IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Vauld, le service de prêt de monnaies cryptographiques soutenu par Peter Thiel, suspend les retraits
Et ravive le débat sur la question de savoir si les cryptomonnaies sont des schémas de Ponzi

Le , par Patrick Ruiz

215PARTAGES

9  2 
Vauld, le service de prêt de monnaies cryptographiques soutenu par Peter Thiel, suspend les retraits. La situation qui n’est pas sans faire penser à la cessation des activités du service de prêt de Bitconnect vient raviver le débat sur la question de savoir si les cryptomonnaies sont des schémas de Ponzi.

L’intégralité de l’annonce de Vauld

La direction de Vauld souhaite vous informer que nous sommes confrontés à des défis financiers malgré tous nos efforts. Cela est dû à une combinaison de circonstances telles que la volatilité des conditions du marché, les difficultés financières de nos principaux partenaires commerciaux qui nous affectent inévitablement, et le climat actuel du marché qui a conduit à un montant important de retraits de clients dépassant 197,7 millions de dollars depuis le 12 juin 2022, lorsque le déclin du marché des cryptomonnaies a été déclenché par l'effondrement de l'UST stablecoin de Terraform Lab, la suspension des retraits par le réseau Celsius et le défaut de paiement de Three Arrows Capital.

En tant que tels, nous avons considéré qu'il serait dans le meilleur intérêt des parties prenantes de prendre des mesures immédiates dans les circonstances. Dans cette optique, nous avons fait appel aux services de Kroll Pte Limited en tant que conseiller financier, ainsi que de Cyril Amarchand Mangaldas et Rajah & Tann Singapore LLP en tant que conseillers juridiques en Inde et à Singapour respectivement.

Notre direction reste pleinement engagée à travailler avec nos conseillers financiers et juridiques au mieux de nos capacités pour explorer et analyser toutes les options possibles, y compris les options de restructuration potentielles, qui protégeraient au mieux les intérêts des parties prenantes de Vauld.

Nous sommes actuellement en discussion avec des investisseurs potentiels dans le groupe de sociétés Vauld. Nous avons l'intention de demander aux tribunaux de Singapour un moratoire, c'est-à-dire une suspension de l'ouverture ou de la poursuite de toute procédure à l'encontre des sociétés concernées, afin de nous donner un répit pour mener à bien l'exercice de restructuration proposé.

Nous sommes convaincus qu'avec les conseils de nos conseillers financiers et juridiques, nous serons en mesure de trouver une solution qui protégera au mieux les intérêts des clients et des parties prenantes de Vauld.

Dans le même temps, nous avons pris la difficile décision de suspendre tous les retraits, transactions et dépôts sur la plateforme Vauld avec effet immédiat. Nous pensons que cela facilitera notre exploration de la pertinence des options de restructuration potentielles, en collaboration avec nos conseillers financiers et juridiques. Nous demandons aux clients de la plateforme Vauld de comprendre que nous ne serons pas en mesure de traiter de nouvelles demandes ou instructions à cet égard. Des dispositions spécifiques seront prises pour les dépôts des clients qui peuvent être nécessaires pour certains clients afin de répondre aux appels de marge en relation avec les prêts collatéralisés.

D'autres mises à jour sur les développements importants seront fournies au moment opportun. Nous sollicitons votre compréhension et votre patience dans l'intervalle. Si vous avez des questions, veuillez les soumettre à enquiries@vauld.com. Nous nous efforcerons d'y répondre dans les meilleurs délais.

Nous vous prions d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de nos sentiments distingués,

Darshan Bathija



De quoi conclure de ce que les cryptomonnaies sont des schémas de Ponzi ?

Rabi Sankar de la banque centrale de l'Inde est d'avis que les cryptomonnaies sont des systèmes de Ponzi et en suggère l'interdiction pure et simple : « Les cryptomonnaies ont été spécifiquement développées pour contourner le système financier réglementé et ne sont adossées à aucun flux monétaire sous-jacent. Nous avons également vu que les cryptomonnaies ne se prêtent pas à une définition en tant que monnaie, actif ou marchandise ; elles n'ont pas de flux de trésorerie sous-jacent ; elles n'ont pas de valeur intrinsèque ; qu'elles s'apparentent à des systèmes de Ponzi, et peuvent même être pires. »

C’est une prise de position qui faisait suite à celle du président de la Banque de la Réserve fédérale américaine selon laquelle le Dogecoin est un schéma de Ponzi. Sa sortie demeure en droite ligne avec un de ses avis formulés au cours de l’année précédente lors du Montana Eco Report. À la question de savoir s'il souhaitait que sa fille d'un an reçoive un bon du Trésor ou un bitcoin pour son prochain anniversaire, le président de la Banque de la Réserve fédérale américaine avait choisi la première option. Motif : les monnaies cryptographiques sont comme « une benne à ordures géante. »

Kashkari avait fait l'éloge de la stabilité du dollar par rapport au secteur relativement nouveau des cryptomonnaies : « La raison pour laquelle le dollar a une valeur est que le gouvernement américain a un monopole légal sur la production du dollar. Dans le monde des monnaies virtuelles et des cryptomonnaies, il existe des milliers de ces pièces de monnaie de type ordure. Des gens se sont littéralement fait escroquer pour des dizaines de milliards de dollars et la SEC s'est vue obligée de s’impliquer dans la répression de ce phénomène. »

Dans le même ordre d’idées, le développeur Haskell Stephen Diehl, auteur de What I Wish I Knew When Learning Haskell, estime que Bitcoin est le Ponzi postmoderne :

« Un stratagème classique de Ponzi est une fraude financière dans laquelle des individus effectuent des manipulations bancaires ainsi que des manipulations des états comptables pour payer continuellement de nouveaux investisseurs grâce à d'anciens investisseurs tout en maintenant l'illusion des rendements. En termes économiques, investir dans un système de Ponzi est un jeu à somme négative et est une forme de jeu comme le poker ou la roulette. Le jeu est une consommation et contrairement aux entreprises productives, rien de valeur n'est créé à partir du processus. Il y a une réserve d'argent fixe et chaque personne qui fait un profit le fait nécessairement au détriment de quelqu'un d'autre qui perd. Tout gagnant unique est nécessairement payé par plusieurs perdants. Les jeux à somme négative ne génèrent pas, dans l'ensemble, de la richesse ou de l'utilité et redistribuent simplement les fonds d'entrée à différents participants. Il y a un rendement attendu négatif de s'engager dans cette classe d'activités.

« Dans le programme de vingt ans de Bernie Madoff, de nombreux investisseurs ont vraiment gagné de l’argent et investir dans des projets de Ponzi au bon moment peut en effet vous rendre très riche. Certaines personnes deviennent également extrêmement riches en jouant à la roulette, mais ce n'est pas le cas de la majorité et vous n'entendrez jamais parler de ceux qui ont tout perdu. C'est l'essence de la raison pour laquelle les stratagèmes de Ponzi sont illégaux et considérés comme une forme de fraude, ils sont une forme de jeu d'argent qui dépend de l'asymétrie de l'information et de la collusion où le reste de la société supporte les coûts et les externalités négatives pour aider les victimes lorsque la musique s'arrête inévitablement et qu'il n'y a plus de chaises.

« Bitcoin n'est pas différent. L'achat d'un bitcoin, c'est acheter une entrée dans une base de données comptable, une collection de bits extrêmement coûteuse. Il n'a aucune manifestation dans le monde réel, ne produit rien, n'a pas d'actifs, de revenus, de clients, de trésorerie ou de dividendes. La valeur actuelle nette du bitcoin est nulle et ne peut jamais être différente de zéro. Cette valeur provient uniquement d’une forme de spéculation récursive, une illusion selon laquelle davantage de victimes viendront à spéculer, perpétuant ainsi l’escroquerie et faisant monter la “valeur “ spéculée plus haut. C'est un contrat à terme avec un sous-jacent sur la crédulité humaine, un pari qu'il y aura plus d'imbéciles à l'avenir pour payer les imbéciles actuels. Einstein a dit un jour: “ Deux choses sont infinies: l'univers et la stupidité humaine; et je ne suis pas sûr pour ce qui concerne l'univers“ et dans l'étrange monde à l'envers d'aujourd'hui, vous pouvez désormais investir dans la thèse d'Einstein et cela s'appelle bitcoin.

« Une réserve de valeur ne peut pas être basée uniquement sur la foi en une réserve inépuisable d'imbéciles prêts à payer monotonement davantage pour quelque chose indéfiniment. Il devrait être intuitivement évident pour chaque écolier que ce jeu de chaises musicales ne peut pas durer éternellement et ne durera pas. La réalité a une manière de s'affirmer et à un moment donné, ce schéma épuisera le bassin des imbéciles qui se retrouveront en train de prendre une part pathétique dans l'illusion collective d'une non-monnaie totalement inutile dans le monde réel. Les bitcoins sont totalement inadaptés à des fins monétaires, ils ne soutiennent aucune activité économique, ne sont pas adaptés aux transactions en tant qu'unité d'échange et ne peuvent jamais remplir aucune fonction au-delà d'une bulle spéculative vide.

« Cette nouvelle classe d'escroquerie diverge de ce Ponzi classique d'une manière significative et juridiquement importante. Au lieu des salles enfumées, nous avons le brouillard d'obscurantisme post-vérité induit par notre nouveau paysage médiatique qui se nourrit d'illusion, de méfiance envers les experts et de confusion comme moyen d'obscurcir le mécanisme sous-jacent du schéma de redistribution des richesses. C'est l'essence de la raison pour laquelle nous appelons cette fraude un schéma « postmoderne » les investisseurs sophistiqués comprennent parfaitement le mécanisme de la fraude et toutes les opérations sont effectuées en public, mais la fraude dépend de l'ignorance collective ou de l'excès de confiance sur le fait que des individus pourront jauger leur temps de sortie du marché correctement tandis que d'autres ne le feront pas. Ce n'est pas différent de l'erreur des joueurs qui croient d'une manière ou d'une autre que leur rotation de la roulette est en quelque sorte bénie par la chance. »


Seulement, de Bitcoin à Dogecoin en passant par Ethereum, le constat est le même : le fait d’acheter tôt ne garantit pas de faire une plus-value au moment où l’investisseur sera désireux de procéder à une revente. Tout est une question de cotation à un instant t. Ainsi, un investisseur qui fait l’acquisition de l’euro contre des dollars à un moment où la cotation est faible peut en tirer une plus-value à un moment plus favorable de l’évolution des cours.

Le bitcoin a cours légalement au Salvador depuis la mi-parcours de l’année précédente. Le projet de loi du président Nayib Bukele du Salvador, afin de donner un cours légal au bitcoin dans son pays, a fait l’objet d’approbation le 9 juin par le Congrès du pays. Par 62 voix sur 84, le Salvador devient le premier pays à approuver une loi donnant cours légal au bitcoin. Cette dernière a pour objet la régularisation du bitcoin comme monnaie à cours légal, sans restriction avec pouvoir libératoire, illimité dans toute transaction. La valeur d’une monnaie repose sur la confiance qu’on lui accorde. Quel avenir pour le bitcoin et les autres cryptomonnaies si d’autres pays suivent l’exemple du Salvador ?

La sortie de Rabi Sankar intervient justement dans un contexte où le gouvernement indien envoie des signaux indiquant qu'il s'oriente vers la reconnaissance de l'actif virtuel numérique comme monnaie légale. La ministre des Finances du pays, Nirmala Sitharaman, a proposé de taxer les revenus issus du transfert de cryptomonnaies et de NFT dans le budget fédéral au début du mois.

La Centrafrique a pour sa part procédé à l’adoption du bitcoin comme monnaie légale au côté du franc CFA et ainsi rejoint le Salvador au niveau mondial. Le pays a, via la nouvelle loi promulguée par le président Touadera, fixé un cadre réglementaire qui vise à favoriser l'adoption des cryptomonnaies comme mode de paiement par les commerces ainsi que pour le règlement des contributions fiscales au travers de plateformes reconnues et autorisées par le gouvernement.

Et vous ?

Le terme Ponzi est-il adapté comme qualificatif pour les monnaies cryptographiques ?
Que pensez-vous de la décision de pays comme le Salvador et la Centrafrique d'adopter le bitcoin comme monnaie légale ? Est-ce des exemples à suivre ?

Voir aussi :

Le bitcoin et d'autres cryptomonnaies basés sur l'algorithme Proof of Work sont un cauchemar suivant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, selon Timothy Swanson
Les pirates informatiques à l'origine d'une présumée attaque par ransomware contre Kia exigent des millions de dollars en bitcoins, plusieurs services en ligne de la société auraient été touchés
Le bitcoin atteint une capitalisation boursière de 1000 milliards de dollars alors que le coût de la cryptomonnaie continue de grimper
La plupart des cadres financiers ne prévoient pas de détenir le bitcoin comme actif d'entreprise, d'après une enquête de Gartner, seuls 5 % prévoient de le faire en 2021

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 05/07/2022 à 12:13

Le terme Ponzi est-il adapté comme qualificatif pour les monnaies cryptographiques ?
Je ne pense pas que "Ponzi" soit le terme adapté. Les cryptomonnaies n'ont pas été conçues comme des escroqueries à la base, à part pour quelques shitcoins qui ont fait scandale bien entendu.

Mais voilà, ça ne pouvait que mal se passer :

* Absence de réglementation ouvrant la voie à tous les abus possibles ;

* Les stablecoins sont incapables de tenir leurs promesses, les cryptomonnaies sont par essence instables ;

* La hype autour des cryptomonnaies a encouragé les comportements déraisonnables.
2  0