IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Biden signe un projet de loi sur la concurrence avec la Chine pour stimuler les fabricants américains de puces,
Les fabricants vont recevoir des milliards de dollars de subventions

Le , par Bruno

377PARTAGES

8  0 
Le président Joe Biden a signé le 9 août la loi CHIPS et Science Act, donnant force de loi à ce paquet de 280 milliards de dollars qui comprend 52 milliards de dollars de financement pour stimuler la fabrication nationale de semi-conducteurs aux États-Unis. « Aujourd'hui est un jour pour les bâtisseurs. Aujourd'hui, l'Amérique tient ses promesses », a déclaré Biden lors de la cérémonie de signature à la Maison-Blanche mardi. « La loi CHIPS et Science est un investissement unique en son genre dans l'Amérique elle-même ».

L'accord bipartisan visant à relancer l'innovation américaine en opposition à la domination technologique croissante de la Chine intervient dans un contexte de pénurie mondiale de semi-conducteurs. Cette pénurie a incité des fabricants comme Intel à investir dans de nouvelles usines afin de répondre à la demande croissante de produits technologiques tels que les ordinateurs portables et les smartphones dans le monde entier. Mais les responsables américains craignent que, sans intervention du gouvernement, les fabricants de puces continuent à délocaliser leurs nouvelles fonderies en Chine, laissant peu de place aux États-Unis pour tirer profit d'une industrie dont ils ont été les pionniers il y a plusieurs décennies.


Les dirigeants d'entreprises telles que Micron, Intel, HP et Lockheed Martin ont assisté au coup de crayon de Joe Biden, aux côtés des leaders de l'industrie automobile et d'autres parties prenantes. Ils espèrent que ces nouvelles subventions mettront fin à « une pénurie persistante » de puces mémoire qui, selon certains observateurs, a affecté « tout, des voitures aux armes en passant par les machines à laver et les jeux vidéo. »

Au total, la loi CHIPS and Science Act - également connue sous le nom de Creating Helpful Incentives to Produce Semiconductors for America Act - autorise jusqu'à 200 milliards de dollars de subventions sur 10 ans, si les États-Unis décident de poursuivre leurs investissements. La vision à long terme est de propulser les États-Unis devant la Chine et d'autres pays investis dans une course mondiale pour devenir le leader de l'industrie.

Lors de la cérémonie de signature à la Maison-Blanche, le chef de la majorité du Sénat américain, Chuck Schumer (D-NY), a déclaré que la loi CHIPS et Science était « la chose la plus importante que nous ayons faite pour l'Amérique depuis des années, voire des décennies ». Schumer a qualifié l'investissement substantiel prévu par la nouvelle loi d'affirmation que les meilleures années de l'Amérique sont encore à venir.

Dans une déclaration, la secrétaire d'État américaine au commerce, Gina Raimondo, a qualifié cette initiative d'« investissement historique qui contribuera à revitaliser l'économie manufacturière américaine, à stimuler la recherche et le développement dans les industries essentielles et à nous permettre de continuer à surpasser la concurrence et à innover dans le reste du monde ».

Le financement comprend 39 milliards de dollars d'incitations à la fabrication, 2 milliards de dollars pour couvrir les anciennes puces dans les véhicules et les systèmes de défense, 13,2 milliards de dollars pour la recherche et le développement ainsi que la formation de la main-d'œuvre, et 500 millions de dollars supplémentaires pour sécuriser les technologies de communication de l'information internationale et la chaîne d'approvisionnement des semi-conducteurs. Un crédit d'impôt à l'investissement de 25 % est également prévu pour les dépenses en capital liées à la fabrication de semi-conducteurs.

Le projet de loi fait suite à la guerre commerciale entre l'administration Trump et la Chine, qui a obligé les entreprises américaines, chinoises et autres à reconsidérer la manière dont elles se procurent leurs produits dépendant des semi-conducteurs et l'alignement géopolitique de leurs partenaires de fabrication. La tension entre les États-Unis et la Chine est devenue plus évidente lors de la récente visite de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan, où se trouve TSMC et qui est au centre des préoccupations concernant le fonctionnement des chaînes d'approvisionnement en semi-conducteurs si les relations entre les États-Unis et la Chine continuent de se détériorer.

« L'Amérique a inventé le semi-conducteur, mais produit aujourd'hui environ 10 % de l'offre mondiale - et aucune des puces les plus avancées », a déclaré la Maison-Blanche dans un communiqué. « Au lieu de cela, nous dépendons de l'Asie de l'Est pour 75 % de la production mondiale ».

La signature de la loi a suscité les louanges des groupes commerciaux technologiques.

« Ce n'est pas seulement une victoire pour la technologie, c'est aussi une victoire pour les consommateurs qui ont eu du mal à trouver et à acheter des produits pendant la pénurie mondiale de puces », a déclaré Adam Kovacevich, PDG de la Chambre du progrès, un groupe commercial soutenu par de grandes entreprises technologiques, dans un communiqué. « Ce genre d'investissement historique va avoir des répercussions sur l'ensemble de l'économie pour les travailleurs, pour les entrepreneurs et pour tous ceux qui veulent voir les États-Unis continuer à être à la tête du secteur technologique mondial. »

Une autre association industrielle, SEMI, avait des choses tout aussi agréables à dire sur tout l'argent dirigé vers leurs membres.

« SEMI se réjouit de poursuivre la collaboration avec le gouvernement américain et nos sociétés membres pour assurer la mise en œuvre opportune de ces programmes visant à renforcer la chaîne d'approvisionnement des semi-conducteurs américains », a déclaré Ajit Manocha, président et PDG de SEMI, dans un communiqué.

« Le financement de la loi CHIPS et de la loi sur la science sera également déterminant pour soutenir le Centre national de technologie des semi-conducteurs (NSTC), le Programme national de fabrication d'emballages avancés et les programmes connexes afin de stimuler les innovations de l'industrie des puces qui amélioreront la vie des gens dans le monde entier. »

Grâce aux subventions et aux crédits d'impôt prévus par la nouvelle loi, la société américaine Micron Technology a déclaré qu'elle prévoyait d'investir 40 milliards de dollars dans la fabrication de puces mémoire d'ici la fin de la décennie, créant ainsi 40 000 nouveaux emplois dans la construction et la fabrication.

Micron a déclaré qu'elle prévoyait que la part de marché des États-Unis dans la production de puces mémoire passerait de moins de 2 % actuellement à 10 % dans huit ans. Lundi, en prévision de la signature de la loi CHIPS and Science Act, Qualcomm et GlobalFoundries ont annoncé hier l'extension de leur partenariat de fabrication existant, ce qui représente un investissement de 4,2 milliards de dollars dans les installations de GlobalFoundries dans l'État de New York.

L'accord prolonge spécifiquement la collaboration de QGT, filiale américaine de Qualcomm, avec GlobalFoundries pour la fabrication de FinFET pour les émetteurs-récepteurs 5G, les produits Wi-Fi, automobiles et IoT.

En juillet 2021, Intel a publié sa feuille de route pour les quatre prochaines années. Lors de sa présentation, Intel a annoncé qu'elle produira au cours des quatre prochaines des puces basées sur les nœuds de processus 7nm, 4nm et 3nm. En outre, dès 2024, la société introduira sa nouvelle technologie de fabrication de puces, le nœud de processus Intel 20A (c'est-à-dire 20 angströms), qui devrait lui permettre de rattraper et reprendre de l'avance sur ses deux plus grands rivaux TSMC et Samsung Semiconductor. Intel ouvre également ses fonderies à d'autres concepteurs de puces, dont Qualcomm qui domine actuellement le marché des puces pour téléphones mobiles.

Le fabricant de puces Intel va consacrer au moins 20 milliards de dollars à un nouveau site de fabrication de puces à New Albany, près de Columbus, dans l'Ohio, a annoncé la société. Le site de 1 000 acres accueillera initialement deux usines de fabrication (fabs) de puces et devrait employer directement au moins 3 000 personnes et des « dizaines de milliers » de plus parmi les fournisseurs et les partenaires. La construction devrait démarrer cette année et le site devrait être opérationnel en 2025.

« Nous avons pour objectif d'investir jusqu'à 100 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, mais sans le soutien du gouvernement fédéral, cet objectif sera difficile à atteindre dans ce laps de temps », a confirmé William Moss, porte-parole d'Intel. L'investissement initial de 20 milliards de dollars ne dépend toutefois pas des subventions fédérales.

Historiquement, les législateurs américains considèrent que des subventions aux entreprises d'une telle ampleur sont contraires à l'idée de garantir un marché libre et équitable. Mais les législateurs semblent penser qu'il est nécessaire de parer aux risques de sécurité nationale et de répondre aux préoccupations relatives à la chaîne d'approvisionnement mondiale en investissant des milliards dans la production américaine de puces, à l'instar de la manière dont l'Union européenne et la Chine ont investi dans leur propre production.


Cela pourrait aider les États-Unis à s'imposer comme l'un des principaux fabricants mondiaux de puces, mais certains signes indiquent que les États-Unis devront suivre de près les progrès accomplis afin de garantir une rentabilité maximale de leur investissement. L'initiative de Biden intervient juste après que l'industrie chinoise des puces a « sombré dans le chaos », avec l'arrestation de hauts responsables de l'industrie chinoise des puces pour corruption et utilisation abusive de fonds publics. Après avoir investi 30 milliards de dollars, la Chine doit encore débourser 20 milliards de dollars dans le cadre des enquêtes en cours, et sa technologie est toujours en retard sur celle de Taïwan.

Les experts ont déclaré qu'il n'y avait rien d'étonnant à découvrir des cas de corruption dans un secteur où tant d'argent « circule ». Aux États-Unis, la corruption liée à l'augmentation de l'aide aux entreprises a été fortement critiquée depuis les années 1980, lorsque des organismes de surveillance ont tenté pour la première fois d'« assécher le marécage » des sociétés à motivation politique et au contrôle financier qui travaillent contre les intérêts des consommateurs pour réaliser des profits.

La Chine est un exemple de la façon dont les investissements publics dans l'industrie des puces peuvent mal tourner - de l'argent gaspillé pour une technologie de faible qualité qui ne peut pas être compétitive dans le commerce mondial - mais elle illustre également pourquoi il est crucial de couper les liens avec les fournisseurs étrangers, même pour les législateurs plus économes qui, autrement, hésiteraient à approuver des subventions importantes aux entreprises.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Cet investissement à coût des centaines de milliards de dollars serait suffisant pour concurrencer la Chine ?

Que font les autres Puissances économiques en Europe par exemple ?

Voir aussi :

USA : le Sénat adopte un projet de loi de 280 milliards pour subventionner l'industrie des puces, 9 milliards de dollars d'aides pour la production locale et 13 milliards pour les recherches

Joe Biden appelle le Congrès à adopter le CHIPS Act, une loi qui fournirait 52 milliards de dollars de subventions, pour faire progresser la fabrication de semi-conducteurs aux États-Unis

TSMC augmente le prix des puces jusqu'à 20 % dans un contexte de pénurie d'approvisionnement, cette augmentation devrait se répercuter sur les prix des produits finis

Les dirigeants d'Intel, Nvidia et TSMC estiment que la pénurie de puces pourrait durer jusqu'en 2023, alors que l'industrie se hâte pour rapidement conjuguer cette crise au passé

La Chine injecte 2,2 milliards de dollars dans une entreprise locale de fabrication de puces, alors que Washington tente de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de semi-conducteurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2023 à 11:13
Même si je suis d'accord que l'objectif visé est celui que tu expose, tu vends la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Même poutine, dans ton article, est plus prudent :
Nous plaidons pour l'utilisation du yuan dans les paiements entre la Russie et d’autres pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine
Autrement dit, les brics ' ne se passent pas désormais du dollar", mais "La Russie aimerait que les BRICS utilisent plus le yuan".

Il y a encore quelques étapes à passer entre une déclaration d'intention unilaterrale et l'application par tout le groupe...
9  2 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/04/2023 à 11:39

La loi de l'UE sur les puces a été accueillie favorablement par les acteurs de l'industrie qui ont déclaré qu'elle apporterait des capacités de fabrication, des compétences et des améliorations en matière de recherche et de développement. La législation a déjà suscité l'intérêt d'Intel, qui a choisi l'Allemagne pour y implanter un nouveau grand complexe de fabrication de puces, soutenu par des subventions de 6,8 milliards d'euros. STMicroelectronics, une multinationale franco-italienne basée en Suisse, s'est également associée à GlobalFoundries et la société taïwanaise TSMC est en pourparlers avec l'État allemand de Saxe en vue d'y construire une usine.
Les experts estiment qu'une rivalité pourrait s'installer les États membres de l'UE sur l'octroi des financements et sur les entreprises bénéficiaires.
Bah vu comment les entreprises prévoient déjà que tout se passera en Allemagne, j'espère bien que les états membres ne diront pas oui. Non seulement parce que l'allemagne a déjà la facheuse habitude de monopoliser certaines industries, mais aussi parce que les allemands cède toujours pour les USA que je vois mal comment ça empêchera vraiment le USA de continuer a souffler la pluie et le beau temps sur le marchés européen.
8  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/08/2023 à 15:17
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Les semi-conducteurs développés par Nvidia alimentent des technologies telles que ChatGPT et d'autres outils d'IA générative. C'est pourquoi les États-Unis ont cherché à limiter l'accès de la Chine à cette technologie, en invoquant des raisons de sécurité nationale.
Il y a probablement plusieurs pays membre des BRICS qui sont dans la liste des pays qui ne peuvent pas acheter des puces d'apprentissage automatique.
Il me semble que l'objectif des BRICS c'est de mettre fin à la suprématie des USA, donc les USA essaient de se défendre.

Il est possible qu'un jour il y ait une alternative chinoise à AMD et Nvidia.
7  0 
Avatar de forthx
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/10/2023 à 10:29
Quel est votre avis sur le sujet ?
Je crois que les politiques américains on pas bien saisie les implication du "libre" et qu'ils commences seulement a se rendre compte de l'effet de leur sanctions vis a vis de la chine (pourtant il y a eu des signes). Et je pense qu'il est un peut tard pour se réveiller.

Selon vous, les inquiétudes formulées par les législateurs américains concernant la technologie RISC-V sont-elles pertinentes et justifiées ?
C'est difficile a dire. Si la chine compte capitaliser pour faire sa propre architecture (fermé) ca peu créé un écart si ils mettent le budget (ya du lourd en face tout de même). Si par contre la contribution est ouverte (amélioration de la technologie RISC-V proposé par la chine) rien n’empêche les USA de capitaliser dessus également. Mais les autres pays également. Après, si les USA se bougent pour proposer mieux, ce n'est pas impossible. Mais la perte de leur monopole absolu, c'est déjà acté !
5  0 
Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 11/10/2022 à 16:43
les usa se font dépasser un peu partout, leur seul moyen c'est d'accuser certain d'être lié à l'armé, alors que les entreprises américaines se doivent de collaborer avec leur gouvernement...
4  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2023 à 14:00
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
Et la Chine produira les puces qu'elle entend produire, reprendra Taïwan même si ils font sauter les usines, ça perturbera encore plus les économies occidentales.
Là dessus, ne vends pas la peau de l'ours... D'une, la Chine n'est clairement pas certaine de pouvoir vaincre militairement Taiwan : il y a un monde entre provoquer les types d'en face en faisant voler tes chasseurs un peu trop près et faire une opération amphibie de grande ampleur à travers un détroit plus large que la Manche. Et de deux, attaquer Taiwan, c'est risquer la 3e guerre mondiale et ça, c'est risqué.

Que Pékin rattrape son retard sur la conception des puces, oui, c'est largement du possible (encore qu'il y ait encore une belle marge, mais au moins ils ne sont pas largués comme l'Europe)
4  0 
Avatar de phil995511
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/04/2023 à 19:58
De mémoire l'EU veut sponsoriser des usines en 14 nm pour pouvoir produire des puces pour l’industrie automobile, alors qu'aux USA on cherche à regarder plus loin que le bout de son nez en misant sur du 2-3 nm ;-(

Les décisionnaires européens ont systématiquement plusieurs trains de retard en matière de technologies, il serait temps que cela change en les remplaçant par des gens plus compétents en matière de prises de décisions !!
4  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/04/2023 à 13:42
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message

La France, dans un avenir proche, a la capacité d'être l'endroit où il faut aller pour faire fortune, si tant est une fois de plus que l'EU et surtout les dirigeants Français mettent les moyens pour convertir ces surfaces maritimes qui n'ont jamais été exploitées en mines d'or.
Mine d'or maritime ? Si tu parles des hydrocarbures, a priori on n'en a pas, sinon Total n'aurait pas été créée pour prospecter à l'étranger.

Si tu parles des nodules polymétalliques , apparemment c'est un feu de paille médiatique. Très compliqué à extraire à grande profondeur, très énergivores à remonter et trier. Raffinage très complexe sale et énergivore. Il faudrait quasiment envoyer des usines et centrales nucléaires flottantes pour aller les chercher, et comme au final, les taux de métal dans les nodules sont voisins d'une mine terrestre médiocre, ce n'est pas compétitif.
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/04/2023 à 13:51
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Surement encore les propos d'un suprématiste noir


C'est impressionnant comme à partir d'aucun élément t'arrives à la conclusion que quelqu'un est un extrémiste noir .
On peut être Français, blanc et critiquer les USA (et le reste de l'occident).

Alors que sur terre il y a beaucoup de peuples qui détestent les USA.
Il n'y a pas que l'occident, il y a ça par exemple : BRICS.
5  1 
Avatar de domi65
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/08/2023 à 18:42
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Surement encore les propos d'un suprématiste noir (pour ne pas dire raciste anti blancs) comme il en rode ici qui idéalise une Afrique dans lequel ils n'ont jamais mis les pieds.
Blanc, sans en être ni fier ni honteux.
Je n'idéalise rien. Je constate que nous sommes à la botte des USA qui ne nous font en retour aucun cadeau, contrairement aux colons français en Afrique, même si c'était insuffisant. Et ce faisant nous acceptons le double standard imposé par l'impérialisme américain (c'est lui qui me déplait, pas les USA en soi). Ce n'est pas pour rien si les 7 huitièmes de la planète (pas nous, malheureusement, on en redemande) essayent de sortir de son joug. Et sortir de ce joug ne doit pas signifier passer sous le joug d'un autre.
4  0