IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les cryptomonnaies sont-elles une gigantesque chaîne de Ponzi ? Elles ne seraient pas seulement un mauvais investissement,
« c'est pire que cela », selon certains analystes

Le , par Bruno

945PARTAGES

25  6 
Certains analystes continuent d’affirmer que les cryptomonnaies sont une gigantesque chaîne de Ponzi. Les cryptomonnaies ne seraient pas seulement un mauvais investissement ou une bulle spéculative. « C'est pire que cela : c'est une véritable fraude », déclare Sohale Andrus Mortazavi, chroniqueur spécialiste des cryptomonnaies. « Toutes les cryptomonnaies et l'industrie dans son ensemble reposent sur la manipulation du marché, sans laquelle elles ne pourraient exister à grande échelle », affirme-t-il.

Certains spéculateurs vont jusqu’à dire que les cryptomonnaies peuvent mener l’humanité au chaos (dû au changement climatique). Ce serait semble-t-il possible si l'adoption de celles reconnues énergivores comme le bitcoin se fait à des taux similaires à ceux de technologies comme les cartes de crédit. La méthode la plus courante pour produire des actifs cryptographiques nécessite d'énormes quantités d'électricité et génère d'importantes émissions de dioxyde de carbone. Les producteurs d’actifs cryptographiques souhaitent utiliser davantage d'énergie renouvelable.

Selon une analyse réalisée par l’Américain Timothy Swanson, économiste spécialisé dans la gouvernance environnementale, la biodiversité, la gestion de l'eau, ainsi que les droits de propriété intellectuelle et la réglementation des biotechnologies, le bitcoin et d’autres cryptomonnaies basés sur l'algorithme Proof of Work sont un cauchemar suivant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).


Pour Timothy Swanson, le concept de PoW n'a pas été véritablement utilisé jusqu'à ce que Satoshi Nakamoto découvre ses puissantes capacités qui ont été mises en œuvre dans le réseau du bitcoin. Pour lui, PoW serait probablement l'idée la plus importante derrière le livre blanc Bitcoin, car elle a permis un système qui ne repose pas sur la confiance ou sur des parties individuelles pour confirmer les transactions au sein du réseau. En effet, avec le bitcoin et un certain nombre d'autres cryptomonnaies, tous les nœuds participants (ordinateurs) ont accès au registre (blockchain), n'importe qui peut vérifier directement les informations écrites et il n'est pas nécessaire de faire appel à une tierce partie.

Cela ne devrait pas surprendre ceux qui comprennent le fonctionnement des cryptomonnaies. Les blockchains sont, à la base, de simples feuilles de calcul en annexe maintenues sur des réseaux décentralisés « peer-to-peer », un peu comme ceux utilisés pour le torrent de fichiers piratés. Tout comme les torrents permettent aux utilisateurs de partager directement des fichiers, les blockchains de cryptomonnaies permettent aux utilisateurs de tenir un registre partagé des transactions financières sans avoir recours à un serveur central ou à une autorité de gestion. Les utilisateurs sont ainsi en mesure d'effectuer des transactions directes en ligne entre eux, comme s'ils échangeaient de l'argent liquide.

C'est, nous dit-on, une révolution. Mais effectuer ainsi des transactions en ligne sans intermédiaire et en toute sécurité dans un environnement sans confiance n'est pas sans coût. Les blockchains des cryptomonnaies ne permettent généralement pas de supprimer ou de modifier des transactions déjà vérifiées. Les données sont immuables. Les mises à jour sont ajoutées en enchaînant un nouveau « bloc » de données de transaction à la chaîne de blocs existants.

Mais pour garantir l'intégrité de la blockchain, le réseau doit pouvoir compter sur l'exactitude des nouveaux blocs. Les cryptomonnaies populaires comme le Bitcoin et le Dogecoin utilisent une méthode de consensus de type « preuve de travail » pour vérifier les mises à jour de la blockchain. Sans entrer dans les détails techniques, ce mécanisme permet aux utilisateurs de la blockchain appelés « mineurs » de se disputer le droit de vérifier et d'ajouter le prochain bloc en étant le premier à résoudre une énigme mathématique incroyablement complexe.

L'extraction de bitcoins sur un ordinateur personnel n'est pas rentable. La majeure partie du minage de cryptomonnaies est désormais réalisée dans des fermes minières commerciales, essentiellement d'immenses entrepôts où fonctionnent jour et nuit des milliers de processeurs informatiques puissants. L'électricité dépensée pour le minage du bitcoin et d'autres cryptomonnaies approche rapidement 1 % de la consommation mondiale, ce qui est notoirement supérieur à la consommation totale d'électricité de nombreux petits pays développés.

En début d’année dernière, le développeur Haskell Stephen Diehl, auteur de What I Wish I Knew When Learning Haskell, a indiqué que le Bitcoin est le Ponzi postmoderne :

« Un stratagème classique de Ponzi est une fraude financière dans laquelle des individus effectuent des manipulations bancaires ainsi que des manipulations des états comptables pour payer continuellement de nouveaux investisseurs grâce à d'anciens investisseurs tout en maintenant l'illusion des rendements. En termes économiques, investir dans un système de Ponzi est un jeu à somme négative et est une forme de jeu comme le poker ou la roulette. Le jeu est une consommation et, contrairement aux entreprises productives, rien de valeur n'est créé à partir du processus. Il y a une réserve d'argent fixe et chaque personne qui fait un profit le fait nécessairement au détriment de quelqu'un d'autre qui perd. Tout gagnant unique est nécessairement payé par plusieurs perdants. Les jeux à somme négative ne génèrent pas, dans l'ensemble, de la richesse ou de l'utilité et redistribuent simplement les fonds d'entrée à différents participants. Il y a un rendement attendu négatif de s'engager dans cette classe d'activités. »

« Dans le programme de vingt ans de Bernie Madoff, de nombreux investisseurs ont vraiment gagné de l’argent, et investir dans des projets de Ponzi au bon moment peut en effet vous rendre très riche. Certaines personnes deviennent également extrêmement riches en jouant à la roulette, mais ce n'est pas le cas de la majorité et vous n'entendrez jamais parler de ceux qui ont tout perdu. C'est l'essence de la raison pour laquelle les stratagèmes de Ponzi sont illégaux et considérés comme une forme de fraude, ils sont une forme de jeu d'argent qui dépend de l'asymétrie de l'information et de la collusion où le reste de la société supporte les coûts et les externalités négatives pour aider les victimes lorsque la musique s'arrête inévitablement et qu'il n'y a plus de chaises. »

« Le Bitcoin n'est pas différent. L'achat d'un bitcoin, c'est acheter une entrée dans une base de données comptable, une collection de bits extrêmement coûteuse. Il n'a aucune manifestation dans le monde réel, ne produit rien, n'a pas d'actifs, de revenus, de clients, de trésorerie ou de dividendes. La valeur actuelle nette du bitcoin est nulle et ne peut jamais être différente de zéro. Cette valeur provient uniquement d’une forme de spéculation récursive, une illusion selon laquelle davantage de victimes viendront à spéculer dans la spéculation, perpétuant ainsi l’escroquerie et faisant monter la "valeur" spéculée plus haut. »

« C'est un contrat à terme avec un sous-jacent sur la crédulité humaine, un pari qu'il y aura plus d'imbéciles à l'avenir pour payer les imbéciles actuels. Einstein a dit un jour : "Deux choses sont infinies : l'univers et la stupidité humaine ; et je ne suis pas sûr pour ce qui concerne l'univers" et dans l'étrange monde à l'envers d'aujourd'hui, vous pouvez désormais investir dans la thèse d'Einstein et cela s'appelle Bitcoin. »

« Une réserve de valeur ne peut pas être basée uniquement sur la foi en une réserve inépuisable d'imbéciles prêts à payer monotonement davantage pour quelque chose indéfiniment. Il devrait être intuitivement évident pour chaque écolier que ce jeu de chaises musicales ne peut pas durer éternellement et ne durera pas. La réalité a une manière de s'affirmer et à un moment donné, ce schéma épuisera le bassin des imbéciles qui se retrouveront en train de prendre une part pathétique dans l'illusion collective d'une non-monnaie totalement inutile dans le monde réel. Les bitcoins sont totalement inadaptés à des fins monétaires, ils ne soutiennent aucune activité économique, ne sont pas adaptés aux transactions en tant qu'unité d'échange et ne peuvent jamais remplir aucune fonction au-delà d'une bulle spéculative vide. »

« Étant donné que les cryptomonnaies ne produisent aucune valeur matérielle, cet énorme gaspillage de ressources fait de toute l'entreprise un jeu à somme négative. Les investisseurs ne peuvent retirer de l'argent qu'en vendant leurs pièces à d'autres investisseurs, mais seulement après que les mineurs et les divers fournisseurs de services de cryptomonnaies ont pris la rente. En d'autres termes, les investisseurs ne peuvent pas dans l'ensemble encaisser ce qu'ils ont investi, car les cryptomonnaies seraient inefficaces de par leur conception. »

« Cela en fait une forme de monnaie pauvre et coûteuse et un investissement à long terme absolument ridicule », estiment certains analystes. « Nous pourrions les considérer comme une expérience vouée à l'échec dans le cadre de la théorie de l'investissement dite du "plus grand fou", dans laquelle les investisseurs tentent de tirer profit d'actifs surévalués, voire sans valeur, en les revendant au "plus grand fou" suivant. La hausse du prix du bitcoin et des autres cryptomonnaies n’est pas simplement fonction de la demande. Bien au contraire, la manipulation des prix joue un rôle aussi important, voire plus important, que la demande dans la hausse des prix.

Réglementation de l'industrie des cryptomonnaies

Dans un article largement diffusé en 2017 aux États unis, des chercheurs ont attribué plus de la moitié de la hausse récente du prix du bitcoin à des achats effectués par une seule entité sur Bitfinex, une bourse de cryptomonnaies dont le siège est à Hong Kong. Ces achats ont été programmés pour soutenir le prix du bitcoin pendant les périodes de baisse du marché d'une manière qui indiquait si clairement une manipulation du marché que les auteurs ont jugé inconcevable que de tels modèles d'échange puissent se produire par hasard.

L’article indique que ces achats n'ont pas été effectués avec des dollars, mais avec du tether, un autre type de cryptomonnaie connu sous le nom de « stablecoin » parce que son prix est fixé au dollar, de sorte qu'un tether vaut toujours un dollar. Selon les chercheurs, de nombreuses bourses de cryptomonnaies offshore n'ont pas accès aux services bancaires traditionnels, sans doute parce que les banques jugent qu'il est trop risqué de faire des affaires avec elles.

« Bitfinex, qui partage une société mère et une équipe de direction avec Tether Ltd (l'émetteur de sa cryptomonnaie éponyme), a eu du mal à trouver des partenaires bancaires américains après que Wells Fargo a brusquement cessé de traiter les virements électroniques entre les banques taïwanaises de la bourse et leurs clients américains en 2017 sans en donner la raison », déclare Sohale Andrus.

« Sans relations bancaires traditionnelles pour l'émission de virements électroniques, les bourses ne peuvent pas facilement faciliter les échanges entre acheteurs et vendeurs sur leurs plateformes quelqu'un doit faire passer de l'argent liquide entre les acheteurs et les vendeurs. Les monnaies stables résolvent ce problème en remplaçant les vrais dollars. Ils permettent aux marchés des cryptomonnaies de conserver une grande liquidité », ajoute-t-il.

Le tether fait désormais partie intégrante du fonctionnement des marchés cryptographiques mondiaux. La majorité des échanges de bitcoins sont désormais effectués en tether, soit 70 % en volume. En comparaison, seuls 8 % du volume des échanges sont effectués en dollars réels, le reste étant constitué d'autres paires crypto à crypto.

Pour Sohale Andrus, de nombreux sceptiques du secteur, et même ses partisans, y voient un risque systémique et une bombe à retardement. L'ensemble du système repose sur la capacité des traders à échanger des tethers contre de l'argent réel ou beaucoup plus couramment dans la pratique contre d'autres cryptomonnaies traditionnelles qui peuvent être vendues contre de l'argent sur des bourses bancarisées comme Coinbase ou Gemini.

L’analyste estime que les pyramides de Ponzi de cette ampleur visent généralement d'autres sociétés financières, des banques, des institutions d'élite et d'autres investisseurs fortunés. « Les cryptomonnaies seraient ainsi les Ponzi du peuple. Les bourses de cryptomonnaies dotées d'interfaces conviviales, ainsi que les sociétés de services financiers comme Square et PayPal, permettent aux investisseurs particuliers ayant peu d'actifs et peu de connaissances financières d'acheter des cryptomonnaies via leurs smartphones ».

Source : Cryptocurrency Is a Giant Ponzi Scheme By Sohale Andrus Mortazavi

Et vous ?

Que pensez-vous des argumentaires de l'économiste Timothy Swanson et de Sohale Andrus Mortazavi, pertinents ou pas ?

Selon vous, les cryptomonnaies sont-elles une gigantesque chaîne de Ponzi ?

Pensez-vous que l'écosystème des cryptomonnaies est un jeu à somme négative ?

Êtes-vous pour ou contre le minage de cryptomonnaie ?

Voir aussi :

Bitcoin est un schéma de Ponzi postmoderne pour le développeur Stephen Diehl, qui rappelle « qu'il n'a aucune manifestation dans le monde réel et ne produit rien »

Le bitcoin et d'autres cryptomonnaies basés sur l'algorithme Proof of Work sont un cauchemar suivant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, selon Timothy Swanson

Les agences gouvernementales suédoises appellent au bannissement du minage des cryptomonnaies, au motif de ce qu'il est énergivore et menace leur arrimage à l'accord de Paris sur le climat

Les pirates informatiques à l'origine d'une présumée attaque par ransomware contre Kia exigent des millions de dollars en bitcoins, plusieurs services en ligne de la société auraient été touchés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 10_GOTO_10
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/01/2022 à 12:12
D'habitude je ne réagis plus aux articles sur le Bitcoin, mais cet argumentaire de Sohale Andrus Mortazavi et Timothy Swanson contient tellement d'approximations et de contre-vérités que je me dois d'en rétablir quelques unes.

...un peu comme ceux utilisés pour le torrent de fichiers piratés.
Oh le bel amalgame. Tu aimes la peinture comme Hitler, tu est donc un fasciste (ça c'est pour ma collec de points Godwin).

Les cryptomonnaies populaires comme le Bitcoin, l'Ethereum et le Dogecoin utilisent une méthode de consensus de type « preuve de travail »
Faux. Ethereum est maintenant basé sur le Proof-of-Stake.

L'extraction de bitcoins sur un ordinateur personnel n'est plus possible.
Ben si c'est possible. Ce n'est plus rentable, c'est tout.

contrairement aux entreprises productives, rien de valeur n'est créé à partir du processus.
Avoir une réserve d'argent non manipulable est une forme de valeur.

les stratagèmes de Ponzi (...) sont une forme de jeu d'argent qui dépend de l'asymétrie de l'information
Donc le Bitcoin n'est est pas un, puisque il n'y a aucune asymétrie d'information. Le code est open source, les transactions sont publiques.

Il n'a aucune manifestation dans le monde réel, ne produit rien, n'a pas d'actifs, de revenus, de clients, de trésorerie ou de dividendes.
C'est la définition d'une monnaie. Le dollar a des revenus ou des dividendes peut-être ?

La valeur actuelle nette du bitcoin est nulle et ne peut jamais être différente de zéro.
Petit cours d'économie : lorsqu'on parle d'une monnaie, il y a au moins trois valeurs différentes et qu'il ne faut pas confondre. La valeur intrinsèque, la valeur nominale et la valeur d'échange.

Prenons comme exemple un Napoléon de 20 francs en or :

La valeur intrinsèque est quasiment nulle. L'or ne se mange pas, ne sert quasiment à rien (un peu en électronique), tout au plus on pourrait s'en servir pour faire la quille des bateaux grâce à sa densité, comme le plomb. Mais c'est vrai pour toutes les monnaies. La valeur intrinsèque d'un billet de 100 euros est nulle également.

La valeur nominale est de 20 francs. Anciens. Environ trois centimes d'euro. Le genre de pièce, quand j'en vois une par terre, je ne me baisse même pas pour la ramasser.

Pourtant, un Napoléon se négocie à plus de 300 euros. C'est la valeur d'échange, on le voit, ça fait une différence.

Donc parler de "valeur" sans préciser de laquelle il s'agit n'a pas de sens.

C'est un contrat à terme
Faux. Il n'y a aucun terme.

... avec un sous-jacent sur la crédulité humaine, un pari qu'il y aura plus d'imbéciles à l'avenir pour payer les imbéciles actuels.
Ben c'est sûr, il y a des millions d'idiots, et moi je suis le plus intelligent. Dénigrement.

Les régulateurs et les décideurs politiques ont été lents à protéger le public. Les systèmes de Ponzi peuvent...
Oh la belle pente savonneuse. Au début de l'argumentaire : "Les cryptomonnaies sont-elles une gigantesque chaîne de Ponzi ?". Et à la fin, c'est un fait acquis (sans preuve) et on se pose la question de les réguler.

Et j'arrête là, c'est déjà long. C'est dommage qu'on ne puisse plus parler de certains sujets (les cryptos par exemple) avec des vrais arguments rationnels.
26  15 
Avatar de Jeff_67
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/01/2022 à 12:50
La majorité des échanges de bitcoins sont désormais effectués en tether, soit 70 % en volume. En comparaison, seuls 8 % du volume des échanges sont effectués en dollars réels, le reste étant constitué d'autres paires crypto à crypto.
Quand les stablecoins se casseront la gueule (et elles le feront), bitcoin, ethereum et cie chuteront drastiquement.
15  5 
Avatar de youtpout978
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/01/2022 à 13:26
Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message

Faux. Ethereum est maintenant basé sur le Proof-of-Stake.
Faux il est toujours POW.

Après je ne suis pas étonné de voir un article à charge sur les Cryptos chez dvp, il faut pas s'arrêter à bitcoin il y a un paquet de chaine alternative comme vet qui est justement utilisé par des industriels, certaines société mettent en place leur propre blockchain privé pour assurer leur transaction.

La crypto c'est pas seulement le bitcoin et son POW qui pour le coup est une aberration écologique, il y a d'autre système Proof of Stake, Proof Of History ... qui consomme autant qu'une simple app web (certaine tourne sur un Pi).
10  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/01/2022 à 10:44
Débat éternel équivalant à la définition du sexe des anges!!!

Il y a ceux qui croient devenir riches avec les cryptomonnaies et ceux qui crient à la supercherie.

Les uns ne pourront jamais convaincre les autres... Alors pourquoi continuer à débattre?

Je me contenterai ici de lister des réalités:
  • Il y a toujours eu des gens pour croire pouvoir devenir riche sans rien faire
  • Il y a toujours eu des "affaires" qui allaient faire la fortune de leur propriétaire: Les oignons de tulipes en Hollande en 1637, la bourse qui finit toujours par crasher (1929 et 2000 pour ne citer que les derniers, il y a eu des crashs tout au long de l'histoire de la bourse (https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_...nanci%C3%A8res), etc...
  • La totalité des "combines" à la mode finissent par se casser la gueule


Il en ira de même avec les cryptomonnaies. La seule question sur lequel on peut discuter est "quand?"
12  2 
Avatar de Deriak
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 25/01/2022 à 14:28
Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Avoir une réserve d'argent non manipulable est une forme de valeur.
Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Donc parler de "valeur" sans préciser de laquelle il s'agit n'a pas de sens.
Alors il fallait peut-être préciser ce que veut dire "une forme de valeur". Dans le contexte de la phrase, on comprend de quelle forme il s'agit, puisque la phrase dit "contrairement aux entreprises". Or, on sait très bien ce que les entreprises produisent (des marchandises qui ont une valeur d'usage et une valeur d'échange).

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Pourtant, un Napoléon se négocie à plus de 300 euros. C'est la valeur d'échange, on le voit, ça fait une différence.
Non, c'est le prix, ce qui n'est pas la même chose que la valeur d'échange. Si j'arrive à vendre des choses à un prix beaucoup trop élevé parce que je suis un excellent vendeur, je ne crée pas de la valeur d'échange à partir de mon éloquence.

C'est d'ailleurs tout le problème des cryptomonnaies. Ce sont des monnaies, qui servent à représenter de manière concrète une quantité de valeur qui est abstraite. Et qui ne résolvent donc aucun problème réel majeur, car les problèmes réels majeurs se trouvent au niveau de la valeur, et pas de l'argent. Sinon, il suffirait que le gouvernement imprime des billets de 100 euros en masse et les distribue au public. Le problème de la pauvreté serait résolu. Mais intuitivement, on comprend bien que ça ne pourrait pas fonctionner. Parce que ces billets, pourtant officiels et authentiques, ne représentent aucune valeur réelle. La vraie question est : comment créer la valeur réelle qui devrait être représentée par ces billets ? Le bitcoin ne peut rien pour ça. Et c'est pourtant ça le problème de ce monde, qui fait qu'en ce moment même, 1 milliard d'humains sont en train de crever de faim.

Le bitcoin est juste une nouvelle variante de monnaie, avec des avantages pas si importants que ça, et avec des gros inconvénients (pollution considérable). Plutôt que d'essayer de trouver une monnaie qui soit super cool et meilleure que les autres, il serait plus intéressant de se concentrer sur la notion de valeur qui se trouve derrière toute monnaie, de la remettre en question, et peut-être d'en finir avec ces masses de gens qui meurent de faim (souvent au sens littéral du terme), même quand ils sont entourés de magasins qui débordent de nourriture. Ce qui est sans doute la chose la plus absurde de toute l'histoire de notre espèce.
10  2 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 25/01/2022 à 15:44
D'habitude je ne réagis plus aux articles sur le Bitcoin, mais cet argumentaire de Sohale Andrus Mortazavi et Timothy Swanson contient tellement d'approximations et de contre-vérités que je me dois d'en rétablir quelques unes.

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Oh le bel amalgame. Tu aimes la peinture comme Hitler, tu est donc un fasciste (ça c'est pour ma collec de points Godwin).
C'est vrai, c'est de l'abus de la part de l'article.

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Faux. Ethereum est maintenant basé sur le Proof-of-Stake.
C'est vrai, encore une fois.

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Ben si c'est possible. Ce n'est plus rentable, c'est tout.
Là c'est toi qui abuse, parce que le minage est possible mais n'est plus rentable, sauf que c'est le seul intérêt de miner. C'est comme dire "Tu ne peux plus miner de charbon" alors que tu peux pourtant creuser pour en trouver; C'est possible pour une élite, au détriment de la majorité. (L'avantage sur cette comparaison c'est que l'écologie fait parallèle.)

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Avoir une réserve d'argent non manipulable est une forme de valeur.
Pareil, un peu d'abus, il parlait du concept de valeur ajoutée.

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Donc le Bitcoin n'est est pas un, puisque il n'y a aucune asymétrie d'information. Le code est open source, les transactions sont publiques.
Encore de l'abus, sur le papier, oui, dans la réalité, personne ne va regarder ceci sauf les experts.

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
C'est la définition d'une monnaie. Le dollar a des revenus ou des dividendes peut-être ?
Idem, quand bien même l'argument de l'article serait intelligent, ca ne sert a rien de remplacer un concept par le même, mais en plus gourmand énergétiquement. (Ressources comprises)

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Petit cours d'économie : lorsqu'on parle d'une monnaie, il y a au moins trois valeurs différentes et qu'il ne faut pas confondre. La valeur intrinsèque, la valeur nominale et la valeur d'échange.

Prenons comme exemple un Napoléon de 20 francs en or :

La valeur intrinsèque est quasiment nulle. L'or ne se mange pas, ne sert quasiment à rien (un peu en électronique), tout au plus on pourrait s'en servir pour faire la quille des bateaux grâce à sa densité, comme le plomb. Mais c'est vrai pour toutes les monnaies. La valeur intrinsèque d'un billet de 100 euros est nulle également.

La valeur nominale est de 20 francs. Anciens. Environ trois centimes d'euro. Le genre de pièce, quand j'en vois une par terre, je ne me baisse même pas pour la ramasser.

Pourtant, un Napoléon se négocie à plus de 300 euros. C'est la valeur d'échange, on le voit, ça fait une différence.

Donc parler de "valeur" sans préciser de laquelle il s'agit n'a pas de sens.
Cette leçon prouve juste qu'il vaut mieux utiliser des chaussettes qu'un BitCoin, si j'abuse.

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Faux. Il n'y a aucun terme.
Vrai.

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Ben c'est sûr, il y a des millions d'idiots, et moi je suis le plus intelligent. Dénigrement.
Vrai, mais c'est raisonnable; Le trading de crypto est un jeu d'argent avec des perdants et des gagnants, comme pour la bourse.
Remplacer la peste par le choléra ne déplacera que le nombre de personnes malades d'un point vers un autre.

Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Oh la belle pente savonneuse. Au début de l'argumentaire : "Les cryptomonnaies sont-elles une gigantesque chaîne de Ponzi ?". Et à la fin, c'est un fait acquis (sans preuve) et on se pose la question de les réguler.

Et j'arrête là, c'est déjà long. C'est dommage qu'on ne puisse plus parler de certains sujets (les cryptos par exemple) avec des vrais arguments rationnels.
Voir la parabole des pantalons à une jambe d'Attali pour comprendre l'argumentaire d'un schéma de Ponzi dans ce contexte.
8  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/01/2022 à 11:04
Citation Envoyé par Rolllmops Voir le message
... Mais, au final, ça servira peut-être de leçon pour certains, ça ne sera pas perdu.
Et bien justement non! L'être humain a cela de merveilleux qu'il n'a pas de mémoire et qu'il se croit toujours plus malin que ses pairs.

Il y a eu le crash financier des oignons de tulipes en Hollande au 17ème siècle, les emprunts russes qui ont ruiné les petits gens au début du 20ème siècle, le crash boursier de 1929, les subprimes américains et des milliers d'autres débâcles économiques tout au long de l'histoire humaine...

Une chose est sûr: Cela se poursuivra dans le futur...
7  0 
Avatar de tarassboulba
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/01/2022 à 12:02
@ 10_GOTO_10 :
Tronquer la citation "Ponzi [..] dépend de l'asymétrie de l'information et de la collusion où le reste de la société supporte les coûts et les externalités" en "qui dépend de l'asymétrie de l'information" c'est juste de la malhonnêteté intellectuelle doublée d'un piège argumentatif grossier.

De surcroît en plus de ne reprendre que le premier des deux sujets 1) information et 2) collusion le point sur l'information est lui-même contingenté à une notion informatique et au sein même de la sphère informatique restreint au code ou aux transactions.

Heureusement il y a moyen d'avoir une vision un peu plus large correspondant mieux à la réalité:
1) l'asymétrie de l'information comprend aussi :
- les motivations ( qui prend des décisions pour quels motifs )
- les outils ( quels moyens mis en œuvre, localisation de ces moyens, propriétaires )
- valeurs de ces outils ( modèles économique des propriétaires des moyens )
- sources des intrants du système ( qui fournit les flux ex: électricité-refroidissement, les matériels, les terrains, les investissements )
- conséquences des consommations ( électricité ex: mix énergétique, quel recyclages des matériels )
- motifs, structure, analyse décisionnaires des transactions (
- La réception et la compréhension de l'information dépend du niveau d'expertise du récepteur et de son intérêt pour comprendre et analyser le message.
- etc.

2) c'est la seconde partie " et de la collusion" qui est le plus problématique à mon sens
Ainsi on peut comprendre l'absence de remarque de 10_GOTO_10 sur l'exemple fourni du soutien au cours du bitcoin en 2017 par le rachat sur Bitfinex par une seule entité via une autre cryptomonnaie.

<troll on>
La relation personnel au bitcoin est à plusieurs états ( non exclusifs ):

1- Je crois au bitcoin ! Car c'est durable OU fiable OU rentable OU libre OU [ + votre croyance ] .
2- Je gagne grâce au bitcoin ! Je mine OU je vends OU je conseille OU [ + votre gain ]
3- Je sais que le bitcoin est une aberration écologique.
4- Je soutiens le bitcoin car j'en a à revendre, il faut que son cours monte.
5- Je sais que l'idée du bitcoin comme outils d'émancipation du contrôle étatique ne fait que pousser la paranoïa envers toutes les organisations humaines.
6- Je sais que le réseau électrique et sa maintenance est un complot d'états afin de nous maintenir dans la dépendance à l’énergie électrique.
7- Je considère le bitcoin comme une chaîne de Ponzi.
8- Le futur acheteur des mes bitcoins n'est pas le "plus grand fou" mais le "plus grand génie".
9- Je vends mes bitcoin donc je ne suis pas "le plus grand génie".
10- Je crois aux blockchains donc je défends le bitcoin
11-

On peut donc très bien être conscient d'un problème mais de choisir "en conscience" de privilégier sa pomme au bien collectif.

<troll off>
6  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 13:37
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
La privatisation même partielle du système monétaire, parce que c'est bien de cela dont il est question
Sur la papier, c'est tout l'inverse: n'importe qui peut créer des bitcoins, on est donc sur une socialisation du système monétaire. En pratique seuls quelques gros acteurs concentrent la création monétaire, et c'est un soucis.

Par contre, il ne faut absolument pas croire que le système monétaire est public! Le dollar américain, qui règne en maitre sur les marchés, est complétement géré par la FED. La FED est une sorte d'assemblée de banque privées, et pas du tout une banque centrale comme on peut espérer le comprendre naïvement.
Elle reçoit bien des objectifs du congrès américain, mais fait bien ce qu'elle veut...

Donc quand le principal système monétaire mondial est déjà privé, je préfère de loin l'esprit des cryptomonnaies.

Les cryptomonnaies ont bien des défauts, la philosophie d'origine n'en n'est pas un
8  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/01/2022 à 21:12
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
le fait que les entités etatique n'ai aucun controle dessus
Ne pas être contrôlé par un état ou une banque centrale est effectivement un excellent point.
Le problème c'est que ce n'est pas stable. En tout cas le bitcoin c'est n'importe quoi, il vaut 30 000$, puis 60 000$, puis 30 000$.
C'est un peu chiant (surtout pour ceux qui en ont acheté quand le taux était à 60 000$).
7  2