquoi le commissaire à l'information a refusé de dire quoi que ce soit sur l'audit des applications en public. Paul-Olivier Dehaye, enseignant-chercheur en mathématique à l’Université de Zurich qui s'est reconverti en ennemi de Facebook et qui a contribué aux révélations sur les agissements de Cambridge Analytica en 216, a écrit sur Tweeter que ce genre d'accord entre le gouvernement et les grandes entreprises multinationales pourrait à la longue nuire aux dénonciateurs et avoir des effets dissuasifs.

« Le commissaire britannique à l'information a précédemment transmis des informations à FB concernant Cambridge Analytica, et a conclu un accord juridique secret avec cette société. Toute personne qui leur a transmis des informations (par exemple, les dénonciateurs) s'en inquiètera. À long terme, cette pratique aura des effets dissuasifs », a-t-il écrit. L'ICO a saisi une énorme quantité de données de la société en disgrâce qui était devenue une telle épine dans le pied de Facebook, après avoir fait un raid dans les bureaux de Cambridge Analytica au Royaume-Uni au début de 2018.

L'on ne sait pas exactement quelle part de ces données a été transmise à Facebook par le biais du règlement de l'ICO. Toutefois, il est intéressant de noter que l'ICO n'a jamais produit de rapport final sur son enquête sur Cambridge Analytica. Au lieu de cela, en 2020, elle a envoyé une lettre à la commission DCMS (Department for Digital, Culture, Media and Sport) pour confirmer son point de vue selon lequel la maison mère de CA avait rassemblé des ensembles de données provenant de sources commerciales pour essayer de "faire des prédictions sur les données personnelles à des fins d'alliance politique".

L'ICO a aussi confirmé que les données Facebook obtenues de manière inappropriée avaient été incorporées dans une base de données préexistante contenant "des données sur les fichiers d'électeurs, la démographie et les consommateurs pour les individus américains". Par ailleurs, elle a également déclaré que son enquête n'avait pas trouvé de preuves que les données Facebook qui avaient été vendues à Cambridge Analytica avaient été utilisées pour une campagne politique associée au référendum sur le Brexit.

Mais il n'y a pas eu de rapport global détaillant les mécanismes sous-jacents par lesquels le régulateur est parvenu à ses conclusions. Denham a tout de même déclaré que les preuves obtenues de Cambridge Analytica ont été partagées avec la FTC, la SEC et les procureurs généraux des États-Unis.

Sources : Parliamentlive.tv, Paul-Olivier Dehaye

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'accord entre l'ICO et Facebook ?

Voir aussi

Cambridge Analytica aurait fait du profilage de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour influer sur les élections US et le vote du Brexit

Scandale Cambridge Analytica : Mark Zuckerberg comparaît devant le Parlement européen. Voici l'essentiel de l'audience

Mark Zuckerberg est invité à se présenter devant le parlement européen pour s'expliquer, suite au scandale Cambridge Analytica

L'Australie engage des poursuites contre Facebook suite au scandale Cambridge Analytica, l'amende pourrait s'élever à 529 milliards de dollars

Scandale Cambridge Analytica : Facebook a perdu plus de 70 Md$ de capitalisation, néanmoins Zuckerberg refuse de répondre aux députés britanniques

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sinople2000
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 7:08
mais retirez tout ça, ça rendra les gens moins cons (oui je sais sauf moi diront certains) et on en aura fini avec ces trucs débiles de réseaux sociaux
25  0 
Avatar de totozor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 8:04
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Meta menace de retirer Facebook et Instagram du marché européen
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Facebook a immédiatement averti que l'arrêt des transferts de données transatlantiques pourrait avoir un impact dévastateur sur l'entreprise. La société s'appuie sur le traitement des données des utilisateurs pour fournir des publicités en ligne ciblées.
Je trouve le contraste entre ces deux phrase très intéressant.
Meta se croit suffisamment important pour que sa mise en danger soit une menace pour son environnement européen. Mais cette phrase souligne aussi sa fragilité. Il y a quelques années ils n'auraient pas parlé de l'impact, il auraient lancé un bras de fer en attendant que les politiques craquent avant eux.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Et vous ?
Cette menace est-elle crédible selon vous ?
J'ai de gros doutes, Facebook est en perte de vitesse et l'Europe est une part importante de leur marché.
Ces entreprises réfléchissent en bénéfices/risques, mettre cette menace a exécution montrerait pour moi à quel point facebook n'a plus rien à perdre et tenterait la charge du désespoir.
Je pense qu'ils n'en sont pas encore là mais me réjouis qu'ils s'en rapprochent.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Quels impacts pour les entreprises qui dépendent de Facebook pour leurs activités ?
J'ai l'impression que c'est de moins en moins le cas.
J'ai deux amis qui ont lancé leurs entreprises il y a quelques années, ils ont longtemps été extrêmement actifs sur Facebook qui était leur principal média de communication.
Avec le COVID des petites boites se sont regroupées pour mutualiser leurs communications et leur dépenses.

Je ne connais aucune entreprise dont l'activité ne dépend que de Facebook.
Par contre c'est une autre histoire pour les associations mais de celles que je connais elles ont une existence physique suffisante pour qu'à la disparition de Facebook elles se dirigent vers un autre média.
11  0 
Avatar de philouZ
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 9:33
Perso je n'ai pas de compte facebook, pas d'instagram, de tik tok...

Que meta se barre d'Europe ça ne peut faire que du bien. Autour de moi y'a pas mal de gens qui stoppent leur compte parce que ras le bol de tout ça. Si demain il n'ya plus de réseaux sociaux sur internet, les gens retrouveront une façon de vivre plus simple et seront certainement moins stressés dans leur vie de tous les jours.
10  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 9:31
Il y a un truc qu'on appelle "le retour à la ligne" bien pratique pour rendre l'écrit plus lisible et agréable.
il y a un autre truc qu'on appelle "le plan dialectique", qui permet de structurer le propos pour le rendre plus intelligible

Parce que là on vient de se prendre deux pavés dans la tronche, c'est indigeste
10  0 
Avatar de pcouas
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 6:19
Justement occupons nous de Ticktok aussi
La chine justement a fait "plier" Facebook et pas l'europe !!,
Que Facebook se retire, de tout façon Facebook est en perte d'utilisateurs !!!
10  1 
Avatar de fabverdet
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 18:18
Meta réalise presque 40% de son CA en Europe, sans compter les ventes publicitaires auprès de ses clients états-uniens pour le marché européen. Vous connaissez beaucoup de sociétés capables de faire une croix sur 40% de leur chiffre d'affaire, voire plus, par ce qu'elles ne sont pas contentes des lois en vigueur ?...
C'est un discours déjà entendu qui ne prend plus.
Si Meta se retirait du continent européen, il y aurait un choc ponctuel mais sans grande conséquence (à par pour les sociétés qui ont basé exclusivement leur business sur eux). D'autres acteurs existent déjà ou émergeront.
Même Google, bien plus indispensable que Meta ne serait pas capable de faire ça.
En revanche, Meta ne s'en remettrait pas face à ses concurrents (et ils sont nombreux et méchants...) : partent de confiance des clients, perte de valorisation en bourse, perte du positionnement de premier réseau social mondial, perte d'annonceurs... Ouille !!!

Le problème de fond, c'est la loi états-unienne, incompatible avec le RGPD. Faut pas lâcher le bout de gras ! Ils nous les brisent, ces américains ! Ils veulent travailler en Europe, ils doivent respecter les lois européennes, comme nous respectons les lois états-uniennes aux états-unis.
9  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 10:08
Meta menace de retirer Facebook et Instagram du marché européen si le groupe n'est plus autorisé à échanger les données des utilisateurs européens avec les États-Unis
La totalité, je dis bien la totalité des GAFAM est leur sociétés affiliées nous ont déjà sorti cet argument. Apparemment, elles font toutes appel au même bureau de conseil

Quand un pays se propose de réguler leur comportement, voilà qu'elles menacent de partir... Et bien partez! Les seuls qui vont y perdre quelque chose, ce sont vos propres bénéfices!

Pour rappel:

Quand la Suisse a déclaré que les travailleurs Uber n'étaient plus des indépendants mais des salariés normaux qui devaient bénéficier de charges sociales (assurance vieillesse, assurance accident, assurance chômage, etc...), Uber a menacé de quitter la Suisse.

Et bien aujourd'hui, Uber suisse ne peut faire appel plus qu'a des salariés et... Uber n'a pas quitté le marché suisse!!!

Suisse - Uber: 1 - 0

Ethique - Uber: 1 - 0

Travailleurs - Uber: 1 - 0
8  0 
Avatar de NaSa
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 8:39
Il faut les prendre aux mots (le CA de Facebook en Europe c'est 7 milliards de dollars par trimestre)
https://blog.digimind.com/fr/agences...res-essentiels
7  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 9:53
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
C'est marrant
Ça fonctionne dans les 2 sens, parce que là dans le contexte on ne peut pas savoir si je dis le contraire de ce que je veut exprimer, ou pas.

Les entreprises bluffent et ça ne fonctionne pas.
FB : Si on ne peut pas stocker les données aux USA on se casse !
UE : Barrez-vous !
FB : Nous n'avons jamais voulu partir.
7  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/03/2022 à 9:13
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Le problème est que toute donnée quittant l'UE ne peut être transférée que dans un pays dont les normes de confidentialité sont jugées équivalentes. Les données qui se trouvent sur le sol américain peuvent être récupérées par les espions américains, ce que nous savons depuis que l'ancien contractant de la National Security Agency (NSA), Edward Snowden, a révélé les programmes américains de surveillance en ligne en 2013.
À mon avis la NSA a accès données contenues dans des serveurs en Europe…
Les entreprises comme Google, Apple, Meta, etc, collaborent avec les services de surveillance US.
Il est même possible qu'il y ait des portes dérobées dans des systèmes d'exploitation, dans du matériel réseau (routeur), dans des composants (processeur), etc.

Espionnage : introduction des backdoor par la NSA dans les produits de Cisco
Espionnage : le gouvernement américain a-t-il tenté d’intégrer un backdoor dans Linux ?
Un logiciel espion extrêmement sophistiqué a infecté des disques durs depuis près de 2 décennies, la NSA serait à l'origine de la campagne d'espionnage
La Chine exclut Apple, Cisco et Intel de la liste des achats du gouvernement
La CIA s'est servie de VLC et de plusieurs autres logiciels portés par la communauté du libre pour mener ses opérations d'espionnage

C'est bien d'essayer de se défendre face à la surveillance US, malheureusement il est quasiment impossible de s'en protéger.
9  2