IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les adolescents du monde entier se sentent plus solitaires qu'il y a dix ans, et les smartphones pourraient en être la cause

Le , par Stan Adkens

283PARTAGES

18  0 
Passer du temps avec d'autres personnes en présentiel, face à face, est l'un des meilleurs indicateurs du bien-être psychologique et l'une des meilleures protections contre les problèmes de santé mentale, selon de nombreuses recherches. Mais les adolescents, ces dernières années, ne passent pas assez de temps en personne avec leurs amis, où ils peuvent vraiment lire les émotions des autres et obtenir le soutien social dont ils ont besoin. Selon une récente étude, la solitude chez les adolescents du monde entier a explosé depuis une décennie. Dans 36 des 37 pays, le sentiment de solitude chez les adolescents a fortement augmenté entre 2012 et 2018, avec des hausses plus importantes chez les filles. Selon le rapport publié mardi dans le Journal of Adolescence, cette solitude ne dépendait pas des facteurs comme l'inégalité des revenus, mais elle était corrélée à l'augmentation de l'utilisation des smartphones et d'Internet.

Depuis des années, de nombreuses personnes n’ont de cesse d’attirer l’attention sur la mauvaise influence et l’addiction qui peuvent façonner négativement le comportement des personnes attachées au smartphone et aux réseaux sociaux. Les chercheurs à l’origine de la nouvelle étude ont utilisé les données du Programme international pour le suivi des acquis des élèves, une enquête menée auprès de plus d'un million d'élèves de 15 et 16 ans. L'enquête comprenait une mesure en six points de la solitude à l'école en 2000, 2003, 2012, 2015 et 2018.


Avant 2012, les tendances étaient restées relativement stables, selon le rapport. Mais entre 2012 et 2018, près de deux fois plus d'adolescents ont affiché des niveaux élevés de "solitude à l'école", un facteur prédictif établi de dépression et de problèmes de santé mentale. Il faut noter que l'étude ne couvrait pas la période de la pandémie de coronavirus, qui peut également avoir affecté le bien-être des adolescents.

« Il est surprenant que la tendance soit si semblable dans tant de pays différents », a déclaré Jean Twenge, professeur de psychologie à l'Université d'État de San Diego et auteur principal de l'étude. « D'un autre côté, si cette tendance est causée par les smartphones ou la communication électronique, une augmentation mondiale est exactement ce que l'on s'attendrait à voir ».

Les autres auteurs de l’étude sont Jonathan Haidt de Stern School of Business à Université de New York, Andrew B.Blake du Sam M. Walton College of Business à University de l’Arkansas, Cooper McAllister et Hannah Lemon de l’Université d'État de San Diego et Astrid Le Roy de l’Université Whitworth aux États-Unis.

Dans une précédente étude publiée en début 2018, Twenge avait identifié 2012 comme l'année où la possession d'un smartphone a dépassé les 50 % aux États-Unis. Avant 2012, la solitude et la dépression étaient restées inchangées ou en baisse pendant des années ou des décennies. Mais au début des années 2010, la solitude, la dépression et l'automutilation chez les adolescents ont fortement augmenté aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, selon les études.

Selon la nouvelle étude, qui s’étend à l’échelle mondiale, la solitude à l'école n'était pas corrélée à des facteurs tels que l'inégalité des revenus, le produit intérieur brut et la taille de la famille, mais elle était corrélée à l'augmentation de l'utilisation des smartphones et d'Internet. En 2012, la plupart des pays étudiés avaient atteint un point où au moins la moitié des adolescents avaient accès à des smartphones, et c'est à ce moment-là que les niveaux de solitude des adolescents ont commencé à augmenter, a déclaré professeur Twenge.

« Quand on est arrivé à ce point de saturation où les médias sociaux étaient pratiquement obligatoires et où pratiquement tout le monde avait un téléphone, cela a changé les choses », a-t-elle déclaré.

Elle avait prévenu dans un article en 2017 que les jeunes nés entre 1995 et 2012, qu’elle a baptisés "iGen", boivent moins, apprennent à conduire plus tard et attendent avant d'avoir des relations sexuelles, mais sur le plan psychologique, elle avait affirmé qu'ils sont beaucoup plus vulnérables. « Il n'est pas exagéré de dire que les iGen sont au bord de la pire crise de santé mentale depuis des décennies », avait-elle écrit dans son article dans The Atlantic. Et elle avait affirmé que c'est en grande partie à cause des smartphones.

Les smartphones peuvent avoir un effet négatif même chez un adolescent qui ne les utilise pas

Selon l’étude, alors que l'adoption des smartphones s'est répandue dans les années 2010, les adolescents ont passé moins de temps à interagir en personne et plus de temps à utiliser les médias numériques. Le document ajoute : « Étant donné que les médias numériques ne produisent pas autant de proximité émotionnelle que les interactions en personne, le résultat peut être une plus grande solitude ces dernières années ».

Selon le rapport, les médias sociaux peuvent créer un environnement d'exclusion qui accroît la solitude à l'école, en particulier chez les filles ; ils peuvent également favoriser la cyberintimidation. Et même si un adolescent n'utilise pas personnellement les médias sociaux et les smartphones, ces gadgets sont tellement omniprésents qu'ils peuvent tout de même avoir un effet négatif.

Par exemple, selon l’étude, si les amis d'un adolescent utilisent les médias numériques, ils seront moins disponibles pour des interactions en personne, ce qui donnera à ceux qui ne les utilisent pas le sentiment d'être exclus. Selon l'article, même pendant les interactions en personne, les smartphones peuvent atténuer le plaisir par le "phubbing" (ignorer quelqu'un pour regarder son téléphone).

Les augmentations les plus importantes de solitude ont été observées dans les pays slaves, baltes, anglophones et latino-américains. Les plus faibles augmentations ont été observées dans les pays d'Asie de l'Est. Le seul pays, selon l'étude, qui n'a pas enregistré de hausse de la solitude des adolescents pendant cette période est la Corée du Sud, peut-être parce que l'utilisation des smartphones s'y était généralisée avant 2012, a suggéré Twenge.

Des initiatives pour lutter contre cette solitude

Amanda Lenhart, directrice de programme pour la santé et les données à l'Institut de recherche sur les données et la société, un centre de recherche à but non lucratif, a salué l'attention portée par l'étude aux expériences collectives et individuelles, mais a mis en garde contre une lecture excessive des données, notant que la plupart des étudiants n'ont pas signalé une augmentation de la solitude.

« Il ne s'agit en fait que d'un sous-groupe d'enfants, 1 sur 5, peut-être 2 sur 5. Nous devrions nous intéresser à ce groupe, au sous-ensemble d'enfants qui ont réellement besoin de notre attention... plutôt que de traiter les adolescents comme un monolithe ».

Les administrateurs scolaires et les enseignants ont remarqué les changements. Les salles à manger et les couloirs, autrefois bruyants, sont devenus silencieux ces dernières années, les adolescents s'étant tournés vers leurs appareils.

Certains prennent des mesures au niveau local ou national. En 2018, la France a cessé d'autoriser les smartphones à l'école pour les élèves du primaire et du collège. L’actuel président, Emmanuel Macron, l’avait annoncé en 2017 dans son programme pour le numérique et la technologie.

La Bellevue Christian School de Clyde Hill, dans l'État de Washington, interdit aux élèves de septième et de huitième année d'utiliser leur téléphone à l'école. Les enseignants, les parents et même les élèves ont été reconnaissants de cette pause, a déclaré Blake DeYoung, qui était directeur de l'école lorsque la règle est entrée en vigueur.

« Il y avait une gratitude et presque un soulagement dans leur réponse », a-t-il déclaré. Un jeune de 14 ans était « Socialement, pour », a déclaré DeYoung. « "Je ne peux pas ranger ce truc, je ne peux pas me désengager tout seul, mais si tout le monde autour de moi doit le ranger, ça devient plus facile" », a-t-il rapporté.

Depuis que les smartphones ont été limités, les problèmes de discipline ont diminué, selon DeYoung. Et la cantine et les couloirs ressemblent à un « retour en arrière », a-t-il dit. « C'est surprenant de voir à quel point l'étudiant insulaire est devenu normal – tête baissée dans son téléphone », a-t-il dit. « Quand on les voit sans cela, interagissant dans la salle à manger, c'est vraiment différent ».

Certaines personnes ont également perçu depuis les inconvénients liés à l’addiction aux technologies en général et ont adopté des solutions radicales. Parmi ces personnes, nous avons par exemple Steve Jobs qui déclara à Nick Bilton en 2010 lors d’un entretien que ses enfants n’avaient jamais utilisé d’iPad. Il ajouta que « nous limitons l’utilisation des nouvelles technologies à la maison ». Il n’y a pas que Steve Job qui est conscient des dangers auxquels sont exposés les enfants ou les jeunes. Evan Williams, l’un des fondateurs de Twitter affirmait également, il y a quelques années, que ses deux jeunes garçons ne disposent pas d’iPad, mais plutôt de livres qu’ils peuvent lire à n’importe quel moment.

Source : Rapport d’étude

Et vous ?

Que pensez-vous de cette étude ?
Les longs moments passés sur un smartphone constituent-ils un danger pour la santé mentale des adolescents ?
Quelles solutions préconisez-vous pour régler ce problème ?

Voir aussi :

Interdiction des smartphones à l'école : comment cette loi devrait-elle être appliquée ?Le gouvernement compte fournir des conseils d'ici fin août
Les médias sociaux pourraient-ils causer la dépression chez les enfants ? Un jeune recouvre la santé mentale en réduisant son temps sur les réseaux
Présidentielle : les propositions du candidat Emmanuel Macron, dans son programme pour le numérique et la technologie
Donner un smartphone à un enfant aurait le même effet que lui donner un gramme de cocaïne, d'après un expert en addiction

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/07/2021 à 9:30
En primaire et au collège je suis d'accord avec les écoles d'interdire l'utilisation dans l'établissement.
Si les parents s'inquiètent vraiment, il y a toujours les téléphones à clapet ou similaire qui permettent d'appeler et d'envoyer des SMS.
En plus, prendre des abonnements au services de streaming audio et/ou vidéo et les partager avec ses enfants n'aident pas à retrouver ses amis. Avant on se retrouvait de temps en temps pour regarder un DVD où on se le prêtait mais maintenant on a toujours tout à disposition et ce n'est pas forcément mieux du coup.

Si les autres enfants ont des smartphones, cela peut quand même être compliqué pour l'enfant qui va subir une pression des autres à ce niveau.

De ce que je vois dans la rue, ils sont souvent sur les réseaux sociaux ou à regarder diverses vidéos et la conversation qui suit : t'as vu...
Après il y a ceux qui jouent non stop
Depuis 2 ans il y a le COVID qui nous poussent à rester à la maison. Cependant, dans le village ou je suis, les enfants et ados ont l'air de se retrouver un peu dans les parcs.
5  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/07/2021 à 15:24
Citation Envoyé par Kulvar Voir le message
Le problème n'est pas le smartphone. Le problème c'est les réseaux sociaux
Ben, non. Le problème c'est bien le smartphone qui te donne accès à tout (et donc aux réseaux sociaux) tout le temps, n'importe où.
Enlèves les smartphones, tu verras que les réseaux sociaux (qui sont tout à fait utilisables sur PC) n'auront plus du tout le même intérêt.
7  3 
Avatar de Kulvar
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/07/2021 à 14:23
Le problème n'est pas le smartphone. Le problème c'est les réseaux sociaux qui promeuvent des faux-amis et la superficialité, et le manque d'activités collectives en dehors de l'école/collège/lycée.
2  0 
Avatar de archqt
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/07/2021 à 21:27
C'est compliqué, moi je lutte assez tardivement, pas de smartphone avant la 3eme. Mais ensuite, si ton gamin n'en a pas, ben il n'a pas de vie sociale. Et le tél à clapet ça marche au primaire mais ensuite...

Je remarque quand même que lorsqu'il y a les copains pour sortir, ils "lâchent" leur smartphones.

Ensuite faut (pas facile) se fixer des règles, on mange en famille, on essaye de faire quelques trucs en famille. Ce n'est pas facile y a des tensions, et le Covid avec ses cours au lycée 1 jour sur 2, ben ton gosse il fait que tu tel ou box pendant que toi t'es au TAF.

Le smartphone c'est la guerre en famille, certains luttent plus de d'autres, donc conseil, faut lâcher le plus tard possible.
2  0 
Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/07/2021 à 8:59
Il faudrait aussi que des activités (sport, musique, ...) qui intéressent les enfants puissent avoir lieu dans les locaux de l'école : que les clubs et associations puissent louer les locaux (c'est peut être fait à certains endroits mais ça n'a pas l'air d'être une généralité).
1  0 
Avatar de Kulvar
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 28/07/2021 à 14:33
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Ben, non. Le problème c'est bien le smartphone qui te donne accès à tout (et donc aux réseaux sociaux) tout le temps, n'importe où.
Enlèves les smartphones, tu verras que les réseaux sociaux (qui sont tout à fait utilisables sur PC) n'auront plus du tout le même intérêt.
Pas cool de tronquer mon message, ça change le sens. T'essayais pas de faire un homme de paille quand même ?

Enlever les smartphones ne changera pas grand chose si les élèves continuent de ne pas interagir entre eux.
1  0 
Avatar de Kulvar
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 28/07/2021 à 14:57
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Revenir à des relations sociales bien plus physique et non plus virtuel / online. Quand on "sonde" son entourage les gens sont demandeurs . Par contre l'organisation de la société est toujours aussi voire plus connectée.
C'est pas tant une question de virtuel/online vs irl/physique. C'est que les réseaux sociaux n'ont rien de social. Ce qui fait une relation sociale c'est la qualité qui s'obtient par la répétition et l'honnêteté.

Les réseaux sociaux ont fait passer les relations vers la quantité et le jetable. Le nombre j'aime, de pouce, de like, de followers. Retoucher avec des filtres, partager des photos mensongères, ne montrer et ne voir que des façades idéalisées.
Quand tu joues à des jeux en ligne, là où à la base tu avais des petites communautés de joueurs où chacun se connaissait plus ou moins de réputation, maintenant tout est automatisé sans interaction à grande échelle où tu n'as quasiment aucune chance de recroiser d'autres joueurs avant de les avoir oubliés.

https://www.capital.fr/economie-poli...nceurs-1382197
https://www.psy.link/blog/2020/04/15...s-adolescents/
2  1 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/07/2021 à 17:32
Bonjour,

Que pensez-vous de cette étude ?
Tout est dématérialisé. On a réduit les gens à "consommer des amis/relations sociales" comme on consomme un service bancaire ou un sandwish . C'est dire avec effarement , le niveau "d'abrutissement" qu'on inculque aux gens.

Le swiping n'a rien arrangé ... C'est même pire . La "consommation" de relation sociale ... Avant les gens on apprenait à les connaitre . Maintenant on apprend à les consommer comme un vulgaire détritus qu'on met à la benne.

Les longs moments passés sur un smartphone constituent-ils un danger pour la santé mentale des adolescents ?
Sur le long terme oui. D'ici 10/20 ans je ne serai pas étonné qu'on ai affaire à des personnes bien plus fragile émotionnellement/mentalement . Avec tout ce qui s'en suit (manque affectif, isolement sociale, isolement sociétale ...) . Facilement manipulable et influençable ...

Ironie de l'histoire on entend aussi qu'on est aussi dans une société de plus en plus "célibataire". Depuis 2020 presque 1 européens sur 3/4 est célibataire . Soit 130 millions de personnes sur les 500 millions d'européens. Le covid a accentué l'isolement et les échanges dématérialisés.

Quelles solutions préconisez-vous pour régler ce problème ?


Revenir à des relations sociales bien plus physique et non plus virtuel / online. Quand on "sonde" son entourage les gens sont demandeurs . Par contre l'organisation de la société est toujours aussi voire plus connectée.
2  2 
Avatar de arnofly
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/08/2021 à 14:15
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Ben, non. Le problème c'est bien le smartphone qui te donne accès à tout (et donc aux réseaux sociaux) tout le temps, n'importe où.
Enlèves les smartphones, tu verras que les réseaux sociaux (qui sont tout à fait utilisables sur PC) n'auront plus du tout le même intérêt.
Avoir un smartphone, n'implique pas nécessairement d'avoir le nez collé dessus toute la journée. Les réseaux sociaux sont une vraie plaie, qui rendent les gens déjà un peu cons, encore plus cons. J'ai la chance d'avoir connu la vie avant les réseaux sociaux et avant cette société de merde où tout tourne autour des minorités en tous genres. Internet peut être un outil formidable et améliorer la vie sur plusieurs points, comme discuter en visio avec des gens qui sont à des milliers de kilomètres, mais paradoxalement, les réseaux sociaux nous isolent de nos voisins.

Suffit de lire les commentaires d'un post sur Instagram pour se rendre compte du niveau de débilité :

Exemple de conversation type :
- Trop belle je t'adore mon amie, ma soeur ! ❤❤❤❤❤😍😍😍😍😍❤❤❤❤❤
- Merci je t'aime ma soeur ❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤
- Superbe ! Votre regard est plus profond que l'océan, blablabla... (le dragueur à deux balles de passage)
- "Truc à aimé le commentaire du gros lourd"
- Tu est magnifique ! (autre follower)
- etc.
1  1 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/08/2021 à 15:51
Bonjour,

Citation Envoyé par arnofly Voir le message
Avoir un smartphone, n'implique pas nécessairement d'avoir le nez collé dessus toute la journée. Les réseaux sociaux sont une vraie plaie, qui rendent les gens déjà un peu cons, encore plus cons. J'ai la chance d'avoir connu la vie avant les réseaux sociaux et avant cette société de merde où tout tourne autour des minorités en tous genres. Internet peut être un outil formidable et améliorer la vie sur plusieurs points, comme discuter en visio avec des gens qui sont à des milliers de kilomètres, mais paradoxalement, les réseaux sociaux nous isolent de nos voisins.

Suffit de lire les commentaires d'un post sur Instagram pour se rendre compte du niveau de débilité :

Exemple de conversation type :
- Trop belle je t'adore mon amie, ma soeur ! ❤❤❤❤❤😍😍😍😍😍❤❤❤❤❤
- Merci je t'aime ma soeur ❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤❤
- Superbe ! Votre regard est plus profond que l'océan, blablabla... (le dragueur à deux balles de passage)
- "Truc à aimé le commentaire du gros lourd"
- Tu est magnifique ! (autre follower)
- etc.
Avec Instagram on est dans la "culture de l'image" et de la perfection . C'est du cosmétique et de la comm '
0  0