IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des mots de passe perdus privent des millionnaires du bitcoin de leur fortune,
Environ 140 milliards de dollars en bitcoins seraient dans des portefeuilles perdus ou bloqués

Le , par Bill Fassinou

71PARTAGES

2  0 
Le bitcoin a passé la barre des 20 000 dollars pour la première fois de son histoire et a atteint 40 000 dollars entre la fin de décembre 2020 et le début du mois de janvier 2021. S'il a recommencé à perdre de la valeur depuis ces quatre derniers jours, il est toujours au-dessus des 30 000 dollars, ce qui représente une véritable fortune pour les propriétaires de bitcoins. Cependant, un récent rapport montre que certains d'entre eux ne pourront malheureusement pas entrer en possession de leur petite fortune, car ils ont perdu le mot de passe de leur portefeuille numérique ou celui-ci est définitivement bloqué.

Des propriétaires de bitcoins privés de plusieurs millions de dollars

Depuis ce lundi, pas mal de personnes sont horrifiées par l'histoire d'un homme qui a perdu le mot de passe de son portefeuille numérique dans lequel il stockait des bitcoins d'une valeur totale de 240 millions de dollars. Une véritable fortune partie en fumée ? En effet, Stephen Thomas, un programmeur d'origine allemande vivant à San Francisco, a encore deux chances pour trouver un mot de passe qui vaut, cette semaine, environ 240 millions de dollars. Ces deux tentatives lui permettront de déverrouiller un disque dur, appelé IronKey, contenant les clés privé d'un portefeuille numérique renfermant 7 002 bitcoins.

Pour rappel, IronKey est le nom de marque d'une famille de dispositifs de stockage portables USB chiffrés appartenant à Kingston Digital, la filiale de mémoire flash de Kingston Technology Company Inc. Thomas a perdu, il y a des années, le papier où il avait noté le mot de passe de son disque dur IronKey, qui donne aux utilisateurs dix possibilités avant qu'il ne se bloque et chiffre son contenu pour toujours. Il a déjà épuisé 8 d'entre elles, ce qui signifie qu'après deux nouvelles tentatives erronées, il perdra ses bitcoins et peut dire à dieu à sa petite fortune pour toujours.



« Je m'allongerais dans mon lit et j'y réfléchirais », a déclaré Thomas. « Puis j'irais à l'ordinateur avec une nouvelle stratégie, et ça ne marcherait pas, et je serais à nouveau désespéré ». Cela dit, Thomas est loin d'être le seul dans le cas. Selon un rapport du New York Times (NYT), de nombreuses personnes se sont retrouvées privées de leur fortune en raison de la perte ou de l'oubli de clés. Pendant ces derniers mois de fluctuations, ils ont été contraints de regarder, impuissants, la hausse et la baisse brutale des prix, incapables de tirer profit de leur richesse numérique.

Selon la société de données de cryptomonnaie Chainalysis, sur les 18,5 millions de bitcoins existants, environ 20 %, d'une valeur actuelle d'environ 643 milliards de dollars, semblent se trouver dans des portefeuilles perdus ou bloqués d'une autre manière. Wallet Recovery Services, une entreprise qui aide à retrouver les clés numériques perdues, a déclaré avoir reçu 70 demandes par jour de personnes qui voulaient de l'aide pour récupérer leurs biens, soit trois fois plus qu'il y a un mois. Les propriétaires de bitcoins privés de leur portefeuille parlent de jours et de nuits interminables de frustration.

Certains parmi eux possèderaient des jetons de Bitcoin depuis ses débuts il y a dix ans, lorsque personne n'avait confiance dans la valeur de ces pièces numériques. « Au fil des ans, je dirais que j'ai passé des centaines d'heures à essayer de retrouver ces portefeuilles », a déclaré Brad Yasar, un entrepreneur de Los Angeles qui possède quelques PC de bureau contenant des milliers de bitcoins qu'il a créés, ou extraits, au début de la technologie. Alors que ces bitcoins valent aujourd'hui des centaines de millions de dollars, il a perdu ses mots de passe il y a de nombreuses années et a mis les disques durs qui les contenaient dans des sacs sous vide, hors de vue.

« Je ne veux pas qu'on me rappelle chaque jour que ce que j'ai maintenant est une fraction de ce que j'aurais pu avoir et que j'ai perdu », a-t-il déclaré. En raison de l'infrastructure sur laquelle le Bitcoin a été bâti, ces détenteurs de bitcoins demeureront des "millionnaires manqués", à moins de retrouver un jour leurs clés privées.

Une idée qui élimine les banques, mais qui reste tout de même risquée

Selon le rapport du NYT, ce dilemme rappelle brutalement les fondements technologiques inhabituels du Bitcoin, qui le distinguent de l'argent normal et lui confèrent certaines de ses qualités les plus vantées, et les plus risquées. Avec les comptes bancaires traditionnels et les portefeuilles en ligne, des banques comme Wells Fargo et d'autres sociétés financières comme PayPal peuvent fournir aux gens les mots de passe de leurs comptes ou réinitialiser les mots de passe perdus. Mais le Bitcoin n'a pas de société (il n'est pas régi par une institution financière et n'a donc pas de siège social) pour fournir ou stocker les mots de passe.

Le créateur de la monnaie virtuelle, un personnage obscur connu sous le nom de Satoshi Nakamoto, a déclaré que l'idée centrale du Bitcoin était de permettre à une personne lambda dans le monde d'ouvrir un compte bancaire numérique et de détenir l'argent d'une manière qu'aucun gouvernement ne pourrait empêcher ou réglementer, ce qu'il a réussi à faire. En effet, cela est rendu possible par la structure du Bitcoin, qui est régie par un réseau mondial d'ordinateurs qui ont accepté de suivre un logiciel contenant toutes les règles de la cryptomonnaie.

Le logiciel comprend un algorithme complexe qui permet de créer une adresse, et la clé privée associée, qui n'est connue que de la personne qui a créé le portefeuille. Le logiciel permet également au réseau Bitcoin de confirmer l'exactitude du mot de passe pour permettre les transactions, sans voir ni connaître le mot de passe lui-même. En bref, le système permet à quiconque de créer un portefeuille Bitcoin sans avoir à s'inscrire auprès d'une institution financière ou à subir un quelconque contrôle d'identité. C'est d'ailleurs la principale raison pour laquelle la cryptomonnaie est populaire auprès des criminels.

Ils peuvent utiliser l'argent sans révéler leur identité. Il a également attiré des gens dans des pays comme la Chine et le Venezuela, où les gouvernements autoritaires sont connus pour leurs raids ou la fermeture de comptes bancaires traditionnels. Mais là où se situe le problème est que, malheureusement, la structure de ce système n'a pas pris en compte le fait que les gens peuvent être très mauvais pour mémoriser et sécuriser leurs mots de passe. « Même les investisseurs sophistiqués ont été complètement incapables de faire une quelconque gestion des clés privées », a déclaré Diogo Monica, cofondateur d'une startup appelée Anchorage.

Anchorage aide les entreprises à gérer la sécurité des devises cryptographiques. Monica a créé la société en 2017 après avoir aidé un fonds spéculatif à récupérer l'accès à l'un de ses portefeuilles Bitcoin. Des études ont également révélé que c'est cette même confidentialité et l'absence de réglementation qui attirent la plupart des utilisateurs du Bitcoin. Par exemple, Thomas, le programmeur allemand qui a encore deux chances pour récupérer ses 240 millions de dollars, a déclaré qu'il était attiré par le Bitcoin en partie parce qu'il était hors du contrôle d'un pays ou d'une entreprise.

Thomas a raconté au NYT qu'en 2011, alors qu'il vivait en Suisse, un fanatique du Bitcoin lui a remis les 7 002 bitcoins en récompense de la réalisation d'une vidéo d'animation. Cette même année, il a perdu les clés numériques du portefeuille contenant ses jetons Bitcoin, mais la valeur du bitcoin n'a pas cessé de grimper depuis, même s'il a connu certaines chutes brutales au cours de la dernière décennie.

Devenir sa propre banque oui, mais peut-on bien gérer tout ce qui va avec ?

Le NYT a rapporté que, depuis l'incident, Thomas n'a pas arrêté de se demander si les gens devraient effectivement être leur propre banque et ainsi détenir leur propre argent. « Toute cette idée d'être sa propre banque, laissez-moi vous dire ceci : vous fabriquez vos propres chaussures ? », a-t-il déclaré. « La raison pour laquelle nous avons des banques est que nous ne voulons pas nous occuper de toutes ces choses que font les banques », a-t-il ajouté. À part lui, d'autres adeptes du Bitcoin ont également réalisé les difficultés d'être leur propre banque.

En raison de cela, certains ont externalisé le travail de détention de bitcoins à des startups et des bourses qui sécurisent les clés privées des personnes qui cachent la monnaie virtuelle. Toutefois, certains de ces services ont eu tout autant de mal à sécuriser leurs clés. Bon nombre des plus grandes bourses de bitcoins au fil des ans, y compris la célèbre bourse Mt. Gox, ont perdu ou se sont fait voler leurs clés privées. Gabriel Abed, un entrepreneur de la Barbade, a perdu environ 800 bitcoins, soient environ 14 milliards de dollars aujourd'hui, lorsqu'un collègue a reformaté un ordinateur portable qui contenait les clés privées d'un portefeuille Bitcoin en 2011.

« Le risque d'être ma propre banque s'accompagne de la récompense de pouvoir accéder librement à mon argent et d'être un citoyen du monde, cela en vaut la peine », a déclaré Abed. Pour lui et pour Thomas, les pertes éventuelles dues à une mauvaise gestion des clés privées ont été en partie compensées par les gains énormes qu'ils ont réalisés sur les bitcoins qu'ils ont réussi à conserver. Les 800 bitcoins qu'Abed a perdus en 2011 ne représentent qu'une petite fraction des jetons qu'il a achetés et vendus depuis, ce qui lui a permis d'acheter récemment un terrain de 40 hectares en bord de mer à la Barbade pour plus de 25 millions de dollars.

Thomas a déclaré qu'il avait également réussi à conserver suffisamment de bitcoins, et à se souvenir des mots de passe, pour lui donner plus de richesses qu'il ne sait qu'en faire. Selon le rapport du NYT, en 2012, il a rejoint une startup spécialisée dans les monnaies numériques, Ripple, dont l'objectif était d'améliorer les bitcoins. Il a été récompensé avec la monnaie locale de Ripple, le XRP, qui a depuis pris de la valeur.

Source : New York Times

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des risques de devenir sa propre banque ?

Voir aussi

Le bitcoin est le meilleur investissement de ces dix dernières années, selon un rapport de Bank of America

Environ 3,8 millions de bitcoins y compris ceux de Satoshi Nakamoto, l'inventeur du Bitcoin, seraient définitivement perdus, rapporte Chainanalysis

La valeur du bitcoin passe la barre des 20 000 dollars pour la première fois de son histoire et renforce de plus en plus la confiance auprès de plusieurs grands acteurs sur la toile

Le bitcoin a atteint le record de 34 800 dollars, sa valeur ayant presque quadruplé cette année en raison de l'intérêt accru des investisseurs, mais s'effondre brusquement ce lundi

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 21:25
En effet, Stephen Thomas, un programmeur d'origine allemande vivant à San Francisco, a encore deux chances pour trouver un mot de passe qui vaut, cette semaine, environ 240 millions de dollars. Ces deux tentatives lui permettront de déverrouiller un disque dur, appelé IronKey, contenant les clés privé d'un portefeuille numérique renfermant 7 002 bitcoins.

Pour rappel, IronKey est le nom de marque d'une famille de dispositifs de stockage portables USB chiffrés appartenant à Kingston Digital, la filiale de mémoire flash de Kingston Technology Company Inc. Thomas a perdu, il y a des années, le papier où il avait noté le mot de passe de son disque dur IronKey, qui donne aux utilisateurs dix possibilités avant qu'il ne se bloque et chiffre son contenu pour toujours. Il a déjà épuisé 8 d'entre elles, ce qui signifie qu'après deux nouvelles tentatives erronées, il perdra ses bitcoins et peut dire à dieu à sa petite fortune pour toujours.
Je dois vraiment ne rien comprendre au monde de la cyptomonnaie... Pourquoi est-ce que j'arrive à cette conclusion?

1. Parce que si j'étais le sieur Stephen Thomas, il ne me viendrait pas à l'esprit de prendre contact avec le NewYork Times pour annoncer au monde entier que je suis un crétin qui a perdu 240 millions de dollars à cause du fait que j'avais écrit un mot-de-passe sur un papier gras jeté à la poubelle

2. Parce que si j'étais un journaliste du NewYork Times, je ne raconterais pas l'histoire du sieur Stephen Thomas, une histoire que je ne peux pas vérifier... Est-ce que le sieur Thomas a réellement perdu 240 millions ou seulement 240 cents?

3. Si j'avais à écrire un article sur le sujet, je ne donnerais pas la marque du disque dur parce que cela n'apporte rien à l'histoire... J'espère que le NewYork Times s'est vu rémunéré par la société Kingston Technology pour la pub faite à IronKey tout en ajoutant au fond de l'article un "cet article comporte des placements de produits"
3  1 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 14/01/2021 à 4:31
Moi aussi, ça me fait chier de me retaper le processus téléchargement/vérification de toute la chaîne pour quelques bitcoins. Je vais plutôt attendre que la puissance des machines permettent de casser les vieux codes en des temps raisonnables.
1  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/01/2021 à 21:29
Que pensez-vous des risques de devenir sa propre banque ?
Au final, les bitcoins n'ont rien de révolutionnaire... C'est aussi sûr que de cacher ses billets de banques dans une boite en carton cachée au fond d'une cave humide
0  1