IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'UE ne veut pas laisser l'Internet satellitaire à Starlink,
Une étude de faisabilité pour un système spatial indépendant de communications a été confiée aux géants européens de la technologie

Le , par Stan Adkens

665PARTAGES

8  0 
Bruxelles vient de commander une étude de faisabilité à de grands noms européens comme Airbus, Thalès, Orange ou Eutelsat pour concevoir un service d’Internet satellitaire européen destiné à stimuler l’économie digitale et réduire la fracture numérique. La nouvelle initiative qui vise à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe est annoncée alors que SpaceX entend proposer à long terme un accès généralisé à l'Internet par satellite via son service Starlink. Starlink veut fournir de l’Internet haut débit même aux zones les plus difficilement accessibles partout dans le monde.

L'étude de faisabilité devrait avoir une durée d'un an, coûtera 7,1 millions d'euros et est destinée à concevoir un système spatial indépendant de communications propre à l’Union européenne. Elle est confiée à un consortium de fabricants et d’opérateurs de satellites, d’un opérateur de télécommunication et du fournisseur européen de services de lancement afin d’étudier la conception, le développement et le lancement d’un système spatial européen de communications.


Cette étude a pour but d’évaluer la faisabilité de cette nouvelle initiative destinée à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises commerciales et ses institutions publiques. Comme le projet Starlink, le système aura également pour mission d’assurer une couverture, à l’échelle mondiale, des zones rurales et des zones blanches. Une fois validé, ce nouveau projet phare de l’Union européenne, qui s’inscrit dans la lignée des programmes Copernicus et Galileo, exploitera pleinement les synergies et le potentiel technologique des industries numérique et spatiale, a écrit Orange l’un des géants européens a qui a été confié l’étude.

« Cette étude aura pour but d’évaluer la faisabilité de cette nouvelle initiative destinée à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises commerciales et ses institutions publiques », indique l'Union européenne. Et d'indiquer que ce nouveau système aura, comme Starlink, pour vocation « d’assurer une couverture, à l’échelle mondiale, des zones rurales et des zones blanches ».

Les acteurs de la technologie sélectionnés par Bruxelles pour mener à bien cette étude sont : Airbus, Arianespace, Eutelsat, Hispasat, OHB, Orange, SES, Telespazio et Thales Alenia Space. Il leur revient de concevoir le futur système spatial européen à même de fournir des services sécurisés de communication aux États membres de l'UE, « ainsi qu’une connectivité à large bande pour les citoyens, les entreprises et les secteurs de la mobilité européens, renforçant ainsi la souveraineté numérique de l’Union ».

« La phase d’étude attribuée par la Commission européenne permettra plus particulièrement de définir les besoins des utilisateurs, la mission du système, une conception architecturale préliminaire et un concept de prestation de services, ainsi que les estimations budgétaires afférentes », a précisé la Commission européenne. « Un programme de partenariat public-privé (PPP) sera envisagé et évalué au cours de cette phase ».

L’étude examinera la façon dont ce système spatial pourrait améliorer les infrastructures critiques, actuelles et futures, y compris les réseaux terrestres. Elle évaluera également la manière de se connecter à ces infrastructures pour renforcer les capacités de l’Union en matière d’accès au Cloud et pour fournir des services numériques de manière indépendante et sécurisée, des caractéristiques essentielles pour susciter la confiance vis-à-vis de l’économie numérique et garantir l’autonomie stratégique et la résilience de l’Europe. Le projet a été initié par le commissaire européen à l'industrie, Thierry Breton, ancien directeur de la technologie et ministre français des Finances.

Bruxelles tient également compte de l’évolution à venir vers la technologie 6G

Les services à large bande par satellite existent déjà, mais ils utilisent des satellites géostationnaires en orbite à environ 36 000 kilomètres de la Terre. Cela rend les connexions trop lentes pour concurrencer efficacement la plupart des services terrestres. Les constellations en orbite basse sont suffisamment proches pour correspondre aux réseaux à fibres optiques les plus rapides.

SpaceX d’Elon Musk a installé des centaines de satellites Starlink et teste déjà le service auprès de clients potentiels. La Chine affirme avoir mis en place des satellites de communication qui utilisent une technologie basée sur les lois de la physique quantique pour les rendre "inviolables". OneWeb, basé au Royaume-Uni, est le plus proche rival de Starlink, mais ce dernier est maintenant hors de portée de l'UE après le Brexit. Il est donc difficile pour l'UE de rester un spectateur, d'autant plus que l'Union tente de défendre sa souveraineté technologique.

Les fonctionnaires de l'Union européenne ont approuvé l’étude sur une constellation en orbite basse similaire à Starlink qui offrirait des communications gouvernementales sécurisées et apporterait le service Internet aux communautés isolées. La mise au point d'une telle constellation rendrait l'Europe moins dépendante des technologies chinoises et américaines dans ce qui est en train de devenir une nouvelle course à l'espace en orbite basse.

Le travail pourrait s'inspirer des programmes européens existants autour des communications gouvernementales par satellite et de la technologie quantique. Dans un discours prononcé en septembre dernier, M. Breton a fait allusion à la nécessité d'une constellation européenne « pour permettre à l'Europe d'accéder au niveau de sécurité offert par la cryptologie quantique basée dans l'espace ».

Rappelons que l'UE entend également ne pas être à la traîne en ce qui concerne la technologie 6G, cette future génération de technologie mobile dont on ne sait pour l'heure pas grand-chose. Pour ne pas se faire distancer dans cette nouvelle course à la 6G qui s'annonce, Bruxelles vient ainsi de lancer le projet Hexa-X, qui doit lui permettre de faire émerger de nouveaux cas d'usages pour la 6G. Financé par l'UE dans le cadre de son programme d'investissement Horizon 2020, ce projet vient tout juste de débuter et devrait durer deux ans et demi, avant la remise des premières conclusions.

Le projet doit déboucher sur la commercialisation de premiers équipements compatibles avec la 6G d'ici l’année 2030. La responsabilité du projet a été confiée à Nokia, qui occupera le rôle de coordinateur d'un consortium réunissant de grands noms de la technologie européenne ou internationale. Parmi lesquels figurent notamment les opérateurs Orange ou Telefonica, mais également Intel, Atos ou encore Siemens. Côté académique, les universités d'Oulu (en Finlande) et de Pise (en Italie) feront également partie de l'aventure.

L’UE n’est pas le premier groupe à se projeter dans l’avenir des technologies après la 5G. Une équipe de chercheurs de l'Université d'Osaka et de l'Université technologique de Nanyang a présenté une puce 6G avec laquelle elle a pu transmettre des données à une vitesse de 11 gigabits par seconde, dépassant ainsi la vitesse maximale théorique de 10 gigabits par seconde de la 5G. En outre, la puce serait suffisamment rapide pour diffuser des vidéos haute définition 4K en temps réel. L’équipe a conclu que la 6G pourrait être 100 fois plus rapide que la 5G.

Alors que les mobiles compatibles 5G ne sont pas encore nombreux, NTT DoCoMo, le premier opérateur de téléphone mobile japonais, a publié en janvier un livre blanc décrivant qu’il serait déjà passé à la phase d’amélioration de la 5G, tout en planchant sur la sixième génération de réseau mobile. La firme estime que les débits maximums de la 6G dépasseront les 100 Gb/s, soit 100 fois plus rapide que la 5G et pourrait couvrir toute la Terre à partir des satellites.

Sources : Orange, Hexa-X

Et vous ?

Que pensez-vous de l’initiative de la mise en œuvre d’un système spatial indépendant de communications européen ?
L’UE veut faire concurrence à Starlink, qui est déjà en train de tester ses services et qui compte lancer jusqu’à 40 000 satellites. Quels commentaires en faites-vous ?

Voir aussi :

SpaceX Starlink a maintenant son propre système autonome avec un numéro ASN (Autonomous System Number), et est présent au Seattle Internet Exchange
Le bêta test public de Starlink commence à la réception des invitations, et à l'apparition de l'application dans l'App Store et Google Play, respectivement pour iOS et Android
OneWeb sort de la faillite et est prêt à lancer d'autres satellites à large bande, d'ici le 17 décembre prochain et tout au long de 2021 et 2022
Les offres internet par satellite d'Amazon, SpaceX, OneWeb et d'autres entreprises pourraient faire économiser des milliards de dollars, aux consommateurs dans le monde

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 9:26
C'est trop marrant.

Y'a pas de sous pour les lits de réa, y'a pas de sous pour mettre des médecins à la campagne, y'a pas de sous pour une sécu européenne, un salaire européen, des tarifs énergétiques européens, j'en passe et des meilleures.

Par contre y'a des des sousous pour arroser les copains pour un projet qui, comme tout les autres et en plus d'être complètement inutile, ne verra jamais le jour.

Mes parents vivent à la campagne et ont internet par satellite depuis plus de dix ans.

Nous prendrait on pour des **** ?
8  2 
Avatar de spyserver
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 9:56
S'aligner sur l'idée d'un milliardaire mégalo wow génial, c'est vrai qu'en plus vu le prix exhorbitif de ce type d'abonnement on se doute bien que ça va rencontrer un franc succès, sans parler de l'impact le plus important : la pollution de l'espace, les pays qui en auraient le plus besoin (hémisphère sud) n'ont pour la plupart mm pas accès à l'espace et nous l'europe on sort juste un truc inutile pr dire qu'on est tjrs ds la course wow génial !
6  0 
Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 10:54
Citation Envoyé par walfrat Voir le message

Si je devais essayer de deviner :
  • Maintenir une compétence dans le domaine spatiale en Europe, je pense que c'est important.
  • Pouvoir être indépendant de la Chine/US là où on peut. C'est mieux pour que notre démocratie (représentative je sais) ne batte pas trop de l'aile car trop soumise a des acteurs étrangers.
  • Soft power en Afrique là où ils en auraient le plus besoin
  • On parle des zones blanches en France, mais je pense qu'il y en a sans doute beaucoup plus dans d'autres pays de l'Europe, ils ont donc un intérêt direct.
Oui peut être, mais pas vraiment.

Le programme Ariannespace est déjà le plus gros lanceur de satellite commerciaux et gouvernementaux, on sait faire.

Être indépendant de la chine ou des Us ça partirait déjà d'avoir nos serveur cloud et d'interdire aux gouvernements d'utiliser des services ou la data part de l'autre côté de l'atlantique. Ne pas faire ça c'est ne rien faire. Et on ne fait rien à part mettre des milliards dans des projets qui ne voient pas le jour parce que l'oncle Sam l'aurait trop mauvaise, donc c'est rapé.

Soft power en Afrique, ma foi oui à la rigueur, mais d'ici la les Chinois leurs auront apportés des bus, des dentistes, l'adsl et du travail, en plus d'avoir racheté la moitié du continent. Starlink sera passé par la aussi, mais encore une fois je ne vois toujours pas comment des gens qui n'ont pas de quoi s'acheter à manger vont souscrire à une offre internet satellitaire et l'utilité qu'ils en auront...

La question des zones blanches est à mon sens la moins pertinente. Il existe déjà une offre d'internet par satellite. Il n'y a théoriquement plus de zone blanche en europe.

Non je crois que le sujet c'est surtout qu'il ne savent plus quoi inventer pour distribuer du pognon aux copains...
6  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 7:21
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
L’Europe aura donc bien sa propre constellation de satellites. La Commission européenne a fini par approuver un projet à six milliards d'euros après de vives discussions en interne. L’initiative est destinée à muscler les capacités en apport de connexion Internet et téléphonique en Europe.
Il y avait des meilleurs investissements à faire. D'autant que la durée de vie des satellites starlink est de 5 à 7 ans, donc toutes les entreprises qui veulent faire de l'internet satellitaire devront régulièrement envoyer d'autres satellites pour remplacer les anciens. Ça coute une fortune pour rien.
La plupart des Français vont avoir accès à la fibre optique, donc on en a rien à foutre de l'internet satellitaire, ça n'est utile que pour peu de gens.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Les Américains pour leur part ont déjà de l’avance en Europe via le projet Starlink d’Elon Musk.
Ça n'a rien à voir.
Starlink est une entreprise, ce n'est pas l'état qui l'a créé.
Alors que dans l'UE le projet vient d'une volonté public, et ça fait chier que l'argent de l'UE parte là dedans.
Si une entreprise voulait lancer des satellites avec son argent ça me poserait beaucoup moins problème.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Quelle est votre préférence entre l'Internet terrestre et l'Internet fourni par des satellites ?
Aujourd'hui le top c'est clairement la fibre optique.
L'internet fourni par des satellites n'est utile que dans les zones complétement paumées (sans ADSL, ni 4G).

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Le bénéfice tiré de ces constellations vaut-il le revers de la médaille (avoir des satellites en masse dans le ciel) ?
Quel bénéfice ?
Ce projet ne sert à rien, c'est de l'argent jeté par les fenêtres.
4  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 8:46
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Aujourd'hui le top c'est clairement la fibre optique.
L'internet fourni par des satellites n'est utile que dans les zones complétement paumées (sans ADSL, ni 4G).
Justement, on a quelques coins avec au mieux un ADSL avec un débit pourri (on a quand même mis du cuivre lorsqu'on a déployé le réseau). Le satellite est moins rapide que la fibre, mais par contre, il est plus pratique pour les opérateurs. Attention, je ne dis pas que l'initiative de l'UE est une bonne idée, juste que proposer à ces gens qui vivent dans des zones blanches un internet correct par satellite, c'est pas une mauvaise idée.

Quel bénéfice ?
Ce projet ne sert à rien, c'est de l'argent jeté par les fenêtres.
Encombrer encore un peu plus l'orbite basse...
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 9:05
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
proposer à ces gens qui vivent dans des zones blanches un internet correct par satellite, c'est pas une mauvaise idée.
Ok ben il existe :
- Starlink
- OneWeb
- Kuiper
Et bien d'autres, c'est pas un truc nouveau l'internet par satellite.
Ceux qui vivent là où l'ADSL n'arrive pas, peuvent utiliser l'internet par satellite depuis des années.

Pourquoi en ajouter encore un ?
Pourquoi gaspiller autant de milliards ?
4  0 
Avatar de Waikiki
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 9:03
Faudrait vraiment que l'Europe arrête de vouloir copier les mauvaises idées provenant des US.
3  0 
Avatar de robertledoux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 12:52
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message

Aujourd'hui le top c'est clairement la fibre optique.
L'internet fourni par des satellites n'est utile que dans les zones complétement paumées (sans ADSL, ni 4G).
et pour le coup de ce projet de satellite, on pourrait tout simplement fibrer voir proposer de l'ADSL 20 Mega pour les coins "paumés" et éviter de polluer encore plus l'orbite de la Terre.
3  0 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 12:52
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
je plussoie

Au 17ème siècle on appelait ça... des corsaires
Sauf que les corsaires ne pillaient pas leur propre État et payaient leurs impôts à ce même État.

Ou alors on parle justement bien de corsaires, puisqu'ils pilleraient la France pour reverser à d'autres?
3  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 16:23
Comme vous tous, je n'y vois que peu d'avantages direct.

L'Europe n'a pas du tout la même géographie que els USA, donc les zones non peuplées sont moins nombreuses.
La fibre alliée aux technos 4g / 5g me semble bien plus appropriées pour desservir le continent que des satellites extrêmement polluant(un lanceur, ca consomme quand même un peu ...)

Le seul avantage, c'est que ca nous obligerait, indirectement, a faire un bon en avant sur nos lanceurs. Les américains travaillent sur la réutilisation, ce que nous ne savons pas encore faire.
Pour lancer 50 000 satelittes, y a pas vraiment le choix.

Après, je pense que ces deniers seraient mieux investis ailleurs... et que le retard pris ne sera jamais comblé. J'aurai préféré qu'on finisse galileo par exemple qui a de plus grandes applications civiles.

EDIT : en fait galileo est actif depuis 2016...
3  0