IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk et son entreprise Tesla accusent la Securities and Exchange Commission de les harceler avec des enquêtes interminables
Et infondées

Le , par Nancy Rey

173PARTAGES

7  0 
Tesla et son directeur général Elon Musk ont accusé hier la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis de les harceler avec une enquête « sans fin » et « implacable » pour punir Musk d'être un critique franc du gouvernement. L'accusation a été formulée dans une lettre adressée à la juge de district américaine Alison Nathan à Manhattan, qui a présidé à un règlement de la SEC en 2018 découlant d'un tweet de Musk sur un rachat potentiel de Tesla. « Musk et Tesla cherchent respectueusement à corriger le cap », a écrit Alex Spiro, un avocat de Musk et Tesla. Dans une ordonnance d'une phrase,la juge Nathan a demandé au régulateur de répondre avant le 24 février. La lettre de jeudi intensifie la bataille de Musk contre les régulateurs, qui examinent de près ses messages sur les médias sociaux et le traitement des travailleurs par Tesla, notamment les accusations de discrimination.


Alex Spiro, avocat de Tesla et du PDG Elon Musk a affirmé dans un document judiciaire que la Securities and Exchange Commission américaine harcèle le constructeur automobile et Musk pour « museler » ses critiques à l'égard du gouvernement. La lettre de trois pages de l'avocat Alex Spiro au juge de district américain Alison Nathan a déclaré que la SEC « arme » le règlement de 2018 dans lequel Tesla et Musk ont accepté de payer 20 millions de dollars chacun en pénalités pour résoudre la plainte de la SEC selon laquelle « les tweets trompeurs de Musk » sur la privatisation de Tesla ont fait bondir le prix de l'action « et ont conduit à une perturbation significative du marché ».

Le règlement exige également que Tesla impose des contrôles sur les déclarations de Musk sur les médias sociaux. Musk avait affirmé sur Twitter qu'il avait « obtenu le financement nécessaire » pour privatiser Tesla à 420 dollars par action, mais la SEC a déclaré dans un procès que « Musk n'avait même pas discuté et encore moins confirmé, les principales conditions de l'opération, y compris le prix, avec une source de financement potentielle ».

« La SEC a utilisé le décret de consentement comme une arme pour tenter de museler et de harceler monsieur Musk et Tesla, tout en ignorant son obligation, ordonnée par la Cour, de remettre les 40 millions de dollars qu'elle continue de détenir alors que les actionnaires de Tesla continuent d'attendre. Le pire de tout, c'est que la SEC semble cibler monsieur Musk et Tesla pour une enquête implacable en grande partie parce que monsieur Musk reste un critique franc du gouvernement ; les efforts démesurés de la SEC semblent calculés pour refroidir son exercice des droits du Premier Amendement plutôt que d'appliquer les lois généralement applicables de manière impartiale », peut-on lire dans la lettre.


La ligne critique franche du gouvernement fait référence à de nombreuses déclarations de Musk. Musk a utilisé son compte Twitter pour critiquer la SEC, par exemple, en qualifiant la commission de « Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert » en octobre 2018 et en écrivant en février 2019 que « quelque chose est cassé avec la surveillance de la SEC ».

Musk a récemment qualifié les mandats de vaccination « d’érosion de la liberté », bien qu'il affirme que lui et ses enfants sont vaccinés contre la COVID. Il a également critiqué les ordres de mise à l'abri et a défié un ordre de fermeture d'usine au début de la pandémie. Il y a quelques heures, Musk a tweeté un mème comparant le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Adolf Hitler, avant de le supprimer.

Mais ce sont les tweets de Musk sur les finances et les affaires de Tesla qui ont attiré à plusieurs reprises la condamnation de la SEC. Tesla a déclaré ce mois-ci dans un document déposé auprès de la SEC qu'en novembre 2021, « la SEC nous a adressé une assignation à comparaître pour obtenir des informations sur nos processus de gouvernance concernant le respect du règlement de la SEC ».

Cela fait suite à plusieurs cas dans lesquels la SEC a allégué que Tesla n'a pas réussi à contrôler les déclarations de Musk sur les médias sociaux. Dans une lettre adressée à Tesla en mai 2020, la SEC aurait déclaré que la société n'avait pas fait respecter les exigences du règlement "malgré les violations répétées de M. Musk" et que "Tesla avait abdiqué les devoirs qui lui incombaient en vertu de l'ordonnance du tribunal".

Les amendes n'ont pas été distribuées aux actionnaires

Les 40 millions de dollars d'amendes liées aux tweets de Musk sur Tesla sont censés être « distribués aux investisseurs lésés dans le cadre d'un processus approuvé par le tribunal », comme l'a expliqué la SEC en 2018. Dans la lettre d’hier, Tesla a déclaré que « la SEC n'a pas respecté sa promesse de verser aux actionnaires de Tesla les 40 millions de dollars qu'elle a collectés dans le cadre du règlement de ces affaires et qu'elle prétend détenir pour eux. Au lieu de cela, elle a consacré ses formidables ressources à des enquêtes sans fin et sans fondement sur Elon Musk et Tesla ».

Tesla a demandé au tribunal de « prévoir une conférence pour examiner pourquoi la SEC n'a pas distribué ces fonds aux actionnaires, mais a choisi de dépenser son énergie et ses ressources à enquêter sur le respect du décret de consentement par Musk et Tesla en émettant des citations à comparaître unilatéralement, sans l'approbation du tribunal ». Tesla et Musk ont accepté le décret de consentement de 2018 en partie parce que les 40 millions de dollars seraient distribués aux actionnaires et qu'ils « ont compris que le règlement avec la SEC mettrait enfin fin au harcèlement de la SEC et surtout, ferait de ce tribunal, et non de la SEC seule, le contrôleur de tout problème de conformité perçu à l'avenir. Mais la SEC n'a pas tenu ses promesses », affirme la lettre.

Bien que la SEC ait nommé un administrateur fiscal et un agent de distribution pour les fonds, l'agence « n'a encore rien annoncé qui ressemble à un plan de distribution. En tant que telle, la SEC a pris près de vingt fois plus de temps que sa limite extérieure spécifiée », a déclaré Tesla.

La SEC "est devenue véreuse", selon Tesla

Entre-temps, la SEC « s'est montrée plus qu'énergique en s'en prenant à Musk et à Tesla, essentiellement pour contrôler les déclarations publiques de Musk sur Twitter », indique la lettre. Au lieu de se présenter devant le tribunal « pour obtenir des informations sur le respect du décret de consentement », la SEC « a agi de façon déloyale et a ouvert unilatéralement ses propres enquêtes » et « a mené ces enquêtes en dehors de toute supervision de ce tribunal », indique la lettre.

Tesla et Musk « n'ont jamais accepté un règlement qui permet à la SEC d'émettre des assignations à comparaître sans la supervision et l'approbation de ce tribunal. Si la SEC perçoit vraiment une non-conformité et peut identifier une base de bonne foi, elle doit procéder devant Votre Honneur », mentionne la lettre. « Il n'est pas surprenant que, malgré les enquêtes en série de la SEC (dont certaines impliquaient la clôture d'une enquête pour qu'une autre soit ouverte en même temps) il n'y ait eu aucune découverte d'un quelconque acte répréhensible ».

La lettre d'aujourd'hui au juge Nathan conclut : « Trop c'est trop. Elon Musk et Tesla écrivent dans l'espoir que la Cour puisse mettre fin à la campagne de harcèlement de la SEC, tout en s'assurant que la SEC respecte enfin son engagement envers les actionnaires de Tesla et cette Cour ».


Le règlement de 2018 exigeait que Tesla mette en place des contrôles et des procédures supplémentaires pour superviser les communications de Musk au public. La SEC a souligné que Tesla « a notifié le marché en 2013 qu'elle avait l'intention d'utiliser le compte Twitter de Musk comme moyen d'annoncer des informations importantes sur Tesla et a encouragé les investisseurs à examiner les tweets de Musk », mais « n'avait pas de contrôles ou de procédures de divulgation en place pour déterminer si les tweets de Musk contenaient des informations devant être divulguées dans les documents déposés par Tesla auprès de la SEC ». Tesla n'avait pas non plus de « processus suffisants » pour garantir que « les tweets de Musk étaient exacts ou complets », avait alors déclaré la SEC.

En février 2019, moins de cinq mois après le règlement, « Musk a tweeté que Tesla 'fera environ 500k en 2019'. Il a ensuite précisé qu'il voulait dire un taux de production annualisé de 500 000 voitures. Comme il n'a pas précisé ces deux déclarations aux avocats de Tesla, la SEC l'a poursuivi en justice, demandant qu'il soit condamné pour outrage ». Les avocats de Musk ont alors accusé la SEC d'un « coup de force anticonstitutionnel ». Un amendement au règlement en avril 2019 était plus précis quant aux types de déclarations de Musk qui devaient être examinées par les avocats de Tesla, mais Musk a continué à faire des tweets sur Tesla auxquels la SEC s'est opposée. La SEC a envoyé à Tesla trois lettres entre août 2019 et juin 2020, demandant à la société d'effectuer la surveillance requise des tweets de Musk.

Sources : Documents de justice (1, 2), SEC (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

USA : la SEC poursuit Elon Musk et veut lui interdire tout poste de direction dans une société cotée en bourse, pour son annonce de privatiser Tesla

La SEC demande à Musk de renoncer à son poste de président de Tesla et exige une amende de 40 millions $ US, pour un règlement à l'amiable

Tesla et son PDG Elon Musk sanctionnés par les autorités fédérales pour leurs actions antisyndicales "illégales" à l'usine de Fremont, Musk est sommé de supprimer un tweet menaçant

Le PDG de Twitter nomme Elon Musk comme son twitteur préféré, malgré les multiples scandales de ses tweets

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/03/2022 à 5:09
Ce type est un petit charlatan de première classe QUI comme la plupart des milliardaires et ceux d'extrême richesse lui a été transmis.

Il ne mérite pas d'attention et devrait être tenu responsable de toutes les malversations
0  1