IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

USA : le Sénat adopte un projet de loi de 280 milliards pour subventionner l'industrie des puces,
9 milliards de dollars d'aides pour la production locale et 13 milliards pour les recherches

Le , par Bruno

353PARTAGES

6  0 
Le Sénat américain a adopté le 27 juillet un projet de loi destiné à subventionner l’industrie des semi-conducteurs, avec l’espoir de permettre aux entreprises américaines de rivaliser avec la Chine et d’atténuer la pénurie récurrente de puces qui a affecté nombre de secteurs, comme l’automobile. La proposition de loi prévoit 52 milliards de dollars pour la relance de la production de semi-conducteurs aux Etats-Unis, un texte qui doit encore être entériné par la Chambre des représentants.

Ces montants sont inclus dans une loi plus large, qui alloue également plus de 100 milliards de dollars sur cinq ans pour la recherche et le développement. 64 sénateurs sur 100, démocrates et républicains, ont voté pour le Chips Act and science. « Le Sénat a adopté une loi historique qui va diminuer les coûts et créer des emplois », a immédiatement commenté le président Joe Biden, en appelant les élus de la Chambre à voter la loi « rapidement ».

La demande pour les semi-conducteurs, au coeur de toute l'électronique moderne, a explosé pendant la pandémie, causant des pénuries mondiales encore exacerbées par la fermeture d'usines chinoises face aux résurgences du Covid. Les problèmes d'approvisionnement pour ces puces, présentes aussi bien dans les smartphones que les hélicoptères, ont selon le gouvernement de Joe Biden alimenté l'inflation galopante dans le pays.

Elles ont notamment ralenti la production de voitures neuves l'an dernier, suscitant une flambée des prix dans l'automobile. La dépendance des Etats-Unis envers des usines principalement situées en Asie pose aussi une menace pour la sécurité nationale, de nombreux équipements militaires fonctionnant à l'aide de ces puces, relève le gouvernement.


Malgré un constat partagé par démocrates et républicains sur l'impératif de relancer la production nationale, les élus du Congrès ont échoué pendant des mois à se mettre d'accord sur un texte définitif. En ce qui concerne les micro-processeurs, la proposition de loi prévoit finalement 39 milliards de dollars d'aides pour encourager les entreprises à produire localement, et 13 milliards pour les laboratoires de recherche.

Plusieurs industriels ont déjà fait savoir qu'ils allaient utiliser ces fonds pour construire des usines dans l'Ohio ou l'Indiana. Le sénateur Bernie Sanders, une figure de la gauche américaine, s'était ému avant le vote des sommes allouées à des entreprises « rentables » qui, selon lui, « ont fermé 780 usines en 20 ans » aux Etats-Unis. « C'est un pot-de-vin pour qu'elles restent ici », a-t-il écrit dans un communiqué.

Le président Biden avait toutefois promis, le 25 juillet, que la loi « n'était pas un chèque en blanc ». Les entreprises devront selon lui remplir certaines conditions, notamment en termes de salaires, pour toucher ces aides publiques. « Nous ne leur permettrons pas d'utiliser ces fonds pour racheter des actions ou payer des dividendes », avait-il ajouté, en précisant qu'il donnerait lui-même le feu vert aux plus gros montants.

« Après des années de travail acharné, le Sénat adopte le plus grand investissement dans la science, la technologie et la fabrication de pointe depuis des décennies », a déclaré Chuck Schumer, chef de la majorité au Sénat, mercredi. « Ce projet de loi sur les puces et la science va créer des millions d'emplois bien rémunérés à l'avenir. Il allégera les chaînes d'approvisionnement, il contribuera à réduire les coûts et il protégera les intérêts de sécurité nationale de l'Amérique. »

« Trop souvent, notre gouvernement et nos entreprises sont accusés d'être trop à court terme », a-t-il poursuivi. « Mais il s'agit de l'un des projets de loi les plus importants à long terme que nous ayons adoptés depuis très longtemps. J'ai dit hier à notre caucus que nos petits-enfants occuperont des emplois bien rémunérés dans des industries que nous ne pouvons même pas imaginer grâce à ce que nous faisons maintenant. Et nous l'avons fait ensemble, les deux parties coopérant de bonne foi sur des questions vraiment difficiles. »

« Le peuple américain mérite de voir plus d'exemples comme celui-ci, où les deux parties s'unissent pour faire de très, très grandes choses qui auront un impact durable sur notre pays », a ajouté Schumer. « Et je suis convaincu que les générations futures se souviendront de l'adoption de ce projet de loi comme d'un tournant dans le leadership américain au 21e siècle ».

Lors de sa première intervention depuis son arrivée à la tête d'Intel en février, le PDG d’Intel Pat Gelsinger a prédit que les semi-conducteurs représenteront plus de 20 % de la nomenclature totale des véhicules haut de gamme d'ici 2030. Ce qui représente un taux de croissance cinq fois supérieur par rapport au chiffre de 4 % de 2019. Jusqu'à présent, seule une poignée d'entreprises ont réussi à intégrer les technologies nécessaires pour graver des éléments toujours plus petits dans le silicium, et la maîtrise de la lithographie dans l'ultraviolet extrême (EUV) par TSMC a contribué à la catapulter en tête du peloton.

En juillet 2021, Intel a publié sa feuille de route pour les quatre prochaines années. Lors de sa présentation, Intel a annoncé qu'elle produira au cours des quatre prochaines des puces basées sur les nœuds de processus 7nm, 4nm et 3nm. En outre, dès 2024, la société introduira sa nouvelle technologie de fabrication de puces, le nœud de processus Intel 20A (c'est-à-dire 20 angströms), qui devrait lui permettre de rattraper et reprendre de l'avance sur ses deux plus grands rivaux TSMC et Samsung Semiconductor. Intel ouvre également ses fonderies à d'autres concepteurs de puces, dont Qualcomm qui domine actuellement le marché des puces pour téléphones mobiles.

Selon une certaine source, Intel souhaitait fabriquer des plaquettes de silicium dans une usine située à Chengdu, en Chine, d'ici à la fin de cette année. Cependant, lorsque la société a récemment partagé les détails de ce plan avec le gouvernement américain, « les responsables de l'administration Biden ont fortement découragé le déménagement. » Le rapport ne précise pas la nature exacte des préoccupations de la Maison-Blanche en matière de sécurité.

Intel aurait également cherché à obtenir une aide fédérale « pour accélérer la recherche et la production aux États-Unis », Intel ajoutant dans une déclaration qu'« Intel et l'administration Biden partagent l'objectif de remédier à la pénurie actuelle de micropuces dans toute l'industrie, et nous avons exploré un certain nombre d'approches avec le gouvernement américain.

Nous nous concentrons sur l'expansion significative en cours de nos opérations de fabrication de semi-conducteurs existantes et sur nos projets d'investissement de dizaines de milliards de dollars dans de nouvelles usines de fabrication de plaquettes aux États-Unis et en Europe. » « S'il y a un camion à béton dans l'État de l'Ohio qui ne travaillera pas pour moi l'année prochaine, je veux le savoir », a plaisanté Pat Gelsinger.

Le fabricant de puces Intel va consacrer au moins 20 milliards de dollars à un nouveau site de fabrication de puces à New Albany, près de Columbus, dans l'Ohio, a annoncé la société. Le site de 1 000 acres accueillera initialement deux usines de fabrication (fabs) de puces et devrait employer directement au moins 3 000 personnes et des « dizaines de milliers » de plus parmi les fournisseurs et les partenaires. La construction devrait démarrer cette année et le site devrait être opérationnel en 2025.

« Nous avons pour objectif d'investir jusqu'à 100 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, mais sans le soutien du gouvernement fédéral, cet objectif sera difficile à atteindre dans ce laps de temps », a confirmé William Moss, porte-parole d'Intel. L'investissement initial de 20 milliards de dollars ne dépend toutefois pas des subventions fédérales.

Les autres promesses d'Intel sont plus floues, comme l'idée que le site de l'Ohio pourrait abriter huit fabs au lieu de deux seulement. « En cas de construction complète, l'investissement total sur le site pourrait atteindre 100 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, ce qui en ferait l'un des plus grands sites de fabrication de semi-conducteurs au monde », peut-on lire dans le communiqué de presse d'Intel. Mais il ne s'agit pas d'un engagement ferme c'est plutôt un objectif ambitieux, à condition qu’Intel obtient des subventions fédérales.

Le président américain Joe Biden a félicité Pat Gelsinger après cette annonce de 20 milliards de dollars d'investissement pour deux nouvelles installations de fabrication de puces, ou fabs, que la société construira juste à l'ouest de Columbus, Ohio. Maintenant que le Sénat a adopté un projet de loi de 280 milliards de dollars pour stimuler la production de puces informatiques aux États-Unis, attendons de voir si tous les camions à béton dans l'État de l'Ohio travailleront pour Pat Gelsinger l'année prochaine.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Que pensez-vous de l'adoption de ce projet de loi ?

Voir aussi :

Joe Biden appelle le Congrès à adopter le CHIPS Act, une loi qui fournirait 52 milliards de dollars de subventions, pour faire progresser la fabrication de semi-conducteurs aux Etats-Unis

TSMC augmente le prix des puces jusqu'à 20 % dans un contexte de pénurie d'approvisionnement, cette augmentation devrait se répercuter sur les prix des produits finis

Les dirigeants d'Intel, Nvidia et TSMC estiment que la pénurie de puces pourrait durer jusqu'en 2023, alors que l'industrie se hâte pour rapidement conjuguer cette crise au passé

La Chine injecte 2,2 milliards de dollars dans une entreprise locale de fabrication de puces, alors que Washington tente de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de semi-conducteurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2023 à 11:13
Même si je suis d'accord que l'objectif visé est celui que tu expose, tu vends la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Même poutine, dans ton article, est plus prudent :
Nous plaidons pour l'utilisation du yuan dans les paiements entre la Russie et d’autres pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine
Autrement dit, les brics ' ne se passent pas désormais du dollar", mais "La Russie aimerait que les BRICS utilisent plus le yuan".

Il y a encore quelques étapes à passer entre une déclaration d'intention unilaterrale et l'application par tout le groupe...
9  2 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/04/2023 à 11:39
La loi de l'UE sur les puces a été accueillie favorablement par les acteurs de l'industrie qui ont déclaré qu'elle apporterait des capacités de fabrication, des compétences et des améliorations en matière de recherche et de développement. La législation a déjà suscité l'intérêt d'Intel, qui a choisi l'Allemagne pour y implanter un nouveau grand complexe de fabrication de puces, soutenu par des subventions de 6,8 milliards d'euros. STMicroelectronics, une multinationale franco-italienne basée en Suisse, s'est également associée à GlobalFoundries et la société taïwanaise TSMC est en pourparlers avec l'État allemand de Saxe en vue d'y construire une usine.
Les experts estiment qu'une rivalité pourrait s'installer les États membres de l'UE sur l'octroi des financements et sur les entreprises bénéficiaires.
Bah vu comment les entreprises prévoient déjà que tout se passera en Allemagne, j'espère bien que les états membres ne diront pas oui. Non seulement parce que l'allemagne a déjà la facheuse habitude de monopoliser certaines industries, mais aussi parce que les allemands cède toujours pour les USA que je vois mal comment ça empêchera vraiment le USA de continuer a souffler la pluie et le beau temps sur le marchés européen.
8  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/08/2023 à 15:17
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Les semi-conducteurs développés par Nvidia alimentent des technologies telles que ChatGPT et d'autres outils d'IA générative. C'est pourquoi les États-Unis ont cherché à limiter l'accès de la Chine à cette technologie, en invoquant des raisons de sécurité nationale.
Il y a probablement plusieurs pays membre des BRICS qui sont dans la liste des pays qui ne peuvent pas acheter des puces d'apprentissage automatique.
Il me semble que l'objectif des BRICS c'est de mettre fin à la suprématie des USA, donc les USA essaient de se défendre.

Il est possible qu'un jour il y ait une alternative chinoise à AMD et Nvidia.
7  0 
Avatar de seedbarrett
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 22/02/2024 à 17:02
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
En attendant, les services publics fonctionnent chez nous et pas chez eux
Ca marche chez nous ?? L'école est un désastre, les hôpitaux de même et malgré nos cotisations on va devoir payer nos médicament générique. L'autre jour j'ai fais une prise de sang sur ordonnance : 50€. Malgré toutes les cotisations tous les mois, je dois quand même payer. Imagine si j'étais au smic, et bien j'irais pas me soigner.

Tu me diras que c'est mieux d'en avoir en ruine que pas du tout, c'est pas entièrement faux, mais là c'est juste un foutage de gueule. Et je parle même pas de la justice, du ferroviaire, de l'énergie, des routes, des retraites, du long terme ..
6  0 
Avatar de kmedghaith
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 9:38
La Chine rattrape son retard technologique à grands pas et ceci en partie à causes des sanctions US et EU.
Vu la taille de l'appareil industriel et sa croissance, les "experts" économiques estiment ... qu'on est foutus.
6  0 
Avatar de forthx
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/10/2023 à 10:29
Quel est votre avis sur le sujet ?
Je crois que les politiques américains on pas bien saisie les implication du "libre" et qu'ils commences seulement a se rendre compte de l'effet de leur sanctions vis a vis de la chine (pourtant il y a eu des signes). Et je pense qu'il est un peut tard pour se réveiller.

Selon vous, les inquiétudes formulées par les législateurs américains concernant la technologie RISC-V sont-elles pertinentes et justifiées ?
C'est difficile a dire. Si la chine compte capitaliser pour faire sa propre architecture (fermé) ca peu créé un écart si ils mettent le budget (ya du lourd en face tout de même). Si par contre la contribution est ouverte (amélioration de la technologie RISC-V proposé par la chine) rien n’empêche les USA de capitaliser dessus également. Mais les autres pays également. Après, si les USA se bougent pour proposer mieux, ce n'est pas impossible. Mais la perte de leur monopole absolu, c'est déjà acté !
5  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/04/2024 à 11:31
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est clair que les nations européennes sont foutues.... Maintenant elles n'achètent plus d'énergie Russe.
Cette affirmation est fausse!

1. Les pays européens dont la France achètent toujours de l'uranium à la Russie pour leur centrales nucléaires. En 2022, la France a acheté à la Russie 312 tonnes d'uranium enrichi, pour un montant de 358 millions d'euros!!!

2. Les pays européens achètent toujours de gaz à la Russie soit directement, soit via des pays intermédiaires. Auditionné par le sénat français ce lundi 29 avril 2024, le PDG de TotalEnergie Patrick Pouyanné a avoué « Si l’on bannit le GNL russe, les prix du gaz en Europe vont repartir à la hausse ». « Il y a une importation de GNL russe en Europe : 14 millions de tonnes en 2022 et en 2023. On importe actuellement en Europe entre 105 et 110 millions de tonnes, c’est donc 12 à 13 % des importations »

https://www.publicsenat.fr/actualite...-totalenergies

3. Les pays européens achètent toujours du pétrole à la Russie en passant par des intermédiaires comme l'Inde ou comme certaines anciennes républiques de l'URSS dont le nom se termine en "...stan" qui bien que n'ayant pas la moindre goutte de pétrole sur leur sol sont devenus depuis le début de la guerre en Ukraine des exportateurs de pétrole pour les européens... D'après vous, ils l'obtiennent où le pétrole qu'ils nous vendent?????

En conclusion, quand on affirme des choses, il ne faut pas se limiter aux discours officiels des politiques, ni de certaines chaînes d'info qui font plus dans la propagandes que dans l'information...
5  0 
Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 11/10/2022 à 16:43
les usa se font dépasser un peu partout, leur seul moyen c'est d'accuser certain d'être lié à l'armé, alors que les entreprises américaines se doivent de collaborer avec leur gouvernement...
4  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2023 à 14:00
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
Et la Chine produira les puces qu'elle entend produire, reprendra Taïwan même si ils font sauter les usines, ça perturbera encore plus les économies occidentales.
Là dessus, ne vends pas la peau de l'ours... D'une, la Chine n'est clairement pas certaine de pouvoir vaincre militairement Taiwan : il y a un monde entre provoquer les types d'en face en faisant voler tes chasseurs un peu trop près et faire une opération amphibie de grande ampleur à travers un détroit plus large que la Manche. Et de deux, attaquer Taiwan, c'est risquer la 3e guerre mondiale et ça, c'est risqué.

Que Pékin rattrape son retard sur la conception des puces, oui, c'est largement du possible (encore qu'il y ait encore une belle marge, mais au moins ils ne sont pas largués comme l'Europe)
4  0 
Avatar de phil995511
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/04/2023 à 19:58
De mémoire l'EU veut sponsoriser des usines en 14 nm pour pouvoir produire des puces pour l’industrie automobile, alors qu'aux USA on cherche à regarder plus loin que le bout de son nez en misant sur du 2-3 nm ;-(

Les décisionnaires européens ont systématiquement plusieurs trains de retard en matière de technologies, il serait temps que cela change en les remplaçant par des gens plus compétents en matière de prises de décisions !!
4  0