IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Taïwan devrait menacer d'anéantir ses propres fonderies de semi-conducteurs, y compris TSMC, comme moyen de dissuasion à une invasion chinoise,
Suggère un article militaire américain

Le , par Stéphane le calme

233PARTAGES

5  1 
Un article paru dans la revue académique trimestrielle Parameters de l'US Army War College suggère que Taïwan devrait adopter une « politique de la terre brûlée » et anéantir ses propres fonderies de semi-conducteurs à la suite de toute invasion chinoise comme moyen de dissuasion, ont suggéré des universitaires militaires américains.

Dans l'article le plus téléchargé publié par le U.S. Army War College en 2021, deux universitaires américains proposent une stratégie de dissuasion taïwanaise pour rendre l'île si « indésirable » qu'il n'aurait aucun sens que la Chine s'en empare par la force.

Les auteurs affirment que face à la puissance et à la sophistication militaires croissantes de la Chine, les menaces ou les manifestations de l'armée américaine ont peu de chances de fonctionner, et tout conflit réel sur l'île peut en fait être gagné par la République populaire de Chine.

Au lieu de cela, l'article, Broken Nest : Deterring China from Invading Taiwan, suggère une tactique de la terre brûlée dans laquelle Taiwan détruit sa propre industrie des semi-conducteurs - y compris TSMC - à l'annonce de toute invasion de la Chine pour en faire une cible moins attrayante et saboter les propres ambitions technologiques de la Chine.

Une telle décision (et le fait de rendre une telle politique claire pour les envahisseurs potentiels) serait un moyen de dissuader potentiellement les agresseurs sans menacer de conflit direct et pourrait potentiellement être plus dissuasive que la menace (ou l'engagement réel) d'une guerre ouverte.

« Les États-Unis et Taïwan devraient élaborer des plans pour une stratégie ciblée de la terre brûlée qui rendrait Taïwan non seulement peu attrayante si jamais saisie par la force, mais positivement coûteuse à entretenir », selon l'article. « Cela pourrait être fait plus efficacement en menaçant de détruire les installations appartenant à la Taiwan Semiconductor Manufacturing Company, le plus important fabricant de puces au monde et le plus important fournisseur de la Chine ».

Le document suggère que les États-Unis et Taïwan devraient développer une stratégie conjointe de « dissuasion par la punition » afin que même si Taïwan pourrait être conquise à court terme, sa capture entraîne « des coûts économiques, politiques et stratégiques inacceptables pour Pékin ».


Samsung, basé en Corée du Sud, allié des États-Unis, serait la seule alternative pour les conceptions de pointe. Si TSMC venait à être déconnectée, « les industries chinoises de haute technologie seraient immobilisées au moment précis où la nation serait entraînée dans un effort de guerre massif », notent les auteurs. « Même lorsque la guerre formelle prendrait fin, les coûts économiques persisteraient pendant des années », suggère l'article, ajoutant qu'un tel scénario pourrait nuire à la légitimité du Parti communiste chinois.

Le défi, selon les auteurs, est de rendre une telle menace crédible : « Un mécanisme automatique pourrait être conçu, qui serait déclenché une fois qu'une invasion serait confirmée », écrivent-ils.

« Malgré un énorme effort chinois pour une industrie des puces "Made in China", seuls 6 % des semi-conducteurs utilisés en Chine ont été produits dans le pays en 2020 », note le document.

Broken Nest: Deterring China from Invading Taiwan a été écrit par Jared McKinney, directeur du Département d'études stratégiques et de sécurité à l'eSchool of Graduate Professional Military Education, Air University, et Peter Harris, professeur agrégé de sciences politiques à l'Université d'État du Colorado. Les opinions ne représentent pas nécessairement celles de l'Air University ou de l'US Air Force, a déclaré McKinney.

La Chine a vivement réagi au rapport. Le 23 décembre, le site Web du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil d'État chinois a publié un article notant que « la poursuite de la réunification inter-détroit par la partie continentale n'est certainement pas pour TSMC ».

L'approche controversée découle de la reconnaissance du fait que les stratégies de dissuasion traditionnelles – telles que le déploiement avancé de navires de guerre américains dans les environs de Taïwan – pourraient ne pas suffire à décourager Pékin d'agir dans le détroit de Taïwan.

L'objectif de l'Armée populaire de libération pour une invasion réussie est de 14 heures, a déclaré aux auteurs un analyste chinois ayant des relations dans la marine de l'APL, tandis que l'APL prévoit que les États-Unis et le Japon auront besoin de 24 heures pour répondre.

« Si ce scénario est sur le point d'être exact, le gouvernement chinois pourrait bien être enclin à tenter un fait accompli dès qu'il aura confiance en ses capacités relatives », écrivent McKinney et Harris.

Tout en veillant à ce que les principales installations de production de puces ne tombent pas entre les mains de Pékin, les États-Unis et leurs alliés pourraient également élaborer des plans d'urgence pour évacuer rapidement les Taïwanais hautement qualifiés travaillant dans ce secteur et leur donner refuge, propose le document.

Les auteurs reconnaissent que cette stratégie de la « terre brûlée » sera peu attrayante pour les Taïwanais. Mais les coûts « seront beaucoup moins dévastateurs pour le peuple taïwanais que la menace américaine d'une guerre entre grandes puissances, qui entraînerait des combats massifs et prolongés à, au-dessus et à côté de Taïwan », poursuivent-ils.

McKinney a déclaré que le plan intègre l'instrument économique du pouvoir dans l'argument de la dissuasion et qu'il offre « une alternative à la guerre d'une grande puissance à un endroit situé à 5 000 miles à l'ouest d'Hawaï, une proposition d'une difficulté prohibitive ».

Harris a déclaré : « Si les États-Unis et Taïwan souhaitent dissuader la Chine d'un projet d'envahissement, alors ils devraient chercher des moyens de le faire qui ne reposent pas sur la menace de représailles militaires américaines. S'appuyer exclusivement sur les menaces militaires devient moins crédible et donc plus dangereux ».

En attendant, l'article propose de faire des efforts pour convaincre Pékin des « avantages considérables » du maintien du statu quo.

Source : Broken Nest : Deterring China from Invading Taiwan

Et vous ?

Que pensez-vous de cette stratégie ? A-t-elle, selon vous, des chances d'être efficace ? Dans quelle mesure ?

Voir aussi :

TSMC augmente le prix des puces jusqu'à 20 % dans un contexte de pénurie d'approvisionnement, cette augmentation devrait se répercuter sur les prix des produits finis
Intel, TSMC, Samsung, ARM et bien d'autres se réunissent pour définir une nouvelle norme de connectivité des chiplets, pour permettre aux utilisateurs de personnaliser la construction de leurs SoC
Les dirigeants d'Intel, Nvidia et TSMC estiment que la pénurie de puces pourrait durer jusqu'en 2023, alors que l'industrie se hâte pour rapidement conjuguer cette crise au passé
TSMC envisage l'Allemagne comme site possible pour sa première usine de puces en Europe, pour permettre à l'UE de réduire les importations de puces

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 19/04/2022 à 12:48
est-ce que la chine veut taiwan pour TSMC? je crois pas...

si TSMC démolirait ses installation, ça va juste créer une méga pénurie sur la planète
4  1 
Avatar de Eric80
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 19/04/2022 à 13:35
un peu comme le "suicide européen" (d'après des analystes de droite en Suisse) si l UE s'interdit les hydrocarbures russes...

dans le cas de TSMC, on sait que les constructions des usines de fonderies coûtens des dizaines de milliards.
Est ce qu un transfert d usine serait possible? Est ce que TSMC pourrait déplacer ses usines vers les USA ou ailleurs?
1  0