IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Apple aurait utilisé des accords de confidentialité contre des travailleurs et aurait menti à ce sujet,
Selon un rapport

Le , par Bruno

117PARTAGES

5  0 
Un groupe de trésoriers d'État demande à la Securities and Exchange Commission (SEC) d'enquêter pour savoir si Apple a trompé ses investisseurs et l'agence sur son utilisation des accords de non-divulgation, qui, selon les défenseurs, ont longtemps été utilisés pour faire taire les travailleurs maltraités. Un rapport affirme qu'Apple a utilisé des accords de non-divulgation contre des travailleurs, puis a menti à ce sujet aux investisseurs et à la SEC.

Apple affirme qu'elle n'utilise pas d'accords de non-divulgation (AND), également connus sous le nom de « clauses de dissimulation », lorsque des travailleurs font part de leurs préoccupations concernant des actes illégaux commis par la société. Cependant, de nombreux rapports indiquent qu'elle le fait en réalité.


Dans une lettre adressée au président de la SEC, huit trésoriers d'État démocrates mettent en doute la véracité de la récente déclaration d'Apple à la commission, selon laquelle sa politique « consiste à ne pas utiliser de telles clauses », connues sous le nom de clauses de dissimulation.

« De multiples reportages ont indiqué que les documents des dénonciateurs démontrent qu'Apple utilise les clauses de dissimulation qu'elle a prétendu à plusieurs reprises ne pas utiliser », ont-ils écrit la semaine dernière dans la lettre.

Sous la bannière « Apple Too », les employés d'Apple ont uni leurs efforts pour dénoncer la discrimination et le harcèlement présumés dans les pratiques d'emploi d'Apple. Une enquête menée par les employés a révélé des écarts de rémunération entre les travailleurs masculins et féminins, et Apple a réagi en interdisant de telles enquêtes.

Le groupe a déclaré l'été dernier qu'il avait recensé environ 500 signalements de « racisme, sexisme, discrimination, représailles, intimidation, harcèlement sexuel et autres formes de harcèlement, et agression sexuelle. » Le Conseil du travail américain a ensuite enquêté sur les plaintes déposées par des employés d'Apple.

Les entreprises qui utilisent des accords de non-divulgation pour dissimuler un comportement illégal aux investisseurs, aux régulateurs, aux clients et au grand public sont considérées comme contraires à l'éthique, et peuvent dans certains cas être illégales.

En décembre, la SEC a rejeté la demande d'Apple d'exclure la proposition, qui demandait à l'entreprise de préparer un rapport public pour évaluer les risques « associés à son utilisation de clauses de non-divulgation dans le contexte du harcèlement, de la discrimination et d'autres actes illégaux ».

Apple a fait valoir dans une lettre à l'agence qu'elle avait « déjà mis en œuvre de manière substantielle les préoccupations et les objectifs sous-jacents de la proposition. » Mais les travailleurs ont contesté ces affirmations, et la SEC a rejeté l'évaluation de l'entreprise.

Le dénonciateur de Pinterest, Ifeoma Ozoma, qui a aidé à organiser la lettre, m'a dit dimanche qu'il « devrait au moins y avoir une enquête et, à mon avis, des amendes devraient être imposées à la société pour avoir utilisé un processus formel pour mentir à une agence fédérale ».

Ozoma, qui a plaidé en faveur d'une plus grande protection des travailleurs contre les accords de confidentialité, a déclaré qu'Apple avait « carrément menti » aux régulateurs fédéraux et aux investisseurs.

L'année dernière, un groupe d'employés d'Apple a mené des enquêtes internes sur ce que leurs collègues pensent d'un retour au travail hybride, ainsi que sur l'équité salariale (en particulier le salaire des femmes et des minorités sous-représentées). La société a mis fin à trois de ces enquêtes, invoquant des règles strictes sur la manière dont les employés peuvent collecter des données. Aujourd'hui, plusieurs avocats spécialisés dans le droit du travail affirment que l'entreprise pourrait violer les protections des travailleurs : les enquêtes peuvent être considérées comme une forme d'organisation du travail selon la loi américaine, les employés ont le droit de discuter des salaires.

« Apple ne peut pas empêcher ses employés de discuter de l'équité salariale en ce qui concerne les classes protégées. Si c'était le cas, ils pourraient dire aux gens de ne pas parler des noms. La suite logique de cette décision ne tient même pas la route. Je considère leur effort pour mettre un terme à cette affaire comme un acte de représailles », avait déclaré Vincent P. White, avocat spécialisé dans le droit du travail au cabinet White, Hilferty & Albanese.

L'année dernière, Pinterest a conclu un accord de 50 millions de dollars avec le trésorier de l'État de Rhode Island, Seth Magaziner, comme suite aux allégations d’Ozoma et d'une autre ancienne employée, Aerica Shimizu Banks, selon lesquelles elles étaient victimes de racisme et de discrimination au sein de l'entreprise.

« L'utilisation de clauses de dissimulation pour faire taire les employés victimes de harcèlement ou de discrimination n'est pas seulement injuste pour ceux qui sont directement touchés, mais elle met également les actionnaires en danger en favorisant une mauvaise culture du lieu de travail et en rendant difficile d'attirer et de retenir les talents », a déclaré dimanche Magaziner à propos de son dernier effort pour faire pression sur Apple.

Depuis lors, Ozoma est devenu l'un des principaux défenseurs de la cause des fonctionnaires fédéraux et des États pour qu'ils adoptent une position plus ferme à l'égard des clauses de dissimulation, y compris les accords de confidentialité, les accords de non-dénigrement et les clauses d'arbitrage forcé. Mais leurs progrès ont été durement combattus.

Ozoma et d'autres défenseurs ont remporté une victoire importante en septembre lorsque la Californie a promulgué la loi « Silenced No More Act », qui interdit aux entreprises d'appliquer les accords de non-divulgation dans les cas de discrimination. Mais les protections sont limitées aux travailleurs basés en Californie, et Ozoma a déclaré que le mouvement fédéral sur la question a été lent.

« La Californie était évidemment l'État le plus important pour lequel nous pouvions adopter un projet de loi comme celui-ci... Mais ce n'est pas le seul État où ces entreprises technologiques ont des travailleurs, surtout maintenant avec une pandémie et une grande partie de la main-d'œuvre distribuée et à distance », a-t-elle déclaré.

C'est en partie la raison pour laquelle Ozoma et les représentants des États espèrent que la SEC jouera un rôle plus actif dans ce domaine. Dans leur lettre, les trésoriers d'État ont exhorté la commission à suivre l'exemple de la Californie et à recommander aux entreprises d'étendre ces protections « au-delà des travailleurs californiens ».

Ozoma, pour sa part, a déclaré qu'elle ne préconisait pas que la SEC élabore de nouvelles règles fédérales obligeant les entreprises à mettre en œuvre ces garde-fous - une tâche qui, selon elle, devrait être laissée au Congrès.

« Personnellement, en tant qu'étudiante du gouvernement et professionnelle de la politique pendant toute ma carrière, je crois que les règles devraient d'abord venir du corps législatif », a-t-elle déclaré. De plus, a-t-elle ajouté, il serait plus significatif que les entreprises décident de prendre ces mesures de manière proactive, plutôt que d'y être contraintes par le gouvernement.

« Je pense que la mesure la plus significative qu'une entreprise puisse prendre est de le faire volontairement », a-t-elle déclaré.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Un ex-employé d'Apple l'accuse d'avoir espionné ses messages privés lorsqu'il y travaillait encore, ceci dans le cadre d'une action en justice menée par Apple contre ce dernier

D'anciens employés d'Apple affirment que l'entreprise a ignoré les violations du droit du travail en Chine, craignant que la législation n'augmente les coûts et ne retarde le lancement des produits

Apple retarde la réouverture de l'ensemble de ses bureaux à une date qui reste à déterminer et offre à chaque employé une prime de 1 000 $

Apple interdit à ses employés de participer à des enquêtes sur l'équité salariale, les spécialistes du droit du travail qualifient cette action d'illégale

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !