IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook bombarde les patients atteints de cancer de publicités pour des traitements non testés
Malgré les efforts déclarés de la société pour contrôler la désinformation médicale

Le , par Nancy Rey

173PARTAGES

17  0 
Les preuves fournies par les utilisateurs de Facebook et d'Instagram, les chercheurs médicaux et sa propre bibliothèque d'annonces suggèrent que Meta est truffée d'annonces contenant des allégations sensationnelles sur la santé, dont l'entreprise tire directement profit. Les annonces trompeuses peuvent rester incontestées pendant des mois, voire des années. Certaines des publicités font la promotion de traitements dont il a été prouvé qu'ils causaient des dommages physiques graves dans certains cas. D'autres publicités orientent les utilisateurs vers des traitements très coûteux aux résultats douteux. Alors qu’il y a peu, au début de la pandémie de covid-19, Meta s'est prononcé publiquement contre les publicités colportant des informations douteuses sur la santé et des choses comme la désinformation sur les vaccins, mais elles persistent.


Facebook et sa société mère, Meta, n'ont pas vraiment de bons antécédents en matière de lutte contre la désinformation en ligne. Des publicités pour des traitements contre le cancer non prouvés, voire dangereux, continuent d'apparaître sur Facebook et Instagram, selon un rapport du MIT Technology Review. Les publicités apparaissent toujours sur les réseaux sociaux de Meta malgré la politique de l'entreprise interdisant les publicités qui contiennent des informations trompeuses sur la santé.

« Les publicités ne doivent pas contenir d'allégations trompeuses, fausses ou mensongères, comme celles relatives à l'efficacité ou aux caractéristiques d'un produit ou d'un service, y compris les allégations trompeuses concernant la santé, l'emploi ou la perte de poids qui créent des attentes irréalistes pour les utilisateurs », indique la politique de Meta. Les normes communautaires de l'entreprise interdisent également au contenu du site de « promouvoir ou de préconiser des remèdes miracles dangereux pour la santé ».

Cependant, la bibliothèque de publicités de Meta montre que de nombreuses publicités ont été diffusées aux États-Unis par des cliniques vantant des traitements contre le cancer non approuvés par des organismes de réglementation tels que la Food and Drug Administration (FDA). Et si vous êtes un utilisateur que les algorithmes de Meta ont déterminé comme étant intéressé par le traitement du cancer, vous risquez de trouver votre fil d'actualité rempli de déclarations non vérifiées sur la maladie et ses prétendus remèdes.

Un centre au Mexique appelé CHIPSA Hospital, par exemple, a plusieurs annonces dans la bibliothèque de Meta faisant référence à des traitements "de pointe" ou "révolutionnaires", offerts exclusivement dans leur établissement. (CHIPSA est l'acronyme de Centro Hospitalario Internacional del Pacifico, S.A.) Les experts en cancérologie ont déclaré à Tech Review qu'il y a des raisons claires pour lesquelles ces prétendus traitements ne sont pas largement disponibles ailleurs.

La philosophie de traitement du CHIPSA est centrée sur la "thérapie de Gerson", ou un régime alimentaire qui implique de boire 13 verres de jus par jour et de consommer un large éventail de suppléments. L'établissement a été fondé par Charlotte Gerson, la fille de l'homme qui a mis au point le "protocole immuno-nutritionnel de Gerson". Et cette stratégie non prouvée a été fondamentale pour le centre depuis son ouverture en 1979, selon le site web du CHIPSA. Il n'y a aucune preuve scientifique que la méthode Gerson a un quelconque effet bénéfique pour les patients atteints de cancer.

Le traitement est « un non-sens », a déclaré David Gorski, un chirurgien oncologue à l'Université Wayne State dans le Michigan.

D'autres publicités du CHIPSA sur Facebook font la promotion d'autres traitements non vérifiés proposés par l'établissement, comme de fortes doses de vitamine C ou les "toxines de Coley" - qui peuvent être activement nocives, a déclaré Skyler Johnson, chercheur en oncologie à l'Université de l'Utah, à Tech review. « Le danger n'est pas simplement que les traitements ne soient pas prouvés ou inefficaces. Certains traitements alternatifs contre le cancer annoncés sur la plateforme peuvent causer des dommages physiques. Les toxines de Coley, un traitement développé à la fin du 19e siècle et proposé au CHIPSA, s'accompagnent de risques, notamment d'infection, de réactions au site, d'anaphylaxie et, dans les cas graves, de chocs », explique Johnson.

Dans une étude de 2017, Johnson et ses cochercheurs ont constaté que les patientes atteintes d'un cancer du sein qui recevaient ces traitements de "médecine alternative" au lieu des traitements standard approuvés par la FDA étaient plus susceptibles de mourir au bout de cinq ans, par rapport à celles qui recevaient des traitements conventionnels, comme la chimiothérapie.

En plus des risques pour la santé, ces traitements alternatifs sont souvent onéreux, coûtant des dizaines de milliers de dollars, selon Tech Review. Les assurances ne couvrent pas le type de services offerts par CHIPSA, et la page de la FAQ de la société sur les coûts mène à un lien mort.

Meta a déclaré qu'elle avait récemment supprimé quelques publicités sélectionnées. Cependant, des versions très similaires de ces publicités problématiques, ainsi que d'autres, demeurent. Le MIT Technology Review a alerté Meta au sujet de cinq annonces de CHIPSA, ainsi que de trois annonces d'une autre clinique internationale appelée Verita Life. En réponse, Mark Ranneberger, porte-parole de Meta, a déclaré que l'entreprise avait supprimé « plusieurs des annonces pour violation de notre politique en matière d'allégations trompeuses, qui interdit les allégations de guérison de maladies incurables ».

Interrogé sur les détails des annonces retirées, Ranneberger a indiqué que deux d'entre elles avaient été rejetées : celle qui prétendait qu'Apatone "tuait" le cancer et une autre qui mentionnait la "méfiance croissante" à l'égard du système de santé américain tout en annonçant des traitements exclusifs contre le cancer. Une autre annonce utilisant un texte identique à la seconde, mais une image différente reste active.

Les utilisateurs du site sont libres de signaler les publicités qui, selon eux, violent les politiques de Facebook et de Meta. Cependant, même si une entreprise est jugée en infraction, Meta a déclaré que les suspensions de publicité sont temporaires. Les publicités en ligne ne sont jamais un bon endroit pour chercher des informations fiables. Cependant, pour les personnes vulnérables, il est facile de comprendre comment un "traitement de pointe" qui apparaît sur votre fil d'actualité peut être ressenti comme un espoir.

Source : MIT Technology Review

Et vous ?

Que pensez-vous du niveau de désinformation sur Facebook ?
Pensez-vous vous aussi que Facebook est une réelle menace pour la santé publique ?
Selon vous, les programmes d’IA pourraient-ils résoudre définitivement le problème de la propagation de la désinformation sur les médias sociaux ?
Quelle(s) solutions(s) préconisez-vous pour lutter efficacement contre la désinformation en ligne ?

Voir aussi :

Facebook constitue une « menace majeure pour la santé publique », conclut un rapport, la désinformation sur la santé ayant été vue 3,8 milliards de fois sur le réseau social l'année dernière

Une étude montre que la désinformation se propage six fois plus vite sur Facebook qu'il y a un an, la société aurait tenté de nuire à l'étude en bannissant les chercheurs de la plateforme

Biden déclare que les plateformes comme Facebook tuent les gens avec les fausses informations COVID-19, plus de pression dans la lutte de la Maison-Blanche contre la désinformation sur les vaccins

Alors que la désinformation sur le coronavirus inonde Facebook et Twitter pour Elon Musk « la panique autour du coronavirus est stupide »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 12:31
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Facebook bombarde les patients atteints de cancer de publicités pour des traitements non testés
Donc:
1. Facebook sais identifier une personne atteinte de cancer
2. Il en profite pour les "bombarder" de pub de traitements
3. Ces "traitements" sont potentiellement nocifs

Je ne sais pas quelle information me choque (je n'ai pas dit surprend) le plus.
Que pensez-vous du niveau de désinformation sur Facebook ?
Je suis amusé de voir qu'un dessin humoristique sur le covid est flaggé comme désinformation alors qu'un institut qui prétend soigner des malades graves avec du jus de carottes est encouragé.
La différence? Toujours la même : $$$
Pensez-vous vous aussi que Facebook est une réelle menace pour la santé publique ?
Oui, en voici une preuve. Mais c'est loin d'être la seule.
Et elle est une menace pour la santé publique de bien d'autres façon.
Selon vous, les programmes d’IA pourraient-ils résoudre définitivement le problème de la propagation de la désinformation sur les médias sociaux ?
Non, l'IA n'est la solution pour pas grand chose.
Quelle(s) solutions(s) préconisez-vous pour lutter efficacement contre la désinformation en ligne ?
L'information.
Pour moi cet article ne parle pas de désinformation mais de charlatanisme voir de conduite criminelle. Ma solution est bien plus radicale : bannissement de l'institut, indemnisation des victimes par Facebook à grand coup de $ avec plein de 0, genre quelques pourcents de CA (comme certaines sanction judiciaires peuvent le faire)
4  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 14:39
Premiere étape : arrêter d'appeler les mensonges "désinformation"
Deuxième étape : appliquer les lois sur la vérité dans les publicités
Troisième étape: infliger des amendes a Facebook en les augmentant d'un ordre de grandeur, chaque fois qu'ils enfreignent la deuxième étape.
4  0 
Avatar de Fagus
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 15:59
Peut être faut-il que les états arrêtent de déléguer leurs compétences de justice, censure, législation à des consortiums privés ? (FB...)

Si la même chose avait lieu dans un journal ou un panneau, le journal serait sanctionné ainsi que la société à l’origine d'allégations mensongères .

Par contre, si c'est FB, on laisse FB faire la loi (décider de ce qui doit être autorisé), faire la justice ou pas,et bien sûr ne jamais se remettre en cause et garder l'argent. Les autorités ont l'air de trouver ça normal . Pourquoi pas, mais dans ce monde fou, il ne faut pas s'étonner que les gens n'aillent plus voter.
4  0 
Avatar de Coeur De Roses
Membre actif https://www.developpez.com
Le 28/06/2022 à 13:45
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Donc:

Non, l'IA n'est la solution pour pas grand chose.
L'information.
De toute façon, l'IA se code comme tout autre logiciel, si on peut conder quelque chose pour faire de la désinformation, on peut tout à fait coder une IA pour en faire de même. On lui définit un comportement stricte à avoir, des instructions à appliquer, comme n'importe quel autre prgramme. Ce qui signifie que les IA ne sont pas aussi fiables qu'on pourrait le penser dans certaines situations.
0  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 29/06/2022 à 8:43
C'est un peu plus compliqué que ça, si on applique cette logique aux dictatures telles que la Corée du Nord ou à ce qu'on nomme les "démocratures" telles que la Russie, le résultat ne serait pas meilleur.
Un contrôle étatique là où existent des contre pouvoirs et une pluralité de l'information oui, sous réserve que les règles soient transparentes.
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/08/2022 à 4:02
C'est beaucoup plus facile de foutre en l'air les droits des gens qui ne peuvent pas se défendre m, que les droits des sociétés qui ont plus d'argent que la divinité de votre choix.
0  0