IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Tesla rappelle près de 54 000 véhicules susceptibles de ne pas respecter les panneaux d'arrêt,
Les Model S et Model X 2016-2022, Model 3 2017-2022 et Model Y 2020-2022 sont concernés

Le , par Bruno

228PARTAGES

3  0 
Tesla va rappeler 53 822 véhicules équipés du logiciel de conduite autopilot de la société, qui peut permettre à certains modèles d'effectuer des rolling stop, (arrêts roulants) et de ne pas s'arrêter complètement à certaines intersections, ce qui pose un risque pour la sécurité. La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) a déclaré que le rappel concerne certains véhicules Model S et Model X 2016-2022, Model 3 2017-2022 et Model Y 2020-2022. La NHTSA a déclaré que la fonction également connue sous le nom de FSD Beta peut permettre aux véhicules de traverser une intersection à arrêt complet sans s'arrêter au préalable.

Tesla effectuera une mise à jour logicielle over-the-air qui désactivera la fonctionnalité rolling stop, a déclaré la NHTSA. L'agence a ajouté qu'elle « maintient des discussions régulières avec tous les fabricants pour discuter des problèmes de sécurité potentiels de ces types de systèmes. »


Le PDG de Tesla, Elon Musk, a déclaré sur Twitter « qu'il n'y avait aucun problème de sécurité » avec cette fonction. « La voiture a simplement ralenti à environ 3.219 km/h et a continué à avancer dans une vue claire sans voitures ni piétons », a écrit Musk. La NHTSA a noté que la loi fédérale « interdit aux fabricants de vendre des véhicules avec des défauts posant des risques déraisonnables pour la sécurité, y compris des choix de conception intentionnels qui sont dangereux. »

La semaine dernière, Tesla a déclaré que le nombre de véhicules bêta FSD aux États-Unis était passé de quelques milliers à la fin du mois de septembre à près de 60 000. Tesla a testé la version améliorée de son logiciel de conduite automatisée sur des routes publiques, mais le constructeur automobile et l'autorité de régulation ont déclaré que ces fonctionnalités ne rendaient pas les voitures autonomes.

Tesla a déclaré qu'au 27 janvier, elle n'avait connaissance d'aucune réclamation au titre de la garantie, d'aucun accident, d'aucune blessure ou d'aucun décès lié au rappel. L’entreprise a également déclaré à l'agence de sécurité automobile qu'elle avait publié le 20 octobre une version mise à jour pour introduire la fonctionnalité rolling stop. Le constructeur automobile a déclaré que pour utiliser cette fonction, les véhicules doivent rouler à moins de 9 km par heure et qu'aucun piéton, cycliste ou voiture en mouvement ne doit être détecté à proximité de l'intersection.

Cette fonction, qui semble enfreindre les lois des États qui exigent que les véhicules s'arrêtent complètement et qui obligent les conducteurs à opter pour ce qu'elle appelle le mode Assertif, a attiré l'attention sur les médias sociaux et a incité la NHTSA à poser des questions à Tesla. Selon un rapport de défaut déposé auprès de l'agence de sécurité automobile, Tesla a déclaré avoir rencontré le personnel de la NHTSA le 10 janvier et le 19 janvier « pour discuter de la fonctionnalité, y compris des paramètres de fonctionnement » et le constructeur automobile a accepté le rappel le 20 janvier.

En novembre, Tesla a rappelé près de 12 000 véhicules américains vendus depuis 2017 pour une autre mise à jour logicielle, car une erreur de communication pouvait provoquer une fausse alerte de collision avant ou une activation inattendue des freins d'urgence. La NHTSA a déclaré la semaine dernière qu'elle avait demandé des informations supplémentaires à Tesla dans le cadre de son enquête sur 580 000 véhicules concernant la décision du constructeur automobile de permettre aux passagers de jouer à des jeux sur l'écran tactile central avant.

Des vidéos montrant des critiques et des conducteurs accédant à un jeu en mouvement sont apparues sur YouTube et ont été remarquées cette semaine. Si la possibilité de jouer dans une Tesla n'est pas nouvelle (la société a commencé à ajouter des jeux de style arcade en 2019), le fait de le faire pendant que les véhicules ne sont pas garés l'est. Le constructeur automobile a ajouté les jeux dans une mise à jour logicielle qui a été envoyée à la plupart de ses voitures cet été. Ils peuvent être joués par le conducteur ou par un passager à la vue du conducteur, ce qui n’a pas manqué de soulever de nouvelles questions quant à savoir si Tesla compromet la sécurité alors qu'il s'empresse d'ajouter de nouvelles technologies et fonctionnalités dans ses voitures.

En décembre, la NHTSA a ouvert une évaluation préliminaire des véhicules Tesla Model 3, S, X et Y de 2017 à 2022 concernant la fonction Passenger Play du véhicule qui, selon l'agence, « peut distraire le conducteur et augmenter le risque d'accident ».

En août, la NHTSA a ouvert une enquête de sécurité formelle sur le système d'assistance au conducteur Autopilot de Tesla dans 765 000 véhicules américains après une douzaine d'accidents impliquant des modèles Tesla et des véhicules d'urgence. Cette enquête reste également ouverte. La NHTSA indique que l'enquête couvrira 11 accidents depuis 2018 ; les accidents ont fait 17 blessés et un mort :

« Depuis janvier 2018, l'Office of Defects Investigation (ODI) a identifié onze accidents dans lesquels des modèles Tesla de diverses configurations ont rencontré des scènes de premiers intervenants et ont par la suite heurté un ou plusieurs véhicules impliqués dans ces scènes. Les incidents sont répertoriés à la fin de ce résumé par date, ville et état. »

« La plupart des incidents ont eu lieu après la tombée de la nuit et les scènes d'accident rencontrées comprenaient des mesures de contrôle de la scène telles que des feux de détresse, des panneaux illuminés ou encore des cônes de signalisation. Il a été confirmé que les véhicules en cause impliqués étaient en mode Autopilot ou Traffic Aware Cruise Control pendant l'approche des accidents. »

« Autopilot est un système avancé d'assistance à la conduite (ADAS) dans lequel le véhicule maintient sa vitesse et son centrage sur la voie lorsqu'il est engagé dans son domaine de conception opérationnelle (ODD). Avec l'ADAS actif, le conducteur est toujours responsable de la détection et de la réponse aux objets et événements (OEDR), par exemple, l'identification des obstacles sur la chaussée ou des manœuvres défavorables des véhicules voisins pendant la tâche de conduite dynamique (DDT). »

Et vous ?

Que pensez-vous des Tesla ?

Quel est votre avis sur la décision de la NHTSA de rappeler 53 822 véhicules Tesla ?

Voir aussi :

Autopilot de Tesla : les États-Unis enquêtent sur la fonctionnalité après que 11 Tesla se soient écrasées contre des véhicules d'urgence

Tesla devient le constructeur automobile avec la plus grande capitalisation boursière et atteint 1000 dollars par action, mais ne doit pas seulement sa réussite à la construction des voitures

Les accusations de crime impliquent pour une première une technologie automatisée largement utilisée, l'accusé utilisait Autopilot de Tesla dans l'incident qui a tué deux personnes

Les conducteurs de Tesla peuvent jouer à des jeux vidéo dans des voitures en mouvement, cette fonctionnalité soulève de nouvelles questions de sécurité liées à la distraction au volant

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !