IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Parler affirme qu'il est de retour sans la "Big Tech" après avoir été viré d'Amazon Web Services,
Et avoir passé plus d'un mois hors service

Le , par Stan Adkens

488PARTAGES

13  0 
Le réseau social Parler, très prisé des partisans de l’ex-président américain Donald Trump, a annoncé lundi qu’il était de nouveau partiellement opérationnel, plus d’un mois après sa mise hors service par les géants de la technologie. Le réseau social controversé affirme qu'il ne dépend plus de la "Big Tech" pour son infrastructure Web. Parler, qui se dit dédié à la liberté d’expression, mais a été accusé de véhiculer des incitations à la violence d’une partie de l’extrême droite américaine, avait dû être interrompu après les violences au Capitole le 6 janvier.

Le réseau social alternatif Parler a rouvert après un mois d'interruption. La société a annoncé dans un communiqué de presse que le site est désormais accessible aux utilisateurs ayant déjà un compte et qu'elle acceptera de nouvelles inscriptions à partir de la semaine prochaine. Elle a également annoncé la nomination d'un nouveau PDG par intérim : Mark Meckler, qui a précédemment cofondé en 2009 le groupe de droite Tea Party Patriots. Cette relance intervient après la suspension par des services partenaires à la suite de l'attaque du Capitole américain en janvier dernier, en raison de menaces violentes sur la plateforme.


Dans un post sur le compte réseau social de l’application, les propriétaires de l'application ont écrit : « Nous ne serons pas supprimés ». Ce retour a été salué par de nombreuses voix de droite et même par des législateurs. Selon les responsables, le lancement de leur plateforme « vise à la remettre en ligne pour ses utilisateurs actuels seulement dans la première semaine, les nouveaux utilisateurs pouvant s'inscrire dès la semaine suivante ».

Les anciens comptes d'utilisateurs de Parler ont été restaurés, mais les anciens "parleys" – le terme de la plateforme pour désigner les messages – ne semblent pas avoir été conservés. Certains utilisateurs très connus, comme l'animateur de Fox News, Sean Hannity, auraient déjà commencé à poster sur le nouveau site. Le site n'était pas, non plus, pleinement fonctionnel lundi, et certains utilisateurs ont signalé des problèmes techniques alors qu'ils essayaient de se connecter et d'actualiser les flux. La messagerie privée aurait été désactivée, mais les grandes lignes du site étaient en ligne.

« Nous allons devoir faire face à des difficultés pendant les deux prochains jours. Nous avons effectué une tonne de travail en amont au cours des deux dernières semaines », a déclaré Alexander Blair, directeur technique de Parler, sur le site lundi matin. Une chose est certaine, la plateforme a maintenant été relancée avec ce qu'un communiqué de presse appelle « une technologie robuste, durable et indépendante ».

« Parler a été construit pour offrir une plateforme de médias sociaux qui protège la liberté d'expression et valorise la vie privée et le discours civil », a déclaré Mark Meckler, PDG par intérim de Parler.

« Lorsque Parler a été mis hors ligne en janvier par ceux qui souhaitent faire taire des dizaines de millions d'Américains, notre équipe s'est réunie, déterminée à tenir la promesse faite à notre communauté très engagée que nous reviendrions plus forts que jamais. Nous sommes ravis d'accueillir à nouveau tout le monde ».

« Parler est dirigé par une équipe expérimentée et est ici pour rester. Nous nous épanouirons en tant que première plateforme de médias sociaux dédiée à la liberté d'expression, au respect de la vie privée et au dialogue civil ».


Parler, qui a déclaré avoir plus de 12 millions d'utilisateurs lorsqu'il a été mis hors ligne, est devenu particulièrement populaire auprès des partisans de Trump l'année dernière et est apparu comme un lieu commun pour discuter des accusations de fraude électorale sans fondement après la défaite de Trump aux élections de novembre 2020. Le point de basculement pour beaucoup de ses partenaires pour retirer le soutien technique est venu après l'attaque du 6 janvier sur le Capitole américain, quand les utilisateurs sur Parler ont glorifié l'émeute.

Amazon a refusé de continuer à fournir ses services d’hébergement Cloud au site après que le géant de la technologie ait déterminé que Parler n'en faisait pas assez pour modérer et supprimer les incitations à la violence. Parler a été coupé en raison de son « manque de volonté et de son incapacité à retirer des serveurs d'Amazon Web Services les contenus qui menacent la sécurité publique, par exemple, l'incitation et la planification du viol, de la torture et de l'assassinat de fonctionnaires et de citoyens », a déclaré Amazon dans une requête le mois dernier.

L'application avait également été retirée de l'App Store d'Apple et du Play Store de Google, rendant le téléchargement de l'application sur les smartphones impossible pour les nouveaux utilisateurs. Le site Web basé sur un navigateur, qui affiche quelques messages qui datent de janvier, n'est toujours pas pleinement opérationnel.

Un nouvel hébergeur Web pour le réseau social

Parler semble utiliser une société d'hébergement Cloud basée à Los Angeles, SkySilk, pour revenir en ligne. Des hackers sur Twitter, dont l'utilisateur qui a orchestré un archivage à grande échelle des données publiques de Parler alors qu'il tombait hors ligne, ont identifié SkySilk comme étant l'hébergeur. John Jackson, fondateur du groupe de hacking Sakura Samurai, a confirmé que l'empreinte technique pointait vers SkySilk via les archives publiques.

Le PDG de SkySilk, Kevin Matossian, a « confirmé à NPR que la société fournit des services d'hébergement Web à Parler », selon le journaliste de NPR Bobby Allyn.


Le mois dernier, Parler.com a transféré son domaine à Epik, un bureau d'enregistrement de domaine qui fournit également un service à Gab, qui est décrit comme refuge pour le contenu antisémite. À un moment donné le mois dernier, Parler utilisait les services de la société russe DDoS-Guard, mais apparemment ce n'est plus le cas. Par ailleurs, l’espace Internet que DdoS-Guard avait attribué à Parler est menacé de lui être confisqué ce mois.

Le conseil d'administration du réseau social, qui comprend l'investisseur et mégadonatrice républicaine milliardaire Rebekah Mercer, a licencié en début février le directeur général et cofondateur John Matze. Matze a déclaré qu'il avait plaidé pour que Parler adopte une modération plus automatisée, que les grands sites de médias sociaux utilisent avec des modérateurs humains pour faire appliquer leurs politiques. Parler est maintenant dirigé par un directeur général par intérim. La société « recherche actuellement un PDG permanent » qui remplacera Meckler.

Parler toujours sous le coup d’une enquête du Congrès

Parler se décrit comme politiquement indépendant, mais le site, peu modéré, est devenu populaire auprès des utilisateurs conservateurs qui ont été soit bannis des grands sites, soit en désaccord avec les politiques de vérification des faits et de modération de plateformes comme Twitter et Facebook. Après avoir été hors service pendant plus d’un mois, les utilisateurs peuvent à nouveau publier des "parleys" sur leur réseau préféré.

Cependant, Parler reste dans une position incertaine. Apple et Google n'ont pas rétabli son application dans leurs magasins en ligne, et il est toujours en train de se battre dans un procès en cours contre Amazon, où un juge a semblé peu sympathique à ses revendications. Le site utilisait également la version gratuite de la plateforme d'authentification des utilisateurs Okta, avant de voir son service annulé. « Bien que nous soutenions des organisations de tout le spectre politique, notre plateforme ne sera pas utilisée pour des menaces de violence et d'activités illégales », a déclaré Okta à l'époque.

Une commission de surveillance du Congrès enquête également pour savoir si Parler a des liens financiers avec des entités russes, affirmant que le réseau social « a permis à la désinformation russe de prospérer » avant les élections américaines de 2020. La commission de surveillance et de réforme de la Chambre des représentants examine également un rapport de BuzzFeed selon lequel Parler a offert à Donald Trump, alors qu’il était encore président, une participation de 40 % en échange d’une utilisation exclusive de la plateforme. Les négociations « ont finalement déraillé à cause des événements du 6 janvier », selon ce rapport. La présidente de la commission de surveillance, Carolyn Maloney, a demandé des documents sur le financement et les opérations de Parler.

Sources : Parler, Tweet

Et vous ?

Que pensez-vous du retour de Parler ?
Que va-t-il se passer pour le réseau social dont l’application mobile est toujours interdite des app stores ?
« Parler est dirigé par une équipe expérimentée et est ici pour rester », d’après le PDG par intérim. Et vous, pensez-vous que c’est un nouveau départ sans interruption pour la plateforme ?

Voir aussi :

Parler poursuit Amazon, alléguant des violations de la législation antitrust, après que le géant du e-commerce a interdit l'application de médias sociaux d'extrême droite d'AWS
L'espace Internet occupé par Parler confisqué à DdoS-Guard, son nouvel hébergeur Web, la société ne respectant pas les politiques du registre Internet régional LACNIC
Le PDG du réseau social Parler dit qu'il a été licencié par le conseil d'administration de la société, après qu'il a rencontré une résistance à sa « forte conviction en la liberté d'expression »
Tim Cook défend la suspension de l'application Parler : « Nous ne considérons pas cela comme de la liberté d'expression ». Parler reviendra sur l'App Store « s'ils reprennent leur modération »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/04/2021 à 16:33
J'irais même plus loin : ils soutiennent tout ce qui leur fait du Traffic. Les émeutes du capitole ont été particulièrement juteuses en terme de Traffic. Je ne doute pas qu'un équivalent bolchévique subirait le même sort : on laisse faire parce que c'est bon pour le business.
6  1 
Avatar de Claude40
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 01/05/2021 à 8:13
J’ai écrit un jour sur ce forum que les réseaux sociaux étaient « la nouvelle arme de destruction massive », et cela en a fait sourire plus d’un !
A supposer que l'entreprise ait vraiement l'intention de contrôler, même une armée de développeurs et modérateurs sera impuissante au final, car elle agira toujours après coup, avec systématiquement un ou deux temps de retard.
6  1 
Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/02/2021 à 12:30
Bonjour,

[QUOTE=Saverok;11684638Twitter n'est pas reconnu comme un service public.
Ni aux USA ni ailleurs.
Twitter reste une entreprise privé qui possèdent ses conditions d'utilisation et est en droit de bannir qui elle veut.[/QUOTE]

Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Il y a des rumeurs qu'il est en train de créer une alternative à Twitter et Facebook.
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Bonne chance à eux, le succès n'est pas garanti.
Mais ça pourrait marcher, il y a probablement plein de gens qui sont fatigué de l'idéologie promu par Twitter et Facebook.
Si l'on ne veut pas / plus de sujet politique / religion sur Facebook , Twitter et Youtube je suis pour ... A la base ces réseaux sociaux ont été pensé pour le domaine de la culture et du loisir . Pas de la politique ni de la religion.

Qu'on crée des Facebook , Twitter et Youtube ou l'on peut débattre politique et / ou religion , à l'image des sites pour le "grand débat" je suis pour . Cela pourra en calmer certains ... Dans le temps il y avait les forums très populaire dans les années 2000.
3  0 
Avatar de T3TR4
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 16:25
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ouais c'est vrai que les histoires de licenciements c'est pas cool.

Par contre pour le harcèlement c'est simple, tu peux bloquer, signaler, ignorer. De toute façon rien ne t'oblige à utiliser un réseau social.
Bien avant les réseaux sociaux il y avait déjà des adolescents qui se suicidaient parce qu'ils étaient harcelés, rien de neuf sous le soleil…

Non, mais ça a aidé le mouvement des gilets jaunes et ça c'est cool

Un autre truc chouette sur les réseaux sociaux, c'est que quand une personne au pouvoir s'exprime, tout le monde peut aller se foutre de sa gueule et c'est primordial dans une démocratie de critiquer le pouvoir en place, c'est presque un devoir. (c'est le jeu, les politiciens font des promesses et n'en tiennent aucune quand ils sont au pouvoir, en contrepartie le peuple se moque de ceux qui le gouvernent)

Par exemple le compte Twitter d'Emmanuel Macron publie le message : "Vacciner, vacciner, vacciner."
https://twitter.com/EmmanuelMacron/s...36062230597632
Tout le monde se fout de gueule et c'est très sain comme réaction.
Ça doit être bien de vivre avec des lunettes roses comme toi, la vie doit te sembler paisible...

J'ai vécu le harcèlement, avant même les réseaux sociaux, je connais bien, et mieux je l'ai vécu aussi pendant. Je peux t'assurer que celui là est plus insidieux, parce que tu ne sais pas d'où ça vient. Pire encore, grâce à ces réseaux sociaux, on te créé un faux profil et on te fait vivre virtuellement. La sensation d'être une marionnette entre les doigts d'autres personnes te déshumanise, et c'est ce que les réseaux font, en réalité.

Prend un cas simple : discute avec une personne dans la rue, puis discute avec une autre personne (avec le même ressenti affectif, donc prend un inconnu dans la rue pour avoir deux bases neutres) sur internet. Tu t'apercevras vite qu'à la fin de la journée, le ressenti n'est pas le même. L'un est déshumanisé, pas de visage, pas de nom, et tout aussi intéressante que soit la conversation, tu resteras sur une sorte de mysticisme cérébrale, alors qu'avec la personne dans la rue, ton coté social aura repris le dessus, et à la fin de ta journée, cette expérience sociale s'infusera en toi, justement en tant qu'expérience vécue.

Oui, la satyre est importante, ce n'est pas mon propos encore une fois, oui, le rassemblement et l'union, la conscience politique émergente (puisque disparue après 1980, peu ou proue quand les français se sont rendu compte que Mitterrand, c'était la droite de la gauche..), tout ça c'est hyper important, mais il faut impérativement faire comprendre aux gens que le virtuel, c'est pas une extension du monde. C'est un peu une sorte de multivers, un univers parallèle ou tout peut être dupliqué, et presque à l'infini (tant qu'on peut produire de l'électricité)...

En parlant d'électricité...



A gauche, tu as le monde réel et internet comme les gens le voient habituellement. C'est à dire qu'Internet est une continuité du monde et que dans l'esprit des gens, Internet ne fonctionne pas sans eux.

A droite, tu as le monde réel et internet comme il est actuellement, c'est à dire que tant qu'il y a une source d'alimentation, Internet peut vivre sans le monde réel.

Et ça, c'est un vrai problème éthique, moral et un domaine sur lequel il faut se pencher d'urgence.

Citation Envoyé par pemmore Voir le message
avaler tous les bobards possibles parce qu'un gros malin à envoyé ça sur internet et ensuite accuser internet, ces gens qui ont participé à cette émeute stupide doivent être mis en éxamen et directos la prison, fallait réfléchir avant et réaliser que c'étaient des mensonges inspirés de mr Trump du même acabit que napoléon, ,robespierre/danton, thiers, Clemenceau, Hitler, pétain et autres dictateurs élus les mains pleines de sang.
Ces 7 criminels d'état n'ont pas eu besoin de Twitter pour faire leurs sanies. Le mal parler est consécutif de l'espèce humaine, le mal entendre aussi
Vous allez me dire oui mais (l'un des 7)! Ben non, être un homme d'état n'autorise pas à sous-traiter le crime et de s'en laver les mains, alors Trump: petit bras! 8ème?
Oui, je suis d'accord avec toi, et en même temps, s'il n'y avait pas ces vecteurs-poisons, probablement que cela n'aurait jamais existé...
3  0 
Avatar de lololapile
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/05/2021 à 21:34
Je suis bien sûr opposé à l'incitation à la violence ou à la haine. Ce qui m'inquiète beaucoup plus c'est la censure que les réseaux sociaux (Youtube par exemple) mettent en place. Si vous voulez critiquer l'action gouvernementale sur la pandémie ou livrer votre propre analyse sur les traitements anti-covid vous êtes immédiatement censurés. Je trouve cela complètement anti-démocratique et très inquiétant pour l'avenir de notre société. Nous nous acheminons progressivement vers une dictature où seul le gouvernement peut s'exprimer.
4  1 
Avatar de sergio_is_back
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/02/2021 à 9:08
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Nul doute qu'avec le temps, l'Histoire ne fera qu'accabler toujours davantage l'attitude de Donald Trump durant la fin de son mandat.

Son incompétence mise à nu lorsque le Coronavirus a commencé à déferler sur l'Amérique, alors que l'Asie et l'Europe y étaient déjà confrontés plusieurs semaines voire mois. Il ne pouvait pas dire qu'il ne savait pas.

Son irresponsabilité, en ignorant (en étant le plus indulgent possible) que ses propos ne pouvaient qu'amener certains esprits crédules et désespérés à utiliser la violence. L'attaque du Capitole est la conséquence directe de son discours

Sa malhonnêteté lorsqu'il a tenté d'infléchir des officiels de Georgie de falsifier les résultats des élections de cet état. Et rien ne dit que Trump n'ai pas tenté la même chose pour d'autres états.

Sa corruption où le cabinet, les conseillers qui l'entourent font partie soit de sa famille directement, soit de ses obligés. Le népotisme et le copinage est la marque de fabrique de ce Président. Et que dire des grâces présidentielles très controversées.

Messieurs qui intervenaient sur ce forum où nous privilégions la technique, les faits, où nous tentons de résister aux thèses toutes faites et privilégions l'esprit critique, qu'on soit de "droite" ou de "gauche", comment trouver quelque chose pour sauver ce sinistre personnage ? Je ne comprends pas.
Moi je comprend, où du moins j'ai mon explication, même si elle est peut être en partie fausse :

Les politiques (qu'ils soient américains ou français d'ailleurs...) ne sont que le reflet de la société dans laquelle ils évoluent...
2  0 
Avatar de fmartini
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 22/02/2021 à 10:49
Cette fois-ci, Parler semble avoir banni son co-fondateur et ancien PDG
La fameuse "liberté d'expression". Parler ne vaut pas mieux que Twitter qui est tant décrié finalement. Il faut comme d'habitude, être du même bord politique, du même avis et surtout dans le même camp que les principaux actionnaires.

Je ne donne absolument pas raison à Twitter pour autant. C'est le système actuel qui veut que les choses se passent de cette manière. C'est un peu ça que je dénonce.
2  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 22/02/2021 à 11:14
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
La liberté n'étant pas finalement là où on le croit.
La liberté implique d'être bornée et d'avoir des règles / lois pour garantir un espace et un respect de chacun.
Une "liberté" sans fois ni loi se nomme anarchie.
2  0 
Avatar de T3TR4
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 03/04/2021 à 12:51
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Sur Twitter et Facebook il y a beaucoup de modération. Des sanctions peuvent tomber facilement.
Il existe des procédures, il y a des lois qui te protègent, elles fonctionnent dans le monde réel comme sur internet.
Et d'ailleurs c'est beaucoup plus simple de prouver ce qui t'es arrivé sur internet, puisque si il y a une enquête les sites vont collaborer avec la police. (sur internet tu laisses une trace, on peut retrouver les messages)
Bon après c'est chiant, il faut peut-être trouver un avocat, faire un procès, c'est l'enfer, ça coute cher, ça prend du temps. Mais en principe il y a une justice et elle doit être capable de faire quelque chose dans ces cas là.

Il est possible de masquer les gens qui tiennent des propos qui ne nous intéressent pas. Donc il y a moyen d'éviter l'harcèlement, en ignorant. Si il y a une réponse, ça peut escalader très vite, donc il ne vaut mieux pas répondre.
Tu sais, essaie de porter plainte pour harcèlement sur internet, ou pour n'importe quoi qui s'est passé sur internet. Les plaintes n'aboutissent que très rarement. (et là encore, j'en ai posé deux, la première pour harcèlement, les flics m'ont dissuadé de poursuivre parce que le procureur était mal formé sur le sujet et que c'était finalement pas si grave parce que y'avait déjà plusieurs années, et la seconde c'était il y a quelques mois pour une usurpation d'identité, avec les preuves, communications, bref c'était vraiment facile à voir. On a pris ma déposition mais on a refusé les communications que j'ai eu avec la personne qui a usurpé mon identité alors que tout ça le prouvait.)

Les lois ne protègent rien du tout, au mieux, elles sont là pour condamner, trop tard, parce que nos magistrats ne sont pas formés à l'informatique. Ils ignorent un bon nombre de procédés techniques, par exemple, et quand on leur sert une bonne histoire, ils finissent par s'y plier.
2  0 
Avatar de byrautor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/04/2021 à 18:29
Que faire de cet embrouillamini "d'informations" ; c'est la pagaille mentale.
2  0