IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Ukraine affirme que les grandes entreprises ont laissé tomber la propagande russe,
YouTube et Twitter ont laissé environ deux tiers du contenu signalé sur leurs plateformes, selon Reset

Le , par Bruno

160PARTAGES

10  0 
YouTube et Twitter ont laissé environ deux tiers du contenu signalé sur leurs plateformes, selon Reset

Dans les premières semaines frénétiques de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les entreprises technologiques américaines et européennes qui contrôlent les plus grands centres d'information du monde sont entrées en action. Répondant à la pression des gouvernements occidentaux, les applications de médias sociaux telles que Facebook, Instagram et YouTube ont interdit ou limité les comptes des médias d'État russes, renforcé leurs opérations de vérification des faits, réduit les ventes de publicité en Russie et ouvert des lignes directes vers les responsables ukrainiens, les invitant à signaler la désinformation et à supprimer la propagande russes. Cependant, alors que la guerre entre dans son sixième mois, les techniques de propagande russes ont évolué et les entreprises technologiques n'ont pas suivi.

Les fonctionnaires ukrainiens qui ont signalé des milliers de tweets, de vidéos YouTube et d'autres messages sur les médias sociaux comme étant de la propagande russe ou des discours de haine anti-ukrainiens affirment que les entreprises sont de moins en moins réactives à leurs demandes de suppression de ces contenus. De nouvelles recherches partagées par une initiative à but non lucratif basée en Europe confirment que nombre de ces demandes semblent rester lettre morte, et que des comptes reprenant les points de discussion du Kremlin, crachant des insultes anti-ukrainiennes ou se faisant passer pour des responsables ukrainiens restent actifs sur les principaux réseaux sociaux.

Le statut de disponibilité des comptes qui ont publié des contenus signalés comme de la propagande de guerre et des discours de haine du Kremlin a été analysé afin d'évaluer dans quelle mesure les plateformes ont pris des mesures contre les contrevenants. Le graphique ci-dessous montre que la majorité des comptes responsables des contenus signalés restent actifs à la date du rapport.

Statut des comptes qui ont publié le contenu signalé


Sur une base proportionnelle, les plateformes ont supprimé plus de comptes responsables de la diffusion de la propagande de guerre du Kremlin que de comptes responsables de la diffusion de discours de haine. Selon les chercheurs, les récits soutenus par le Kremlin se propagent à nouveau en Europe, menaçant de saper le soutien populaire à l'Ukraine dans les pays qu'il considère comme essentiels à sa défense.

Les grands comptes des médias d'État étant suspendus ou étouffés, les chercheurs affirment que les dirigeants et les influenceurs russes se sont tournés vers l'application de messagerie semi-privée Telegram pour diriger des campagnes d'information via des petits comptes.

Le Post rapporte que YouTube, propriété de Google, n'a pas répondu aux courriels depuis près de deux mois, selon le directeur adjoint du centre de communication stratégique et de sécurité de l'information du gouvernement ukrainien. Et le Post note que les chercheurs ont constaté que LinkedIn « a supprimé moins de la moitié des messages que les responsables ukrainiens ont signalés comme des exemples de propagande russe justifiant la guerre... ».

« Du côté positif, les chercheurs ont constaté que Facebook avait supprimé les 98 posts que le gouvernement ukrainien et ses partenaires avaient signalés comme contenant des discours de haine anti-ukrainiens, bien que de nombreux comptes responsables soient restés actifs. »

Usurpation de compte sur Facebook et Instagram

La disponibilité des comptes signalés pour usurpation d'identité sur Facebook et Instagram a été évalué. Les échantillons d'usurpation d'identité sont constitués de comptes prétendant être des représentants ukrainiens, tels que le président Zelensky, le maire de Kiev Klytchko, le ministre des affaires étrangères Kuleba, le ministère de la défense ou le service de sécurité. Les comptes d'imposteurs peuvent constituer une menace directe pour le public, en particulier dans un pays en proie à un conflit actif, car les utilisateurs peuvent confondre le contenu d'un compte d'imposteur avec des informations officielles et dignes de confiance.

L’analyse des chercheurs a révélé que Facebook a supprimé beaucoup plus de comptes qu'Instagram, avec une marge de 40 % des comptes signalés. Les chiffres bruts indiquent que les usurpations de comptes se produisent plus souvent sur Instagram, avec 89 % de plus de comptes imposteurs Instagram détectés.

Disponibilité des comptes déclarés en Ukraine


Une analyse plus approfondie du sous-ensemble de comptes disponibles a révélé que certains comptes ne mènent aucune activité et ne contiennent qu'un seul indicateur d'une possible usurpation d'identité, tel que le nom de la page, tandis que d'autres semblent être des "pages de fans" ou des personnes portant le même nom que la personnalité publique.

D'autres comptes, en revanche, usurpent clairement l'identité des fonctionnaires. Une préoccupation importante est que même si ces comptes sont dormants ou apparemment inoffensifs, ils peuvent être mobilisés à tout moment. Il a également été observé que certains comptes d'usurpation d'identité sur Facebook ne sont pas disponibles en Ukraine, mais le sont dans l'UE. Cet écart soulève des questions sur la cohérence de l'application de la politique d'usurpation d'identité et sur la justification d'une telle règle (si un compte usurpe l'identité de quelqu'un, pourquoi et comment le lieu importe-t-il ?).

Discours haineux sur Facebook, YouTube et Twitter

Les échantillons de discours haineux examinés dans le cadre de cette analyse portaient principalement sur des termes désobligeants à l'égard des Ukrainiens. Notons que les mots exprimant la haine dans un contexte peuvent être utilisés comme satire dans un autre, de sorte que les processus automatisés ne donnent pas toujours lieu à des commentaires marqués avec précision.

Néanmoins, le graphique ci-dessous donne une indication de la mesure dans laquelle les plateformes ont réagi de manière efficace (ou inefficace) aux contenus signalés par le gouvernement ukrainien. Selon l’analyse, Facebook a supprimé la majorité du contenu signalé (en supprimant toutes les publications signalées et 83 % des commentaires signalés).

En revanche, YouTube et Twitter ont laissé environ deux tiers du contenu signalé sur leurs plateformes. Twitter a supprimé moins d'un tiers des contenus signalés, bien que le volume global des contenus problématiques ait été de loin le plus important sur sa plateforme (il y avait plus d'exemples de contenus signalés sur Twitter que sur YouTube et Facebook réunis).

Disponibilité des comptes déclarés en Ukraine


Propagande de guerre du Kremlin sur LinkedIn

L’analyse a révélé que 34 des 65 posts LinkedIn signalés pour examen par le gouvernement ukrainien sont toujours accessibles sur la plateforme. Nombre de ces messages diffusent des contenus dans le but d’expliquer le choix de la Russie. L'un de ces messages, qui reste sur la plateforme bien qu'il ait été signalé à LinkedIn par le gouvernement ukrainien affirme que l'indépendance du pays aurait conduit à une montée massive du fascisme, du chauvinisme et de la russophobie.

Un autre message fait la promotion d'un récit de désinformation forgé par le ministère russe de la Défense, selon lequel des biolabs américains secrets situés en Ukraine auraient été utilisés pour cultiver de dangereux agents pathogènes. Notamment, le message en question contient un lien vers une vidéo YouTube, qui a déjà été retirée.

Les efforts globaux des grandes entreprises technologiques afin d'atténuer la guerre de l'information menée par la Russie comprennent généralement la création de ce que l'on appelle des canaux d'escalade, par lesquels les plateformes donnent la priorité à la modération du contenu signalé par des partenaires désignés, tels que le Centre ukrainien pour les communications stratégiques et la sécurité de l'information (UCSCIS), une agence ukrainienne officielle établie sous l'égide du ministère de la Culture.

En debut mars, l'ICANN a rejeté la demande de Mykhailo Fedorov, vice-premier ministre ukrainien, de révoquer tous les domaines web russes, de fermer les serveurs racine DNS russes et d'invalider les certificats TLS/SSL associés en réponse à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Fedorov a formulé sa demande parce que l'assaut de la Russie a été « rendu possible principalement grâce à la machinerie de propagande russe qui utilise des sites Web diffusant continuellement de la désinformation, des discours de haine, encourageant la violence et cachant la vérité sur la guerre en Ukraine. »

Dans une réponse publiée le 2 mars, Göran Marby, PDG de l'ICANN, a déclaré que son organisation est un organisme technique indépendant chargé de superviser le DNS et les identifiants uniques de l'internet mondial et qu'elle doit maintenir la neutralité. « L'ICANN est un facilitateur de la sécurité, de la stabilité et de la résilience de ces identifiants dans l'objectif d'un Internet unique, mondial et interopérable », a déclaré Marby.

Depuis le début de la guerre, le Centre a régulièrement envoyé aux entreprises Big Tech des ensembles de données avec des contenus et des profils qui, selon le Centre, violent les conditions de service des plateformes et constituent des menaces aiguës pour la sécurité des individus ou du public par leur diffusion de propagande de guerre russe, de discours de haine ou de langage incitatif.

Dand le même temps, le Parlement russe a voté à l'unanimité pour approuver un projet de loi criminalisant la diffusion intentionnelle de ce que la Russie considère comme des informations « fausses ». Le règlement prévoit des amendes ou des peines de prison pour la diffusion de fausses informations sur l'armée, ainsi que des amendes pour les personnes qui appellent publiquement à des sanctions contre la Russie. Les tribunaux prononceront les peines les plus sévères pour les fausses nouvelles qui pourraient entraîner des conséquences graves.

La Russie a déjà sévi contre les organes d'information et les plateformes sociales dans le cadre de son invasion de l'Ukraine, contestant les rapports de décès externes qui dépassent de loin son propre décompte et s'opposant aux descriptions de l'invasion comme une guerre plutôt qu'une « opération militaire spéciale. »

À la lumière des manquements identifiés dans son rapport, Reset recommande aux entreprises Big Tech de prendre les mesures pour améliorer l'efficacité de leurs efforts visant à atténuer la menace et l'impact de la guerre de l'information menée par la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine.

Source : Reset

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

La demande de l'Ukraine de couper la Russie de l'internet mondial a été rejetée, le fonctionnement de l'Internet n'est pas politisé repond l'ICANN

L'Ukraine fait pression pour débrancher la Russie d'Internet, les experts estiment que cela pourrait être un désastre

La Russie punit de 15 ans d'emprisonnement les « fausses nouvelles », Twitter et Facebook désormais bloqués en Russie

La Russie inflige une amende à Apple et Zoom pour avoir refusé de stocker localement les données des citoyens russes, peut on parler de piège russe aux occidentaux ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de noremorse
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 12:48
par contre, ces mêmes entreprises n'ont jamais laissé tomber la propagande ukrainienne. Bah ouais, le camp soi-disant du bien fait aussi de la propagande
11  4 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 14:18
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Concrètement actuellement l'Europe va acheter du pétrole et gaz US (plus cher que le russe forcément) et l'Allemagne (et d'autres pays) vont acheter des avions de combat américain pour se "protéger de la menace rouge".
Et nous Français double peine on peut plus vendre des armes à la Russie, eux au moins ils nous respectaient et l'oncle sam ne pouvait pas faire le coup des sous marin...

Si cette guerre avait le mérite de nous rendre plus indépendant j'applaudirais mais la c'est juste nous rendre encore plus prisonnier des américains.
L'Europe veut désormais acheter aussi du gaz à l'Azerbaïdjan. Pays très démocratique qui à envahi le Haut-Karabagh, puis expulsé les Arméniens, avec le soutien de la Turquie, des armes d’Israël et le silence complice de l'Europe, l’Allemagne en tête.

Donc rien de moral dans ces histoires de boycott du gaz russe.
9  2 
Avatar de Hanoi85
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/07/2022 à 2:59
Depuis le début du conflit, l'occident, et particulièrement les Etats-Unis, semble vouloir considérer (ou plutôt nous faire considérer) que cette guerre doit se résumer à ceci :

> Il y a les "gentils", les Ukrainiens, associés au monde occidental et libéral ,

> Il y a les "méchants", les Russes, associés au monde communiste totalitaire.

Toute personne émettant un doute sur ces affirmations étant considérée comme malhonnête, inhumaine, voire "traître à la cause".

Bien sûr, les GAFA's, les médiats occidentaux (dont l'immense majorité appartient à des industriels de renom) ont collaboré activement à cette présentation "bipolaire" de l'évènement : Le "bien", du coté des occidentaux, le "mal", du coté des Russes.

Cette présentation simpliste, presque biblique, du conflit semble satisfaire une grande partie des populations, particulièrement en France.

Personnellement, cette présentation des évènements ne me satisfait pas. L'explication simpliste des origines d'une guerre, de son déroulement, quelque soit la guerre (Ukraine, Syrie, Yémen...), ne correspond jamais à la réalité et à la recherche de la vérité.
8  2 
Avatar de coolspot
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/08/2022 à 14:35
Anonymous de toute façon c'est une blague.

C'est un amas de tout et n'importe quoi qui font n'importe quoi parce qu'ils sont n'importe qui

Apres on verras mais si c'est encore comme des ONG genre greenpeace qui ne cible que des entreprise européenne pour ne jamais cibler les entreprise US, on sait ce que ca donnera
7  1 
Avatar de dukoid
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 15:59
conclusion : l'occident est un donneur de leçon qui a du sang sur les mains !
6  2 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/07/2022 à 10:00
xxx
2022 Boulevard de la liberté
99999 Victoireville

Victoireville, le 30 Juillet 2022

Monsieur le député Sauveur de L'Ukraine

Je vous écris aujourd'hui pour vous faire part de mon extrême inquiétude au sujet des récents évènements en Ukraine.

Des prisonniers de guerre se font torturer puis exécuter sommairement, d'autres voient leurs geôliers les faire exploser, et l'ambassade Russe au Royaume Uni justifie officiellement les exécutions extra-judiciaires, ainsi qu'un maximum de cruauté, appelant à pendre les prisonniers.
Ce n'est pas la première fois, et de loin, dans l'histoire qu'un gouvernement perd le contrôle de lui même et se lance dans une fuite en avant toujours plus meurtrière. Le 21 Juin 1933, votre lointain prédécesseur Gaston Monnerville, alors député, dressait un parallèle entre le sort passé des Hereros et le sort à venir des juifs. Il avait, neuf ans avant la mise en œuvre de la solution finale, détecté suffisamment d'indices pour l'anticiper.

L'appareil d'état Russe, à ne pas confondre avec son peuple, laisse depuis la bataille de Grozny en 1999, échapper le même genre d'indices. Leur augmentation massive ces derniers mois a atteint un rythme effrayant. Déportations par millions, encouragement systématique des crimes de guerre, théorisation, mise en place, et justification de stratégies de famine, bombardements de terreur, éradication culturelle, en sont quelques exemples, abondamment documentés, y compris par des sources neutres hors occident. Et c'est cela la liberté que monsieur Medvedev, personnage clef du conseil de sécurité russe, promet d'étendre jusqu'à Lisbonne. Ce qui inclus la France, qui est sur le chemin. Nous sommes visés, nous aussi, juste un peu plus bas sur la liste.

Dans ces conditions, alors que le peuple Ukrainien lutte pour sa survie contre cette menace, nous nous devons, nous, Français, de les aider de tout notre possible.

Je peux comprendre que certains armements modernes, en raison de la faiblesse de leur approvisionnement en munitions, puissent être gardés en réserve par l'armée Française.
Je ne peux pas comprendre que des équipements plus anciens, placés en réserve, spécifiquement conçus à l'époque pour contrer les équipements aujourd'hui alignés par la Russie face à l'Ukraine ne soient pas déjà en cours de convoyage pour équiper les forces de la liberté actuellement déployées par l'Ukraine ainsi que ses courageux volontaires étrangers

J'ai pu voir récemment quelques VAB qui viennent d'être livrés par la France. C'est qualitativement excellent, ces équipements, conçus à leur époque pour contrer la menace soviétique, et éprouvés dans de nombreuses opérations, feront une nouvelle fois la preuve de leur valeur. Mais c'est quantitativement insuffisant.
La France n'a pas sur ses épaules de menace militaire de la taille de la Russie. C'est maintenant, voire hier sans faute, que notre équipement militaire en réserve doit être déployé pour stopper cette menace qui pèse sur nos épaules depuis des décennies, et atteint chaque jour un nouveau sommet.

Je vous demande donc, monsieur le député Sauveur de L'Ukraine, d'user de votre influence à l'assemblée, et auprès du président, pour pousser dans le sens d'une intensification du soutien militaire aux forces ukrainiennes. Il y va de la survie à long terme de la France, de son image, de son intérêt, et bien évidemment de son honneur.

Veuillez agréer, monsieur le député, l'expression de mes sentiments distingués.

xxx.
Envoyez les pouces rouges à la rédaction qui transmettra.
5  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/07/2022 à 14:09
Donc maintenant c'est à l'Ukraine de décider des règles de modérations de plates-formes privées non ukrainiennes ?

Même en passant au-dessus de l'ingérence de l'Ukraine dans des entreprises privées, cela signifie que les très grandes plates-formes auraient un "devoir moral" de supprimer certains contenus. Devoir moral qui ne repose sur aucune règle légale. Comme pour les images de nudité et érotiques impliquant des "mineurs" (pas forcément illégal dans la plupart des pays européens, à dissocier de la pornographie), les images de blessures, les contenus anti-vaccins, les contenus parlant de la politique sanitaire covid de l'Inde, du Sénégal ou du Madagascar, les contenus climatosceptique...
Donc si les très grandes plates-formes finissent par censurer à tout va, les contenus censurés vont se retrouver exclusivement au-dehors des très grandes plates-formes.
Si cela arrive, la tentation des états de censurer directement internet sera très forte.
Pour ce faire, il faudra rendre les lois sur la censure du contenu beaucoup moins permissives.
Ce qui risque de rendre illégale la propagande pro-Kremlin.
Justement, il me semble que en Russie, la propagande pro-Atlantiste (concernant la guerre en Ukraine), est maintenant punie de 15 de prison.
L'occident se sera donc considérablement rapproché de la Russie sur le plan de la censure .
Mais bon, ce sera encore et toujours pour préserver la démocratie et éloigner les dictatures. À peu près le principe du parti unique communiste (le seul autorisé, car le seul démocratique) .
6  3 
Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/07/2022 à 9:09
Oui c'est comme ce que je viens d'entendre à la radio aux infos :
"Moscou a bloqué temporairement les gazoduc pour faire des opérations de maintenance. Le ministre allemand dénonce une tentative de faire pression sur l'Europe"

Mais toutes les sanctions qu'on impose à la Russie depuis le début de l'année c'est pas justement pour faire pression sur Moscou ? (et avec le succès qu'on sait )
4  1 
Avatar de Chris777
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 30/07/2022 à 13:44
Google ne diffusent plus de pubs en Russie. Le résultat pour moi qui suis un développeur français est une baisse de 50% de mes revenus publicitaires. Pour les utilisateurs russe c'est tout bénéfice, il n'y a plus de publicité dans les apps et ceci gratuitement.
Pour ce qui est de la justification de ces sanctions, entièrement d'accord avec la plupart des commentaires de ce forum.
La guerre en Ukraine a commencé en 2014, initié par Obama mais personne n'en parle plus.
les dizaines de milliers de morts parmi la population civile du Donbass et l'OTAN qui s'installe à la frontière Russe sont oubliés.
Le narratif occidental c'est que Vladimir Poutine a décidé sans raison d'envahir l'Ukraine.
Il faut lutter contre les informations venant de Russie en interdisant les médias Russe, simple et efficace.
La propagande c'est la Russie, la vérité c'est nous, les occidentaux, le camp du bien.
Tout cela est ridiculement manichéen.
7  4 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 08/08/2022 à 20:11
Quel est votre avis sur le sujet ?
Comme les américains, les russes sont très forts en attaque mais nuls en défense. Je rappelle qu'au concours de l'OTAN, organisé tous les ans entre une red team et des blue teams de chaque pays de l'organisation, les mieux placés sont les tchèques détrônés en 2018 par la France. Ce qui ne veut pas dire que nous soyons excellemment bien protégés mais les américains sont loin au classement. Comme les russes apparemment.
3  0