IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Russie menace Wikipedia d'amendes pour « fausses informations »,
Elle serait inondée de documents qui diffusent des informations inexactes au sujet de l'opération militaire en Ukraine

Le , par Bruno

579PARTAGES

11  1 
Le régulateur russe des communications, Roskomnadzor, a déclaré le 5 mars qu'il souhaitait que Wikipédia supprime « la ressource contenant des informations inexactes d'intérêt public » sur la situation en Ukraine. Le régulateur a accusé Wikipedia d'héberger de fausses informations sur ce que la Russie appelle son « opération spéciale » en Ukraine et sur les actions des militaires russes également. Selon la loi russe, le propriétaire d'une ressource Internet qui ne supprime pas les informations illégales lorsque le Roskomnadzor le lui demande peut se voir infliger une amende pouvant aller jusqu'à 4 millions de roubles (48 120,30 dollars), a indiqué le régulateur.

Début mars, le président Vladimir Poutine a signé une loi interdisant la publication de « fake news ». Les contrevenants s'exposent à des peines de prison pouvant aller jusqu'à 15 ans. L'adoption de cette loi a conduit un certain nombre d'organisations médiatiques occidentales à suspendre leurs reportages en Russie. Il serait interdit aux médias russes de décrire l'invasion de l'Ukraine comme une invasion ou une guerre ; l'euphémisme « opération militaire spéciale » est préféré.

En mars, l'agence de régulation des technologies et des communications Roskomnadzor a partiellement bloqué Facebook pour avoir prétendument restreint les comptes des médias d'État, puis a bloqué Twitter peu après. Elle a exigé que Wikipédia supprime des rapports prétendument faux sur les pertes parmi les troupes militaires russes et les civils ukrainiens, y compris les enfants, bien qu'elle n'ait pas semblé mettre à exécution sa menace de blocage.

Plus récemment, elle a bloqué l'accès à la BBC et à d'autres sites d'information pour « atteinte à la stabilité et à la sécurité de la Russie », ce qui a conduit le média britannique à diffuser ses émissions sur ondes courtes. La BBC a ensuite annoncé qu'elle suspendait le travail de ses journalistes et de son personnel de soutien en réponse à l'adoption de la loi.

Le Parlement russe a voté à l'unanimité pour approuver un projet de loi criminalisant la diffusion intentionnelle de ce que la Russie considère comme des informations « fausses ». Le règlement prévoit des amendes ou des peines de prison pour la diffusion de fausses informations sur l'armée, ainsi que des amendes pour les personnes qui appellent publiquement à des sanctions contre la Russie. Les tribunaux prononceront les peines les plus sévères pour les fausses nouvelles qui pourraient entraîner des conséquences graves.


La semaine dernière, Roskomnadzor a mis en garde Wikipedia contre la « désinformation des utilisateurs russes ». Dans un communiqué publié mardi, l'agence s'est plainte que « Wikipédia soit devenue une nouvelle ligne d'attaques informationnelles constantes contre les Russes ». « Les auteurs des articles publiés sur Wikipédia désinforment délibérément les utilisateurs de la ressource Internet avec de fausses informations, écrit l'agence. Dans les articles publiés sur la ressource, une interprétation exclusivement anti-russe des événements est promue. »

Roskomnadzor établira un rapport sur une infraction administrative en vertu de l'article 13.41 du Code des infractions administratives contre le portail Internet Wikipedia pour avoir omis de retirer des documents trompeurs d'importance publique ainsi que d'autres informations interdites. Le 4 avril, Roskomnadzor, sur la base de la demande du bureau du procureur général de Russie, a envoyé une requête à l'administration de Wikipedia pour qu'elle retire immédiatement les informations trompeuses sur le sujet d'une opération militaire spéciale des forces armées russes en Ukraine visant à désinformer les utilisateurs russes.

Selon la presse russe, Wikipédia a été inondé de documents qui diffusent des informations inexactes sur le sujet de l'opération militaire spéciale en Ukraine et les actions des forces armées de la Fédération de Russie. Wikipédia est devenu une nouvelle ligne d'attaque d'information constante sur les Russes.

Ces derniers jours, l'armée russe a fait face à l'indignation pour les atrocités qu'elle aurait commises alors que les troupes évacuaient leurs positions près de la capitale ukrainienne de Kiev. Parmi les preuves, on trouve des corps de civils retrouvés dans les rues de la ville ukrainienne de Bucha. Le gouvernement russe affirme que les photos de Bucha ont été mises en scène par l'Ukraine. Les observateurs russes indiquent que les auteurs des articles publiés sur Wikipédia désinforment délibérément les utilisateurs de la ressource Internet avec des informations manifestement fausses. Les articles publiés sur cette ressource promeuvent une interprétation exclusivement anti-russe des événements.

Auparavant, le Roskomnadzor avait déjà demandé à l'administration de Wikipédia de supprimer les informations trompeuses sur les événements en Ukraine. La demande de l'agence n'a pas été satisfaite par l'administration de la ressource Internet jusqu'à présent. Selon la législation russe, le propriétaire d'une ressource Internet qui ne retire pas les informations illégales à la demande de Roskomnadzor s'expose à une responsabilité administrative, comme dit précédemment, il peut s’agir d’une amende pouvant aller jusqu'à 4 millions de roubles pour les personnes morales (article 13.41 du code des infractions administratives de la Fédération de Russie).

« Nous vous informons par la présente que, suite à une demande du Procureur Général de la Fédération de Russie ou son adjoint pour prendre des mesures visant à restreindre l'accès à la ressource d'information "ru.wikipedia.org" contient des informations diffusées en violation de la loi avec de faux rapports sur des actes de terrorisme ou autres informations trompeuses d'intérêt public diffusés sous le couvert de rapports crédibles qui met en danger la vie ou la santé de la santé et la propriété des citoyens, la menace d'une perturbation massive l'ordre public ou la sécurité publique ou une menace d'interférer avec ou la perturbation du fonctionnement des fonctions vitales », a déclaré Roskomnadzor.

L'ordre, daté du 28 mars exige le blocage des informations liées à « l'invasion russe de l'Ukraine », ce qui semble décrire précisément cette situation. Cependant, selon le Kremlin, cette page contient de « faux rapports » d'actes de terrorisme et de fausses informations « distribuées sous l'apparence de messages fiables. » La page représente une « menace ou une atteinte à la vie » et pourrait conduire à une « violation massive de l'ordre public », ajoute l'avis.

Voici, ci-dessous, la procédure de restriction de l'accès à l'information appliquée par le régulateur russe :

  • Roskomnadzor, sur la base de la demande du Procureur général de la Fédération de Russie ou de son adjoint, Rosnadzor envoie immédiatement aux opérateurs de services de communication fournissant un accès à Internet ( opérateur de télécommunications) ;
  • une demande visant à prendre des mesures pour restreindre l'accès aux ressources d'informations sur laquelle sont affichées des informations diffusées en violation de la loi ;
  • l'opérateur de télécommunications est tenu de restreindre l'accès à la ressource d'information sur laquelle se trouve l'information diffusée en violation de la loi.


Voici, ci-dessous, la procédure à suivre pour répondre à cet avis par les opérateurs de services de communication :

  • le fournisseur d'hébergement ou la personne qui héberge la ressource d'information susmentionnée sur Internet doit : immédiatement après la réception de cet avis informer le propriétaire de la ressource d'information de la nécessité de retirer immédiatement les informations diffusées en violation de la loi ;
  • à l'expiration d'un délai de 24 heures à compter de la réception du présent avis, de restreindre l'accès à ladite ressource d'information en cas de refus ou d'inaction de l'utilisateur ;
  • le propriétaire d'une ressource d'information est tenu, dans les 24 heures suivant la réception d'une notification de l'hébergeur ou de toute autre personne mentionnée ci-dessus, de retirer les informations diffusées en violation de la loi.

Roskomnadzor est également en conflit avec YouTube, l'une des rares plateformes occidentales encore accessibles en Russie. Le 29 mars, Roskomnadzor a déclaré que YouTube « est devenu l'une des principales plateformes participant à la guerre de l'information contre la Russie. » Le gouvernement ne s'est pas seulement plaint de la désinformation supposée sur YouTube ; il a également exigé que YouTube réintègre les chaînes appartenant au gouvernement russe et aux médias russes financés par l'État. Le 11 mars, YouTube a fermé un certain nombre de chaînes appartenant à RT et à d'autres médias financés par l'État.

Le mois dernier, le Belarus, l'un des plus proches alliés de la Russie dans l'invasion de l'Ukraine, a arrêté l'un des éditeurs les plus prolifiques de la version russe de Wikipédia. Il avait effectué plus de 200 000 modifications sur la version russe de Wikipédia en dix ans et avait participé activement à des débats sur des articles concernant l'invasion de l'Ukraine.

Sources : Roskomnadzor (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

La Russie punit de 15 ans d'emprisonnement les « fausses nouvelles », Twitter et Facebook désormais bloqués en Russie

Les professionnels de l'IT de Russie partent du pays en raison de leur sevrage des services en ligne via lesquels ils gagnent leur vie, selon l'Association russe des communications électroniques

Le système russe de blocage des sites ne fonctionne pas et pourrait même s'effondrer, problème, l'équipement utilisé n'est pas installé sur les réseaux de tous les opérateurs

Le principal FAI américain à la Russie interrompt ses services dans ce pays, invoquant une invasion non provoquée de l'Ukraine

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/04/2022 à 10:03
D'un côté ça montre bien un des problèmes qui n'a pas encore été résolu sur Internet : comment respecter non pas "LA LOI", mais "LES LOIS" des différents états du monde entier (peu importe que les lois en question soient juste ou non).
0  0