IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google a manipulé son système d'enchères publicitaires pour favoriser ses propres annonces,
Ce qui lui aurait rapporté 213 millions de dollars

Le , par Stan Adkens

377PARTAGES

10  0 
Google fait actuellement l'objet d'une action en justice antitrust de la part d'un groupe de procureurs généraux d'État mené par le Texas, concernant sa technologie publicitaire et sa position dominante dans le secteur de la publicité. En guise de réponse initiale à la plainte déposée en décembre, Google a déposé des documents selon lesquels la société a mis en œuvre pendant des années un programme secret qui utilisait les données relatives aux offres passées sur le marché de la publicité numérique de la société pour donner à son propre système d'achat d'annonces un avantage sur ses concurrents. Le programme, connu sous le nom de "Projet Bernanke", aurait généré des centaines de millions de dollars de revenus annuels pour le géant de la recherche.

Google aurait mené un projet secret baptisé "Project Bernanke" qui s'appuyait sur les données relatives aux enchères recueillies auprès des annonceurs utilisant son système d'échange d'annonces pour favoriser son propre système d'annonces. Découvert pour la première fois par le service d'information MLex, le nom du projet était visible dans un document non expurgé par inadvertance que Google avait initialement déposé sur le registre public du tribunal dans le cadre d'un procès antitrust au Texas. Un juge fédéral a depuis laissé Google déposer à nouveau le document sous scellés.


Dans quelques détails, le procès, intenté en décembre par le Texas et neuf autres États dirigés par les républicains, allègue que Google a utilisé son pouvoir de marché pour saboter les « enchères d'en-tête », une pratique qui permet aux annonceurs d'acheminer une seule requête sur plusieurs bourses à la fois. Selon la plainte, « Google considère que la promotion d'une véritable concurrence par les enchères d'en-tête constitue une menace majeure », citant des communications internes obtenues dans le cadre de l'enquête. La poursuite, déposée devant la cour fédérale de Sherman, au Texas, vise à forcer Google à vendre certaines parties de son activité et à payer des amendes pour violation de plusieurs lois d'État.

Dans ses documents déposés en début avril et qui n’ont pas été correctement expurgés, Google a accidentellement laissé échapper une partie de son travail en coulisses. Les parties non expurgées révèlent que Google aurait reconnu l'existence du projet Bernanke et écrit que les détails de ses opérations ne sont pas divulgués aux éditeurs d'annonces et autres rivaux, mais a nié qu'il ait donné au géant de la recherche un avantage injuste.

La société était en mesure d'accéder à des données historiques sur les offres faites par le biais de Google Ads, de modifier les offres de ses clients et d'augmenter les chances de ces derniers de remporter les enchères pour les impressions publicitaires, ce qui désavantageait les outils publicitaires concurrents. Le Texas a cité dans les documents judiciaires une présentation interne de 2013 dans laquelle Google affirmait que le projet Bernanke rapporterait 230 millions de dollars de revenus pour cette année-là.

Le procès antitrust est centré sur le fait que la possession par Google d'une plateforme de vente de publicité en ligne, ainsi que sa position d'acheteur d'annonces pour ses propres propriétés, constituaient un problème. En étant à la fois propriétaire et client, Google aurait été en mesure de manipuler le système en ayant accès à des données que les acheteurs d'annonces n'auraient pas nécessairement reçues.

En utilisant les informations privilégiées du Projet Bernanke sur ce que les autres acheteurs d'annonces étaient prêts à payer pour l'espace publicitaire, Google pouvait adapter ses opérations pour devancer ses rivaux et offrir le strict minimum pour obtenir un inventaire publicitaire, selon les allégations de l'État du Texas.

La raison pour laquelle Google a choisi de nommer ce projet secret "Bernanke" n'est pas claire. Ben Bernanke, qui a été président de la Réserve fédérale de 2006 à 2014, est probablement le Bernanke le plus connu dans la sphère publique.

Les documents de Google apportent plus de détails sur un accord secret entre Google et Facebook sur le marché de la pub

Dans une déclaration, un porte-parole de Google a dit que la plainte déposée devant le tribunal « déforme de nombreux aspects de notre activité de technologie publicitaire ». « Nous sommes impatients de faire valoir notre point de vue au tribunal », a-t-il ajouté. Le porte-parole a souligné qu'un organisme de réglementation britannique avait déterminé que Google ne semblait pas bénéficier d'un avantage déloyal.

Quelle que soit l'interprétation correcte, le dépôt de la plainte montre comment le Texas entend poursuivre son action antitrust. En effet, l’État est convaincu que Google a conclu des arrangements en coulisses, tels qu'un "accord de faveur" avec Facebook, pour se donner un avantage déloyal sur la concurrence. Par ailleurs, les documents déposés par Google révèlent davantage de détails sur "Jedi Blue", un accord secret présumé dans le cadre duquel Google aurait garanti que Facebook remporterait un pourcentage fixe de contrats publicitaires pour lesquels le géant des médias sociaux faisait une offre.


Selon les documents découverts par MLex, une section non expurgée du dossier révèle que l'accord aurait été signé par Philipp Schindler, vice-président senior et directeur commercial de Google, et Sheryl Sandberg, directrice de l'exploitation de Facebook, entre autres. Dans sa réponse au tribunal, initialement non expurgée, Google aurait reconnu avoir accepté de faire des « efforts commercialement raisonnables » pour garantir que Facebook puisse identifier une majorité d'utilisateurs dans les enchères publicitaires.

Google aurait également admis que l'accord exigeait de Facebook qu'il dépense 500 millions de dollars ou plus dans les enchères Ad Manager ou AdMob de Google au cours de la quatrième année du pacte, et que Facebook s'engageait à faire des efforts pour remporter 10 % des enchères dans lesquelles il concourait, selon les parties non expurgées des documents. L'arrangement semblait « permettre à Facebook d'enchérir et de gagner plus souvent dans les enchères ».

En janvier, Google s'est exprimé au sujet de son entente avec Facebook sur le marché de la publicité, en qualifiant la plainte du procureur du Texas d’erronée. « La technologie publicitaire aide les sites Web et les applications à gagner de l'argent et à financer du contenu de haute qualité. Elle aide également nos partenaires publicitaires, dont la plupart sont de petits commerçants, à atteindre les clients et à développer leurs activités », a dit Google.

Alors que, selon les documents mal expurgés, Google aurait gardé secret pour les éditeurs et autres concurrents le projet Bernanke, la société a déclaré en janvier :

« Nous avons travaillé pour être ouverts et directs avec le secteur sur les améliorations que nous apportons à nos technologies. Nous essayons de faire ce qu'il faut en équilibrant les préoccupations des éditeurs, des annonceurs et des personnes qui utilisent nos services. Nos rivaux en technologie publicitaire et nos grands partenaires peuvent ne pas toujours aimer chaque décision que nous prenons. Nous ne pourrons jamais plaire à tout le monde. Mais ce n’est guère une preuve d’actes répréhensibles et certainement pas une base crédible pour une action en justice antitrust ».

L'action en justice des procureurs généraux des États, conduite par le Texas, n'est pas le seul problème antitrust auquel Google doit faire face. En octobre 2020, le ministère américain de la Justice a intenté une action en justice contre l'entreprise, l'accusant de devenir un "gardien" de l'Internet grâce à sa domination dans le domaine de la recherche.

La société est également dans le collimateur des représentants du gouvernement américain aux côtés d'Apple et d'autres entreprises technologiques, suite à une enquête de la sous-commission antitrust du Sénat. À la suite du rapport initial de cette enquête, les législateurs auraient travaillé sur des projets de loi visant à réformer les lois antitrust et à limiter le contrôle des géants de la technologie.

Dans une interview en mars, le représentant démocrate David Cicilline, président de la commission antitrust de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, a déclaré qu’il s'apprêtait à présenter au moins dix projets de loi visant les grandes entreprises technologiques. La stratégie de la commission antitrust consistant à produire une série de projets de loi plus petits vise à réduire l'opposition des entreprises technologiques et de leurs lobbyistes à l'égard d'un seul texte de loi, a-t-il déclaré. Pour lui, il est plus difficile pour Amazon, Facebook, Apple et Google de se mobiliser rapidement contre les réformes qu'ils n'aiment pas.

Source : Tweet

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Les sociétés de publicité en ligne comme Google cacheraient-elles encore beaucoup d’autres choses sur leurs stratégies pour dominer sur les concurrents ?

Voir aussi :

Le procureur général du Texas annonce une enquête antitrust contre Google, alors que 30 autres États américains prévoient d'autres mesures antitrust contre la société
Les démocrates prévoient de "bombarder" la Big Tech avec une série de projets de loi antitrust, un autre projet vise la manière dont Facebook amplifie le contenu des utilisateurs
Google et Facebook se sont engagés à s'entraider s'ils venaient à être confrontés à une enquête antitrust, visant leur accord de non-concurrence dans le secteur de la publicité en ligne
Google s'exprime au sujet de son entente avec Facebook sur le marché de la pub, objet d'une plainte antitrust, et parle d'une « attaque trompeuse » du procureur Paxton

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Waikiki
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 12/04/2021 à 14:29
Google favorise sa principale source de revenue, Apple favorise ses applications sur l'App Store, Amazon copie les produits les plus vendeurs sur sa plateforme, Microsoft a tout fait pendant des année pour imposer son OS sur les pc, Facebook utilise les données générées sur ses plateformes pour faire du profit.

Y en a vraiment qui sont encore étonnés par de telles annonces ? les GAFAM n'ont jamais été des sociétés philanthropiques et ce n'est pas prêt d'arriver.
9  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/04/2021 à 11:48
"Google a manipulé son système d'enchères publicitaires pour favoriser ses propres annonces
De la manipulation chez "Gogol"? Mais qui peut le croire?

Il est intéressant de constater ce qui se passe au niveau du référencement naturel.

Depuis plusieurs années, on constate chez nos clients que les prises de contact via les formulaires de leur sites internet ne se font pas tout au long de l'année: Aucun contacts reçus pendant l'année, sauf 2 ou 3 périodes d'une durée de une semaine où se regroupent toutes les prises de contacts de l'année.

Hasard me direz-vous? Biais statistiques?

Mon avis est plutôt que ces clients qui croient avoir un bon référencement chez "gogol" les plaçant dans les 1er résultats de recherche ne le sont en réalité que périodiquement: Ils sont affichés en début des résultats de recherche que durant 2-3 semaines par an et le reste du temps ils se retrouvent déclassés!
3  0 
Avatar de Sylvain_LD
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 16/04/2021 à 18:42
Et dire qu'il y en a qui paie cher pour être en tête de liste alors quand beaucoup de monde paie pour être le premier, forcément il y en a qui ne le sont pas
2  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/10/2021 à 14:36
A l'initiative de quelle entreprise a été décidé la réunion des GAFAM au mois d'août 2019 ? Peut-être les 5 en même temps... Je suis curieux de savoir ça.
Edit : apparemment ce serait Google je viens de relire le passage. 1 coupable et 4 complices dont Apple qui fait de la publicité sur la protection de la vie privée et même un argument de vente. C'est ce qui me sidère le plus dans la news.
2  0 
Avatar de coolspot
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/10/2021 à 14:05
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
A l'initiative de quelle entreprise a été décidé la réunion des GAFAM au mois d'août 2019 ? Peut-être les 5 en même temps... Je suis curieux de savoir ça.
Edit : apparemment ce serait Google je viens de relire le passage. 1 coupable et 4 complices dont Apple qui fait de la publicité sur la protection de la vie privée et même un argument de vente. C'est ce qui me sidère le plus dans la news.
En meme temps si ca peut ouvrir les yeux au gens d'arreter de croire à toutes ses conneries d'entreprise qui protege la vie privée. Ca n'a jamais existé et ca n'existera jamais, il n'y a que nous même pour protéger notre propre vie privée. Aucune entreprise au monde ne protegera votre vie privée et ceux quelque soit les "garantie" qu'elle dit prendre
2  0 
Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/04/2021 à 11:54
En même temps, si tout le monde suit bien les règles pour être bien référencé, comment tout les sociétés peuvent-elles être en tête du classement ?
Maintenant, en surfant, j'ai l'impression d'avoir les mêmes informations sur différents sites mais présenté et rédigé différemment.
Pour le shopping, la fiche produit est la même pour tous donc comment faire ressortir tel ou tel site en premier ?
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/04/2021 à 22:59
Bonsoir,

Qu’en pensez-vous ?
Vu le poids de Google dans la collecte d'infos de recherches, je ne suis même pas surpris. Compte Google ouvert = collecte de data et croisement avec les datas de recherches. Quand un mail arrive, que Google arrive le scanner et détecter des factures/comportements d'achats c'est le jackpot

Google peut placer ses produits et services en laissant les miettes aux autres.

Les sociétés de publicité en ligne comme Google cacheraient-elles encore beaucoup d’autres choses sur leurs stratégies pour dominer sur les concurrents ?
Comme dans toutes entreprises , il y a des secrets de "fab" pardi . Donc oui Google à des avantages sur la concurrence.
1  0 
Avatar de petitours
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/04/2021 à 8:01
quelle surprise !
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/04/2021 à 22:33
Bonsoir,

Qu’en pensez-vous ?
J'ai l'impression qu'après les USA , les pays de l'UE vont prendre ou essayer de prendre le même type de loi . Au final cela se retournera contre les entreprises tech en Europe

De nouvelles lois contre la big tech permettront-elles de résoudre le problème de leur pouvoir de marché ?
Absolument pas.

Le poids est tellement énorme, que cela risque de mettre à dos d'autres acteurs liés à ceux de la tech. Genre des banques, l'industrie , ou le secteur des télécoms. Le gouvernement va vite rétropédaler Pour un poids encore plus lourd ... Quoi qu'on face le montre grossit.

Le problème de ce monstre qui grossit, c'est comme le monstre de la fontaine dans Kirikou ... Sauf que c'est nous que les alimentons !
1  0 
Avatar de 23JFK
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 24/06/2021 à 18:29
Apple semble étonnament protégée par rapport à Google en ce qui concerne ses pratiques anticoncurrencielles sur les Stores. Quand à Google versus Inde, les fabricants de tv sont quand même bien content d'économiser de la R&D sur la partie logicielle de leurs hardwares.
1  0