IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le procureur général de Washington DC poursuit Mark Zuckerberg suite à la violation de données de Cambridge Analytica
« Ce procès est non seulement justifié, mais nécessaire »

Le , par Stéphane le calme

909PARTAGES

5  1 
Le procureur général Karl A. Racine a poursuivi le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour avoir participé directement à la prise de décision qui a permis la violation de données de Cambridge Analytica – le plus grand scandale de confidentialité des consommateurs de l'histoire du pays – tandis que Facebook a trompé les utilisateurs avec des allégations de confidentialité et de protection des données. Dans la plainte, le Bureau du procureur général évoque des preuves compilées dans le cadre d'une enquête approfondie pour alléguer que Zuckerberg a contribué à la surveillance laxiste des données des utilisateurs par Facebook et à la mise en œuvre d'accords de confidentialité trompeurs. En conséquence, cela a permis à des tiers, tels que la société de conseil politique Cambridge Analytica, d'obtenir des données personnelles de 87 millions d'Américains, dont plus de la moitié des résidents du district, et d'utiliser ces données pour manipuler les élections de 2016.

Cambridge Analytica est de retour pour hanter Mark Zuckerberg : le procureur général de Washington DC a intenté une action en justice dans laquelle il accuse directement le PDG de Meta d'être personnellement impliqué dans les abus qui ont conduit au scandale de l'extraction de données.

Karl Racine, le procureur général de Washington DC, a déposé une plainte civile lundi matin, heure de Washington, affirmant que les enquêtes de son bureau ont trouvé de nombreuses preuves que Mark Zuckerberg pourrait être tenu responsable de ce scandale de 2018.

Cambridge Analytica et la manipulation de masse

Pour mémoire, en mars 2018, le quotidien américain New York Times et britannique The Guardian ont publié des informations relatives à une campagne de manipulation orchestrée par l’entreprise Cambridge Analytica, une société spécialisée dans l’analyse de données (data mining). La source, un lanceur d’alerte canadien répondant au nom de Christopher Wylie, a été employé au sein de cette entreprise qui était alors suspectée d’avoir exploité les données de millions d’utilisateurs de Facebook (dont 87 millions rien qu'aux USA) à leur insu.

Ces données auraient permis d’effectuer un profilage des électeurs potentiels dans le cadre de la campagne victorieuse de Donald Trump outre-Atlantique, mais aussi du « Oui » au Brexit.

Cambridge Analytica a payé pour obtenir des données Facebook collectées par un chercheur, le Dr Aleksandr Kogan, via une application qu’il a baptisée « thisisyourdigitallife ». Selon Facebook, le chercheur prétendait les recueillir à des fins académiques. Contre 4 $, les internautes étaient invités à se connecter avec leurs identifiants Facebook et à répondre à une série de questions. Ils étaient plus de 270 000 à se livrer à cet exercice qui a eu un impact sur plus de 87 millions d’utilisateurs Facebook aux USA. Autant de données que Cambridge Analytica a utilisées pour faire du profilage et tenter d’influencer le courant politique aux États-Unis.

Facebook offrait un certain nombre d'outils technologiques pour les développeurs de logiciels, et l'un des plus populaires est Facebook Login, qui permet aux gens de simplement se connecter à un site Web ou une application en utilisant leur compte Facebook au lieu d’enregistrer de nouvelles informations. Vous verrez probablement le même système avec d’autres services populaires comme celui de Google.

Les gens s’en servent probablement parce que c'est facile (en deux clics, ils peuvent créer leur compte) et élimine le besoin de se souvenir d'une nouvelle combinaison pseudo/MdP.

Seulement voilà : lorsque les utilisateurs se servaient de Facebook Login, ils accordaient au développeur de l'application une série d'informations provenant de leur profil Facebook, telles que leur nom, leur emplacement, leur adresse e-mail ou leur liste d'amis. C'est ce qui est arrivé en 2015, quand un professeur de l'Université de Cambridge nommé Dr Aleksandr Kogan a créé une application appelée « thisisyourdigitallife » qui utilisait cette fonctionnalité de connexion de Facebook. Quelque 270 000 personnes ont utilisé Facebook Login pour créer des comptes et ont ainsi choisi de partager leurs données personnelles avec Kogan.

En 2015, cependant, Facebook a également permis aux développeurs de recueillir des informations sur les réseaux d'amis de personnes qui ont utilisé Facebook Login. Cela signifie que même si un seul utilisateur avait accepté de remettre ses données, les développeurs pouvaient également accéder à certaines données sur leurs amis. Précisons que depuis, Facebook a mis à jour ses conditions de service pour que cela ne soit plus possible, du moins pas au même niveau de détail.

Grâce à ces 270 000 personnes qui ont opté, Kogan a pu accéder aux données de quelque 87 millions d'utilisateurs américains de Facebook, selon le Times. Cette collecte de données aurait pu inclure des informations sur l'emplacement et les centres d'intérêt des utilisateurs, ainsi que des informations plus détaillées, telles que des photos, des mises à jour d'état et des enregistrements.

Le Times a constaté que les données de Cambridge Analytica « contenaient suffisamment d'informations, y compris les lieux de résidence, que l'entreprise pourrait faire correspondre les utilisateurs à d'autres enregistrements et construire des profils psychographiques. »

Dans une série de réunions filmées en caméra cachée, qui ont été diffusées sur Channel 4 News, Alexander Nix, le patron de Cambridge Analytica a confirmé le rôle joué par la société dans l’élection de Donald Trump aux États-Unis.

Ces réunions ont été filmées dans des hôtels londoniens pendant quatre mois, entre novembre 2017 et janvier 2018, par un journaliste infiltré de Channel 4 News qui s'est fait passer pour un client aisé cherchant à faire élire des candidats au Sri Lanka. En dehors d’Alexander Nix, elles ont impliqué Mark Turnbull, Managing Director Political Global pour le compte de Cambridge Analytica, et le Dr Alex Tayler, data scientist en chef de l'entreprise.

Dans une troisième partie, les cadres supérieurs de Cambridge Analytica ont parlé de :
  • l'ampleur de leur travail pivot dans la victoire électorale de Trump ;
  • comment ils évitent les enquêtes du Congrès sur leurs clients étrangers ;
  • la configuration d'organisations proxy pour diffuser des messages introuvables sur les médias sociaux ;
  • l’utilisation d'un système de messagerie secret où les messages s'autodétruisent et ne laissent aucune trace ;
  • la participation de Cambridge Analytica à la campagne d'attaques « Defeat Crooked Hilary ».


Alexander a expliqué à son client potentiel « qu’on a fait toutes les recherches, les données, les analyses, le ciblage… On a mené la campagne numérique, la campagne de télévision, et nos données ont alimenté toute la stratégie. »

Il a assuré également avoir rencontré Donald Trump, alors qu’il était encore en campagne, à plusieurs reprises. Il a aussi admis que sa société a mené, au profit du camp républicain, une campagne de dénigrement publicitaire contre Hillary Clinton.

De son côté, Turnbull a raconté comment l'entreprise pourrait créer des organisations par procuration pour diffuser discrètement des informations négatives sur les candidats de l'opposition sur Internet et les médias sociaux.

La société affirme que son travail avec les données et la recherche ont permis à Trump de gagner avec une marge étroite de « 40 000 voix » dans trois États assurant la victoire dans le système des collèges électoraux, malgré la perte du vote populaire de plus de 3 millions de voix.

Et d’expliquer que « Parfois, vous pouvez utiliser des organisations de proxy qui sont déjà là. Vous les nourrissez. Ce sont des organisations de la société civile. Des organisations caritatives ou des groupes d'activistes, et nous les utilisons – nous leur fournissons le matériel et ils font le travail. »

« Nous mettons des informations directement dans le flux sanguin de l'Internet et ensuite nous les regardons grandir, leur donnons un coup de pouce de temps en temps, et les regardons prendre forme. Ce genre de choses s'infiltre dans la communauté en ligne et se développe, mais sans branding – donc c'est indescriptible, non traçable. »

Cambridge Analytica a donc utilisé une stratégie à double voie pour faire campagne. C’est d’ailleurs ce qu’explique le Dr Tayler, data scientist en chef de Cambridge Analytica, lorsqu’il a déclaré : « Il faut parfois faire une séparation de la campagne politique elle-même. Donc, en Amérique, vous savez qu'il y a des groupes de dépenses indépendants qui se cachent derrière la campagne ».


Le procureur général de Washington DC

En 2018, Racine a poursuivi Facebook, affirmant que le réseau social était bien au courant des entourloupes de la société d'analyse, mais n'a rien fait de significatif jusqu'à ce que la collecte de données soit couverte par les médias grand public. Facebook a bloqué à plusieurs reprises les tentatives de production de documents, a affirmé Racine, et les documents qu'il a finalement remis ont tracé une piste qui, selon lui, menait directement à Zuckerberg.

Avance rapide jusqu'à cette semaine, et en annonçant qu'il poursuit Zuckerberg, Racine a déclaré lundi : « Ce procès est non seulement justifié, mais nécessaire, et envoie un message selon lequel les chefs d'entreprise, y compris les PDG, seront tenus responsables de leurs actes ».

Cependant, prouver cet argument peut être plus facile à dire qu'à faire : cette dernière plainte dépend de la capacité du procureur général à relier les actions personnelles de Zuckerberg aux actions de Cambridge Analytica.

Dans son procès de 2018, qui est toujours en cours, Racine a accusé Facebook d'à peu près les mêmes choses dont il accuse Zuckerberg maintenant, à savoir d'avoir enfreint la loi sur les procédures de protection des consommateurs (CPPA) de Washington DC. Vers la fin de l'année dernière, le procureur général a tenté d'ajouter Zuckerberg en tant que défendeur à cette affaire, et cela a été rejeté par un juge qui, en mars, a déclaré que le moment choisi « ressemblait presque à de la mauvaise foi ».

Racine, cependant, reste convaincu qu'il peut lier Zuck à l'extraction de données et a intenté une action spécifiquement contre le PDG et cofondateur de Facebook. « Les preuves montrent que monsieur Zuckerberg a été personnellement impliqué dans l'échec de Facebook à protéger la vie privée et les données de ses utilisateurs, ce qui a directement conduit à l'incident de Cambridge Analytica », a déclaré le procureur général.

La CPPA stipule que les individus peuvent être tenus responsables des actions d'une entreprise s'ils sont au courant, contrôlent ou n'ont pas réussi à arrêter une activité illégale. Le dernier procès en matière de CCPA contre Facebook remonte à 2007, l'année où Facebook a ouvert sa plateforme aux annonceurs. Dans la plainte, il était indiqué que Facebook savait comment son site Web pouvait être utilisé à mauvais escient et a pourtant ignoré les avertissements.

La plainte demande un procès devant jury contre Zuckerberg, avec un verdict de culpabilité lui interdisant de violer à nouveau le CPPA, ainsi que de payer une restitution de 5 000 $ pour la première violation et de 10 000 $ pour chaque accusation supplémentaire (à prouver au procès).

Facebook a perdu deux affaires judiciaires précédentes concernant son rôle dans l'explosion de Cambridge Analytica, le Royaume-Uni lui ayant infligé une amende de 630 000 $ et la Federal Trade Commission des États-Unis lui ayant imposé une amende de 5 milliards de dollars pour la même chose.

Source : Bureau du procureur général

Et vous ?

Que pensez-vous de cette poursuite en justice ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/06/2022 à 11:47
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
À votre avis, Meta serait-elle la victime dans l'affaire antitrust l'opposant à l'UE ?
Bien sûr que non. Elle est bien bonne, celle-là! Ils possèdent l'intégralité des réseaux sociaux mainstream (Facebook, Whatsapp, Instagram, ...) en dehors de Twitter, et beaucoup d'applications mobile/site webs utilisent leurs servicent et leur envoient de l'information sur les utilisateurs (comme pour Google, d'ailleurs). Et par dessus le marché, ils viennent nous inonder de publicité plus ou moins déguisée pour leur métavers à travers différents canaux de communication et à différentes entreprises... La victime? Vraiment?

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
« La Commission a aspiré tous les fonds marins dans l'intention de voir plus tard quelles espèces de poissons rares elle trouve dans ses vastes filets », que pensez-vous de cette déclaration de Daniel Jowell, avocat de Meta ?
Ah ben c'est sûr que si l'avocat dit "notre business se fait sur le pillage des données personnelles, pour vendre de la publicité ciblée", ça fait moins défendable. Alors le gars a recours à des métaphores pour "noyer le poisson"
9  1 
Avatar de Jules34
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 03/06/2022 à 16:14
Citation Envoyé par kain_tn Voir le message
Ah ben c'est sûr que si l'avocat dit "notre business se fait sur le pillage des données personnelles, pour vendre de la publicité ciblée", ça fait moins défendable. Alors le gars a recours à des métaphores pour "noyer le poisson"
C'est clair !!! C'est comme dire, "attendez sur les 400 fois par jours ou on met aux enchères les données persos de nos utilisateurs, on ne vend pas forcément que des données recueillies illégalement ou provenant d'enfant mineurs donc veuillez arrêter de nous harceler !"

La témérité des avocats
3  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/06/2022 à 17:18
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
La témérité des avocats
2  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 23/05/2023 à 14:28
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?


2  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2023 à 20:19
le truc, c'est que meme en payant, 10 euros, on sait qu'il continueront a pister. peu etre moins, mais quand meme. ce qu'il peuvent faire sans que les gens le sache. on considere qu'ils le font
2  0 
Avatar de pierre.E
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/11/2023 à 17:43
manque l'option facebook me paye 10€ par mois pour l'utiliser
2  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/08/2022 à 17:52
Si seulement je pouvais avoir juste un petit million qui tombe de sa poche
1  0 
Avatar de smarties
Membre expert https://www.developpez.com
Le 18/07/2023 à 7:13
La Norvège agit, mais qu'attendons nous pour en faire autant ainsi que tous les pays de l'UE.

Ca fait des années que les GAFAM commettent des abus, arrêtons d'être gentils.
1  0 
Avatar de Denis CADIOT
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 17/11/2023 à 5:34
Le pistage ne me gêne pas, je n'utilise même pas un pseudo. Ce que je poste est assumé.
Comme je ne suis pas un people, mon image internet me convient, personne ne m'attaque et ne la dégrade.

Sur FB on peut écarter les excités malveillants.
Si FB devenait exclusivement payant je le quitterais.
Quand les pubs seront, à mon goût, trop invasives je le quitterai.

Donc tout va bien, c'est cool.
2  1 
Avatar de witre
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 19/11/2023 à 23:57
Meta ne vise pas uniquement les citoyens de l'Union européenne.
En tant qu'utilisateur d'un pays qui ne fait pas partie de l'UE, je dois également choisir entre l'option 'gratuite' et l'option payante.
La décision de faire payer ou non l'utilisateur par Meta ne repose pas sur la géolocalisation de l'adresse IP.

Pour ceux qui l'ont oublié, en Chine, Apple a tenté de mettre en place une mesure similaire à celle de Meta.
L'entreprise souhaitait stocker les données sur le sol américain, à l'abri des régulations telles que le GDPR.
La 'grande démocratie chinoise' a exigé d'Apple qu'elle construise des centres de données sur le territoire chinois, gérés par du personnel chinois.
Apple n'a pas discuté et a fait ce que la Chine lui a dit de faire.
Cela n'a rien coûté aux utilisateurs chinois, et Apple réalise d'importants profits dans cette région.
La 'grande démocratie chinoise' peut ainsi contrôler les données et ses citoyens, et tout le monde semble satisfait.

Je ne défends pas la 'grande démocratie chinoise', mais je constate qu'au sein de l'Union européenne, la Commission prend des décisions qui entraînent des coûts pour les citoyens européens et rapportent de l'argent aux sociétés américaines.
Pourquoi la Commission n'a-t-elle pas imposé à Meta de construire des centres de données en Europe, gérés par des Européens ?
Cela n'aurait peut-être pas évité de payer, mais aurait assuré le respect du GDPR.
1  0