IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Christine Lagarde préoccupée par le rôle du Bitcoin dans la facilitation des activités criminelles
La présidente de la Banque centrale européenne voudrait une régulation mondiale de la cryptomonnaie

Le , par Stéphane le calme

139PARTAGES

11  0 
Au début de l’année 2017, le bitcoin était coté à 1000 dollars. Quelques mois plus tard et plus précisément en mai 2017, sa valeur est passée à 2000 dollars. Dans le mois d'août, le cap des 4000 dollars fut franchi et en octobre, le bitcoin a atteint les 5000 puis 6000 dollars. Bien que l’indice de croissance du bitcoin par rapport à sa valeur d’origine fût déjà élevé, l’on était loin de se douter que les mois à venir allaient être encore plus intéressants pour cette monnaie. En novembre 2017, la valeur de la monnaie cryptographique a encore grimpé pour passer à 8000 dollars l’unité puis à 10 000 dollars. À la mi-décembre 2017, le cours du bitcoin a battu tous les records en atteignant la valeur de 20 000 dollars.

Cette croissance exceptionnelle de l’année 2017 a eu comme conséquence un attrait sur de nombreuses personnes qui ont parfois investi des ressources financières considérables dans l’optique de tirer également profit des gains que pourrait procurer cette monnaie. Il faut souligner que de nombreux projets ont fleuri dans cette même période avec comme arguments la possibilité d’investir dans ces projets basés sur la technologie Bitcoin pour récolter plus tard des bénéfices lorsque ces projets porteront leurs fruits.

Toutefois, l’ascension marquée du bitcoin en 2017 n’a pas pu s’étendre à l’année 2018 et en février 2018, c’est-à-dire 2 mois après avoir atteint le pic de 20 000 dollars, la valeur de la monnaie a commencé à montrer des signes d’essoufflement. De 20 000 dollars en décembre 2017, l’on est passé à 6000 dollars en février 2018. Cette baisse de régime a continué au cours des mois qui ont suivi et fin novembre 2018 la valeur du bitcoin était négociée à environ 3850 dollars selon les données de CoinMarketCap, la plateforme de capitalisation boursière des monnaies cryptographiques.

Depuis lors, sa valeur a augmenté par à-coups et a pu franchir les 40 000 dollars le 7 janvier 2021. Au moment de l’écriture de ces lignes, un bitcoin vaut un peu plus de 36 774 dollars.


Christine Lagarde voudrait une régulation mondiale des bitcoins

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, s'est attaquée au rôle de Bitcoin dans la facilitation des activités criminelles, affirmant que la cryptomonnaie a mené à « des activités malveillantes ».

« Pour ceux qui avaient supposé qu'elle pourrait se transformer en monnaie – désolé, mais c'est un atout et c'est un actif hautement spéculatif qui a mené des activités malveillantes ainsi que des activités de blanchiment d'argent lucratives et totalement répréhensibles », a déclaré Lagarde dans un événement en ligne organisé par Reuters.

Les remarques, faites dans une conversation largement axée sur les perspectives économiques de la zone euro, montrent que les principaux décideurs politiques prennent note d'une fièvre spéculative qui balaie les marchés de la cryptomonnaie. Les prix du bitcoin ont plus que doublé depuis novembre et ont dépassé les 40 000 dollars plus tôt ce mois-ci.


Selon elle, « il doit y avoir une réglementation, qui doit être appliquée et approuvée[...] au niveau mondial, car s’il y a des failles, alors ces failles doivent être comblées. ;» Lagarde estime que la réglementation du Bitcoin pourrait être initiée au niveau du G7, puis transférée au G20, et ensuite étendue à
d’autres pays.

Bitcoin offre aux utilisateurs un certain degré d'anonymat, ce qui en fait un véhicule populaire pour les comportements criminels. Par exemple, les opérateurs derrière des ransomwares demandent généralement à leurs victimes d'effectuer des paiements en bitcoins.


Les préoccupations concernant le blanchiment d'argent et la capacité des entreprises financières à connaître l'identité de leurs clients ont été au premier plan du débat sur la cryptomonnaie. Alors que les critiques affirment que des instruments comme Bitcoin facilitent le transfert illicite de fonds, les défenseurs de la cryptomonnaie affirment que le réseau de registres numériques connu sous le nom de blockchain permet de tracer l'argent plus facilement que l'argent liquide et peut en fait aider les forces de l'ordre.

Le département du Trésor américain a récemment proposé d'exiger des banques et autres intermédiaires qu'ils vérifient l'identité des clients pour certaines transactions.

Les banques centrales, y compris la BCE, se concentrent de plus en plus sur le développement de leurs propres devises numériques. Ces initiatives sont en partie stimulées par l'attention portée aux cryptomonnaies et par le désir d'offrir une alternative officielle au cash pour l'ère numérique.

La Banque centrale européenne a déclaré en octobre 2020 qu'elle devrait se préparer à émettre un euro numérique en complément des billets de banque. Sa directrice, Christine Lagarde, a déclaré le même mois que la banque envisageait « très sérieusement » la création d'un euro numérique, lors d’une réunion virtuelle organisée par le Fonds monétaire international.

Elle a rappelé que la pandémie du covid-19 a conduit à de nombreux changements structurels, y compris la façon dont « nous travaillons, nous faisons du commerce et nous payons ». En conséquence, les paiements numériques ont considérablement augmenté, en particulier dans des pays comme l’Allemagne et l’Italie, où « l’argent comptant était roi », a déclaré Lagarde.

Pendant ce temps, la ville chinoise de Shenzhen a offert un total de 10 millions de yuans (1,27 million d’euros) en monnaie numérique de la banque centrale du pays à 50 000 habitants dans le but de stimuler son utilisation. Cela fait partie du programme pilote du yuan numérique qui est mené dans plusieurs grandes villes de Chine et du premier test public de la monnaie numérique. Shenzhen, connue pour ses destinations shopping, est une métropole moderne du sud-est de la Chine qui relie Hong Kong au continent chinois.

Le cadeau du yuan numérique a été fait par une loterie dans le quartier Luohu de Shenzhen. Les gagnants ont reçu des « paquets rouges » numériques contenant l’équivalent de 200 yuans (25,41 euros) de monnaie numérique. Les paquets rouges sont des enveloppes-cadeaux traditionnellement utilisées en Chine pour donner de l'argent pendant les vacances et les occasions spéciales. Les personnes vivant à Shenzhen pouvaient s'inscrire à la loterie via iShenzhen, un service basé sur la blockchain exploité par le gouvernement de Shenzhen.

Le yuan numérique ne doit pas être confondu avec une forme de cryptomonnaie. Il est plutôt émis et géré par la banque centrale, qui sert de version numérique statutaire de la monnaie physique de la Chine et permet à Pékin de mieux appréhender la circulation de sa monnaie. Il est destiné à compléter, et non à remplacer, les applications de paiement tierces telles que WeChat Pay et Alipay dans un pays où les espèces s'épuisent.

Par exemple, le gouvernement central pourrait à l'avenir octroyer des subventions aux bureaux locaux en envoyant des yuans numériques, ce qui peut aider à résoudre des problèmes comme la corruption.

Shenzhen est l'une des quatre villes chinoises à commencer les tests internes du yuan numérique, a annoncé un avis du gouvernement en août sans entrer dans les détails. La dernière distribution aux consommateurs est considérée comme le premier test public à grande échelle du pays de la monnaie virtuelle centralisée.

Source : Reuters (vidéo dans le texte)

Et vous ?

Que pensez-vous des propos de Christine Lagarde ?

Voir aussi :

Des mots de passe perdus privent des millionnaires du bitcoin de leur fortune, environ 140 milliards de dollars en bitcoins seraient dans des portefeuilles perdus ou bloqués
DarkMarket : « le plus grand » dark web illégal au monde a été démantelé, 320 000 transactions y ont été traitées avec du bitcoin et du monero d'une valeur de plus de 140 millions d'euros
Bitcoin : le gendarme UK des marchés prévient les investisseurs qu'ils doivent être prêts à perdre la totalité de leur mise, son homologue français tient une liste blanche des prestataires autorisés
Bitcoin : les mineurs de la région nordique bénéficient d'une énergie bon marché, offrant des alternatives aux endroits traditionnels comme la Chine et le Kazakhstan
La majorité du marché de bitcoin est une tromperie, 95 % du volume des échanges de cette monnaie étant truqué, selon une nouvelle étude

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/01/2021 à 20:09
Même avec la vrai monnaie (appelons ça comme ça) les activités criminel vont tres bien. En plus que ce soit Christine Lagarde qui parle de ça...
15  1 
Avatar de palnap
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/01/2021 à 22:45
Cette Tartuffe c'est dingue...

Il y a bien plus d'activités criminelles libellées en euros qu'il n'y en aura jamais en cryptos et elle le sait. On se demande pourquoi elle cherche autant a discréditer le bitcoin... On me dit dans l'oreillette qu'elle chercherait à lancer un euro numérique... Tout s'explique 😅
10  1 
Avatar de esperanto
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 18/01/2021 à 13:49
Et les mêmes vont interdire la monnaie papier, à commencer par les grosses coupures (pour le moment celle de 500€, mais celles de 200 et 100 devraient suivre) sous prétexte de, je vous le donne en mille.... lutter contre la criminalité!

Ou comment s'assurer que tout l'argent qui circule se trouve dans des banques...
3  0 
Avatar de Madmac
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/01/2021 à 23:39
Citation Envoyé par daerlnaxe Voir le message


Et je réitère je ne me réclame pas comme expert ni en finance, ni dans les cryptomonnaies.
Vos arguments sont parfaitement valables. Mais à cause du Covid-19, les gouvernements de toute la planète créer artificiellement de la monnaie à une telle vitesse que la dépréciation que cela provoque fait en sorte que même vos épargnes perdent de la valeur. Et comme c'est de plus en plus difficile d'acheter de l'or ou de l'argent (quand ce n'est pas illégal), la crypto n'est pas sans intérêt.

Pour Christine , qui tente de mettre en place un gouvernement mondial, des transactions financières sans taxation lui donne sans doute des crises d'urticaires.
3  0 
Avatar de Madmac
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/01/2021 à 23:47
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
Même avec la vrai monnaie (appelons ça comme ça) les activités criminel vont tres bien. En plus que ce soit Christine Lagarde qui parle de ça...
De sa part, cela ne manque pas de sel. Selon les normes de son organisation, un génocide culturel est un crime contre l'humanité. Donc en incitant l'immigration illégale de façon massive cela fait d'elle une criminelle contre l'humanité. Elle devrait commencer par relire la déclaration universelle des droits de l'homme avant de se mêler de ce sujet.
3  0 
Avatar de daerlnaxe
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/01/2021 à 15:15
Je vais peut être en faire râler, peut être que j'ai raté un épisode avec les cryptomonnaies donc on peut toujours me faire changer d'avis du coup, mais je suis pour l'interdiction pure et simple du minage de cryptomonnaies. Ce n'est pas que je vois un problème dans le fait de ne plus passer par des monnaies classiques, mais écologiquement c'est dramatique.. on dirait la version 2.0 des Shadocks. Calculer du SHA pour calculer du SHA je ne vois pas trop l'intérêt. Ca serait intéressant si cette puissance de calcul était proposée à des entreprises qui veulent avoit l'équivalent de super calculateurs, eux paient la puissance, et le mineur met à disposition sa ferme. L'équivalent rémunéré de Seti et d'autres choses, mais là...

Alors je sais qu'hypocritement certains parlent de prendre des panneaux solaires ou que des cryptos versent une partie à des projets écolos mais on est loin du compte. J'ajoute que là ça saute vraiment aux yeux avec d'nu côté l'arrêt temporaire d'une usine de production de gpu cumulé au bitcoin qui repart. Les composants eux sont nécessaires, s'usent, et c'est une réelle gabegie.

Et je réitère je ne me réclame pas comme expert ni en finance, ni dans les cryptomonnaies.
4  2 
Avatar de web bea
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/01/2021 à 17:21
Et qu'est-ce qu'on fait pour le dollar et l'euro?

N'y a-t-il pas des organisations criminelles qui utilisent ces devises?
2  0 
Avatar de MRSizok
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/01/2021 à 9:11
La banque EU voit juste un concurrent à leur monnaie virtuel Européenne...

En bonus, ils veulent se taillé un costard de gentil en parlant de l'aspect sombre de la cryptomonnaie connut de tous, depuis des années.

Ils auraient pu agir bien des années auparavant. Donc, c'est qu'ils ont bien quelque chose à y gagner.

Le pire c'est que si la banque EU agit. Elle va favoriser son futur concurrent, le royaume Facebook et son libra qui a déjà changé de nom pour changer d'image...
2  1 
Avatar de Citrax
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/01/2021 à 22:47
Strategie classique : on torpille l'ennemi libre avant de prendre sa place
....
puis de mettre des taxes sur les transactions
des frais a la C**
des impots sur les gains
etc
etc
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/01/2021 à 16:26
Citation Envoyé par esperanto Voir le message
Ou comment s'assurer que tout l'argent qui circule se trouve dans des banques...
Si les gouvernements supprimaient l'argent liquide, toutes les transactions seraient enregistrées, les banques connaitraient nos vies dans le détail. Ces informations pourraient parvenir à certaines entreprises, par exemple une assurance pourrait se dire "lui il va manger plusieurs fois par semaine dans des fast food, donc on ne va pas l'assurer".

Christine Lagarde n'est pas une économiste. (si DSK ne s'était pas fait prendre, elle ne serait pas là)
BCE : Christine Lagarde n’y connaît rien, mais elle est compétente !
Après Macron lui-même, c’est au tour de la secrétaire d’Etat française aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin, de monter au créneau pour défendre la crédibilité de Christine Lagarde à la banque centrale européenne. Il est vrai que sa nomination a constitué une certaine surprise. D’abord parce qu’elle n’est pas banquière centrale ensuite parce qu’elle n’est même pas économiste. Il faut dire que Christine Lagarde a atterri un peu par hasard au poste de ministre de l’économie avec Sarkozy puis à celui de directrice du fonds monétaire international. Elle doit surtout sa carrière aux frasques de Strauss-Kahn que la France tenait absolument à remplacer par un autre Français. On n’a pas choisi Christine Lagarde pour ses compétences mais essentiellement parce qu’elle parlait un excellent anglais.
1  1