IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Banque centrale du Japon expérimente l'émission d'une monnaie numérique,
Alors que 60 % des banques centrales sont au stade de la validation des concepts, selon une étude de la BIS

Le , par Bruno

342PARTAGES

5  0 
La Banque du Japon (BoJ) a annoncé qu'elle allait étudier la faisabilité d'une monnaie numérique de la Banque centrale (CBDC). Selon le directeur exécutif de la BoJ, Shinichi Uchida, si le résultat de l’analyse des concepts est positif, la banque pourrait publier des règlements et un programme pilote impliquant des fournisseurs de services de paiement, et même des utilisateurs finaux . La première phase d'expérimentation, qui se déroulera jusqu'en mars 2022, visera donc à tester la faisabilité technique de l'émission, de la distribution et du rachat d'une monnaie numérique de banque centrale.

« La Banque du Japon a entrepris des préparatifs en vue d'expérimenter la monnaie numérique de la Banque centrale au début de l'exercice 2021. Afin de tester la faisabilité technique des fonctions et caractéristiques de base requises pour la monnaie numérique de la banque centrale. Les préparatifs nécessaires étant désormais achevés, la phase 1 de validation du concept commence aujourd'hui. Au cours de cette phase, la Banque prévoit de développer un environnement de test pour le système CBDC et de mener des expériences sur les fonctions de base qui sont essentielles à la CBDC en tant qu'instrument de paiement, telles que l'émission, la distribution, le traitement et la gestion des paiements. Cette phase se déroulera jusqu'en mars 2022, pour une durée d'un an », a indiqué la BOJ dans un communiqué.

Selon une étude de la Bank for International Settlements (BIS) ou Banque des règlements internationaux, le Pays du soleil levant est loin d'être seul dans sa quête d'une monnaie numérique : la Banque des règlements internationaux a constaté qu'environ 60 % des 60 banques centrales qu'elle a interrogées en étaient au stade de la validation de concept pour développer leurs monnaies basées sur le bit, (contre 42 % en 2019), tandis que 14 % passent à des dispositifs de développement et de pilotage. Dans le monde entier, l'intérêt pour les CBDC continue d'être façonné par les circonstances locales. Le Pays est en retard par rapport à la Chine voisine.


Plus tôt cette semaine, la Chine a annoncé la création de sa propre monnaie numérique, le yuan numérique, contrôlée par la banque centrale de Chine qui émettra la nouvelle monnaie électronique. « Afin de protéger la souveraineté de notre monnaie et son statut de monnaie légale, nous devons anticiper », a déclaré Mu Changchun, qui dirige le projet à la Banque populaire de Chine. La monnaie numérique pourrait réorganiser les fondamentaux de la finance de la même manière qu'Amazon a perturbé le commerce de détail et qu'Uber a secoué les systèmes de taxi.

Pékin met en œuvre le yuan numérique pour un usage international et le conçoit pour qu'il ne soit pas lié au système financier mondial, où le dollar américain est roi depuis la Seconde Guerre mondiale. On s'attend à ce qu'elle donne au gouvernement chinois de nouveaux outils importants pour surveiller à la fois son économie et sa population. De par sa conception, le yuan numérique annulera l'un des principaux attraits du bitcoin : l'anonymat de l'utilisateur.

La Chine prévoit également d'utiliser son yuan numérique comme un moyen d'étendre son influence mondiale en faisant un instrument pour les transactions transfrontalières. L'Empire du Milieu a commencé des tests transfrontaliers avec la Thaïlande et les EAU, ainsi qu'avec Hong Kong, dans ce qui est considéré comme un effort pour offrir une alternative au dollar américain et un moyen de contrôler les entreprises fintechs nationales. Le pays prévoit de montrer son yuan numérique aux visiteurs des Jeux olympiques d'hiver, début 2022.

L'Inde semble être d'accord avec l'intérêt de garder les monnaies numériques traçables. Plus tôt cette année, le pays a signalé son intention de créer une monnaie numérique et d'interdire les cryptomonnaies privées. Un haut responsable du gouvernement de l’Inde a déclaré que le pays prévoit de proposer une loi qui en plus d’interdire les cryptomonnaies, imposerait des amendes à toute personne effectuant des transactions dans le pays ou détenant de tels actifs numériques. Le projet de loi qui est en passe d’être l'une des lois les plus strictes au monde à l'encontre de l’économie qui sous-tend l’écosystème des cryptomonnaies, criminaliserait la possession, l'émission, le minage, le commerce et le transfert des cryptoactifs.

« Nous n'avons pas de problème avec la technologie. Il n'y a pas de mal à exploiter la technologie », a déclaré la ministre des Finances Nirmala Sitharaman, ajoutant que les mesures prises par le gouvernement seraient "calibrées" dans l'ampleur des sanctions imposées à ceux qui ne liquident pas les cryptoactifs dans le délai de grâce prévu par la loi.

Les banques centrales considèrent toujours les cryptomonnaies comme des produits de niche. Les cryptomonnaies comme le Bitcoin et l'Ethereum sont des actifs numériques émis à titre privé et dotés de leur propre unité de compte. De nombreuses cryptomonnaies ont connu une envolée de leur valeur en 2020, fidèles à leur forme d'actifs spéculatifs. Au début de l’année 2017, le bitcoin était coté à 1000 dollars. Quelques mois plus tard et plus précisément en mai 2017, la valeur de cette monnaie est passée à 2000 dollars. Durant le mois d'août 2017, le cap des 4000 dollars fut franchi et en octobre 2017, la cryptomonnaie a atteint les 5000 puis 6000 dollars.

Après avoir progressé de 170 % sur le dernier trimestre 2020 pour atteindre 29 ;000 dollars le 31 décembre, elle a encore doublé sa valeur en moins de trois mois pour franchir la barre des 60 000 dollars. Bien que l’indice de croissance du bitcoin par rapport à sa valeur d’origine fût déjà élevé, l’on était loin de se douter que les mois à venir allaient être encore plus intéressants pour cette monnaie.

La hausse du bitcoin s'est accélérée ces derniers mois avec l'adoption de la cryptomonnaie par plusieurs groupes financiers, comme les gestionnaires d'actifs BNY Mellon et BlackRock ou le géant des cartes de crédit MasterCard, et les investissements importants du constructeur de voitures électriques Tesla, du spécialiste des paiements Square ou de l'éditeur de logiciels MicroStrategy.

Michael Saylor, le fondateur de MicroStrategy, a déclaré que son entreprise avait acquis 175 millions de dollars supplémentaires en bitcoins (BTC) en un seul achat : « le 14 septembre 2020, MicroStrategy a finalisé son acquisition de 16 796 bitcoins supplémentaires pour un prix d'achat total de 175 millions de dollars. À ce jour, nous avons acheté un total de 38 250 bitcoins pour un prix total de 425 millions de dollars qui incluent les frais et dépenses ».

Cette augmentation ne s'est pas accompagnée d'un changement dans l'utilisation perçue dans les paiements. En effet, la plupart des banques centrales continuent de considérer les cryptomonnaies comme des produits de niche. Plus précisément, l'enquête a interrogé les banques centrales sur l'utilisation actuelle et prévue des cryptomonnaies pour les paiements nationaux et transfrontaliers. La majorité des réponses indiquent une utilisation insignifiante ou une utilisation par des groupes de niche, tant au niveau national que transfrontalier, en ligne avec les années précédentes.


La plupart des banques centrales étudient les monnaies numériques des banques centrales et leurs travaux se poursuivent à un rythme soutenu dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Dans l'ensemble, les banques centrales passent de la recherche conceptuelle à l'expérimentation pratique. Dans les économies de marché émergentes et en développement, où les banques centrales font état de motivations relativement plus fortes, les objectifs d'inclusion financière et d'efficacité des paiements sont à l'origine des travaux de l'activité générale des CBDC.

L’enquête menée par la Banque des règlements internationaux a également révélé qu'au cours de l'année 2020, 86 % des banques centrales interrogées étudient actuellement les avantages et les inconvénients des CBDC. Au cours des derniers mois, les principales banques centrales ont publié une multitude d'évaluations approfondies sur des questions de politique générale qui s'y rapportent et ont testé divers modèles. Dans un discours prononcé à la fin du mois de mars, Uchida a déclaré que l'institution qu'il dirige n'envisageait pas actuellement d'émettre des CBDC, mais qu'il était important que la technologie soit prête.

Sources : BoJ, BIS

Et vous ?

Quel est votre avis sur les monnaies numériques ?

Pensez-vous qu'une révolution des monnaies numériques est possible ?

Quels commentaires faites-vous de l'adoption des monnaies numériques par les banques centrales ?

Voir aussi :

La Chine crée sa propre monnaie numérique, une première pour une grande économie, elle permet à Pékin de disposer d'une monnaie qui ne soit pas liée au système financier mondial

L'Inde voudrait interdire les cryptomonnaies et pénaliser les mineurs et les négociants, dans un projet de loi

Dollar numérique, une cryptomonnaie des États-Unis pour faire face au confinement et stimuler l'économie, selon un projet de loi US

La Chine lance son premier test grand public de la monnaie numérique en offrant 10 millions de yuans numériques à 50 000 habitants de Shenzen, dans le but de stimuler leur utilisation

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 11:41
Citation Envoyé par Bruno Voir le message

La monnaie numérique semble également être un outil de surveillance pour le gouvernement chinois. Elle peut être utilisée pour suivre les dépenses des Chinois en temps réel[...] ou signaler les activités criminelles. Grâce à elle, Pékin pourrait acquérir de nouveaux pouvoirs considérables pour renforcer le régime autoritaire du président Xi Jinping.

Le yuan numérique est programmable. Pékin a testé les dates d'expiration pour encourager les utilisateurs à dépenser rapidement, lorsque l'économie a besoin d'un coup de pouce. Il est également possible de la tracer, ce qui ajoute un nouvel outil à la surveillance étroite de l'État chinois.
Le pire des deux monde, une monnaie centralisée numérique...
3  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 11:47
Citation Envoyé par anykeyh Voir le message
Une monnaie avec une date d'expiration... Je pense que j'ai tout dis là.

Le peuple est fait pour consommer, surtout ne pas le laisser s'enrichir.
Techniquement, la monnaie est un outils d'échange, elle n'est pas sensé servir à être entassée dans un coffre ou sur un compte pour jouer à qui à la plus grosse.

La seule chose que cette date d'expiration va impliquer, c'est que les chinois achéterons du tangible stockable et revendable en attente de gros achat qui seraient supérieurs à la date d'expiration. Les particuliers chinois, bientôt premier acheteurs d'or mondiaux ? ^^ Ce serait une numérisation de l'économie trés trés réussie
3  1 
Avatar de emilie77
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 11:47
En Italie depuis une semaine differente banque vont te fermer le compte bancaire si tu as plus de 100k euro.
Vu les taux negatif a niveau UE, le compte bancaire vas lui couter trop cher
1  0 
Avatar de TotoParis
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 14:42
Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
Techniquement, la monnaie est un outils d'échange, elle n'est pas sensé servir à être entassée dans un coffre ou sur un compte pour jouer à qui à la plus grosse.

La seule chose que cette date d'expiration va impliquer, c'est que les chinois achéterons du tangible stockable et revendable en attente de gros achat qui seraient supérieurs à la date d'expiration. Les particuliers chinois, bientôt premier acheteurs d'or mondiaux ? ^^ Ce serait une numérisation de l'économie trés trés réussie
En effet, mais "techniquement" si la monnaie est un outil d'échange, c'est aussi une réserve de valeur.
A savoir que l'on peut très bien accumuler en vue d'une dépense future, sans pour autant utiliser un
produit d'épargne, car avec des taux d'intérêt proche de 0, c'est inutile. Pire, avoir une date d'expiration
sur une monnaie est une aberration voire une folie douce, dans la mesure où plus personne ne pourra faire
face à un coup dur (grosse panne de voiture, problème de santé et donc baisse de revenus : là l'épargne
de précaution est très bienvenue). Question : la monnaie des membres du Parti Communiste sera-t'elle soumise
à ces dates de péremption ? Quid de l'impact économique de la perte de monnaie à cause de cette date de
péremption : cela revient tout simplement à détruire de la monnaie.
Pire : quels impacts écologiques sur le système de production ? A l'heure où la pollution devient difficile à supporter
et les ressources naturelles commencent à manquer, quel est l'avenir d'un système économique basé sur une telle
monnaie ?

Ces Chinois sont de vraies saloperies : https://www.amnesty.org/fr/latest/ne...ed-confession/
1  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 14:45
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
En Italie depuis une semaine differente banque vont te fermer le compte bancaire si tu as plus de 100k euro.
Vu les taux negatif a niveau UE, le compte bancaire vas lui couter trop cher
Que vont faire les italiens, placer leur argent en Angleterre ou en Norvège ?
0  0 
Avatar de TotoParis
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 14:47
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
En Italie depuis une semaine differente banque vont te fermer le compte bancaire si tu as plus de 100k euro.
Vu les taux negatif a niveau UE, le compte bancaire vas lui couter trop cher
Avez-vous des sources dans la Presse, même en italien ?
0  0 
Avatar de Jiji66
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 20:48
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Avez-vous des sources dans la Presse, même en italien ?
Pour ceux qui ont des doutes; les banques ne sont pas nos amis....
https://www.bresciatoday.it/attualit...ti-chiusi.html
Le Bitcoin au moins elles ne peuvent pas y toucher
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/04/2021 à 8:31
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
En Italie depuis une semaine differente banque vont te fermer le compte bancaire si tu as plus de 100k euro.
Je ne crois pas que ce soit exactement ça.
Il existe une règle de l'UE qui autorise les banques en faillite à prélever de l'argent sur les comptes qui ont plus de 100 000€.

Les banques peuvent-elles vraiment vous piquer votre argent en cas de faillite ?
En cas de faillite, les banques ont la possibilité de ponctionner les dépôts de leurs clients aisés, au-delà de 100.000 euros. Focus sur ces règles qui ont récemment été harmonisées au sein de l'Union européenne.
Des banques qui se renflouent grâce à l'argent de leurs clients : un scénario a priori improbable, mais qui est pourtant déjà arrivé en 2013 à Chypre. Les autorités avaient en effet créé la sensation en faisant participer les gros épargnants, détenant plus de 100.000 euros, au sauvetage des banques du pays.
La limite va progressivement baisser, peu de gens ont 100 000 euros sur leur comptes. (de toute façon les riches font de l'évasion fiscale, ils ont des sociétés écrans dans des paradis fiscaux ou ce genre de chose)

Il y a plusieurs grandes banques qui se portent extrêmement mal depuis des années, elles sont au bord de la faillite, elle survient en magouillant de tous les côtés, mais ça ne va pas tenir éternellement.
Même les banques centrales font n'importe quoi :
La BCE étudie un projet de "bad bank" pour liquider les prêts non remboursés
La Banque centrale européenne (BCE) prépare une structure de défaisance pour y transférer des centaines de milliards d’euros de prêts qui risquent de ne pas être remboursés en raison de la crise du coronavirus.
Wirecard et Greensill, deux faillites qui jettent une ombre sur les fintech
Des banques secouées par la plus grande faillite d'un "hedge fund" en plus de 20 ans
BNP Paribas, Credit Suisse et Deutsche bank plongent en Bourse après les déboires d’un fonds spéculatif

Le monde de la finance fait n'importe quoi et nous allons le payer. Ça va faire très mal.
0  0 
Avatar de Jiji66
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/04/2021 à 9:06
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je ne crois pas que ce soit exactement ça...........
C'est exactement ça, des banques Italiennes ferment les comptes des clients qui ont plus de 100k€.
https://www.bresciatoday.it/attualit...ti-chiusi.html

La raison est que la banque paye les intérêts négatifs sur ces comptes. Comme dans la réalité elles n'ont pas les liquidités qui sont inscrites sur ces comptes, elles préfèrent les fermer unilatéralement; comme la loi Italienne le permet.
0  0