IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Australie va introduire des lois pour lutter contre la mésinformation et la désinformation sur Facebook et Twitter
Qui donneront plus de pouvoir à son régulateur des médias ACMA

Le , par Stéphane le calme

183PARTAGES

7  0 
Le régulateur australien des médias pourra obliger les sociétés Internet à partager des données sur la manière dont elles ont géré la mésinformation (le fait de diffuser des informations trompeuses, inexactes ou complètement fausses, mais que la personne qui les diffuse pense vraies) et la désinformation (le fait de partager de fausses informations avec l’intention de tromper les autres), en vertu de nouvelles lois qui renforceront les efforts du gouvernement pour freiner les grandes enseignes de la technologie.

En vertu des nouvelles lois, l'Autorité australienne des communications et des médias (ACMA) se verra accorder des pouvoirs de collecte d'informations qui lui permettront de demander légalement aux plateformes technologiques telles que Meta (anciennement Facebook), Google et Twitter de transmettre des informations. Cela permettra à l'ACMA d'obtenir des données sur le traitement des plaintes, les problèmes sur lesquels elles sont traitées et l'engagement avec des contenus préjudiciables.

L'ACMA sera également en mesure d'enregistrer et d'appliquer de nouveaux codes ou normes de l'industrie, si les efforts volontaires s'avèrent insuffisants. Un groupe d'action sur la mésinformation et la désinformation - composé de parties prenantes du gouvernement et du secteur privé - sera également créé.

Les lois prévues sont une réponse à une enquête qui a révélé que les quatre cinquièmes des adultes australiens avaient rencontré des informations erronées sur COVID-19 et 76 % pensaient que les plateformes en ligne devraient faire plus pour réduire la quantité de contenu faux et trompeur en ligne.


Avec l’avènement de l’ère de l’information et d’Internet, l’information se répand plus rapidement et souvent par un simple clic de souris. De même, la vitesse de transmission de l’information et l’accès instantané à l’information qu’offre Internet ont provoqué une ruée pour publier et être les premiers à faire transiter l’information.

La lutte efficace contre la mésinformation reste une question contemporaine urgente, les juristes, les universitaires et les militants proposent divers remèdes. Notamment, le juge de la Cour suprême des États-Unis, Anthony Kennedy, dans sa décision majoritaire dans l’affaire « United States v Alvarez » a déclaré que « le remède à un discours qui est faux est un discours qui est vrai. C’est le cours normal des choses dans une société libre. La réponse au déraisonnable est le rationnel ; au mal informé, l’éclairé ; au mensonge pur, la simple vérité ». Les stratégies et campagnes MIL (maîtrise de l’information) proposées par l’UNESCO visent à rendre opérationnelle la position proposée par le juge Kennedy et à fournir une approche holistique pour lutter contre la mésinformation, sans limiter le droit à la liberté d’expression.

L'Australie se tourne vers la loi

Pour sa part, le gouvernement fédéral en Australie s’est engagé à introduire de nouvelles lois afin d'aider à réduire la propagation de contenus préjudiciables sur les réseaux sociaux, alors que les entreprises technologiques les plus puissantes du monde tentent de lutter contre le déluge de mésinformation et de désinformation sur la pandémie de coronavirus et la guerre en Ukraine en ligne.

Le ministre des Communications, Paul Fletcher, prévoit de présenter une législation qui donnera au gendarme des médias australien plus de pouvoir réglementaire sur les entreprises technologiques qui ne respectent pas les normes d'un code de pratique volontaire sur la mésinformation et la désinformation.

« Le rapport de l'ACMA souligne que la désinformation et la mésinformation sont des problèmes importants et permanents », a déclaré le ministre Fletcher. « Les plateformes numériques doivent assumer la responsabilité de ce qui se trouve sur leurs sites et prendre des mesures lorsque des contenus préjudiciables ou trompeurs apparaissent. C'est l'attente claire de notre gouvernement - et tout comme nous avons soutenu cette attente par des actions en adoptant récemment la nouvelle loi sur la sécurité en ligne, nous prenons des mesures en matière de désinformation et de mésinformation ».

Le ministre Fletcher a déclaré que le gouvernement accueillait favorablement les cinq recommandations formulées dans le rapport de l'ACMA. L'ACMA se verra accorder de nouveaux pouvoirs de collecte d'informations pour encourager une plus grande transparence de la plateforme et améliorer l'accès aux données spécifiques à l'Australie sur l'efficacité des mesures de lutte contre la désinformation et la mésinformation.

En outre, l'ACMA se verra accorder des pouvoirs de réserve pour enregistrer et appliquer les codes de l'industrie ou établir des normes de l'industrie. Les autorités estiment que cela encouragera les plateformes à être ambitieuses dans la lutte contre les méfaits de la désinformation et de la mésinformation, tout en offrant à l'ACMA la capacité de demander des comptes aux plateformes si leurs efforts volontaires s'avèrent insuffisants ou inopportuns.

Un groupe d'action sur la mésinformation et la désinformation sera créé, réunissant les principales parties prenantes du gouvernement et du secteur privé pour collaborer et partager des informations sur les problèmes émergents et les réponses aux meilleures pratiques.

Le ministre Fletcher a déclaré que ces mesures s'appuient sur les mesures que le gouvernement Morrison et l'industrie ont déjà prises.

Selon le code, la mésinformation est définie comme une information fausse ou trompeuse susceptible de causer un préjudice, tandis que la désinformation est une information fausse ou trompeuse diffusée par les utilisateurs via le spam et les bots.

Les nouvelles lois, qui devraient être présentées au parlement plus tard cette année, permettront d'évaluer plus facilement l'efficacité de l'autorégulation et aideront le gouvernement à décider si un code de pratique obligatoire doit être introduit pour résoudre le problème.


Les grandes entreprises technologiques dans son collimateur

L'annonce intervient après qu'un rapport de l'Australian Competition and Consumer Commission (ACCC) a révélé que 82 % des Australiens avaient été victimes d'informations erronées sur le COVID-19 au cours des 18 derniers mois : « La réponse du gouvernement au rapport final de l'enquête de l'ACCC sur les plateformes numériques indiquait que le gouvernement demanderait aux principales plateformes numériques d'élaborer un code de conduite volontaire pour la désinformation et la qualité des nouvelles. Le code de pratique australien sur la désinformation et la mésinformation a été élaboré par l'industrie sous la supervision de l'ACMA ».

Les projets de création d'une législation interviennent un an après que le groupe de pression du secteur de la technologie, DIGI, a introduit un code de pratique volontaire sur la désinformation et la mésinformation. Le code volontaire a été établi à la demande du gouvernement fédéral à la suite de la publication d'une enquête sur le pouvoir de marché des plateformes numériques.

Les membres de DIGI à savoir Facebook, Google, Twitter, Microsoft et le site de vidéo virale TikTok, ont ​​​​signé le code, qui les oblige à informer les utilisateurs des mesures qu'ils ont mises en place pour arrêter la propagation de la désinformation sur leurs services et à fournir des rapports annuels de « transparence » détaillant leurs efforts.

DIGI a tenté de renforcer le code volontaire en octobre en formant un conseil indépendant pour contrôler ses directives et traiter les plaintes considérées comme une « violation substantielle ». DIGI a également nommé un expert indépendant, Hal Crawford, pour vérifier les rapports annuels de transparence.

Mais malgré les efforts d'autorégulation, des sites Web tels que Facebook, YouTube, TikTok et Twitter ont été remplis de contenus préjudiciables sur la pandémie de coronavirus et, plus récemment, sur l'invasion russe de l'Ukraine.

Fletcher a lancé un avertissement aux plateformes de médias sociaux au début du mois, les exhortant à supprimer immédiatement le contenu des médias d'État russes, car ils craignaient qu'ils soient un véhicule pour faciliter la diffusion de la désinformation et la promotion de la violence lors de l'invasion de l'Ukraine.

Sunita Bose, directrice générale de DIGI, a déclaré que le groupe travaillerait avec le gouvernement pour améliorer les mesures de lutte contre la mésinformation et la désinformation : « Nous examinerons de près les conclusions du rapport, dans le cadre de l'examen prévu du code par DIGI, où nous avons l'intention d'inviter de manière proactive les opinions du public, de la société civile et du gouvernement sur la manière dont il peut être amélioré », a déclaré Bose.

La présidente de l'ACMA, Nerida O'Loughlin, a déclaré qu'il y avait plus à faire pour s'assurer que la mésinformation et la désinformation ne se propagent pas en ligne : « Dans les mois à venir, l'ACMA se concentrera sur le test de savoir si les dispositions d'autorégulation mises en place par l'industrie sont efficaces ou si d'autres actions sont nécessaires », a déclaré O'Loughlin.

« L'ACMA travaillera également avec le gouvernement pour mettre en place des pouvoirs supplémentaires pour l'ACMA, conçus pour encourager les plateformes à adopter les "meilleures pratiques" pour remédier aux préjudices et à démontrer que leurs actions sont efficaces, grâce à des rapports transparents. Ces pouvoirs fourniront un filet de sécurité important si les approches d'autorégulation ne sont pas efficaces pour les utilisateurs australiens de ces services », a-t-elle continué.

Les lois s'alignent globalement sur les efforts déployés par l'Europe pour limiter les contenus en ligne préjudiciables, qui devraient entrer en vigueur d'ici la fin de 2022, bien que l'Union européenne ait déclaré qu'elle souhaitait des mesures encore plus strictes pour arrêter la désinformation compte tenu d'une partie de la production des médias d'État russes lors de l'invasion de l'Ukraine.

« Messages émotifs »

Les Australiens étaient les plus susceptibles de voir des informations erronées sur des services plus importants tels que Facebook et Twitter de Meta Platform Inc, a déclaré l'ACMA. Les faux récits commençaient généralement par « des messages très émotifs et engageants au sein de petits groupes de complot en ligne » et étaient « amplifiés par des influenceurs internationaux, des personnalités publiques locales et par la couverture médiatique », a ajouté l'Autorité.

L'autorité a également noté que la désinformation, qui consiste à diffuser intentionnellement de fausses informations pour influencer la politique ou semer la discorde, continuait de cibler les Australiens. Facebook avait supprimé quatre campagnes de désinformation en Australie de 2019 à 2020, selon l'ACMA.

L'Autorité a déclaré que les groupes de complot exhortaient souvent les gens à rejoindre des plateformes plus petites avec des politiques de modération plus souples, comme Telegram. Si ces plateformes rejetaient les directives de contenu définies par l'industrie « elles pourraient présenter un risque plus élevé pour la communauté australienne », a déclaré l'ACMA.

Source : communiqué du ministère

Et vous ?

Que pensez-vous de cette stratégie pour combattre la mésinformation et la désinformation ?

Voir aussi :

Emmanuel Macron lance une commission pour contrer les théories complotistes et la désinformation dans le débat public, présidée par Gérald Bronner
La loi visant à lutter contre les fake news s'intéresse désormais à la manipulation des infos, la proposition a été rebaptisée et réécrite en partie
Fake news : un décret oblige les sites d'au moins 5 millions de visiteurs/mois à révéler l'identité des annonceurs pour les campagnes d'au moins 100 €

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de
https://www.developpez.com
Le 21/03/2022 à 16:56
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
L'Australie va introduire des lois pour lutter contre la mésinformation et la désinformation sur Facebook et Twitter, qui donneront plus de pouvoir à son régulateur des médias ACMA
Enfin, le ministère de la Vérité Vraie Hâte de voir un beau projet qui démarre, et de voir ses retombées sociétales positives.

([/IRONIE])

NB: Je suis pas complotiste, mais je n'aimerais pas qu'on me censure en pensant que je le suis
5  1 
Avatar de gabriel21
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/03/2022 à 19:01
Citation Envoyé par vanquish Voir le message
Je suis assez d'accord.
D'ailleurs, dans ce domaine, Poutine a devancé l'Australie puisque la désinformation est désormais punie de 15 ans de prison.
L'Europe et les USA ont encore fait mieux : elles ont carrément interdit des agences de presse, au nom de la guerre informationnelle que se mènent l'OTAN (la vérité) et la Russie (le mal absolu). Quoique, Mr le président de l'Europe (par intérim) et accessoirement président de la république française ( à moins que ce soit l'inverse) Macron a clamé haut et fort que nous n'étions pas en guerre contre la Russie, mais uniquement contre le COVID 19. Lequel (le COVID, pas le président) semble d’ailleurs être en passe de gagner définitivement la guerre.

NB: Je suis pas complotiste, mais je n'aimerais pas qu'on me censure en pensant que je le suis
[MODE IRONIE LOURDE]Si tu es complotiste, la preuve tu lis 1984 et en plus tu y fait référence. Donc en application de la loi AVIA, tu dois être rééduqué. En effet, faire référence à 1984 est un appel à la haine et à la violence en vue de déstabiliser le grand régime démocratique à qui tu dois tout et qui te protège de l'invasion de l'est. [/MODE IRONIE LOURDE]
5  2 
Avatar de vanquish
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/03/2022 à 18:00
Citation Envoyé par Jesus63 Voir le message
Enfin, le ministère de la Vérité Vraie Hâte de voir un beau projet qui démarre, et de voir ses retombées sociétales positives.

([/IRONIE])

NB: Je suis pas complotiste, mais je n'aimerais pas qu'on me censure en pensant que je le suis
Je suis assez d'accord.
D'ailleurs, dans ce domaine, Poutine a devancé l'Australie puisque la désinformation est désormais punie de 15 ans de prison.
1  0 
Avatar de Leruas
Membre averti https://www.developpez.com
Le 21/03/2022 à 22:21
Vivement l'an 2084.
Le plus simple, ça serait de démanteler Meta/Facebook qui base ses revenus sur les "pubs" polémiques.
1  0 
Avatar de nl.smart
Membre actif https://www.developpez.com
Le 22/03/2022 à 1:05
Salut!

Un homme a dit un jour ceci en s'adressant aux médias main stream :



« On marche sur la tête, ils sont en roue libre (et encore c'est un euphémisme) les médias main stream seront chargés de faire le tri entre le bon grain de l'ivraie ?
Combien de comptes face de bouc, de comptes tweeter, de vidéos supprimées ces dernières années sur YouTube ? Pour quelles raisons ? Ah oui, pour avoir dit des vérités qui dérangeaient les $ intérêts € de certain(e)s

Dans 1984, Winston travaillait au ministère de la vérité !
Ce livre, 1984, devrait être obligatoire en lecture au moins au lycée ! ça sera peut-être chose faite quand notre planète tournera à nouveau rond, pour rappeler ce que nous avons vécu, les parallèles seront faciles à faire entre le livre et notre vécu, un livre qui sera un temps passé de la science fiction à la réalité.

Jetez un œil à la série Utopia sortie en 2013 / 2014 puis 2020, c'est 1984 au XXI ème siècle pour ce qui est du cadre de vie.

Pfff, ça devient usant toute cette manipulation des masses, la censure, ben oui, ça n'arrange rien de lire des livres d'histoire ou Aldous Huxley ! »
2  1 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 23/03/2022 à 23:27
Bonsoir,

L'Australie va introduire des lois pour lutter contre la mésinformation et la désinformation sur Facebook et Twitter, qui donneront plus de pouvoir à son régulateur des médias ACMA

Que pensez-vous de cette stratégie pour combattre la mésinformation et la désinformation ?
Comme dit plus haut dans ce topic . Le retour du "ministère de la vérité" . Émettre des critiques à l'encontre d'un protagoniste dans une histoire ne fait pas nous un complotiste ... Encore moins un preneur de parti pour un pays ...

Quid de la tentative de prise d'une proposition de neutralité ?

Exemple avec la situation actuelle en Ukraine : dire que l'UE/les USA on une part de responsabilité (selon une multitude de facteurs), idem pour l'Ukraine qui a aussi une part de responsabilité , idem pour la Russie ...

Quid maintenant des sanctions appliquées à un seul des protagonistes ?

Faut se mettre du "point de vu" de la Russie et de la Biélorussie (pensez ce que vous voulez de ces pays, vous pouvez même penser que c'est satan ou diable en personne ). Ces pays appliquent aussi des sanctions à l'occident USA/UE .

Adopter ce deuxième point de vue est ce être pro Russie ? (De mon point de vu personnel : Non).

L'UE et les USA feraient bien de balayer devant leur porte avant de donner des leçons aux autres. On peut aussi sortir des dossiers compromettant pour ces 2 là.

---

Citation Envoyé par Jesus63
Je suis pas complotiste, mais je n'aimerais pas qu'on me censure en pensant que je le suis
Encore heureux qu'il n'y a pas "qu'une pensée unique". Par contre pour certain il faut uniformiser la pensée ... Les opinions divergentes mal vues ET mal venues ... Que certains le veille ou non, ils d'autres opinions que la leurs . Qu'ils soient mis devant le fait accompli ou non , on s'en tamponne. Ils peuvent même faire leur calimero. On s'en tamponnera toujours autant.

Citation Envoyé par nl.smart
Dans 1984, Winston travaillait au ministère de la vérité !
Ce livre, 1984, devrait être obligatoire en lecture au moins au lycée ! ça sera peut-être chose faite quand notre planète tournera à nouveau rond, pour rappeler ce que nous avons vécu, les parallèles seront faciles à faire entre le livre et notre vécu, un livre qui sera un temps passé de la science fiction à la réalité.
Comme dit l'adage ... Quand la réalité rattrape la fiction. Hélas :/
1  0 
Avatar de L33tige
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/03/2022 à 12:21
Citation Envoyé par gabriel21 Voir le message
L'Europe et les USA ont encore fait mieux : elles ont carrément interdit des agences de presse, au nom de la guerre informationnelle que se mènent l'OTAN (la vérité) et la Russie (le mal absolu). Quoique, Mr le président de l'Europe (par intérim) et accessoirement président de la république française ( à moins que ce soit l'inverse) Macron a clamé haut et fort que nous n'étions pas en guerre contre la Russie, mais uniquement contre le COVID 19. Lequel (le COVID, pas le président) semble d’ailleurs être en passe de gagner définitivement la guerre.

[MODE IRONIE LOURDE]Si tu es complotiste, la preuve tu lis 1984 et en plus tu y fait référence. Donc en application de la loi AVIA, tu dois être rééduqué. En effet, faire référence à 1984 est un appel à la haine et à la violence en vue de déstabiliser le grand régime démocratique à qui tu dois tout et qui te protège de l'invasion de l'est. [/MODE IRONIE LOURDE]
C'est vrai qu'interdire une entreprise, c'est bien pire que 15 ans de prison.
0  0