IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

TerraPower, la société de Bill Gates, va construire une petite centrale nucléaire de nouvelle génération sur le site d'une centrale au charbon du Wyoming, aux Etats-Unis

Le , par Stan Adkens

329PARTAGES

24  0 
Une petite centrale nucléaire de nouvelle génération sera construite sur le site d'une centrale au charbon qui sera bientôt mise hors service dans le Wyoming au cours des prochaines années, ont déclaré mercredi des représentants des entreprises impliquées et du gouvernement. La centrale, dotée d'un réacteur à sodium et d'un système de stockage d'énergie à base de sels fondus, sera plus performante, plus sûre et moins coûteuse que l'énergie nucléaire traditionnelle, a déclaré Bill Gates, cofondateur de Microsoft et fondateur et président de TerraPower. Si la centrale de 345 mégawatts est aussi fiable que l'énergie nucléaire classique, elle produirait suffisamment d'énergie pour alimenter environ 250 000 foyers.

TerraPower, fondée par le milliardaire Bill Gates il y a une quinzaine d'années, et la compagnie d'électricité PacifiCorp, détenue par Berkshire Hathaway de Warren Buffet, ont déclaré que le site exact de la centrale de démonstration du réacteur Natrium devrait être annoncé d'ici la fin de l'année. Les petits réacteurs avancés, qui fonctionnent avec des combustibles différents des réacteurs traditionnels, sont considérés par certains comme une technologie essentielle sans carbone qui peut compléter les sources d'énergie intermittentes comme l'éolien et le solaire, alors que les États s'efforcent de réduire les émissions à l'origine du changement climatique.


La centrale nucléaire, qui sera mise en place dans le cadre d'un partenariat de l’État du Wyoming avec la société TerraPower, le ministère américain de l'Énergie et PacifiCorp, annonce un avenir énergétique plus vert pour une économie du Wyoming qui a longtemps reposé sur les combustibles fossiles. Le réacteur devrait commencer à produire de l'électricité à la mi-2028. On estime que le projet nécessitera deux à trois ans de travaux de conception et d'autorisation avant le début de la construction. La centrale abritera l'un des premiers petits réacteurs modulaires de nouvelle génération des États-Unis.

« Nous pensons que Natrium va changer la donne dans le secteur de l'énergie », a déclaré Gates par liaison vidéo lors d'une conférence de presse organisée par le gouverneur républicain Mark Gordon. « Le Wyoming est un leader en matière d'énergie depuis plus d'un siècle et nous espérons que notre investissement dans Natrium permettra au Wyoming de rester en tête pendant de nombreuses décennies à venir ».

Les promoteurs du projet reconnaissent qu'il n'en est encore qu'à ses débuts et qu'une évaluation plus approfondie du projet est nécessaire, ainsi que l'obtention des autorisations réglementaires de l'État et de l'administration fédérale. Cependant, une fois opérationnel, le projet de démonstration est présenté comme une « centrale électrique entièrement fonctionnelle... destinée à valider la conception, la construction et les caractéristiques opérationnelles de la technologie Natrium », a déclaré la société dans un communiqué.

Le projet s'articule autour d'un réacteur rapide de 345 MW refroidi au sodium et d'un système de stockage d'énergie à base de sels fondus. Selon les ingénieurs, la technologie de stockage peut porter la puissance du système à 500 MW pendant plus de cinq heures et demie en cas de besoin, ce qui équivaut à l'énergie nécessaire pour alimenter environ 400 000 foyers.

Si tout va bien, la centrale de Natrium devrait pouvoir s'intégrer aux ressources renouvelables et pourrait conduire à une décarbonisation plus rapide et plus rentable de la production d'électricité. Les promoteurs du projet espèrent également que cette approche contribuera à réduire la complexité de projets similaires et à diminuer les coûts et le temps de construction.


À la fin de l'année dernière, le ministère américain de l'Énergie a accordé à TerraPower un financement initial de 80 millions de dollars pour faire la démonstration de la technologie Natrium, et le ministère s'est engagé à fournir des fonds supplémentaires dans les années à venir, sous réserve des crédits du Congrès.

« L'avenir de l'énergie nucléaire est là », a déclaré la secrétaire américaine à l'Énergie Jennifer Granholm par liaison vidéo. « Il a une conception plus simple qui, nous l'espérons, permettra une construction plus rapide à un coût moindre. L'empreinte au sol sera plus petite. Il sera équipé de mesures de sécurité de nouvelle génération ».

Les promesses de la nouvelle technologie nucléaire mises en doute par certains

« Il s'agit de notre voie la plus rapide et la plus claire pour devenir neutre en carbone », a déclaré le gouverneur Mark Gordon. « L'énergie nucléaire fait clairement partie de ma stratégie énergétique globale » dans le Wyoming, premier État producteur de charbon du pays. Selon le gouverneur, le projet permettra de créer des centaines d'emplois comparables en termes de salaire et de qualité aux postes de l'industrie des combustibles fossiles. « L'annonce d'aujourd'hui change vraiment la donne pour le Wyoming », a-t-il déclaré.

Chris Levesque, président et directeur général de TerraPower, a annoncé la création de ce partenariat : « Ensemble, avec PacifiCorp, nous créons le réseau énergétique de l'avenir où les technologies nucléaires avancées fournissent des emplois bien rémunérés et une énergie propre pour les années à venir. « La technologie Natrium a été conçue pour résoudre un problème auquel sont confrontés les services publics qui s'efforcent d'améliorer la fiabilité et la stabilité du réseau tout en atteignant les objectifs de décarbonisation et de réduction des émissions », a-t-il ajouté.

Le ralentissement du secteur énergétique de l'État, ainsi que la pandémie de covid-19, ont entraîné de multiples coupes dans le budget de l'État en raison de la baisse des recettes. « Le développement d'une installation d'énergie nucléaire apportera des recettes fiscales bienvenues au budget de l'État du Wyoming, qui a connu un déclin important ces dernières années », selon un communiqué de presse de Gordon.

Pour ceux qui s'intéressent de près à la production d'électricité plus sobre et plus verte, cette annonce devrait susciter beaucoup d'intérêt et alimenter des réflexions et des discussions éclairées. Cependant, ces promesses ont été mises en doute par le "Powder River Basin Resource Council", un groupe de propriétaires fonciers et de conservation basé dans le Wyoming :

« Les mines d'uranium ne génèrent pas de redevances et très peu d'impôts sur les revenus, les communautés ne bénéficieront donc pas d'une manne grâce à cette entreprise », a déclaré Marcia Westkott, présidente du conseil, dans un communiqué. « L'aspect le plus dangereux de cette dernière revendication d'une "solution miracle" pour sauver l'économie du Wyoming est peut-être qu'elle détourne une fois de plus l'attention de notre crise très réelle en matière de revenus, d'emplois et de survie des communautés. Les dirigeants élus du Wyoming n'ont toujours pas présenté de véritable plan pour remédier aux pertes d'emplois, à la baisse des revenus et à la dissolution des communautés charbonnières. Cette étude de faisabilité spéculative ne le fera pas ».

Toutefois, le gouverneur a souligné que la poursuite de l'énergie nucléaire par l'État ne signifie pas qu'il renonce aux combustibles fossiles traditionnels comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel. Il a plaidé pour la poursuite des investissements dans la technologie de capage du carbone, notamment dans le Wyoming. « Je ne vais pas abandonner une partie de notre industrie des combustibles fossiles », a-t-il déclaré. « Elle est absolument essentielle pour notre État ».

A gauche, le gouverneur Mark Gordon et le sénateur John Barrasso, à droite

Le Wyoming est l'un des principaux producteurs de gaz à effet de serre grâce à ses industries du charbon, du pétrole et du gaz naturel. L'administration Biden a interrompu le leasing de pétrole et de gaz sur les terres fédérales de l'Ouest alors qu'elle cherche à réduire les émissions de carbone de moitié, par rapport aux niveaux de 2005, d'ici 2030.

Plusieurs fermetures de centrales au charbon sont prévues dans l'Ouest au cours des prochaines années, dont certaines dans le Wyoming. Une centrale nucléaire, avec des centaines d'emplois bien rémunérés, envoyant de l'électricité par des lignes de transmission déjà en place, pourrait compenser le choc économique de la fermeture d'une centrale au charbon.

Les experts en énergie nucléaire ont averti que les réacteurs avancés pourraient présenter des risques plus élevés que les réacteurs conventionnels. Le combustible destiné à de nombreux réacteurs avancés devrait être enrichi à un taux beaucoup plus élevé que le combustible conventionnel, ce qui signifie que la chaîne d'approvisionnement en combustible pourrait être une cible attrayante pour les militants qui cherchent à créer une arme nucléaire brute, selon un récent rapport. Mais Levesque a déclaré que les centrales réduiraient les risques de prolifération parce qu'elles réduisent l'ensemble des déchets nucléaires.

L'Association minière du Wyoming, pour sa part, a adopté un point de vue positif sur l'annonce de mercredi : « C'est une occasion passionnante pour le Wyoming d'ouvrir un nouveau chapitre dans l'industrie de l'énergie nucléaire. La production d'énergie nucléaire avancée correspond clairement à l'électricité sans émission, fiable et répartissable, nécessaire pour alimenter notre pays à l'avenir », a déclaré le directeur exécutif, Travis Deti, dans un communiqué. « Le Wyoming est le leader national de la production d'uranium. Nos producteurs sont prêts, désireux et capables de fournir de manière sûre et responsable le combustible vital pour la prochaine génération d'énergie nucléaire américaine ».

Les sites de réacteurs candidats sont la centrale de Wyodak près de Gillette dans le nord-est du Wyoming, riche en charbon, la centrale de Naughton près de Kemmerer dans le sud-ouest du Wyoming, la centrale de Jim Bridger près de Rock Springs dans le sud-ouest du Wyoming et la centrale de Dave Johnston près de Glenrock dans le centre-est du Wyoming, riche en uranium.

Sources : Communiqué de presse , Vidéo Youtube

Et vous ?

Quel est votre avis à ce sujet ?
Quel est l’avantage de cette technologie nucléaire avancée, selon vous ?
Partagez-vous les préoccupations avancées par certains ?

Voir aussi :

TerraPower, l'entreprise nucléaire de Bill Gates, prévoit de construire de petites centrales nucléaires avancées, pour compléter les réseaux des sources intermittentes telles que l'énergie solaire
L'ancien dirigeant de Microsoft voudrait que les USA redeviennent un leader de l'énergie nucléaire, cette énergie est-elle idéale pour la planète ?
« L'énergie nucléaire sera à nouveau politiquement acceptable, car elle est plus sûre et propre que le pétrole, le charbon et le gaz naturel », d'après Bill Gates
Une startup soutenue par Bill Gates concentre la lumière solaire en utilisant l'IA et un champ de miroirs, pour créer la chaleur nécessaire qui peut alimenter l'industrie lourde

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/06/2021 à 22:55
Citation Envoyé par Dhafer1 Voir le message
Je pense que l'article est erroné. L'innovation de Bill Gates, c'est justement une centrale nucléaire propre qui utilise les déchets radioactifs des centrales nucléaires actuelles comme combustible. J'ai vu ça dans le documentaire fait sur Bill Gates: "Dans la tête de Bill".
Tu te trompes, pour la première génération de petits réacteurs, comme celui la qui fait 345 mégawatts, c'est bien un alliage de métaux composé entre autres d'uranium enrichi qui est nécessaire, un combustible en fait plus difficile à créer que le combustible classique. C'est uniquement dans des centrales plus grosse (500–1,500 MWe) qu'il serait envisagé hypothétiquement d'utiliser du Combustible MOX.

C'est ça un Réacteur rapide refroidi au sodium : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A...oidi_au_sodium
Ce qu'ils veulent construire c'est un prototype, que eux ils appellent pompeusement "Natrium™ Reactor Demonstration Project", et sur leur page c'est marqué "100% sûr" ! alors que ca sera en vrai un prototype ! D'où ils sortent que c'est "100% sûr" ? vu que ça sera leur premier prototype Fukushma et Tchernobyl quand ça a été fait il a aussi été annoncé que c'était "100% sûr" pour rappel, et c'était pas des prototypes !

On dirais une startup qui y connais rien, à part faire de la super pub Marketing pour attirer les gogos.
Leur site : https://natriumpower.com n'est qu'un incroyable ramassis de bullshit Marketing qui mélange tout pour donner une image verte façon greenwashing, et par contre aucune donnée scientifique ou technique utile. Leur site on dirais de la pub Areva, tout est beau et tout est mensonger, même chose.

En réalité l'idée n'est pas nouvelle, cela a été testé en France avec les projets Phoenix puis Super Phoenix, projet horriblement couteux qui n'ont mené à rien avant d'êtres abandonnés.

Le projet Super Pheonix aura couté 15 milliards, avec 30 ans de démantèlement à prévoir, et la centrale n'aura essuyé qu'incidents sur incidents jusqu'à la décision de procéder à son arrêt total.
Le CEA avait commencé ensuite un nouveau projet de réacteur au sodium, qui aurait couté 1 milliard, projet abandonné lui aussi. Donc après tous ces échec la France à décidé d'abandonner pour l'instant toute velléité de construction d'un nouveau réacteur au sodium.

D'après les scientifiques, les réacteurs au sodium sont en réalité extrêmement dangereux, bien plus dangereux que les réacteurs à eau pressurisées, et c'est que ce qu'a montré les échecs de Phoenix et de Super Phoenix, ou il n'y a eu qu'incidents sur incidents, c'est le contraire de "100% sûr", il a été montré que c'est en réalité "100% dangereux, pas fiable et hors de prix".

Terrapower, cette petite startup affirme pouvoir construire un prototype de réacteur au sodium "100% sûr" alors même que tous les projets de réacteurs au sodium dans le monde se sont soldés par des échecs calamiteux, et ce combiné à leur site avec du bullshit marketing grotesque devrait mettre la puce à l'oreille de tout investisseur sérieux. Il est clair que Terrapower ne va faire qu'aspirer des milliards d'investisseurs naïfs qui vont se présenter, mais leur dizaines de milliards ne suffiront peut être pas à finir la construction de leur réacteur expérimental, et si finalement ils y arrivent avec sans doute 10 ans de retard, il faudra payer un cout énorme d’entretien à cause des catastrophes qui ne manquerons pas d'arriver comme à Super Phoenix sur ce projet prouvé dangereux, et une fois le projet abandonné, un de plus, il faudra rajouter 30 ans et 10 milliards en sus pour le démantèlement, bon business, le PDG de Terrapower a bien 50 ans devant lui pour se payer grassement pour un projet à bide.

En France le dernier projet nucléaire en date c'est de construire un réacteur aux normes post Fukushima, donc en fait un EPR, donc pas un réacteur refroidi au sodium, juste un réacteur normal a eau pressurisé et à combustible uranium, mais qui serait "plus sûr", problème il coute 10 fois plus cher que les anciens réacteurs, et la France n'arrive pas à le construire, et n'accuse que malfaçons sur malfaçons et retard sur retard, au total 10 ans de retard, et cout prévu multiplié par plus de 3, faute d'une qualité suffisante de savoir faire industriel, savoir faire perdu.

Au final, le cout final de l'EPR est estimé à plus de 13 milliards d'euros, à comparer au cout des anciens réacteurs d'environ 1 milliard d'euros, le cout étant multiplié par 10 par rapport à avant, cela reviens trop cher de continuer à faire du nucléaire, sachant qu'avant le cout de l'énergie nucléaire était déjà largement subventionné, donc déjà non rentable.
9  3 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/06/2021 à 22:35
Citation Envoyé par Dhafer1 Voir le message
Je pense que l'article est erroné. L'innovation de Bill Gates, c'est justement une centrale nucléaire propre qui utilise les déchets radioactifs des centrales nucléaires actuelles comme combustible. J'ai vu ça dans le documentaire fait sur Bill Gates: "Dans la tête de Bill".
C'est bizarre, ce n'est pas ce qui est écrit ici non plus.
J'aurais tendance à penser que l'article est juste, du coup, et que le documentaire est faux, d'autant plus s'il dit que la centrale est propre (alors qu'elle fait de la fission) et fonctionne aux déchets des autres...

Citation Envoyé par Dhafer1 Voir le message
D'ailleurs Bill Gates a innové beaucoup aussi dans la lutte contre la Polio et les sanitaires adaptables dans les pays pauvres.
C'est aussi un multimilliardaire avec une empreinte INCROYABLE sur l'environnement si on le compare à un quidam moyen (plusieurs jets privés, un yatch, etc etc). Bill Gates, comme tous les milliardaires va là où il y a de l'argent et sa fondation est un moyen comme un autre de le faire (et aussi de se refaire une image publique depuis les.procès antitrust des années 90).

En cherchant des infos sur "Inside Bill's brain", on par exemple trouver cet article sur Le Point:

[...]Assez rapidement, le spectateur prend conscience d'être dans un documentaire très complaisant sur le génie de l'informatique. L'homme est montré comme une personne ambitieuse et solitaire devant se battre contre le gouvernement américain. Dans le cerveau de Bill Gates ne donne la parole qu'à des amis ou des proches (comme Warren Buffet) qui soutiennent son action humanitaire. Pendant toute la minisérie, la fondation Bill et Melinda Gates est portée au pinacle pour son combat contre la polio ainsi pour sa lutte contre la contamination de l'eau potable. Aucune critique ne viendra interroger la notion de philanthrocapitalisme et les multiples controverses qu'a traversées la fondation. « C'est une publicité à grande échelle, analyse Lionel Astruc auteur du livre L'Art de la fausse générosité, la fondation Bill et Melinda Gates aux éditions Actes Sud. « Je vois cela comme une réponse aux informations qui semblent circuler de mieux en mieux sur la réalité de cette fondation. »[...]
4  1 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 08/06/2021 à 21:51
Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Idem avec le "problème des déchets nucléaires non-résolu" en oubliant de parler de Cigeo.
Ah parce qu'enfouir des déchets éternellement sous la Meuse et la Haute-Marne c'est un problème résolu pour toi??

Si on fait un parallèle avec l'informatique, quand tu vois un bug est-ce que tu le corriges ou est-ce que tu le cache?
5  2 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/06/2021 à 22:23
Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Ben si désolé mais tu déformes tout. Tu nous fait croire que l'EPR ne peut pas fonctionner parce que la france blabla alors que ce n'est pas le cas pour l'EPR chinois.
Je n'ai jamais écrit ça, et j'ai même expliqué que c'est un problème industriel, ce que tu as toi même confirmé après moi, tu as un problème de délire en ce moment ? tu en a parlé à ton psy ?
Mon propos était d'expliquer que même si construire une centrale à eau pressurisée est devenu presque mission impossible en France, car le savoir faire industriel est perdu, les réacteurs au sodium c'est devenu de la science fiction.

Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
alors que ce n'est pas le cas pour Phénix.
En quoi ça serait une réussite ? le projet a couté des milliards, à ce jour il n'est pas démantelé, le démantèlement devrait prendre plus de 30 ans et il s'avère extrêmement problématique, il devrait couter au moins un milliard d'euros, donc le cout d'une ancienne centrale, et c'est un scandale de plus de la filière du nucléaire.
Ce projet n'aura débouché sur rien d'utile, la filière au sodium est abandonnée, c'est donc juste un échec.
Non seulement tu y connais rien mais pire encore tu n'as aucune logique, tu ne sais pas raisonner

Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Et tu continues encore avec ton "nucléaire subventionné" mais tu "oublies" de dire que les autres productions aussi sont subventionnés
Le sujet c'est le nucléaire donc je parles du nucléaire, c'est normal, donc encore une fois tu fais une agression personnelle totalement stupide et déplacée, juste malhonnête. Quitte à subventionner l'énergie je préfère que soient subventionné l'éolien, le solaire, le stockage hydraulique et l'isolation pour les économies d'énergie, car plus on subventionne plus les couts de production baissent, ce qui est en train de se produire, à partir du moment ou le cout du solaire est divisé par 10 et que le cout du nucléaire a été multiplié par 10 le nucléaire devient une voie à ne plus suivre. Plusieurs pays comme l'Australie et le Costa Rica vont dans cette direction et ils sont en passe d'y arriver.

Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Idem avec le "problème des déchets nucléaires non-résolu" en oubliant de parler de Cigeo.
C'est un projet, donc le problème est encore non résolu, c'est toi qui est totalement malhonnête, et ce de façon totalement risible
De plus ce projet est lourdement critiqué.
Cette technologie n'a pas fait ses preuves bien au contraire, c'est pas fiable et très dangereux : Accident au centre de stockage américain de déchets nucléaires militaires WIPP.
Le plus gros danger c'est les mouvements de la plaque tectonique qui peuvent créer une fuite, et qui contamine la nappe phréatique, le problème c'est que même si la radioactivité par rayonnement diminue au fil du temps, après par exemple 300 000 ans, même après 1 million d'années les produits stockés restent dangereux pour les contaminations de l'eau. Donc est ce à dire qu'il faudra budgéter la surveillance du site pendant 1 million d'années, quel en sera le cout ?

Buried nuclear waste stays dangerous for a million years


Deux accidents se succèdent dans l’installation souterraine de stockage nucléaire du WIPP en février 2014 : incendie d’un véhicule le 5, puis, le 14, explosion d’un colis de déchets non-conforme. Un relâchement de matières radioactives est constaté lors du deuxième accident par les stations de surveillance situées à la surface en tête des puits : le marquage de l’environnement s’est révélé négligeable de même que la contamination d’une vingtaine d’employés présents en surface (les galeries étaient vides de personnel, l’exploitation étant suspendue pour investigation depuis l’incendie). Conséquence de la contamination souterraine (et notamment celle du puits de sortie d’air), le débit d’air a été réduit et certaines opérations de maintenance des parois des galeries ont dû être différées.
La terre est en mouvement, la surface c'est une mince plaque qui flotte, et qui bouge sur un océan de magma, ceux qui pensent qu'on peut stocker de façon pérenne des déchets dans cette mince plaque mobile se trompent, ça n'est pas pérenne sur la durée. Peut-être que ça marcherait sur quelques années avec du bol, mais sur 100 000 ans ? ou sur 1 million d'années ?

La nature humaine défectueuse fait qu'une erreur humaine fini toujours pas arriver, et c'est ce qui est déjà arrivé plusieurs fois dans l'installation souterraine de stockage nucléaire du WIPP, qui à ce jour n'est toujours pas opérationnel, mais en mode "gestion de catastrophe", depuis plus de 7 ans déjà ! Pendant ce temps le combustible usagé mais hautement radioactif s’accumule dans le monde entier dans des piscines hors du confinement des centrales, ce qui devrait être totalement interdit, c'est fait avec la complicité des gouvernements qui ont fait ce choix, mais c'est scientifiquement totalement aberrant et scandaleux.

Personne ne veux travailler dans un site souterrain de stockage nucléaire, donc les gens qu'on y emploi sont des gens qui ont été refusés à d'autres postes, des gens à problèmes, non fiables, des gens potentiellement dangereux et irresponsables, peut-être pas tous , mais certains, c'est mathématique. Oui je sais que c'est pas politiquement correct d'en parler mais c'est pourtant la vérité, et c'est vrai, c'est ce qui s'est passé au WIPP et c'est ce qui se passera partout ailleurs sur tous les sites similaires. L'être humain n'est pas fiable, cela a été prouvé maintes fois, et ça sera encore plus mathématiquement sur un site ou personne veux aller travailler.

Tout le concept de l'énergie nucléaire est un concept absurde, ça ne fait que créer un cout et un danger énorme pour les générations futures, jusqu'à un million d'années, c'est un choix politique démagogique court terme : "les dessous de table de suite, les problèmes qui en découlent pendant plus d'un million d'années c'est pas mon problème".

___________________________________________________________________________________________________

Déchets radioactifs : les piscines saturent
Le rapport pointe en particulier du doigt la France, où l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a déjà souligné le risque de saturation des immenses piscines de La Hague où refroidissent les combustibles irradiés des centrales.

Le risque de "saturation" mondiale des déchets nucléaires, mettant également en cause des projets d'enfouissement profond des déchets hautement radioactifs. Un rapport, commandé à plusieurs experts, passe en revue les divers déchets produits par la "chaine" du combustible nucléaire, de l'extraction de l'uranium aux combustibles usés déchargés des réacteurs. Ce sont surtout ces derniers, "les plus dangereux".

250.000 tonnes de combustibles usés hautement radioactifs

Selon le rapport, il existe aujourd'hui "un stock mondial d'environ 250.000 tonnes de combustibles usés hautement radioactifs" répartis dans une quinzaine de pays. Et la majorité "reste entreposée dans des piscines de refroidissement sur les sites des réacteurs", note le rapport. Piscines de stockage qui selon un précédent rapport sont "vulnérables" aux attaques extérieures.

Le rapport, qui passe au crible la gestion des déchets nucléaires dans sept pays (Belgique, France, Japon, Suède, Finlande, Grande Bretagne et États-Unis), pointe en particulier du doigt la France, où l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a déjà souligné le risque de saturation des immenses piscines de La Hague où refroidissent les combustibles irradiés des centrales. Mais le texte s'inquiète également du "danger potentiel" de l'"accumulation" dans les piscines des réacteurs américains, qui contiennent "trois à quatre fois plus de combustible nucléaire usé que ce qui était prévu par les concepts d'origine".

Alors que les piscines se remplissent, "aucun pays au monde ne dispose d'une solution pour les déchets de haute activité". Et "un nucléaire sans solution pour ses déchets c'est comme un avion sans piste d'atterrissage".

"Lʼindustrie nucléaire, avec le soutien des gouvernements à différents niveaux, maintient le choix du stockage géologique du combustible usé (...). Pourtant, nulle part dans le monde, un stockage souterrain viable, sûr et durable à long terme n'a été mis en place", ajoute le texte, estimant que même en Suède et en Finlande, où les initiatives sont les plus avancées, il reste de "grandes incertitudes". Le projet français d'enfouissement Cigeo à Bure, dans l'Est du pays, est particulièrement dénoncé.

Une "escalade" de coûts

"La vérité c'est que nous arrivons à une situation critique liée à la saturation des piscines de stockage. Pour autant, opter pour l'enfouissement profond serait une erreur grave car on ne pourrait pas revenir en arrière".

Le rapport met également en avant l'"escalade" des coûts, notant qu'aucun pays ne dispose "d'estimation crédible de la totalité des coûts qui seront supportés pour gérer les déchets nucléaires pendant de nombreuses décennies, voire des siècles".

Voila en vrai la solution d 'EDF en France :
EDF envisage la mise en service d'une nouvelle piscine de stockage nucléaire en 2034
EDF envisage une mise en service en 2034 de la vaste piscine de combustibles nucléaires usés qu'elle projette de construire à la Hague, a-t-on appris mercredi auprès d'EDF, alors que les piscines actuelles saturent.
6  3 
Avatar de KEKE93
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/06/2021 à 19:20
Intéressant mais l'article fait complètement l'impasse sur la géothermie dans le nord-ouest du Wyoming avec, bien évidemment, le super volcan geant du Parc de Yellow Stone...A Yellow Stone il y a de nombreux geysers, du magma à faible profondeur. Il me semble que j'avais vu un reportage sur la géothermie dans ce parc il y a quelques années à la télé...

L'avantage de mettre un tel réacteur, le premier utilisant du sel fondu, c'est que si ça pête, il n'y a pas beaucoup d'habitants sur des centaines de kilomètres à la ronde
2  0 
Avatar de eguilloteau
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 06/06/2021 à 19:11
Voici un documentaire extrêmement intéressant, je vous conseille de le regarder entièrement afin de se faire une opinion : https://eoliennes-lefilm.com/

2  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/06/2021 à 15:10
Je n'ai rien "déformé" et j'ai même mis les liens pour que chacun puisse se faire sa propre idée.
Je sais que les Chinois sont arrivés à construire leurs deux EPR : EPR : pourquoi les Chinois y arrivent et pas nous ?
Les Chinois ont une meilleure capacité industrielle, il ne sont pas à 20 milliards près, et en cas d'incident ils pourraient faire appel de force à 1 millions de "liquidateurs" militaires comme à Tchernobyl, ce qui n'est pas le cas en France.

Mais à l'échelle de la France il n'en reste pas moins que construire un EPR pour plus de 10 milliards contre 1 pour les anciennes centrales, alors même que avant l'énergie nucléaire était très largement subventionnée n'a plus de sens économique.

Pour ce qui est de la recherche sur les réacteurs au sodium, le dernier projet en date du CEA à couté un milliard et il a aussi été abandonné, et il n'y a pas actuellement de projet de centrale au sodium en France, donc tout mon propos se tient.

Tu as le droit de penser le contraire et d'étayer ton avis, en fait tu n’as quasiment rien écrit d'utile, tu n'es pas obligé d'intervenir juste pour insulter gratuitement les gens, ce que tu fais de plus en plus souvent, c'est à dire que tu n'apporte rien aux débats tu ne participe de plus en plus juste pour bêtement agresser les autres membres.

Ton accusation "d'idéologie" est grotesque, c'est juste une agression personnelle basée sur rien, je n'ai aucune idéologie contre ou pour le nucléaire je constate juste que c'est dangereux et hors de prix, sans parler du problème des déchets non résolu, et de nombreuses études scientifiques et économiques disent exactement ça.

Exemple ici : Nuclear energy too slow, too expensive to save climate: report

ou ici :

Their findings suggest that the cost per kilowatt (KW) for utility-scale solar is less than $1,000, while the comparable cost per KW for nuclear power is between $6,500 and $12,250. ... This means nuclear power is nearly 10 times more expensive to build than utility-scale solar on a cost per KW basis
Si tu veux exposer ton avis sur le nucléaire explicite le, la tu n'a rien écrit d'utile, si c'est juste pour agresser a tord les gens tu sers à rien
5  3 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/06/2021 à 0:10
Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Tout à fait, occupons nous des problèmes qui arriveront peut-être dans un million d'années. C'est le truc le plus urgent qu'on a à faire en ce moment.
1 million d'années??

On n'est pas capables de prédire des tremblements de terre sur l'échelle d'une année et tu affirmes qu'il n'y aura pas de problèmes avant 1 million d'années???

Pour le coup je commence à penser que tu caches les bugs plutôt que de les corriger au boulot...

Et sinon, oui, s'occuper de déchets que l'on va laisser là sur des milliers d'années c'est important. Dans 500 ou 1000 ans les frontières auront peut-être changé, les langues peuvent changer aussi et la connaissance d'un tel site peut se perdre. Comment être certains que les gens ne creuseront pas dans cette poubelle par hasard pour construire, comme il nous arrive de trouver des sites archéologiques lors de chantiers??

C'est justement ce genre d'attitude "je-m'en-foutiste" et inconscient qui fait que le nucléaire est dangereux. Si les humains étaient plus humbles et responsables, peut-être que l'on arriverait à en faire quelque chose de sûr - ce qui ne réglerait pas le problème des déchets au passage.
4  2 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/06/2021 à 10:19
Citation Envoyé par SimonDecoline Voir le message
Elle est où l'attitude "je-m'en-foutiste" et inconscient ?
Ben tu viens quand même de dire que ce n'est pas notre problème si le stockage de nos déchets se passe mal pour les générations futures: "Tout à fait, occupons nous des problèmes qui arriveront peut-être dans un million d'années. C'est le truc le plus urgent qu'on a à faire en ce moment."

Est-ce que c'est moi qui ai mal compris?
3  1 
Avatar de commandantFred
Membre actif https://www.developpez.com
Le 11/06/2021 à 18:09
Comme toujours en matière d'énergie, cette conversation s'est "égarée" dans un inextricable conflit franco français...

Entretemps, les lignes ont bougé :
1. EDF a publié ses 6 scénarios électriques pour 2050 dont 3 avec très peu de nucléaire (- de 30%)
2. Véolia a publié sur un procédé de recyclage des panneaux solaires, projet de recherche co-financé par l'UE

Juste un mot sur le projet de Bill Gates :
Aux USA, il n'y a pas de monopole de l'électricité. C'est un produit presque comme un autre quoique pas exactement car c'est un bien collectif qui se transporte en réseau. Même au point de vue économique au pays du marché libre, l'énergie, les routes, l'eau etc... appartiennent à un secteur qu'on appelle les "utilities". Ce n'est pas comme vendre des chaussettes.
Tout ça pour dire qu'un réacteur construit dans le Wyoming ne signifie absolument pas qu'on en construira d'autres. Ce n'est pas un "plan à 30 ans" comme en France. C'est une entreprise privée, très localisée, et qui, en cas de succès, pourrait donner des idées à d'autres centrales fossiles obsolètes. En effet, le réseau Haute Tension, les transformateurs, pylônes et répartiteurs sont des constructions très onéreuses. Lorsqu'on décommissionne une centrale (sauf nucléaire à cause du no man's land), il est tentant d'en mettre une autre à la place pour récupérer le gros hardware, le génie civil, les autorisations et terrains occupés par toutes ces installations...
2  0