IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX commence à accepter des précommandes de 99 $ pour son service Internet Starlink,
Tandis que des FAI trouvent que l'offre sera trop lente pour satisfaire aux exigences du financement de la FCC

Le , par Stan Adkens

447PARTAGES

4  0 
SpaceX a élargi la portée du test bêta public de son service Internet par satellite Starlink. Maintenant, la société d’Elon Musk a commencé à accepter des précommandes pour son Internet haut débit, demandant un dépôt de 99 dollars pour un service qui serait disponible au cours du second semestre de cette année. Les précommandes sont disponibles au même prix que celui pratiqué dans la version bêta en cours, qui est limitée à certaines régions du nord des États-Unis et du sud du Canada. Par ailleurs, le service sera d'abord offert à ceux qui auront précommandé aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni.

Si vous voulez passer une précommande pour l’Internet Starlink, vous devez vous rendre sur le site Web du service et entrer votre adresse de courriel et votre adresse de service. Le coût total est de 499 $ pour le matériel, 50 $ pour les frais d'expédition et de manutention, et 99 $ pour le service mensuel, plus la taxe. Mais pour l’ordre de précommande, Starlink exige des utilisateurs potentiels de Starlink la somme de 99 $.


Lors de la précommande, le site Web indique que « Starlink vise une couverture dans votre région entre le milieu et la fin de 2021 ». « La disponibilité est limitée. Les commandes seront exécutées selon le principe du premier arrivé, premier servi. Vous recevrez une notification dès que votre Starlink sera prêt à être expédié ». Le délai, "du milieu à fin 2021", serait le même pour les adresses en Arizona, Californie, Illinois, Massachusetts, Caroline du Nord, Texas, Virginie et dans l'État de Washington. Mais un rapport de CNBC indique que les précommandes pour certaines régions seront plutôt disponibles en 2022.

Les 99 dollars dus lors de la précommande sont entièrement remboursables, et « vous pouvez demander le remboursement de votre dépôt en vous connectant au portail de compte client et en demandant un remboursement », indique le site Web. Malheureusement, le fait de passer une précommande ne garantit pas que vous obtiendrez Starlink. « Selon le lieu, certaines commandes peuvent prendre 6 mois ou plus pour être exécutées. Le fait de verser un acompte ne garantit pas le service », indique le système de précommande.

Vous recevrez le message ci-dessous si vous réussissez à passer une commande :


Starlink est l'ambitieux projet de SpaceX visant à construire un réseau Internet interconnecté avec des milliers de satellites conçus pour fournir l'Internet à haut débit aux consommateurs partout sur la planète. Il y a deux ans, la Commission fédérale des communications (FCC) a approuvé le lancement de 11 943 satellites par SpaceX. L'entreprise, qui espère déployer 4 425 satellites en orbite d'ici 2024, a lancé plus de 1 000 satellites Starlink et prévoit de construire et de déployer des versions encore plus avancées de ses satellites. SpaceX a révélé dans un dépôt de la FCC la semaine dernière que Starlink a « plus de 10 000 utilisateurs aux États-Unis et à l'étranger » en environ trois mois depuis le début du test bêta public.

Tous les potentiels utilisateurs ne pourront pas s’enregistrer actuellement pour la précommande. SpaceX fixe des limites au nombre de personnes pouvant s'inscrire dans chaque zone géographique, ce qui devrait garantir une capacité suffisante pour chaque client. « Starlink est actuellement disponible pour un nombre limité d'utilisateurs par zone de couverture », indique le site de commande. « Si le service n'est pas actuellement disponible dans votre zone, vous pouvez verser un dépôt pour garder votre place en ligne pour un service futur »,a dit la société dans un courriel envoyé aux personnes qui avaient précédemment manifesté leur intérêt pour le service.

Mais jusqu’à ce que les premières précommandes soient livrées plus tard cette année, SpaceX pourrait être prêt pour étendre le service. La société semble augmenter le nombre de créneaux dans la version bêta en cours.

Le PDG Elon Musk s'attend à une introduction en bourse de Starlink

Le courriel de SpaceX répétait les indications précédentes de SpaceX concernant la version bêta, à savoir que « les utilisateurs peuvent s'attendre à voir les débits de données varier de 50 à 150 Mbps et la latence de 20 à 40 ms dans la plupart des endroits au cours des prochains mois, à mesure que nous améliorons le système Starlink. Il y aura également de brèves périodes d'absence totale de connectivité ». On peut supposer que le service sera plus rapide et plus fiable une fois qu'il sera mis à la disposition des personnes qui soumettent des précommandes.

Elon Musk a répété les déclarations précédentes selon lesquelles la société prévoit de se séparer de Starlink et de l’introduire en bourse, en se fixant un objectif quant au moment où le service serait prêt pour une offre publique initiale. « SpaceX doit passer par un profond gouffre de flux de trésorerie négatif au cours de l'année prochaine environ pour rendre Starlink financièrement viable », a déclaré Musk dans un récent tweet. « Chaque nouvelle constellation de satellites dans l'histoire a fait faillite. Nous espérons être les premiers à ne pas l'être ».

« Une fois que nous pourrons prédire les flux de trésorerie raisonnablement bien, Starlink sera introduit en bourse », a déclaré Musk dans un autre tweet.


Les déclarations de Musk font écho à celles de la COO de SpaceX, Gwynne Shotwell, au début de l'année dernière. Elle a déclaré à l'époque que « Starlink est le bon type d'entreprise que nous pouvons introduire en bourse ». Si SpaceX peut surmonter les défis technologiques liés à la construction et à la distribution du service, l'entreprise est optimiste quant à sa demande et ses revenus potentiels. Musk en 2019 a déclaré aux journalistes que Starlink pourrait rapporter 30 milliards de dollars par an - soit environ 10 fois le revenu annuel le plus élevé que SpaceX attend de son activité principale de fusée.

Des groupes des télécommunications mettent en doute la capacité de Starlink et s’opposent au financement du haut débit de SpaceX par la FCC

SpaceX a été l'un des principaux gagnants de la vente aux enchères du programme Rural Digital Opportunity Fund (RDOF), dont les résultats ont été publiés en décembre dernier. L’opérateur des "smallsats" va obtenir près de 900 millions de dollars de financement de la FCC pour fournir le haut débit Starlink à 642 925 foyers et entreprises ruraux dans 35 États. Mais des groupes de l'industrie du haut débit s'opposent à cette offre, dont deux affirmant que Starlink connaîtra un déficit de capacité en 2028, date à laquelle le service par satellite pourrait devoir respecter une échéance importante fixée par la FCC pour son déploiement.

La Fiber Broadband Association (FBA) et la Rural Broadband Association (NTCA) demandent à la FCC d'examiner attentivement si le service à large bande Starlink de SpaceX devrait recevoir ces fonds. Le financement de SpaceX et d'autres fournisseurs d'accès Internet ne sera pas finalisé avant que la FCC n'examine leurs demandes détaillées, qui ont été soumises après la vente aux enchères inversée. Si son financement obtient l'approbation finale, SpaceX devra fournir des vitesses de 100 Mbps en émission et de 20 Mbps en réception à 642 925 sites pour respecter son engagement envers la FCC.

La NTCA représente 850 petits opérateurs de télécommunications, tandis que la FBA représente un mélange de fournisseurs d'accès Internet, de municipalités et de vendeurs qui vendent des équipements et des services aux fournisseurs d'accès Internet. La demande des deux groupes survient quelques jours après que des groupes de lobby pour les coopératives électriques qui fournissent du haut débit aient déclaré à la FCC que la technologie des satellites en orbite basse (LEO) de SpaceX est expérimentale et non prouvée, et qu'elle ne devrait pas recevoir de financement.

La FCC n'acceptera pas nécessairement les affirmations des groupes. Prévoir un manque de capacité sept ans à l'avance est délicat, et les groupes qui ont commandé l'étude ont tout intérêt à empêcher SpaceX d'obtenir un financement. L'argent qui n'est pas distribué à SpaceX pourrait être donné à d'autres fournisseurs d'accès à Internet. Les 885,51 millions de dollars versés à SpaceX représentent une grande partie des 9,2 milliards de dollars accordés à 180 entités dans tout le pays pour étendre les réseaux à 5,2 millions de foyers et d'entreprises.

56 % des abonnés des zones financées par la FCC « connaîtront une dégradation du service »

Pour analyser si SpaceX peut parvenir aux objectifs du programme RDOF, la FBA et la NTCA ont engagé le cabinet de conseil Cartesian, qui a fait l’analyse suivante : "(a) SpaceX a fourni publiquement des informations limitées sur son réseau et ses capacités de performance ; (b) les plans de réseau et les capacités de performance de SpaceX continuent à évoluer ; et (c) les actions de la Commission dans les procédures en cours et futures pourraient faire évoluer davantage les plans de SpaceX".

Selon les dossiers du groupe de pression, cette analyse est basée « sur les meilleures informations disponibles publiquement et sur des hypothèses prudentes en ce qui concerne des facteurs tels que la demande », mais la FBA et la NTCA ont reconnu que « les informations fournies confidentiellement par SpaceX par le biais du processus de formulaire long peuvent fournir des éléments supplémentaires et donner des résultats différents ». Avec ces réserves, le rapport de Cartesian prédit qu'en 2028, 56 % des abonnés des zones financées par la FCC de SpaceX « connaîtront une dégradation du service » en raison de la congestion. Cartésien a choisi 2028 parce que c'est à cette date qu'un délai de six ans pour déployer tout le haut débit nécessaire risque de passer.


« Davantage de sites seront touchés si l'utilisation de la RDOF est plus élevée, ou si SpaceX lance moins de satellites d'ici 2028 », poursuit le rapport. « Le service RDOF pourrait être nettement plus mauvais si la capacité de Starlink est allouée à des cas d'utilisation non RDOF ». Cartesian a déclaré que son « modèle suppose que Starlink est en mesure d'atteindre son objectif de 12 000 satellites avant la date d'achèvement du RDOF obligatoire » et que « la capacité de débit d'un seul satellite est fixée à 20 Gbps par les déclarations publiques précédentes de SpaceX ».

Pour prédire la capacité requise par abonné, Cartésien a déclaré qu'il s'était inspiré « des estimations actuelles de l'utilisation moyenne de la bande passante par abonné, aux heures de pointe, qui vont de 1,7 à 2,7 Mbps ». Il a relevé ces estimations de l'utilisation aux heures de pointe « pour établir une capacité minimale requise de 3,6 Mbps par abonné afin de fournir une marge de 25 % aux heures de pointe les plus utilisées ».

Le cabinet a également tenté de tenir compte de la croissance future de la demande de bande passante provenant de sources telles que la vidéo en continu 4K. D'ici 2028, Cartesian a estimé que SpaceX devra fournir 15,3 à 20,8 Mbps par abonné pour remplir ses obligations. Ce chiffre est inférieur aux 100 Mbps requis pour les vitesses de téléchargement, car les scénarios dans lesquels chaque abonné à la large bande utilise tous les bits disponibles ne sont pas réalistes. De plus, tous les abonnés n'utilisent pas activement l'Internet aux heures de pointe. Selon son rapport, les précédentes exigences de la FCC « ont imposé un seuil de 80/80, ce qui signifie que 80 % des lieux de test doivent égaler ou dépasser les tests de vitesse de 80 Mbps ».

« Nous avons modélisé la meilleure part possible d'abonnés de Starlink entièrement desservis dans le cadre des exigences de capacité de 15,3 et 20,8 Mbps respectivement - les clients recevant moins feront l'expérience d'une dégradation du service », selon le rapport. À 15,3 Mbps en 2028, 56 % des abonnés se situeront en dessous du seuil ; à 20,8 Mbps en 2028, 57 % des abonnés se situeront en dessous du seuil, selon le rapport.

L’attribution du fonds à SpaceX dépendra d’un examen minutieux de ces revendications par la FCC, mais Starlink pourrait en fait être la meilleure option pour de nombreux Américains qui vivent hors du champ du haut débit. La fibre optique jusqu'au domicile est évidemment la référence actuelle en matière de haut débit, offrant les vitesses les plus rapides, des téléchargements en émission aussi rapides que les téléchargements en réception et une excellente fiabilité. Mais les fournisseurs d'accès Internet historiques n'ont pas étendu la fibre optique à de vastes régions des États-Unis, en particulier dans les zones rurales et même dans de nombreuses zones urbaines et suburbaines.

Si Starlink peut gérer les 5 millions d'utilisateurs que SpaceX prévoit aux États-Unis, il pourrait s'agir d'une mise à niveau énorme dans les villes où les FAI filaires n'ont pas réussi à moderniser les anciens réseaux DSL.

Ce n’est pas la première fois que des groupes de pression écrivent à la FCC pour s’opposer aux efforts de SpaceX. Plus récemment, ViaSat et d’autres opérateurs de satellites ont déposé une contestation réglementaire affirmant que les satellites Starlink pourraient encombrer l'orbite terrestre basse. La "jonque spatiale" qui consiste principalement en des étages de fusée usagés et des satellites "morts" qui sont toujours en orbite pourrait entrer en collision avec des fusées actives. Elon Musk a bien sûr critiqué ce défi, affirmant que ViaSat se préoccupe davantage de la concurrence posée par Starlink que du problème de la "jonque spatiale".

Sources : Starlink, NTCA et FBA (1 & 2)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Allez-vous passer une précommande pour le service Internet Starlink, qui sera disponible au deuxième semestre 2021 ?
Êtes-vous d’accord avec l’argument des groupes de pression selon lequel il faut prévoir une pénurie de capacité de Starlink pour les abonnés des zones financées par la FCC en 2028 ? Pourquoi ?
Que pensez-vous de l’étude du cabinet Cartesian ?

Voir aussi :

SpaceX prévoit un service téléphonique Starlink, une batterie de secours, et un accès pour les gens à faible revenu, ainsi que « les applications vocales autonomes dans le réseau Starlink »
Le bêta test public de Starlink commence à la réception des invitations, et à l'apparition de l'application dans l'App Store et Google Play, respectivement pour iOS et Android
Une tribu amérindienne obtient un accès anticipé à Starlink de SpaceX et dit que c'est rapide, « nous avons été catapultés au XXIe siècle », a déclaré la tribu Hoh
La moitié de l'Amérique est prête à passer à l'Internet par satellite Starlink, selon une étude de la société d'évaluation de produits et de services Review.org

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 10:59
Pour ma part, je suis plutôt opposé au principe de starlink.
Je trouve l'idée géniale, très inventive, etc... mais le bénéfice ne vaut pas le cout(avoir des satellites en masse dans le ciel).

Les buts du projets sont louables, avoir internet partout, même peut etre bientot dan les bateaux, dans les avions, etc... a des tarifs abordables.

Mais je pense que la nature mérite un certain respect, surtout quand ces décisions sont irréversibles.

Et oui, je pense que c'es les petits pas qui font les grands refus. Si un pays comme la France refuse, pour des raisons valables, le projet, il est proable qu'a un moment la question se pose en Europe.

Vous imaginez vraiment le projet starlink déployés sans :
la Russie
la Chine,
l’Europe
...

A un moment, on réduit tellement la cible des clients potentiels que le projet n'est plus rentable.

Après, je me fais assez peu d'illusion. Le progrés va nous amener a toute vitesse dans cette direction et on commencera a se poser la question a 35 000 satellites déployés... et le mal sera fait.
Ensuite d'autres puissances feront des réseaux concurrents, et cette idée aura mis en l'air 200 000 satellites avant 10 ans. Donc la moitié seront inutilisés car leur maison mère fera faillite.
16  1 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 9:44
Il me semble que la France est encore maitre de comment elle attribue l'usage des fréquences d'ondes sur son territoire, starlink ne peut pas arriver et dire "je prend la bande xGhz" partout dans le monde et que chaque pays ferme sa gueule...

Et puis, je trouve ça étrange, la NASA subventionne sous-traite les projets spaciaux de musk, c'est à dire qu'on a encore les USA qui vont foutre leur merde partout avec leur législation extra-territoriale à 2 balles...

S'il n'y avait pas eu les scandale du blocage unilatéral de site en .com, des amendes à la BNP, Snowden et Assange, j'aurais pu être pour ce genre de système.

Bref, par principe de la neutralité du web, je suis plutôt contre le fait d'avoir une infrastructure de communication aux mains d'une entreprise privée, qui plus est américaine.
14  4 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 12:56
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
L'accès à Internet aux endroits défavorisés et le fait de se passer à terme de toute cette multitude de câbles qui passent sous terre et sous mer sur une longue distance une fois la technologie bien maitrisée.
Tout ça parce que des sociétés privées ne font pas leur boulot et ne tiennent pas leurs engagements ! Si l'état faisait son boulot, ou disons plutôt, s'il y avait vraiment un État, les Oranges/Bouygues/SFR/Free auraient depuis longtemps couverts 100% du territoire en 4G et en fibre. Et, Starlink n'aurait aucun intérêt.

Ce qui est valable en France, l'est tout autant dans les autres pays.

Quant aux multitudes de câbles, ça ne les changera pas.
Et puis échanger quelques câbles pour des milliers (millions) de satellites, je ne sais pas si on y gagne vraiment !
8  1 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 0:58
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Et la limite de la propriété du ciel va jusqu'à quelle hauteur selon toi ? Est-ce que la Lune est de la responsabilité de à la France quand elle est positionnée juste au dessus ?
Disons qu'on peut reformuler le problème différemment et voir si ça te choque: quand j'étais gamin, je me souviens avoir lu une BD spirou et fantasio dans laquelle un "super-méchant" mégalomane utilisait la lune pour y faire de la publicité pour une marque bien connue de soda:



Puisque que tu parles de la lune, qui bien évidemment n'appartient pas à la France (mais qui passe quand même au dessus de ta tête), est-ce que ça ne te choquerait pas de la voir défigurée pour le seul bénéfice financier de certains?

On peut quand même admettre que tout le monde ne soit pas forcément ravi de voir passer des constellations de satellites par une belle nuit d'été, tout ça pour véhiculer des vidéos de chats, non?
8  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 16:31
Citation Envoyé par 4sStylZ Voir le message
Pour ma part je suis d'accord aussi sur le fait que cela améliorerai la situation des zones mal desservies, mais je suis contre le fait d'avoir 42000 machins en metal qui tournent autour de la terre.
Oui, enfin 42 000 pour Starlink, Amazon et consort vont surement vouloir la même chose, donc on rajoute 42000 et encore 42000 ...

C'est le même problème avec les antennes xG, on a celles de Bouygues, d'Orange, de SFR, de Free alors que si c'est l'État qui le gérait, ça diminuerait le nombre de ces horreurs, et on couvrirait toute la France avec 1/10ème de matos (comme le matos n'est pas fabriqué en France, ça n'aura pas d'impact sur les emplois français).
7  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 23/02/2021 à 12:26
100 € par mois , si c'est pour un usage professionnel ca reste encore rentable. Si ca permet de vivre en rase campagne dans un endroit reculé non desservi par internet, dans une cabane ou une tiny house, qui t'à couté 30 000 euros au lieu d'un appart à Paris de 500 000 euros, ou encore de vivre dans un camping car d'occasion à 5000 euros, ca reste très rentable.

Je suppose qu'il doit être aussi possible de partager la connexion, ne serais ce que part des répéteurs wifi ou Ethernet, avec 100 € par mois tu peux connecter à internet : une communauté, un camping, un village, une famille nombreuse, etc...
6  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 12:18
Et tu vois ca comme un progrès ?

On consomme bien moins de ressources en faisant transiter des informations par câble que par l'air. Que ca sit pour mettre en place le système que pour le maintenir et payer ses couts de fonctionnement.

Oui, on dessert les personnes au milieu de nul part... mais est ce que ca vaut le coup ?
Est ce que l'immense majorité des humains doivent voir leur environnement détérioré pour que 1% de la population ai accès a internet en haut débit dans la pampa ? A la base, c'est aussi un choix d'habiter au milieu de nul ^part, avec les avantages et les inconvénients.
8  2 
Avatar de obtuli31
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 8:31
Bonjour,

42000 satellites, ce mec transforme l'espace en poubelle.
L'espace est devenue une zone qui appartient à des sociétés privées.
S'il pouvait dégager sur mars avec ses fusées, ce serait une bonne chose (et qu'il y reste)

Bonne journée
Didier
6  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 11:23
La question à se poser, c'est QUI a donné à M. E. Musk le droit d'installer des milliers de satellites autour de la planète pour faire du pognon ?

Sous quelle autorité il agit ? Est-ce tous les pays au-dessous desquels Starlink a placé ses satellites ont donné leur accord, ou bien M. Musk considère que l'espace lui appartient parce qu'il est multimilliardaire ?

Dire que l'idée est bonne, est une chose. Dire que l'intention affichée est louable, aussi. Mais, quelles sont les véritables intentions de cet individu ?

Je ne crois absolument pas que des types comme lui, travaillent pour le bien commun. Donc, je trouve que la France Insoumise pose là une très bonne question. Ce qui est dommage, c'est que les autres politiciens ne soient plus capables de penser par eux-mêmes (tout comme certains ici, qui ne jurent que par le progrès ou la haine que leur inspire LFI et Mélenchon, les pauvres...)
6  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 11:41
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Les satelites orbitent autour de la planète, ils ne restent pas au dessus d'un pays en particulier.
Ça n'empêche pas qu'ils survolent des pays sans que ces pays n'aient donné leur autorisation.
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Et ca fait longtemps, très longtemps, que l'espace est utilisé par des satellites appartenant pour la plupart à des entreprises privées.
Oui, avec accord gouvernemental.

Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Je ne vois pas ce que pourra faire Melenchon contre le projet Starlink étant donné que la France (tout comme les autres pays) ne peut s'opposer au lancement des satellites et au fait que ceux-ci vont orbiter autour de la planète. Le droit à l'espace et plus particulièrement le principe de droit à l'exploration et à l'utilisation est suffisamment vague pour que Musk (ou tout autre personne ayant suffisamment de ressources) puisse y envoyer sa flotte de satellite.
En fait, je pense que ce moratoire, pourrait faire, c'est : 1) faire prendre conscience aux gens que l'espace est privatisé pour le bien des milliardaires sans aucun cadre. 2) faire réfléchir les pays et les pousser à adopter une législation mondial sur ce phénomène.

Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Pour ma part, je suis pour ce projet. Cela va permettre énormément de chose justement pour le bien commun.
Ah ! Oui ? Et lesquelles par exemples ?
Et le bien commun de qui ? E. Musk et ses actionnaires ?
6  1