IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook a des traceurs sur 25 % des sites web et 61 % des applications les plus populaires,
Selon Sensor Tower

Le , par Bruno

123PARTAGES

5  0 
Megan Borovicka, avocate et originaire d'Oakland en Californie, a tout oublié de son compte Facebook après 2013, rapporte le Washington Post. « Mais Facebook ne l'a jamais oubliée ». Cette avocate de 42 ans n'a jamais choisi d'amis, publié de mises à jour de statut, aimé de photos, ni même ouvert l'application Facebook sur son téléphone. Pourtant, au cours de la dernière décennie, Facebook a utilisé un « aspirateur de données invisible » pour aspirer des détails très précis sur sa vie de la marque de ses sous-vêtements à l'endroit où elle a reçu son salaire... Ce n'est pas seulement l'application Facebook qui engloutit vos informations. Facebook est si grand qu'il a convaincu des millions d'autres entreprises, applications et sites web d'espionner en son nom également. Même lorsque l’internaute n'utilise pas activement Facebook ou lorsque l’internaute n’est pas en ligne.

Facebook fournit à ses partenaires commerciaux un logiciel de suivi qu'ils intègrent dans les applications, les sites web et les programmes de fidélité. Toute entreprise ou tout groupe ayant besoin de publicité numérique n'a d'autre choix que d'alimenter le vide. Dans les coulisses, Facebook collecte ces données et tente de les faire correspondre à votre compte. Elles sont situées sous votre nom, dans une partie de votre profil que vos amis ne peuvent pas voir, mais Facebook les utilise pour façonner l’expérience de l’internaute en ligne. Selon Sensor Tower, société de recherche sur les applications, 61 des 100 applications pour smartphones les plus populaires contiennent un logiciel Facebook. Facebook a également des traceurs dans environ 25 % des sites web, selon le fabricant de logiciels de protection de la vie privée Ghostery.


Suite au scandale Cambridge Analytica, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook s’était exprimé au sujet de la collecte illicite de données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook ; lesquelles données ont été utilisées plus tard par la firme d’analyse Cambridge Analytica à des fins de profilage et de communication stratégique dans le cadre de la campagne de Donald Trump. Pour lui, il s’agissait avant tout d’un abus de confiance entre le dénommé Aleksandr Kogan, Cambridge Analytica et Facebook. Il n’avait toutefois pas manqué d’indiquer que c'était aussi un abus de confiance entre Facebook et les personnes qui partagent leurs données avec le site en s’attendant à ce que leurs données soient protégées par le réseau social.

Mais en ce qui concerne la protection des données des utilisateurs, Mark Zuckerberg assure avoir déjà pris les mesures les plus importantes pour empêcher les mauvais acteurs d'accéder à ces informations de cette manière. « Les actions les plus importantes pour empêcher que cela se reproduise aujourd'hui, nous les avons prises des années auparavant », avait-il déclaré dans une publication sur Facebook. « En 2014, afin d'éviter les applications abusives, nous avons annoncé que nous étions en train de modifier l'ensemble de la plateforme afin de limiter considérablement les accès aux données. Plus important encore, les applications comme celle de Kogan ne pouvaient plus demander des données sur les amis d'une personne à moins que ces amis aient également autorisé l'application. Nous avons également demandé aux développeurs d'obtenir notre approbation avant de pouvoir demander des données sensibles à des personnes. Ces actions empêcheraient toute application comme celle de Kogan de pouvoir accéder à autant de données aujourd'hui », avait-il ajouté.


Il avait cependant reconnu que Facebook avait aussi commis des erreurs qui ont permis cette collecte illégale des données, et avait donc annoncé de nouvelles mesures pour que cela ne se produise plus. Il avait, plus précisément, présenté trois mesures, à savoir un contrôle approfondi des applications suspectes, un accès plus restreint aux données des utilisateurs par les développeurs et une plus grande transparence en ce qui concerne les applications ayant accès aux données des utilisateurs. « Facebook a reçu une notification lorsque j'ai ouvert Hulu pour regarder la télévision. Facebook savait quand j'allais acheter de la peinture, une chaise à bascule et des haricots fantaisie. Facebook a appris que j'avais lu les sites What To Expect, Lullaby Trust et Happiest Baby. Pendant deux semaines, Facebook m'a suivi sur au moins 95 applications, sites web et entreprises différents, et ce ne sont que ceux que je connais. C'était comme si Facebook avait engagé un détective privé pour préparer un dossier sur ma vie », déclare l’avocate.

Sensor Tower souligne qu'en 2014, Facebook a commencé à permettre à ses annonceurs de cibler les utilisateurs en fonction des sites web qu'ils avaient visités... et recueille désormais aussi des données de suivi sur les utilisateurs d'autres entreprises. Et « Alors que de nombreuses entreprises utilisaient des cookies de navigateur, qui pouvaient être facilement effacés ou bloqués, Facebook a lié ce qu'il a appris à des identités réelles, les noms sur nos profils Facebook. » C'est un business lucratif, souligne Sensor Tower. En 2013, les données d’un Internaute moyen valaient environ 19 dollars par an en ventes de publicités Facebook, selon leurs états financiers. En 2020, ces données vaudront 164 dollars par an. Facebook a des traceurs dans 25 % des sites web et 61 % des applications les plus populaires.

Source : Ghostery.

Et vous ?

Quel est votre avis sur les pratiques de Facebook ?

Utilisez-vous Facebook ? Pourquoi ?

Selon vous, pourquoi Facebook continue d'avoir un très grand nombre d'utilisateurs malgré les pratiques dénoncées ?

Voir aussi :

Conséquence scandale Cambridge Analytica : le taux de visiteurs mensuels enregistré par Facebook a baissé de 5,15 % en avril, selon SimilarWeb

Scandale Cambridge Analytics : Mark Zuckerberg reconnait avoir commis des erreurs et annonce de nouvelles mesures pour éviter d'autres abus

Steve Wozniak quitte Facebook à cause du scandale Cambridge Analytica le réseau social bannit aussi deux autres firmes d'analyse de données

Scandale Cambridge Analytica : Facebook a perdu plus de 70 Md$ de capitalisation, néanmoins Zuckerberg refuse de répondre aux députés britanniques

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !