IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les ventes de biens immobiliers sur le métavers ont dépassé les 500 millions de dollars en 2021 selon MetaMetric Solutions
Le cabinet s'attend au double sur 2022

Le , par Stéphane le calme

1.2KPARTAGES

6  0 
Métavers est un terme large. Il fait généralement référence à des environnements de monde virtuel partagés auxquels les gens peuvent accéder via Internet. Le terme peut désigner des espaces numériques rendus plus vivants par l'utilisation de la réalité virtuelle (VR) ou de la réalité augmentée (AR). Certaines personnes utilisent également le mot métavers pour décrire les mondes de jeu, dans lesquels les utilisateurs ont un personnage qui peut se promener et interagir avec d'autres joueurs.

Il existe également un type spécifique de métavers qui utilise la technologie blockchain. Dans ceux-ci, les utilisateurs peuvent acheter des terrains virtuels et d'autres actifs numériques à l'aide de cryptomonnaies.

Les ventes de biens immobiliers dans cet espace ont dépassé les 500 millions de dollars l'année dernière et pourraient doubler cette année, selon les investisseurs et les sociétés d'analyse.

Les ventes immobilières sur les quatre principales plateformes de métavers ont atteint 501 millions de dollars en 2021, selon MetaMetric Solutions, une entreprise qui suit les prix de l'immobilier numérique. Les ventes en janvier ont dépassé 85 millions de dollars, a déclaré le fournisseur de données métavers. Il prévoit qu'à ce rythme, les ventes pourraient atteindre près de 1 milliard de dollars en 2022.

En parallèle, tandis que l'accaparement des terres sur le métavers se poursuit, les prix des parcelles de terrain disponibles les moins chères sur deux plateformes populaires se vendent à plus de 13 000 $. La première semaine de janvier, le prix le moins cher pour une parcelle de terrain numérique sur la plateforme Sandbox était de 3,7 Ether, l'équivalent de 14 099 $ à ce moment, et sur Decentraland, il était de 3,46 Ether, l'équivalent de 13 211 $, selon Meta Metric Solutions. Une parcelle de terrain 1x1, la plus petite taille disponible, équivaut à ce que l'avatar de l'utilisateur connaîtrait comme 96 par 96 « mètres » dans le Sandbox, et 16 par 16 « mètres » dans Decentraland.

La récente augmentation des ventes a été déclenchée par l'annonce par Facebook le 28 octobre de son changement de nom en Meta pour se concentrer sur le métavers. Les ventes immobilières ont été multipliées par près de neuf, pour atteindre 133 millions de dollars, en novembre, selon MetaMetric. La croissance des ventes s'est estompée depuis lors, mais le total des ventes de janvier sera toujours plus de 10 fois supérieur à celui de janvier 2021.

Un rapport de BrandEssence Market Research a révélé que le marché immobilier du métavers devrait croître à un taux annuel composé de 31 % par an de 2022 à 2028. « Il y a de gros risques, mais potentiellement de grosses récompenses », a déclaré Janine Yorio, PDG de Republic Realm, un investisseur immobilier métavers et une société de conseil.

Quatre structures qui dominent ce marché

Republic Realm a payé un montant record de 4,3 millions de dollars pour un terrain dans la plus grande plateforme immobilière métavers, Sandbox. La société développe 100 îles, appelées Fantasy Islands, avec leurs propres villas et un marché connexe de bateaux et de jet-skis. Quatre-vingt-dix des îles se sont vendues le premier jour pour 15 000 $ chacune et certaines sont maintenant mises en vente pour plus de 100 000 $.

« Aujourd'hui, elles se vendent environ 300 000 dollars chacune, ce qui correspond par coïncidence au prix moyen d'une maison en Amérique », a déclaré Janine Yorio. Le boom des terres virtuelles est stimulé, en partie, par l'augmentation de la popularité et de la connaissance du public des actifs numériques uniques connus sous le nom de NFT ou jetons non fongibles, que vous pouvez acheter, échanger et récompenser dans le métavers. Les jeux migrent vers le métavers par le biais des NFT et utilisent le "play-to-earn" pour attirer de nouveaux utilisateurs. Le Web3 participe également à l'émergence des plateformes de métavers.

Pour les investisseurs, la grande question est de savoir comment attribuer de la valeur et du risque à un actif dont la rareté est artificielle et dont l'avenir est une page blanche. Plus d'une douzaine de plateformes vendent désormais des biens immobiliers dans le métavers, et de nouvelles surgissent presque chaque semaine. Jusqu'à présent, les ventes immobilières se sont concentrées sur quatre fournisseurs : Sandbox, Decentraland, Cryptovoxels et Somnium. Il y a un total de 268 645 parcelles sur les quatre plateformes, toutes de tailles différentes.

Sandbox domine le marché, avec 62 % des terrains disponibles sur les quatre plateformes et les trois quarts de toutes les ventes de terrains en 2022, selon un rapport de Republic Realm. Les 166 464 parcelles de Sandbox se sont chacune vendues pour l'équivalent en éther de 12 700 $ en décembre. Les parcelles mesurent 96 mètres sur 96 mètres.

Decentraland possède 90 600 parcelles, qui mesurent 16 mètres sur 16 mètres, et sont vendues pour l'équivalent en éther de 14 440 $ chacune.


L'emplacement peut encore avoir de l'importance

Une ruée d'entreprises, de grandes marques et d'investisseurs se précipite pour bénéficier d'un titre foncier sur le numérique, espérant s'installer au rez-de-chaussée du prochain Manhattan ou Monaco numérique. Yorio a déclaré que la valeur des terres dans le métavers sera déterminée par ce que les propriétaires font avec une propriété – comme la conception d'une attraction, d'un musée ou d'un élément populaire – plutôt que par l'emplacement.

« Vous pouvez vous téléporter n'importe où, donc l'emplacement n'est pas aussi important », a-t-elle déclaré.

Pourtant, d'autres investisseurs disent que, tout comme dans le monde réel, l'emplacement dans le métavers est primordial en matière d'immobilier. Les prix des parcelles à proximité des bâtiments issus d'un partenariat prévu avec Snoop Dogg et du monde virtuel dans Sandbox figurent parmi les plus élevés, ainsi que des parcelles à proximité du développement d'Atari.

Andrew Kiguel, PDG de Tokens.com, basé à Toronto, a récemment levé un fonds de 16 millions de dollars pour investir dans l'immobilier du métavers, dont la quasi-totalité a été affectée à l'achat de terrains et à l'embauche de personnel. La société a récemment dépensé 2,4 millions de dollars pour un terrain dans le quartier de la mode de Decentraland, où la société prévoit d'accueillir des événements de mode et des magasins de détail.

Kiguel a déclaré qu'il était sur le point d'annoncer des accords avec deux marques de vêtements nord-américaines où il loue un espace sur sa propriété pour développer des vitrines ou des expériences. Kiguel a déclaré que la véritable opportunité dans le métavers est commerciale – louer de l'espace et organiser des événements pour les entreprises qui cherchent à faire de la publicité auprès d'un public numérique plus jeune. Il a dit qu'il était en pourparlers avec des cabinets comptables, des banques d'investissement, des podcasts et des fonds communs de placement pour établir une présence dans le métavers.

« Nous proposons également aux entreprises de mettre en place des panneaux d'affichage numériques dans des salles de conférence virtuelles où les gens peuvent se rencontrer », a-t-il déclaré.

Tokens.com a acheté 12 propriétés riveraines à Somnium qui, selon lui, prendront de la valeur en raison de leur rareté et de leur attrait visuel, a déclaré Kiguel.

« Le métavers est la prochaine itération des médias sociale », a estimé Andrew Kiguel Pour lui, posséder un terrain dans le métavers, c'est comme posséder un bien immobilier à New York il y a 200 ans. « Vous pouvez aller à une fête foraine, à un concert de musique ou à un musée », a-t-il déclaré. Maisons, magasins, concerts, défilés de mode - comme celui que Tokens.com organise sur le métavers basé sur la blockchain Decentraland - sont autant d'événements qui peuvent être organisés dans ces mondes virtuels et auxquels vous pouvez "assister" grâce à votre avatar ».

Aujourd'hui, les gens peuvent accéder à ces mondes à travers un écran d'ordinateur normal, mais Meta et plusieurs autres entreprises ont une vision à long terme de la construction d'univers immersifs à 360 degrés, auxquels les gens auront accès grâce à des casques de réalité virtuelle comme l'Oculus de Meta. Un récent rapport du gestionnaire de cryptoactifs Grayscale estime que le monde numérique pourrait devenir une entreprise de 1 000 milliards de dollars dans un avenir proche. Ici, de grands artistes, dont Justin Bieber, Ariana Grande et DJ Marshmello, organisent des concerts rassemblant les avatars de milliers de personnes.

« Les communautés décident en dernier ressort de ce qui se passe dans le métavers. Essentiellement, le Web 2.0 permet aux utilisateurs de pénétrer dans des espaces déjà créés. Les utilisateurs du Web 3.0 participent à l'apparence des choses et à ce qu'ils sont capables de vivre, qu'il s'agisse d'un parc d'attractions, ou d'une galerie d'art, d'un concert ou d'un magasin. C'est aux utilisateurs de décider de ce qu'ils veulent construire ou ce avec quoi ils veulent interagir, ce qui distingue le Web 3.0 d'une plateforme de médias sociaux commerciaux pilotée par les entreprises », explique Kiguel.

La version numérique d'une pyramide de Ponzi ?

Pourtant, d'autres disent que la terre métavers n'est que la dernière itération d'une version numérique du système de ponzi, attirant des investisseurs involontaires dans des projets qui pourraient éventuellement s'avérer sans valeur. Alors que les terres réelles ont une rareté naturelle, les terres virtuelles sont facilement créées avec du code. Il n'y a pas de limite au nombre de nouvelles plateformes de métavers pouvant être lancées. Même les grandes plateformes existantes peuvent créer plus de terres, comme l'a fait Sandbox lorsqu'elle a décidé d'augmenter la taille de ses parcelles.

Beaucoup soulignent que les versions précédentes des achats de terres virtuels, comme dans Second Life, étaient loin de tenir leurs promesses.

« Les ventes de terres sur le métavers sont généralement un système pyramidal, et ce depuis plus de 20 ans », a déclaré Edward Castronova, professeur de médias à l'Université de l'Indiana.

Alors que les investisseurs plus âgés peuvent se moquer des terres sur le métavers, a noté Kiguel, les jeunes consommateurs et investisseurs sont instantanément en mesure de voir l'attrait.

« Le problème que beaucoup de gens ont, c'est qu'il y a des générations qui ont du mal à attribuer de la valeur aux choses qui sont numériques, que vous ne pouvez pas tenir et qui n'ont pas de poids », a déclaré Kiguel. « La jeune génération n'a aucun problème avec cela. Comme avec les NFT, la technologie blockchain permet à quelque chose d'être numérique, irremplaçable et rare. Vous pouvez le détenir, le stocker, l'exposer et le vendre ».

Séoul va devenir la première ville à entrer dans le métavers

Depuis la pandémie mondiale, l’importance du monde virtuel a été mise en évidence, presque toutes les activités du monde réel étant obligées de passer en ligne. Bien que les marques grand public aient déjà annoncé leur incursion dans le monde méta, la capitale sud-coréenne est le tout premier gouvernement à annoncer son nouvel avenir numérique.

En effet, le gouvernement métropolitain de Séoul a annoncé en novembre qu'il serait la première grande ville à entrer dans le métavers. Appelée provisoirement "Metaverse Seoul", la ville entend créer un écosystème de communication virtuelle pour tous les domaines de son administration municipale.

Le gouvernement métropolitain de Séoul a annoncé que le monde virtuel permettra une interaction transparente des citoyens avec l’État. De la participation à des événements culturels, la visite de sites touristiques à la rencontre d’avatars officiels pour régler des plaintes municipales, tout sera possible en enfilant des lunettes de réalité virtuelle.

La capitale sud-coréenne a investi 3,9 milliards de KRW (environ 2,8 millions d'euros) dans ce projet, qui s'inscrit dans le cadre du plan Seoul Vision 2030 du maire de la ville, Oh Se-hoon. Ce plan vise à faire de Séoul « une ville de coexistence, un leader mondial, une ville sûre et une future ville émotionnelle », a déclaré le maire. Si ce projet devient réalité, les habitants de Séoul pourront bientôt mettre leur casque de réalité virtuelle pour rencontrer des fonctionnaires de la ville pour des consultations virtuelles. Ils pourront même assister à des événements de masse.

Source : MetaMetric Solutions

Voir aussi :

Les cryptomonnaies sont-elles une gigantesque chaîne de Ponzi ? Elles ne seraient pas seulement un mauvais investissement, « c'est pire que cela », selon certains analystes
Bitcoin est un schéma de Ponzi postmoderne pour le développeur Stephen Diehl qui rappelle « qu'il n'a aucune manifestation dans le monde réel et ne produit rien »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/02/2022 à 8:43
Et pendant que des milliardaires s'offrent des trucs inexistants pour des sommes astronomiques, ces mêmes milliardaires refusent de payer correctement des personnes, existantes, réelles, qui leur font gagner ce pognon de dingue !

Ce monde n'a plus aucun sens !
9  0 
Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 16:24
JPMorgan ? c'est pas la banque américaine qui a le plus morflé en 2008 ?
3  0 
Avatar de _toma_
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 17:50
Bonjour,

je voudrais investir dans l'immobilier et j'aurais besoin de vos conseils.
Est-ce que vous pourriez m'indiquer un bon site internet (web3.0 de préférence) où je puisse acheter un méta-ordinateur ? Contrairement à ce que le vendeur de la fnac m'avait annoncé, l'ordinateur que j'ai actuellement n'est pas vraiment méta et j'ai peur que si j'achète une parcelle de 100m² elle ne rentre pas dans mon disque dur qui fait seulement 3.5 pouces.

J'ai vu dans l'article qu'une société se spécialisait dans la conformité financière et fiscale des biens acquis dans le métavers.
Mais moi j'ai pas le budget pour consulter ce genre de cabinet et j'ai des interrogations bien plus concrètes. Est-ce que le syndic de copropriété autorise les animaux ? Parce que j'aimerais bien pouvoir emmener mon chat avec moi quand j'irai en vacances dans ma future propriété. Mais si c'est pour que le chien du voisin vienne chier sur mon clavier, c'est pas la peine ! On a déjà suffisamment de problèmes dans les espaces verts avec le chien de Mr Marchal du 3ème étage.

Et concernant l'accès à ma propriété ?
Est-ce qu'il faudra un que j'installe un moteur 3D dans ma voiture pour y aller ?
Est-ce ma maison sera en 4k ultra HD ? Ce que je vaux dire par là, c'est : est-ce que si j'installe des textures de marbres de Carrare on verra la différence avec celles du voisin qui s'est contenté de modéliser des tablettes en plâtre peintes en trompe l’œil ? Parce que si c'est pas le cas, encore une fois, c'est pas la peine !

Bref, je me pose tellement de questions, je ne vous en ai soumis que quelques unes pour l'instant. J'espère que vous pourrez m'éclairer un peu (est-ce qu'on est en charge du remplacement des ampoules si met sa méta-maison en location ?) pour m'orienter dans mon achat !

Les ventes de terrains virtuels ont été stimulées par la croissance de « l'économie de la propriété » dans le Web3, une nouvelle itération d'Internet que les passionnés préconisent comme décentralisée, équitable et contrôlée par les utilisateurs.
Ha bah en voilà une bonne nouvelle ! On va pouvoir célébrer le retour des discutions constructives sur les petits sites internet et forums de passionnés comme il y a 20 ans, avant que les "réseaux sociaux" ne détruisent tout sur le passage !
Non ? J'ai pas bien compris ?

Le développement de l'économie du métavers a créé des emplois à la fois en ligne et hors ligne. Les entreprises, de l'habillement aux entreprises de technologie, sont sur une frénésie d'embauche dans le métavers.
Vite, faut faire une mise à jour du pôle-emploi !

« Le problème que beaucoup de gens ont, c'est qu'il y a des générations qui ont du mal à attribuer de la valeur aux choses qui sont numériques, que vous ne pouvez pas tenir et qui n'ont pas de poids », a déclaré Kiguel. « La jeune génération n'a aucun problème avec cela. Comme avec les NFT, la technologie blockchain permet à quelque chose d'être numérique, irremplaçable et rare. Vous pouvez le détenir, le stocker, l'exposer et le vendre ».
Condensé des choses intéressantes que j'ai pu lire sur les NFT ces dernières semaines : valeur intrinsèque d'un bien matériel = rareté ou valeur ajoutée par un artisan, etc, etc.
Valeur intrinsèque d'un objet numérique = valeur d'un copier/coller.
J'en reviens pas que des "investisseurs" puissent choisir d'investir dans des domaines où ils sont incompétents au point de ne pas en comprendre la base. Ou alors peut-être qu'ils sont pas incompétents et qu'ils mentent pour pouvoir vendre du vent. Mais ça voudrait dire qu'ils sont pas gentils et malintentionnés et ça me ferait vraiment de la peine qu'ils arnaquent tous ceux qui les écoutent et les suivent.
Alors je préfère passer à une autre lecture en me convaincant qu'ils sont juste cons, ça me fait moins déprimer.
4  1 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 19:01
Et la faim dans le monde, ça se passe comment?
Je peux dire qu'on peut investir dans des fonds ou faire des dons à des oeuvres caritatives pour améliorer l'existence de millions de personnes. Mais là, quelle est la finalité ? Rien, un grand vent de n'importe quoi.
3  0 
Avatar de totozor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/02/2022 à 7:54
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Et la faim dans le monde, ça se passe comment?
Le metavers est une zone safe, il n'y a pas de barre de faim (on est pas dans un jeu de survie) donc la faim n'existe pas dans le méta-monde, messieurs dames, arrêtez de répandre votre mauvais esprit et reprenez de cette belle pilule.
3  0 
Avatar de laloune
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/02/2022 à 13:12
l'histoire se répète, dans toute ruée vers l'or, celui qui gagne le plus, c'est celui qui vend les pelles et les pioches

tant qu'il y aura des idiots pour croire qu'il y a de l'or et pour creuser...
2  0 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 17:03
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
JPMorgan ? c'est pas la banque américaine qui a le plus morflé en 2008 ?
C’est surtout, la banque de Bernard Madoff et de son organisation pendant plus de vingt ans.
Et quand tu lit ceci:
https://www.capital.fr/entreprises-m...-madoff-900717
Tu n’a pas envie de confier ta petite tirelire en forme de cochon rose, à cette banque !!!
2  0 
Avatar de totozor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 03/02/2022 à 8:23
Tout ceci me dépasse un peu et je ne voit pas bien l'intérêt de tout ça.
Après je suppose que pour certains c'est un investissement relativement faible qui fait que le risque est négligeable et l'opportunité intéressante.
L'article parle peu de second life qui est un cas précédent qui existe. Des sociétés ont investis dedans, je ne sais pas si les investissements ont été rentables.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Alors que les investisseurs plus âgés peuvent se moquer des terres sur le métavers, a noté Kiguel, les jeunes consommateurs et investisseurs sont instantanément en mesure de voir l'attrait.
« Le problème que beaucoup de gens ont, c'est qu'il y a des générations qui ont du mal à attribuer de la valeur aux choses qui sont numériques, que vous ne pouvez pas tenir et qui n'ont pas de poids », a déclaré Kiguel. « La jeune génération n'a aucun problème avec cela. Comme avec les NFT, la technologie blockchain permet à quelque chose d'être numérique, irremplaçable et rare. Vous pouvez le détenir, le stocker, l'exposer et le vendre ».
Je ne suis plus vraiment un jeune mais je ne suis pas sur que son interprétation soit la bonne.
J'ai l'impression que ma génération est attachée à la possession (physique ou numérique). Je veux payer pour de la musique que je pourrais écouter dans 20 ans.
J'ai l'impression que les jeunes sont plus attaché à la mise à disposition du service. Ils payent pour avoir accès à plus de musique pendant un temps donné.

Et dans l'immobilier numérique, pour une entreprise ils vendent un espace publicitaire mais je ne vois pas pour un particulier.
1  0 
Avatar de 000roger012
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 04/02/2022 à 20:23
je trouve qu'on vit quand même dans un monde de fou
1  0