IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk a déclaré que SpaceX ferait atterrir des humains sur Mars avec sa fusée Starship dans 10 ans
Dans le pire des cas

Le , par Stéphane le calme

241PARTAGES

17  0 
Le PDG de SpaceX, Elon Musk, a déclaré dans un podcast que la société ferait atterrir des humains sur Mars dans cinq à dix ans, en fonction de l'ingénierie et du coût de Starship.

SpaceX travaille actuellement sur un véhicule appelé Starship, un système réutilisable qui, selon l'entreprise, sera « le lanceur le plus puissant jamais développé au monde ». Le quatrième essai en vol à haute altitude de Starship a eu lieu au Texas en mars, bien qu'il ait « connu un rapide démontage non programmé » peu après le début de la brûlure d'atterrissage, selon SpaceX.

« Les vols d'essai ont pour but d'améliorer notre compréhension et le développement d'un système de transport entièrement réutilisable conçu pour transporter à la fois l'équipage et le fret sur des vols interplanétaires de longue durée, et aider l'humanité à retourner sur la Lune, et à voyager vers Mars et au-delà », indique le site Web de la société.

« Je suis évidemment préoccupé par le développement de la technologie qui peut permettre à beaucoup de gens d'aller sur Mars et de rendre la vie multiplanétaire, d'avoir une base sur la Lune, une ville sur Mars », a déclaré en décembre Musk à Mathias Döpfner, PDG d'Axel Springer SE. « Je pense qu'il est important que nous nous efforcions d'avoir une ville autonome sur Mars le plus tôt possible. Je suis optimiste quant à l'avenir sur Terre, mais je pense qu'il est important d'avoir une assurance-vie pour la vie dans son ensemble ».

En 2015, Musk a évoqué la possibilité d'implanter une ville sur Mars après un atterrissage réussi de la fusée par SpaceX. En juin 2017, Musk a publié un article sur les moyens de faire de l'humanité une espèce multiplanétaire, dans lequel il présente des plans pour avoir jusqu'à 1 million de personnes sur Mars. En 2016, Musk a exposé un plan ambitieux visant à implanter la vie humaine sur Mars. La société Space X de Musk a lancé plus de 100 fusées au cours de la dernière décennie. Plusieurs ont fini par exploser ou s'écraser.

La NASA, quant à elle, a déclaré en juillet que le développement technologique « a déjà commencé pour permettre une mission martienne avec équipage dès les années 2030 ». L'agence spatiale, qui a récemment fait atterrir le rover Persévérance sur Mars, a précédemment annoncé qu'elle prévoyait de faire atterrir la première femme et le prochain homme sur la surface de la Lune en 2024, et qu'elle utiliserait cette mission pour en apprendre davantage sur la manière de développer une mission martienne.

Le premier vol habité de SpaceX a eu lieu en mai dernier, et le troisième s'est amarré à la Station spatiale internationale avec quatre astronautes à bord après son lancement du Centre spatial Kennedy vendredi. En 2019, Musk déclare que Starlink, son projet de fournir d'Internet par satellites, financera ses efforts de voyages.

En janvier, le physicien théoricien Michio Kaku a déclaré que la colonisation de Mars par Elon Musk est possible grâce à des robots autorépliquants. « Avec un robot autorépliquant, vous en obtenez deux, puis quatre, puis huit, 16, 32, 64, jusqu'à ce que vous ayez une armée de ces robots qui puisse construire des villes sur Mars », a-t-il dit. Une machine autoréplicative est une construction qui est théoriquement capable de fabriquer de manière autonome une copie d'elle-même en utilisant des matières premières prises dans son environnement.

L'échange avec Lex Friedman

Lors d'un épisode du podcast Lex Friedman publié mardi, Friedman a demandé à Musk quand il pensait que SpaceX ferait atterrir des êtres humains sur la planète rouge. Après une pause de 20 secondes, le milliardaire a répondu : « Le meilleur des cas est d'environ cinq ans, le pire des cas 10 ans ».


Musk a déclaré à Friedman que les facteurs déterminants incluaient « l'ingénierie du véhicule », ajoutant que « Starship est la fusée la plus complexe et la plus avancée qui ait jamais été fabriquée ». « L'optimisation fondamentale de Starship minimise le coût par tonne en orbite et finalement le coût par tonne à la surface de Mars », a déclaré Musk à Friedman sur le podcast.

Actuellement, personne ne peut voler vers Mars pour mille milliards de dollars, a déclaré Musk à Friedman. « Aucune somme d'argent ne peut vous procurer un billet pour Mars », a-t-il déclaré sur le podcast.

Le PDG de SpaceX et Tesla a prévu diverses dates pour que son entreprise atteigne et atterrisse sur la planète rouge.

Musk a déclaré dans une interview sur l'application audio Clubhouse en février qu'il faudra « cinq ans et demi » avant qu'une mission en équipage de la fusée Starship de SpaceX puisse atterrir sur la planète rouge.

Musk a tweeté en mars que sa société aérospatiale ferait atterrir ses fusées Starship sur Mars « bien avant » 2030.


Des experts ont précédemment déclaré que cela pourrait prendre plus de temps que prévu si les choses ne se déroulent pas exactement comme prévu au cours des trois opportunités de lancement restantes avant 2026.

Musk prévoit finalement de construire 1 000 fusées Starship et d'en lancer trois par jour pour transporter un million de personnes vers la planète rouge.

L'empreinte carbone d'un trajet de 11 minutes dans l'espace avec la société de Jeff Bezos

Le World Inequality Report ne nomme pas les deux milliardaires les plus souvent associés aux voyages spatiaux : Elon Musk et Jeff Bezos. SpaceX de Musk a lancé de nombreuses fusées, mais aucune à des fins touristiques pour le moment. Cependant, Blue Origin de Bezos a notamment envoyé le PDG lui-même lors d'un événement très médiatisé en juillet (Richard Branson, un autre milliardaire, a lui aussi fait parti du voyage dans l'espace). Tous ces vols ont des coûts de carbone en plus de leurs coûts fiscaux.

World Inequality Report est un rapport du World Inequality Lab de la Paris School of Economics qui fournit des estimations des inégalités mondiales de revenu et de richesse sur la base des résultats les plus récents compilés par la World Inequality Database.

Voici un passage du rapport :

« L'illustration la plus frappante de l'extrême pollution associée aux inégalités de richesse ces dernières années est peut-être le développement des voyages spatiaux. Les voyages dans l'espace devraient coûter de plusieurs milliers de dollars à plusieurs dizaines de millions de dollars par voyage. Un vol de 11 minutes émet pas moins de 75 tonnes de carbone par passager une fois prises en compte les émissions indirectes (et plus vraisemblablement de l'ordre de 250 à 1 000 tonnes). À l'autre extrémité de la distribution, environ un milliard d'individus émettent moins d'une tonne par personne et par an. Au cours de sa vie, ce groupe d'un milliard d'individus n'émet pas plus de 75 tonnes de carbone par personne. Il faut donc quelques minutes dans un voyage spatial pour émettre au moins autant de carbone qu'un individu du million inférieur en émettra au cours de sa vie. Cet exemple montre qu'il n'y a guère de limite aux émissions de carbone des ultra-riches ».

Bien que le passage ne fasse pas référence à l'entreprise de Jeff Bezos concernant les voyages dans l'espace, les 11 minutes évoquées par le rapport sont assez proches de cette référence. Pour être clair, Blue Origin s'appuie sur un carburant qui lui-même n'émet pas de dioxyde de carbone lorsqu'il est brûlé, mais est fabriqué selon un processus à très forte intensité de carbone. Et l'équipe a également fait des estimations très prudentes, notant que la gamme réelle des émissions était probablement beaucoup plus que 75 tonnes par personne. Ce que le rapport montre, c'est que le coût du carbone de quelques minutes d'apesanteur équivaut à la production de carbone à vie d'un individu du milliard inférieur.

Il met en évidence les contributions inégales apportées par quelqu'un qui fait la navette dans un jet privé ou, disons, a une entreprise consacrée au lancement de fusées par rapport aux agriculteurs de subsistance. De plus, ceux qui peuvent se permettre un vol spatial seront en grande partie à l'abri des dommages climatiques causés par leurs voyages, tandis que ceux des pays pauvres seront obligés de supporter le poids de ces impacts. Après son retour sur Terre, Bezos a déclaré qu'il s'était rendu compte que nous avions « une planète, nous la partageons et elle est fragile ». Alors que voler sur une fusée Blue Origin lui a peut-être ouvert les yeux, cela ne remet pas en cause le fait que le tourisme spatial n'est pas un moyen très égal de partager les ressources de la planète.

Le rapport a également noté que les  % des individus les plus riches émettent environ 110 tonnes d'émissions de carbone par an, un nombre extrême faible s'il est comparé aux 0,1 % les plus riches (467 tonnes) et aux 0,01 % les plus riches (2 530 tonnes). Ainsi, tous les vols à haute altitude mis à part, les individus les plus riches produisent encore beaucoup plus de pollution par le carbone au cours d'une année moyenne qu'un individu du milliard inférieur ne le fait au cours de sa vie.

Les auteurs du World Inequality Report ont exhorté les gouvernements à « cibler davantage les pollueurs riches » tout en définissant des politiques climatiques.

Source : vidéo de l'interview dans le texte

Et vous ?

Que pensez-vous des projets des milliardaires concernant les voyages dans l'espace ?

Voir aussi :

Elon Musk : « Bezos s'est retiré afin de poursuivre un travail à plein temps en intentant des procès contre SpaceX »
Starlink d'Elon Musk nécessiterait un investissement de 30 milliards de dollars, SpaceX prévoit d'atteindre une couverture Internet mondiale dans 5 semaines et 500 000 utilisateurs d'ici 12 mois
Pour Elon Musk l'IA est bien plus dangereuse que l'arme nucléaire, alors que Bill Gates estime que l'IA est à la fois porteuse d'espoir et dangereuse
Elon Musk finance la fondation X PRIZE à hauteur de 100 M $ pour lutter contre les changements climatiques. Le concours technologique de quatre ans est ouvert aux équipes du monde entier

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SimonKenoby
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/12/2021 à 14:05
Comme toujours avec lui il faut sans doute multiplier le délais annoncé par un facteur de 4 ou 5 minimum. C'est un peux comme le pilote automatique de tesla, qu'il annonce pour "l'année prochaine" depuis un certain nombre d'années déjà.
6  2 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/12/2021 à 14:03
Le programme Mars avec Starship va rendre SpaceX très lourdement déficitaire, il a déjà fait fuiter involontairement des infos dans ce sens dans des communications à ses équipes.

Donc il va avoir besoin de lever des milliards de la part d'un tas de gogos pour maintenir SpaceX à flot, et ce pendant de nombreuses années, il va bien falloir les faire rêver, même avec du vent.
6  4 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/12/2021 à 14:42
Citation Envoyé par SimonKenoby Voir le message
Comme toujours avec lui il faut sans doute multiplier le délais annoncé par un facteur de 4 ou 5 minimum. C'est un peux comme le pilote automatique de tesla, qu'il annonce pour "l'année prochaine" depuis un certain nombre d'années déjà.
Il y a quand même une petite différence entre le pilote automatique de Tesla et les fusées de SpaceX. Le pilote automatique bien qu'il face beaucoup parler de lui, est en fait en retard sur la concurrence (seulement niveau 2 contre niveau 3 pour Mercedes et 4 pour Hundai), alors que Space X est clairement en avance sur la concurrence au niveau des coûts et des cadences sans même prendre en compte qu'ils sont actuellement les seuls a faire du massivement réutilisable.
Que ce soit Falcon 9, Falcon Heavy ou Crew Dragon, il faut reconnaitre que les projets récents de Space X fonctionnent plutôt bien et a moindre frais comparativement à la concurrence.

Après pour aller sur Mars, il y a clairement un niveau de complexité que SpaceX est loin de maitriser et que je les vois mal atteindre en 10 ans même avec un support massif d'autres acteurs.
2  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 8:25
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Starlink prévoit à terme de déployer 35000 minuscules satellite en orbite basse, soit une densité d'un par surface équivalent Belgique, soit 5 départements français. Ce n'est certainement pas ce qui empêchera une fusée de quitter l'orbite terrestre.
Ce n'est pas les satellites en soi qui peuvent poser problème. mais le fait qu'ils pourraient déclencher un Syndrome de Kessler, c'est a dire des collisions en chaine qui produiraient une explosion du nombre de déchets.

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
l'important est que le court de l'action se maintienne ce qui permettra de dégager de la trésorerie pour les coup durs, et il y en aura. Les marges seront réalisées par Starlink, et elles pourraient être énormes.
Ce n'est pas comme ça que ça marche. Un cours d'action élevé ne dégage pas de trésorerie. Au mieux il améliorerait l'efficacité d'une ouverture de capital, mais ça voudrait dire que Musk perdrait de son contrôle sur Space X, ce qu'il refuse. Space X n'est même pas coté en bourse.
3  1 
Avatar de mach1974
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 8:50
Elon MUNSK a bien promis MARS pour 2035 comme le self driving pour la prochaine décennie. Il a fait de la peopolisation de la science, repris les thèses des écrivains des années 1960 comme SAKHAROV, LANDAU et d'autres écrivains américains de science fiction dont certains transhumanistes.
Donc Munsk est un malin , car si l'on considère le parcours de JORDAN BELFORT, il fait pareil pour faire fortune avec les crypto monnaies et a su convaincre les investisseurs dont OBAMA pour SPACEX qui a investi 1 milliards en 2010
2  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 10:38
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Et un papillon battant des ailes en Argentine pourrait déclencher un tempête de grêle dans le Milwookie, mais quand on en arrive à ces considérations, on ne fait plus rien.
L'analogie n'est pas bonne : la théorie du chaos (a la base de l'image du papillon) dit que certaines actions individuelles ont des conséquences imprévisibles, mais ca n’empêche pas d'avoir un modèle général efficace. Peut importe qu'il y ait un papillon ou non en Argentine, on sait qu'on aura régulièrement des tempêtes dans le Milwookie et on a même une idée de leur fréquence.

De même, on sait que avec une quantité significative de matériel en orbite on aura fatalement des collisions. Ce qu'on ne sais pas encore précisément, c'est la quantité a partir de laquelle on risque des collisions en chaines qui produiraient des déchets plus vite qu'ils ne s'éliminent, mais c'est pas forcément une bonne idée de le découvrir par la pratique.

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Bien sur que si, en émettant et vendant des actions qui trouveront donc preneurs. Ou en acceptant des nouveaux investisseurs qui resteront individuellement minoritaires si Space X n'est pas coté en bourse.
C'est justement ce dont je parlais : émettre des actions pour de nouveaux investisseurs, c'est ce qu'on appelle une "ouverture de capital", et le problème c'est justement de rester majoritaire. Comme Musk ne contrôle actuellement que 54% des parts de SpaceX, il ne peut plus lever grand chose sans risquer de perdre le contrôle.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 12:02
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
les exemples de collisions générants des nuages de débris se comptent sur les doigts d'une seule main
Dans le futur il y aura vraiment beaucoup plus de satellites qu'à l'époque.
La fenêtre pour lancer une fusée n'est pas forcément large, il y a toute une histoire de gravitation, il faut que les planètes soit bien placées pour réussir à aller où on veut aller.
Du coup ce serait dommage qu'au moment de partir, ils se disent "ah merde il y a des satellites qui gênent on va être obligé d'atteindre 4 ans et demi pour réessayer".

Débris spatial
2  0 
Avatar de vaild
Membre averti https://www.developpez.com
Le 10/01/2022 à 10:56
il y a de très nombreux paramètres à prendre en compte lors du lancement d'une fusée qui sortirait de la gravité terrestre.
et plus on va loin, plus c'est complexe.
beaucoup moins, par exemple, pour un lancement de satellite ou de ravitaillement de l'iss (là c'est surtout la météo, même si pas seulement).

envoyer une fusée en orbite, on peut le faire plusieurs fois par jour. sur la lune, c'est plus compliqué (on doit en plus jouer avec les orbites des deux astres), mais ça reste "proche" et facilement accessible.
pour une autre planète, c'est un bordel sans nom puisque le périgée est atteint assez rarement. et encore, c'est quand on vise une planète proche (mars et vénus).
si il y a des corps supplémentaires sur le trajet (genre tu vises jupiter), tu dois prendre en compte tous les intermédiaires pour calculer les trajectoires au mieux (éviter de faire dévier la trajectoire à cause d'une planète, voire prendre appui sur ladite planète et profiter de son orbite et son attraction pour prendre de la vitesse ou corriger une trajectoire sans gaspiller de carburant).

par exemple pour envoyer du matos sur mars, effectivement les fenêtres de tir sont très peu nombreuses (deux par an je crois ?? ça ne dépend pas que du périgée), et si on doit rajouter à la complexité du lancement la prise en compte de tous les nouveaux satellites/débris spatiaux, ça va vite devenir un cauchemar de prévision.
2  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 18/01/2022 à 6:52
Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
On a besoin de son projet car il existe des dizaines de milliers de foyers n'ayant pas internet ou le recevant très mal. Evidemment, ces familles pourraient s'abonner à Iridium ou un projet franco-euro-roumano-luxembergois qui n'existe pas ... dommage pour nous d'avoir loupé le coche, mais on ne peut pas être bon partout, on ne peut pas vendre des sous-marins à l'australie à l'Indonésie, et avoir des idées géniales.

Être contre Starlink aujourd'hui, c'est un peu comme être pour le minitel en 1992. D'ailleurs les chinois vont faire leur starlink, et si j'étais Montebourg ou Zemmour, je mettrais cela dans mon programme.
Je ne suis pas foncièrement opposé au projet Starlink, et je trouve aussi que c'est triste que le projet européen équivalent ne soit encore qu'au stade d’embryon. Mais je ne chante pas non plus des louange sans réserve a Elon Musk. La multiplication des satellite en orbite base est un vrai problème qu'on ne peut plus se permettre d'ignorer.

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
On n'a jamais fait n'importe quoi en orbite basse, c'est pourquoi les tests de missiles ASAT furent très rares, je m'en souviens encore car j'étais fan des armements pendant la guerre froide. On a cela dans le sang dans la famille, depuis Verdun très exactement.
On a pas fait tout le temps n'importe quoi, mais on a fait pas mal de sacrées conneries quand même. On a entre même au plus fort fait péter des bombes atomiques (Starfish Prime) ce qui a eu de vilains effets sur la magnétosphère. Et encore récemment on a eu droit à des tests anti-satellites de la part des russes et des indiens, dont un qui a mis l'ISS en état d'alerte.

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
J'ai plutôt l'impression que l'ISS va très bien au vu des dernières photos,
Dejà le raisonnement de base est pas génial : si une voiture fonce vers un mur a 180km/h, selon la photo prise à 10 mètres du mur, tout va très bien pour la voiture.
Ensuite, les images de ISS qu'on voit au JT, c'est surtout les traditionnelles séquences d'accueil des spationautes, mais des photos d'impacts, on en a aussi.
Enfin, non, si la station spatiale n'est pas en danger immédiat, elle ne va pas très bien. Certains modules sont en mauvais état et son avenir est encore incertain. Même si tout n'est pas dû aux débris spatiaux, ça n'aide pas à prolonger sa durée de vie.

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
et puis pourquoi s'inquiéter puisqu'un Kessler n'arrivera jamais.
J'ai dit que ce n'est pas le scénario le plus probable selon moi, si on ne fait pas n'importe quoi n'importe comment, mais pas que c'est techniquement impossible.
On a déjà eu des collisions détruisant des satellites à une époque ou les satellites en orbites basse ne se comptaient pas encore par milliers. La probabilités de ce genre d’événement augmente de manière quadratique avec le nombre de corps en orbite, car chaque corps a un risque de collision avec tous les autres. C'est en fait une augmentation très rapide par rapport à notre intuition du problème, à la manière du paradoxe des dates d'anniversaire

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
D'autant que les satellites savent maintenant changer d'orbite tout seul voir rentrer dans l'atmosphère.
C'est un peu ça le principal soucis actuellement avec Starlink : la plupart des satellites actuellement en orbite ne savent pas changer d'orbite tout seul, et les satellites Starlink qui devraient théoriquement en être capable, le font semble-il plutôt mal, ce qui oblige les autres à intervenir manuellement pour les éviter.

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Les soviétiques avaient un train lunaire, et même un train d'avance, des scaphandres, ils avaient tout un programme lunaire eux aussi ... la seule chose qui leur manqua fut un lanceur, puisque leur magnifique N1 était propulsée par trop de moteurs et explosait systématiquement à cause des vibrations.
Bien sur que les soviétiques ont eux aussi réussi énormément de choses, ça ne veux pas dire que c'était facile.
Actuellement, dans le nouveau programme lunaire américain, le lanceur SLS n'est pas la partie qui inquiète le plus.

Citation Envoyé par ddoumeche Voir le message
Je ne parlais pas de monsieur Kessler mais d'un hurluberlu vegan français se prenant pour un gourou de secte, vous savez de qui je veux parler.
Je vais vous décevoir, mais non je ne vois pas de qui vous parlez. Je ne connais pas particulièrement le milieu des hurluberlus végans sectaires.
Quand je parle d'espace, je préfère m’intéresser aux astronomes en général et il se trouve qu'il n'y a pas que quelques illuminés à penser que les déchets sont un potentiel problème. Il y a même des programmes institutionnel qui cherchent des méthodes pour les réduire.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/01/2022 à 15:13
T'as jamais joué à Kerbal Space Program ?

Une fois que t'as choisi ta destination, il faut attendre le moment adéquat pour partir, c'est en rapport avec les positions de planètes ou de trucs comme ça.
Si tu ne peux pas partir à l'instant T, le prochain instant T est peut-être dans longtemps, il ne faudrait pas être dérangé par des débris à ce moment là.
Il doit y avoir une fourchette, mais quand même.

Calendrier des lancements
Quand ils disent :
Heure du lancement: 18:00 à 22:00 TU
Ça veut probablement dire que si à 22:00 la fusée n'est pas lancée, c'est foutu.
1  0