IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Cour suprême doit bloquer le rétablissement "choquant" de la loi texane sur les médias sociaux
Les Big Tech contestent l'ordonnance d'une seule phrase qui a rétabli la loi texane

Le , par Nancy Rey

290PARTAGES

4  0 
Les groupes de pression des grandes entreprises technologiques ont demandé à la Cour suprême des États-Unis de bloquer une loi de l'État du Texas qui interdit aux entreprises de médias sociaux de modérer le contenu en fonction du "point de vue" de l'utilisateur. La loi dite de "censure" de l'État avait déjà été bloquée par un juge fédéral qui avait estimé qu'elle violait le droit des réseaux sociaux de modérer le contenu soumis par les utilisateurs, conformément au premier amendement. Mais la loi a été rétablie la semaine dernière par la cour d'appel du cinquième circuit, qui a accepté la demande du procureur général du Texas, Ken Paxton, de suspendre l'injonction préliminaire.


La décision de la Fifth Circuit a été prise à la majorité des voix de trois juges. Au lieu de demander une audience en banc avec tous les juges de la cour du cinquième circuit, deux groupes technologiques ont soumis une demande d'urgence à la Cour suprême vendredi. Le recours a été déposé par NetChoice et la Computer & Communications & Industry Association (CCIA), qui représentent des entreprises telles qu'Amazon, eBay, Facebook, Google, Twitter et Yahoo. « La décision choquante du panel divisé de donner le feu vert à une loi inconstitutionnelle - sans explication - a entraîné la réaction extraordinaire de demander l'intervention d'urgence de la Cour suprême », a déclaré Chris Marchese, avocat de NetChoice. La demande d'urgence a été adressée au juge Samuel Alito, qui est affecté au cinquième circuit. « Selon les procédures de la Cour, le juge Alito peut se prononcer unilatéralement ou renvoyer la question à l'ensemble de la Cour pour examen », a déclaré NetChoice.

L'ordonnance de la Cour "d'une seule phrase n'explique rien"

NetChoice et CCIA ont déclaré à la Cour suprême que la loi texane « est une loi tout à fait inconstitutionnelle qui contraint des entités privées sélectionnées à tenir un discours privilégié par le gouvernement et qui entraînerait un énorme bouleversement des opérations mondiales des sites Internet couverts ». Le document met également en garde contre le fait que la loi « est une invitation à des poursuites judiciaires concernant les jugements éditoriaux des plateformes » et qu'elle laissera le Texas être « l'arbitre ultime de la manière dont les plateformes doivent appliquer leurs politiques ». Soulignant les services spécifiques auxquels la loi s'applique, le mémoire la qualifie « d'assaut sans précédent sur la discrétion éditoriale des sites Web privés (comme Facebook.com, Instagram.com, Pinterest.com, Twitter.com, Vimeo.com et YouTube.com) qui transformerait fondamentalement leurs modèles d'affaires et leurs services ».

La décision de la cour d'appel du cinquième circuit en faveur du Texas n'a pas expliqué les raisons pour lesquelles les juges ont suspendu l'injonction. Le dossier de la Cour suprême déposé par NetChoice et CCIA indique que « la majorité du panel a accédé à la requête de suspension du défendeur, vieille de cinq mois, dans une ordonnance d'une ligne, sans aucune explication ou motivation, bien qu'une note de bas de page indique que "le panel n'est pas unanime" ».

Notant les similitudes entre la loi du Texas et celle de la Floride qui a également été bloquée par un juge du tribunal de district des États-Unis, les groupes technologiques ont écrit : « L'année dernière, le Texas et la Floride se sont lancés dans un effort sans précédent pour passer outre la discrétion éditoriale des plateformes de médias sociaux et pour les obliger à diffuser une pléthore de discours que les plateformes jugent répréhensibles et antithétiques au discours qu'elles veulent présenter aux utilisateurs (et aux annonceurs). Ces deux lois constituent un effort non déguisé pour niveler les conditions d'expression et contrôler les "Big Tech". À cette fin, les deux lois outrepassent le pouvoir discrétionnaire de la rédaction et contraignent le discours - en imposant leurs contraintes uniquement à des orateurs sélectionnés et en isolant le contenu favorisé. En bref, les lois défient la doctrine établie du premier amendement en prenant pratiquement toutes les mesures interdites aux acteurs étatiques par le premier amendement ».

Le 5e circuit doit rendre une "décision significative"

La Cour suprême a déjà statué que « les cours d'appel ne peuvent pas suspendre les procédures en attendant l'appel 'par réflexe', mais seulement après que le requérant a satisfait à son 'lourd fardeau', et seulement après que le panel ait effectué un 'examen minutieux' et rendu une 'décision significative' », ont écrit NetChoice et CCIA. « Pourtant, cette ordonnance d'une seule phrase n'explique rien, ce qui contraste fortement avec les avis des tribunaux de district qui ont expliqué les diverses dispositions des lois, suggéré des interprétations restrictives possibles et identifié les défauts constitutionnels précis. L'ordonnance du cinquième circuit crée des obligations immédiates, contraint toutes sortes de discours et oblige essentiellement les requérants à essayer de conformer leurs opérations mondiales à la vision du Texas sur la façon dont ils devraient fonctionner - et ils doivent le faire essentiellement du jour au lendemain ».

Le document demande à la Cour suprême « d'annuler la suspension par le cinquième circuit de l'injonction préliminaire du tribunal de district et de laisser cette injonction en vigueur en attendant que le cinquième circuit rende une décision sur le fond et qu'il ait la possibilité de demander un examen rapide de cette décision » à la Cour suprême. Si l'injonction préliminaire n'est pas rétablie, les groupes technologiques pourront engager un procès devant le tribunal de district américain du district ouest du Texas, où le juge Robert Pitman a prononcé l'injonction préliminaire en décembre. Pitman a estimé que la loi texane "contraint les plateformes de médias sociaux à diffuser des contenus répréhensibles et restreint de manière inadmissible leur pouvoir discrétionnaire en matière de rédaction" et que les "interdictions de "censure" et les contraintes sur la manière dont les plateformes de médias sociaux diffusent les contenus violent le premier amendement".

Pas de modération fondée sur le "point de vue"

La loi texane stipule qu'une « plateforme de médias sociaux ne peut pas censurer un utilisateur" en fonction de son "point de vue" et définit le terme "censurer" comme suit : "bloquer, interdire, supprimer, déplafonner, démonétiser, dépolitiser, restreindre, refuser l'égalité d'accès ou de visibilité à une expression ou la discriminer de toute autre manière ». Le procureur général du Texas ou les utilisateurs peuvent poursuivre les plateformes de médias sociaux qui violent cette interdiction et obtenir une injonction et le remboursement des frais de justice, selon la loi.

La loi s'applique à une plateforme de médias sociaux si elle compte « plus de 50 millions d'utilisateurs actifs aux États-Unis au cours d'un mois civil ». La loi prévoit des exceptions permettant aux entreprises de modérer tout post qu'une « plateforme de médias sociaux est spécifiquement autorisée à censurer par la loi fédérale ; qui fait l'objet d'un renvoi ou d'une demande d'une organisation ayant pour but de prévenir l'exploitation sexuelle des enfants et de protéger les survivants d'abus sexuels contre un harcèlement continu ; qui incite directement à une activité criminelle ou consiste en des menaces spécifiques de violence visant une personne ou un groupe en raison de sa race, de sa couleur, de son handicap, de sa religion, de son origine nationale ou de son ascendance, de son âge, de son sexe ou de son statut d'agent de la paix ou de juge ; ou qui constitue une expression illégale ».

« Il est inconstitutionnel que le gouvernement dicte quel discours une entreprise privée doit diffuser, qu'il s'agisse d'un journal, d'une émission de télévision ou d'une plateforme en ligne. Le premier amendement est crucial pour notre démocratie et la Cour suprême doit maintenant protéger ce principe contre les acteurs gouvernementaux qui sont trop disposés à le sacrifier sur l'autel des postures partisanes », a déclaré Matt Schruers, président de la CCIA. Schruers a également déclaré que « les politiciens texans ont fait passer les intérêts des utilisateurs d'Internet avant ceux des politiciens ».

La loi texane « prive les entreprises privées en ligne de leurs droits d'expression, leur interdit de prendre des décisions éditoriales protégées par la Constitution et les oblige à publier et à promouvoir des contenus répréhensibles. Le Premier amendement interdit au Texas de forcer les plateformes en ligne à héberger et à promouvoir la propagande étrangère, la pornographie, le discours pronazi et le spam », a déclaré Marchese.

Sources : Netchoice, CCIA

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

La loi du Texas qui permet aux utilisateurs de poursuivre les réseaux sociaux pour censure est désormais en vigueur, l'industrie technologique fait appel devant la Cour suprême

Le projet de loi texan interdisant la censure des contenus sur les médias sociaux est autorisé à être appliqué, il interdit la modération du contenu répréhensible, mais légal

La plainte du procureur général du Texas contre Meta, au sujet de la collecte des données de reconnaissance faciale secrète, peut ruiner le géant des médias sociaux, et entraîner sa faillite

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/05/2022 à 13:44
Citation Envoyé par stardeath Voir le message
les propos sont ils vraiment racistes, ou alors sont ils suffisamment "malins" pour ne pas tenir de propos qui seraient jugé racistes?
parce que si c'est la seconde partie de la phrase, ça me rappelle la volonté de certains de bannir l'utilisation de certains mots "considérés" racistes, mais visiblement, il n'y aurait pas besoin de ça dans ce cas ...
oui enfin des débiles ont considéré que le signe OK était devenue un signe raciste... Des trolls avaient publiées pleins d'image de personnalité d'extrême droite faire ce signe et les SJW débiles ont voulue interdire ce symbole
5  2 
Avatar de stardeath
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/05/2022 à 11:00
Citation Envoyé par vanquish Voir le message
S'ils ne peuvent plus être cagoulés, le KuKluxKlan peut tenir meeting et tenir des propos d'un racisme des plus primaire sans être inquiété.
les propos sont ils vraiment racistes, ou alors sont ils suffisamment "malins" pour ne pas tenir de propos qui seraient jugé racistes?
parce que si c'est la seconde partie de la phrase, ça me rappelle la volonté de certains de bannir l'utilisation de certains mots "considérés" racistes, mais visiblement, il n'y aurait pas besoin de ça dans ce cas ...

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
«[...]Le premier amendement est crucial pour notre démocratie[...]»
alors la démocratie, c'est le peuple, pas les entreprises privées qui ont bien trop souvent montré qu'elles s'en moquent du peuple ...

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
«les politiciens texans ont fait passer les intérêts des utilisateurs d'Internet avant ceux des politiciens»
... et donc ça serait parfait techniquement, c'est quoi le problème? considérer que le peuple est trop stupide et qu'on doit le parquer pour qu'il pense correctement?

bref, si c'est ça l'argumentaire de certains contre la loi texane, il y a beaucoup de soucis à se faire.
3  1 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/05/2022 à 8:52
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
J'ai pire : des SJW s'en sont pris à Amazon pour une représentation d'un ruban adhésif sur une icône de carton qui "ressemblais" à la moustache d'Hitler. Le pire, c'est qu'Amazon l'a retiré .

https://www.tomsguide.fr/amazon-le-l...es-sur-hitler/
et samsung a retiré une pub montrant une femme courir seul la nuit

car... d’après certaines féministes les femmes doivent avoir peur de sortir la nuit
d’après certains site, cela indigne les femmes une pub montrant une femme faire son jogging la nuit

enfin bref on touche le fond la.
2  1 
Avatar de Emmanuel.Gaudin
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 11/06/2022 à 12:45
De plus en plus d'éléments semblent démontrer la montée en puissance de l'influence du Texas. Les villes côtières (NYC et LA) perdent de leur influence à force de discours bien-pensants.
1  0 
Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/05/2022 à 21:15
edit, j'ai supprimé le contenu, il y en avait une grande partie hors sujet et du coup je crée un autre thread
0  0 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 16:26
Au train ou vont les choses avec la crise de Taiwan, ce sont de lois sur les mesures de guerre qui vont encadrer la liberté d'expression. Il y a beaucoup de gens qui font regretter d'avoir envoyé du matériel militaire en Ukraine. Avec une pénurie de CPU, le remplacement va être difficile.
3  3 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/05/2022 à 20:34
Citation Envoyé par stardeath Voir le message
les propos sont ils vraiment racistes, ou alors sont ils suffisamment "malins" pour ne pas tenir de propos qui seraient jugé racistes?
parce que si c'est la seconde partie de la phrase, ça me rappelle la volonté de certains de bannir l'utilisation de certains mots "considérés" racistes, mais visiblement, il n'y aurait pas besoin de ça dans ce cas ...

alors la démocratie, c'est le peuple, pas les entreprises privées qui ont bien trop souvent montré qu'elles s'en moquent du peuple ...

... et donc ça serait parfait techniquement, c'est quoi le problème? considérer que le peuple est trop stupide et qu'on doit le parquer pour qu'il pense correctement?

bref, si c'est ça l'argumentaire de certains contre la loi texane, il y a beaucoup de soucis à se faire.
Je suis totalement d'accord. Ces phrases sont atterrantes, mais révélatrices.
1  2 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/05/2022 à 20:47
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
oui enfin des débiles ont considéré que le signe OK était devenue un signe raciste... Des trolls avaient publiées pleins d'image de personnalité d'extrême droite faire ce signe et les SJW débiles ont voulue interdire ce symbole
J'ai pire : des SJW s'en sont pris à Amazon pour une représentation d'un ruban adhésif sur une icône de carton qui "ressemblais" à la moustache d'Hitler. Le pire, c'est qu'Amazon l'a retiré .

https://www.tomsguide.fr/amazon-le-l...es-sur-hitler/
1  2 
Avatar de sanderbe
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/05/2022 à 22:40
Bonsoir,

La Cour suprême doit bloquer le rétablissement "choquant" de la loi texane sur les médias sociaux, les Big Tech contestent l'ordonnance d'une seule phrase qui a rétabli la loi texane

Quel est votre avis sur le sujet ?
Le Texas comme la Floride sont des états conservateurs. L'idéologie politique est très à droite , voir nationaliste et populiste. Politiquement, ces états sont beaucoup plus critiques face aux lois prises par le gouvernement centrale qui est lui démocrate ...

C'est un peu comme si chez vous en France un département aux couleurs RN , prenez une loi pour autoriser les contenus plus critiques contre l'immigration , la mondialisation, avec une autre vision de l'écologie ... Puis que votre gouvernement central à Paris disait , non non faut interdire l'arrêté sinon à cause de ce département les gens seront plus racistes ^^ .

Quand on voit l'orientation politique de Facebook qui est pro démocrate et mondialiste et ouvertement anti conservatrice / nationaliste ... Toute "critique" venant du camp conservateur , voire toutes lois est vue comme raciste, xenophobe, climatosceptique ...

Par contre la prolifération des discours wokistes, et des mensonges portés par la bienpensance et bienséance , cela ne choque personne ? Bien évidement que non , vu que c'est le fond de commerce de facebook et de la comm' de masse !

Citation Envoyé par OrthodoxWindows
J'ai pire : des SJW s'en sont pris à Amazon pour une représentation d'un ruban adhésif sur une icône de carton qui "ressemblais" à la moustache d'Hitler. Le pire, c'est qu'Amazon l'a retiré
Dans le même accabit , le spécialiste du modèle réduit allemand Faller-Revell a du cesser de commercialiser un temps sa soucoupe volante Hanebu 2 : https://www.lematin.ch/story/la-souc...e-705869301700

Cette étoile :



Qui est similaire à celle de Bundeswehr :



a été confondu avec une svastika ^^

Une cour d'appel juge inconstitutionnelle la loi de Floride sur les médias sociaux, dans le même temps, Zuckerberg de nouveau poursuivi pour son rôle présumé dans le Cambridge Analytica

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pour le cas de la Floride, même chose qu'évoqué plus haut. C'est un état conservateur au même titre que le Texas. Donc l'état fédéral tente par tous les moyens de torpiller le projet de loi.

Pour le cas du patron de Facebook, il serait temps que la société Meta , se prenne une bonne déculotté, depuis le temps qu'on en parle ! Histoire que les Gafam, soient rappelés à l'ordre.
2  3