IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX cherche à construire des satellites Internet Starlink de nouvelle génération
D'après des offres d'emploi publiées sur sa page dédiée au sujet

Le , par Stéphane le calme

457PARTAGES

4  0 
SpaceX se prépare à commencer la production de la prochaine génération de ses satellites Internet Starlink, selon une offre d'emploi de l'entreprise, l'entreprise ayant déployé fin janvier plus de 1000 satellites de première génération en orbite. Une publication sur la page Carrières de la société indique que SpaceX cherche à embaucher un ingénieur logiciel principal pour les tests du matériel Starlink, en particulier pour « définir et diriger [la] feuille de route du logiciel de test pour Starlink v1.5 et production v2.0. »

Starlink est le projet ambitieux de SpaceX visant à construire un réseau Internet interconnecté avec des milliers de satellites, connus dans l’industrie spatiale comme une constellation, conçu pour fournir un accès Internet haut débit aux consommateurs partout sur la planète. En novembre 2018, la Commission fédérale des communications a approuvé la demande de SpaceX qui voulait lancer 11 943 satellites, la société ayant pour objectif de déployer 4425 satellites en orbite d'ici 2024.

L'entreprise d'Elon Musk a jusqu'à présent construit des satellites Starlink v0.9 et v1.0, avec 1023 satellites déployés en 18 lancements si nous prenons en considération le lancement effectué le dimanche 24 janvier 2021. Ce jour-là, SpaceX a lancé 143 petits satellites en orbite. Cette charge utile comprenait dix des satellites Starlink de la société qui fourniront une connectivité Internet à large bande aux régions polaires de la Terre.

Après le lancement, le PDG de SpaceX Elon Musk s'est rendu sur Twitter pour révéler plus de détails sur la charge utile suite aux questions des observateurs. Selon Musk, les dix satellites sont les premiers engins spatiaux opérationnels de SpaceX qui utiliseront des faisceaux laser pour partager des données entre eux, suivant une paire expérimentale que la société a lancée l'année dernière pour tester la connectivité laser du satellite Starlink. Ces satellites « ont des liaisons laser entre les satellites, donc aucune station au sol n'est nécessaire au-dessus des pôles ».


Pour le moment, nous ne savons pas en quoi la nouvelle génération de satellites v1.5 et v2.0 diffère de ceux lancés à ce jour.

SpaceX a reçu 885,51 millions de dollars de la Federal Communications Commission pour fournir le haut débit Starlink à 642 925 foyers et entreprises ruraux dans 35 États. Le fournisseur de satellites a été l'un des plus grands gagnants de la vente aux enchères du Rural Digital Opportunity Fund (RDOF) de la FCC, dont les résultats ont été publiés le 7 décembre. Le financement est réparti sur 10 ans, SpaceX touchera donc un peu plus de 88,5 millions de dollars par an.

« La Federal Communications Commission a annoncé aujourd'hui que des millions d'Américains ruraux dans 49 États et dans le Commonwealth des îles Mariannes du Nord auront accès à un service Internet haute vitesse grâce à la vente aux enchères de phase I du Rural Digital Opportunity Fund. Les résultats des enchères publiés aujourd'hui montrent que les soumissionnaires ont obtenu un financement pour déployer le haut débit dans plus de 5,2 millions de foyers et d'entreprises non desservis, soit près de 99 % des emplacements disponibles lors de la vente aux enchères. De plus, 99,7 % de ces emplacements recevront du haut débit avec des vitesses d'au moins 100/20 Mbps, une écrasante majorité (plus de 85 %) obtenant un haut débit gigabit. CCO Holdings, LLC (Charter Communications) s'est vu attribuer le plus de sites, soit un peu plus de 1,05 million. Au total, 180 soumissionnaires ont obtenu un soutien aux enchères, qui sera distribué au cours des 10 prochaines années ».

Le manque d'accès à Internet dans les zones rurales est un problème politique majeur aux États-Unis et entrave la croissance économique et les opportunités économiques dans les endroits sans accès, selon les législateurs. D'ailleurs, Joe Biden a promis d'étendre l'accès haut débit à tous les Américains. Un rapport de la FCC de mai a déclaré que 18,3 millions de personnes aux États-Unis n'ont pas accès au haut débit. Tandis que les républicains notent que le rapport a révélé que le nombre de personnes sans accès a diminué de 30 % depuis 2016, les démocrates ont estimé que c'était sous-estimer le problème. La FCC a estimé que le dernier financement permettra de proposer le haut débit à plus de 10 millions d'Américains dans des zones rurales.

Seulement Starlink a déjà entrepris de poser ses pions sur l'échiquier européen. Sa première destination est le Royaume-Uni où SpaceX a reçu l'approbation de l'autorité de régulation pour l'exploitation et la commercialisation de Starlink dans le pays. Selon les médias britanniques, SpaceX a d’ores et déjà envoyé des kits Starlink pour son test bêta public aux utilisateurs du pays.

Selon un porte-parole de l'Ofcom (l'autorité britannique de régulation des communications), l'autorisation a été accordée en novembre. Cela ouvre ainsi la voie à l'entreprise du milliardaire pour pénétrer un autre marché important. La licence britannique permet à Starlink de concurrencer les fournisseurs d'accès Internet terrestres tels que le groupe BT et les sociétés de satellites traditionnelles comme OneWeb, qui a été sauvée de la faillite par le gouvernement britannique et la société indienne de télécommunications Bharti Global en novembre. En outre, selon des rapports locaux, la Grèce, l'Allemagne et l'Australie ont également approuvé le nouveau système.

Les personnes qui se sont inscrites au test bêta de SpaceX "Better Than Nothing" au Royaume-Uni ont commencé à recevoir le kit Starlink, qui coûte 439 livres, soit environ 600 dollars, au départ, plus 84 livres, soit environ 120 dollars, pour un abonnement mensuel. Philip Hall, dans le Devon Rural, au sud-ouest de l'Angleterre, a déclaré u'il a reçu le routeur et le terminal pour se connecter aux satellites la veille du Nouvel An. Hall estime qu'il obtenait des vitesses de téléchargement de seulement 0,5 mégabit par seconde avec l'Internet de BT. Maintenant, avec Starlink, il a une moyenne de 85 Mb/s.

« Dans l'heure qui a suivi, nous avons fait un quizz sur Zoom avec nos petits-enfants, c'était merveilleux », a-t-il déclaré. SpaceX a déclaré dans un courriel adressé aux abonnés le 26 octobre que les utilisateurs participant au test bêta pouvaient s'attendre à des vitesses de 50 à 150 Mb/s. Certains utilisateurs américains ont déclaré qu'ils obtiendraient des vitesses de téléchargement de plus de 210 Mb/s. L'objectif de Musk pour Starlink est d'offrir une large bande très rapide dans le monde entier en enveloppant la Terre avec jusqu'à 42 000 satellites.


L'UE ne veut pas laisser l'Internet satellitaire à Starlink

Début janvier, Bruxelles a commandé une étude de faisabilité à de grands noms européens comme Airbus, Thalès, Orange ou Eutelsat pour concevoir un service d’Internet satellitaire européen destiné à stimuler l’économie digitale et réduire la fracture numérique. La nouvelle initiative qui vise à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe est annoncée alors que SpaceX entend proposer à long terme un accès généralisé à l'Internet par satellite via son service Starlink.

L'étude de faisabilité devrait avoir une durée d'un an, coûtera 7,1 millions d'euros et est destinée à concevoir un système spatial indépendant de communications propre à l’Union européenne. Elle est confiée à un consortium de fabricants et d’opérateurs de satellites, d’un opérateur de télécommunication et du fournisseur européen de services de lancement afin d’étudier la conception, le développement et le lancement d’un système spatial européen de communications.

Cette étude a pour but d’évaluer la faisabilité de cette nouvelle initiative destinée à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises commerciales et ses institutions publiques. Comme le projet Starlink, le système aura également pour mission d’assurer une couverture, à l’échelle mondiale, des zones rurales et des zones blanches. Une fois validé, ce nouveau projet phare de l’Union européenne, qui s’inscrit dans la lignée des programmes Copernicus et Galileo, exploitera pleinement les synergies et le potentiel technologique des industries numérique et spatiale, a écrit Orange l’un des géants européens a qui a été confié l’étude.

« Cette étude aura pour but d’évaluer la faisabilité de cette nouvelle initiative destinée à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises commerciales et ses institutions publiques », indique l'Union européenne. Et d'indiquer que ce nouveau système aura, comme Starlink, pour vocation « d’assurer une couverture, à l’échelle mondiale, des zones rurales et des zones blanches ».

Les acteurs de la technologie sélectionnés par Bruxelles pour mener à bien cette étude sont : Airbus, Arianespace, Eutelsat, Hispasat, OHB, Orange, SES, Telespazio et Thales Alenia Space. Il leur revient de concevoir le futur système spatial européen à même de fournir des services sécurisés de communication aux États membres de l'UE, « ainsi qu’une connectivité à large bande pour les citoyens, les entreprises et les secteurs de la mobilité européens, renforçant ainsi la souveraineté numérique de l’Union ».

« La phase d’étude attribuée par la Commission européenne permettra plus particulièrement de définir les besoins des utilisateurs, la mission du système, une conception architecturale préliminaire et un concept de prestation de services, ainsi que les estimations budgétaires afférentes », a précisé la Commission européenne. « Un programme de partenariat public-privé (PPP) sera envisagé et évalué au cours de cette phase ».

L’étude examinera la façon dont ce système spatial pourrait améliorer les infrastructures critiques, actuelles et futures, y compris les réseaux terrestres. Elle évaluera également la manière de se connecter à ces infrastructures pour renforcer les capacités de l’Union en matière d’accès au Cloud et pour fournir des services numériques de manière indépendante et sécurisée, des caractéristiques essentielles pour susciter la confiance vis-à-vis de l’économie numérique et garantir l’autonomie stratégique et la résilience de l’Europe. Le projet a été initié par le commissaire européen à l'industrie, Thierry Breton, ancien directeur de la technologie et ministre français des Finances.

Source : SpaceX

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 10:59
Pour ma part, je suis plutôt opposé au principe de starlink.
Je trouve l'idée géniale, très inventive, etc... mais le bénéfice ne vaut pas le cout(avoir des satellites en masse dans le ciel).

Les buts du projets sont louables, avoir internet partout, même peut etre bientot dan les bateaux, dans les avions, etc... a des tarifs abordables.

Mais je pense que la nature mérite un certain respect, surtout quand ces décisions sont irréversibles.

Et oui, je pense que c'es les petits pas qui font les grands refus. Si un pays comme la France refuse, pour des raisons valables, le projet, il est proable qu'a un moment la question se pose en Europe.

Vous imaginez vraiment le projet starlink déployés sans :
la Russie
la Chine,
l’Europe
...

A un moment, on réduit tellement la cible des clients potentiels que le projet n'est plus rentable.

Après, je me fais assez peu d'illusion. Le progrés va nous amener a toute vitesse dans cette direction et on commencera a se poser la question a 35 000 satellites déployés... et le mal sera fait.
Ensuite d'autres puissances feront des réseaux concurrents, et cette idée aura mis en l'air 200 000 satellites avant 10 ans. Donc la moitié seront inutilisés car leur maison mère fera faillite.
16  1 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 9:44
Il me semble que la France est encore maitre de comment elle attribue l'usage des fréquences d'ondes sur son territoire, starlink ne peut pas arriver et dire "je prend la bande xGhz" partout dans le monde et que chaque pays ferme sa gueule...

Et puis, je trouve ça étrange, la NASA subventionne sous-traite les projets spaciaux de musk, c'est à dire qu'on a encore les USA qui vont foutre leur merde partout avec leur législation extra-territoriale à 2 balles...

S'il n'y avait pas eu les scandale du blocage unilatéral de site en .com, des amendes à la BNP, Snowden et Assange, j'aurais pu être pour ce genre de système.

Bref, par principe de la neutralité du web, je suis plutôt contre le fait d'avoir une infrastructure de communication aux mains d'une entreprise privée, qui plus est américaine.
14  4 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 12:56
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
L'accès à Internet aux endroits défavorisés et le fait de se passer à terme de toute cette multitude de câbles qui passent sous terre et sous mer sur une longue distance une fois la technologie bien maitrisée.
Tout ça parce que des sociétés privées ne font pas leur boulot et ne tiennent pas leurs engagements ! Si l'état faisait son boulot, ou disons plutôt, s'il y avait vraiment un État, les Oranges/Bouygues/SFR/Free auraient depuis longtemps couverts 100% du territoire en 4G et en fibre. Et, Starlink n'aurait aucun intérêt.

Ce qui est valable en France, l'est tout autant dans les autres pays.

Quant aux multitudes de câbles, ça ne les changera pas.
Et puis échanger quelques câbles pour des milliers (millions) de satellites, je ne sais pas si on y gagne vraiment !
8  1 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 0:58
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Et la limite de la propriété du ciel va jusqu'à quelle hauteur selon toi ? Est-ce que la Lune est de la responsabilité de à la France quand elle est positionnée juste au dessus ?
Disons qu'on peut reformuler le problème différemment et voir si ça te choque: quand j'étais gamin, je me souviens avoir lu une BD spirou et fantasio dans laquelle un "super-méchant" mégalomane utilisait la lune pour y faire de la publicité pour une marque bien connue de soda:



Puisque que tu parles de la lune, qui bien évidemment n'appartient pas à la France (mais qui passe quand même au dessus de ta tête), est-ce que ça ne te choquerait pas de la voir défigurée pour le seul bénéfice financier de certains?

On peut quand même admettre que tout le monde ne soit pas forcément ravi de voir passer des constellations de satellites par une belle nuit d'été, tout ça pour véhiculer des vidéos de chats, non?
8  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 16:31
Citation Envoyé par 4sStylZ Voir le message
Pour ma part je suis d'accord aussi sur le fait que cela améliorerai la situation des zones mal desservies, mais je suis contre le fait d'avoir 42000 machins en metal qui tournent autour de la terre.
Oui, enfin 42 000 pour Starlink, Amazon et consort vont surement vouloir la même chose, donc on rajoute 42000 et encore 42000 ...

C'est le même problème avec les antennes xG, on a celles de Bouygues, d'Orange, de SFR, de Free alors que si c'est l'État qui le gérait, ça diminuerait le nombre de ces horreurs, et on couvrirait toute la France avec 1/10ème de matos (comme le matos n'est pas fabriqué en France, ça n'aura pas d'impact sur les emplois français).
7  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 23/02/2021 à 12:26
100 € par mois , si c'est pour un usage professionnel ca reste encore rentable. Si ca permet de vivre en rase campagne dans un endroit reculé non desservi par internet, dans une cabane ou une tiny house, qui t'à couté 30 000 euros au lieu d'un appart à Paris de 500 000 euros, ou encore de vivre dans un camping car d'occasion à 5000 euros, ca reste très rentable.

Je suppose qu'il doit être aussi possible de partager la connexion, ne serais ce que part des répéteurs wifi ou Ethernet, avec 100 € par mois tu peux connecter à internet : une communauté, un camping, un village, une famille nombreuse, etc...
6  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 12:18
Et tu vois ca comme un progrès ?

On consomme bien moins de ressources en faisant transiter des informations par câble que par l'air. Que ca sit pour mettre en place le système que pour le maintenir et payer ses couts de fonctionnement.

Oui, on dessert les personnes au milieu de nul part... mais est ce que ca vaut le coup ?
Est ce que l'immense majorité des humains doivent voir leur environnement détérioré pour que 1% de la population ai accès a internet en haut débit dans la pampa ? A la base, c'est aussi un choix d'habiter au milieu de nul ^part, avec les avantages et les inconvénients.
8  2 
Avatar de obtuli31
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 8:31
Bonjour,

42000 satellites, ce mec transforme l'espace en poubelle.
L'espace est devenue une zone qui appartient à des sociétés privées.
S'il pouvait dégager sur mars avec ses fusées, ce serait une bonne chose (et qu'il y reste)

Bonne journée
Didier
6  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 11:23
La question à se poser, c'est QUI a donné à M. E. Musk le droit d'installer des milliers de satellites autour de la planète pour faire du pognon ?

Sous quelle autorité il agit ? Est-ce tous les pays au-dessous desquels Starlink a placé ses satellites ont donné leur accord, ou bien M. Musk considère que l'espace lui appartient parce qu'il est multimilliardaire ?

Dire que l'idée est bonne, est une chose. Dire que l'intention affichée est louable, aussi. Mais, quelles sont les véritables intentions de cet individu ?

Je ne crois absolument pas que des types comme lui, travaillent pour le bien commun. Donc, je trouve que la France Insoumise pose là une très bonne question. Ce qui est dommage, c'est que les autres politiciens ne soient plus capables de penser par eux-mêmes (tout comme certains ici, qui ne jurent que par le progrès ou la haine que leur inspire LFI et Mélenchon, les pauvres...)
6  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/03/2021 à 11:41
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Les satelites orbitent autour de la planète, ils ne restent pas au dessus d'un pays en particulier.
Ça n'empêche pas qu'ils survolent des pays sans que ces pays n'aient donné leur autorisation.
Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Et ca fait longtemps, très longtemps, que l'espace est utilisé par des satellites appartenant pour la plupart à des entreprises privées.
Oui, avec accord gouvernemental.

Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Je ne vois pas ce que pourra faire Melenchon contre le projet Starlink étant donné que la France (tout comme les autres pays) ne peut s'opposer au lancement des satellites et au fait que ceux-ci vont orbiter autour de la planète. Le droit à l'espace et plus particulièrement le principe de droit à l'exploration et à l'utilisation est suffisamment vague pour que Musk (ou tout autre personne ayant suffisamment de ressources) puisse y envoyer sa flotte de satellite.
En fait, je pense que ce moratoire, pourrait faire, c'est : 1) faire prendre conscience aux gens que l'espace est privatisé pour le bien des milliardaires sans aucun cadre. 2) faire réfléchir les pays et les pousser à adopter une législation mondial sur ce phénomène.

Citation Envoyé par Karshick Voir le message
Pour ma part, je suis pour ce projet. Cela va permettre énormément de chose justement pour le bien commun.
Ah ! Oui ? Et lesquelles par exemples ?
Et le bien commun de qui ? E. Musk et ses actionnaires ?
6  1