IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une première mondiale, AutoX, une startup soutenue par Alibaba, déploie des robotaxis sans conducteur sur les routes publiques de Shenzhen en Chine,
La flotte pouvant se déplacer dans toute la ville

Le , par Stan Adkens

347PARTAGES

3  0 
La poussée mondiale vers les véhicules autonomes enregistre des succès alors que les nouvelles technologies comblent les lacunes qui ont longtemps entravé son progrès. En Chine, une entreprise vient de se rapprocher encore plus de cette réalité. Jeudi, AutoX, une startup soutenue par Alibaba, a annoncé le lancement des robotaxis sans conducteur à Shenzhen, en Chine. La société dit qu’il s'agit de la première grande percée dans l'utilisation de véhicules autonomes pour les transports publics en Chine, a rapporté CNN.

Les habitants de Shenzhen verront de véritables voitures sans conducteur sur les routes dans toute la ville à partir de jeudi grâce à une autorisation obtenue par AutoX. AutoX a été fondée en 2016 par Jianxiong Xiao, un ancien maître de conférences à Princeton. La startup basée à Shenzhen se concentre sur la mise au point de la technologie pour les véhicules autonomes, et elle est en partenariat avec le constructeur automobile Fiat Chrysler pour développer et déployer ses robotaxis.


Comme aux États-Unis et dans tous les autres pays où l'on expérimente des voitures autonomes, les autorités chinoises ont donné avec prudence leur accord aux entreprises qui utilisent des véhicules sans conducteur. Jusqu'à présent, les entreprises exploitant des véhicules sans conducteur en Chine étaient soumises à des règles strictes, notamment l'obligation de disposer d'un conducteur de secours à l'intérieur des véhicules par mesure de sécurité.

Mais c'est là qu'AutoX brise le sort. L'entreprise, soutenue également par MediaTek et Shanghai Motors, a réussi à obtenir des autorités qu'elles approuvent les véhicules sans conducteur de réserve ou sans opérateur à distance pour sa flotte locale de 25 voitures, dit-elle, d’après CNN. Et contrairement à ce qui se passait auparavant, le gouvernement ne limite pas les endroits où AutoX opère dans la ville. Cependant, l'entreprise a déclaré qu'elle se concentrerait sur la zone en déclin de la ville, en s'efforçant de satisfaire la curiosité du gouvernement et du public par le biais des tests.

Dans une vidéo publiée jeudi, AutoX montre sa minivan, une Fiat Chrysler Pacifica, naviguant seul dans le centre-ville, montrant les passagers monter à bord et charger un paquet sur le siège arrière pour faire un tour. Il montre également la voiture en train de contourner les camions, de passer devant les piétons et de faire demi-tour.

« C'est un rêve. Après avoir travaillé si dur pendant de nombreuses années, nous avons finalement atteint le point où la technologie est suffisamment mature, où nous nous sentons en confiance par nous-mêmes, pour vraiment supprimer le conducteur de sécurité », a déclaré Xiao, le PDG d'AutoX, dans une interview.

AutoX a déclaré que pour éliminer les goulots d'étranglement qui ont rendu difficile l'approbation de véhicules entièrement autonomes par les autorités de réglementation, il faut améliorer la technologie pour permettre aux véhicules de naviguer avec sensibilité autour des humains et d'autres objets. « Les scénarios de trafic sont beaucoup plus difficiles », a déclaré Xiao. « Pour notre IA, nous avons dû faire beaucoup de travail pour nous adapter au mode de conduite chinois local », a déclaré Xiao.

Xiao a attribué ce succès à l'amélioration des logiciels et du matériel, et a déclaré que les régulateurs ont été impressionnés par le logiciel d'IA. « Nous avons plus de 100 véhicules qui roulent chaque jour sur les routes chinoises pour saisir des données. Le logiciel d'IA est maintenant meilleur », a déclaré Xiao, ajoutant que « d'un point de vue technique, la voiture est prête », et « il est très crucial d'avoir cette voiture, sinon nous ne pouvons pas rouler sans conducteur ».


Il faut noter que la nouvelle initiative est encore à l'essai. Cela ne changera probablement pas de sitôt, selon Xiao, qui a déclaré qu'il espérait obtenir l'autorisation d'étendre le programme aux passagers réguliers dans les deux ou trois prochaines années.

L’intensification de la course au développement de véhicules entièrement autonomes

Bien qu'AutoX ait pris l'avantage en Chine, la course au développement de véhicules entièrement autonomes fiables s'est intensifiée ces dernières années. En octobre 2020, Waymo LLC, une filiale de la société mère de Google, Alphabet, a étendu ses services de voitures sans conducteur au public, et elle est devenue le seul service commercial de conduite autonome qui fonctionne sans conducteur de secours dans le véhicule.

Waymo s'est associé à des constructeurs automobiles, dont Daimler AG, Nissan-Renault, Fiat Chrysler, Jaguar Land Rover et Volvo, pour développer la technologie des camionnettes de livraison et des semi-remorques de classe 8 pour la livraison et la logistique.

Tesla est un autre constructeur automobile qui a sauté sur l'idée du robotaxi. Son fondateur et PDG, Elon Musk, avait fixé en 2019 l'objectif de l’année 2020 pour une éventuelle voiture Tesla sans conducteur. Bien que la société n'ait pas encore atteint cet objectif alors que l’année finit bientôt, elle a ajouté la notoriété à la quête de véhicules autonomes. En avril dernier, Musk a déclaré qu’il restait confiant quant au projet de Tesla de mettre en service un million de robotaxis avant la fin de l'année, malgré la crise du coronavirus.

Mobileye avance également en Europe. La division R&D d’Intel consacrée aux voitures autonomes a annoncé en juillet avoir franchi une nouvelle étape alors que l'organisme de certification allemand l’a autorisée à débuter sur certaines voies publiques. Mobileye va ainsi pouvoir tester ses véhicules, qui embarqueront un opérateur, sur certaines routes à Munich et de ses environs, en zones urbaines et rurales ainsi que sur l’autoroute jusqu'à une vitesse de 130 kilomètres/heure.

AutoX franchit l’étape actuelle cinq mois seulement après que la société ait obtenu de la Californie un permis pour commencer les tests sans conducteur, suivant ainsi les traces de Waymo et Nuro, a rapporté CNN. L’autorisation aux États-Unis indique également que la Chine veut mettre son industrie de la conduite autonome sur un pied d'égalité avec celle des villes américaines, alors que Shenzhen et Shanghai se font concurrence pour attirer les jeunes entreprises de conduite autonomes en levant les obstacles réglementaires.

« Nous avons obtenu le soutien du gouvernement local. Shenzhen fait de grands progrès rapides en matière de législation sur les voitures autonomes », a déclaré le représentant d'AutoX.

Selon CNN, la concurrence des véhicules autonomes s'est accrue en Chine, avec l'ouverture au public de plus en plus de véhicules autonomes. En juin, Didi, la plus grande entreprise de transport routier de Chine, a lancé son propre essai de véhicules autonomes à Shanghai, offrant au public des trajets gratuits, mais non sans conducteur de secours. Baidu aurait également proposé des trajets publics dans ses véhicules sans conducteur dans certains quartiers de Pékin.

Mais AutoX a un avantage, avec plus de 100 robotaxis déployés dans cinq villes chinoises, dont Shanghai et Wuhan, l'entreprise est la seule à avoir obtenu le droit d'offrir des services de trajets autonomes sans chauffeur de réserve en Chine. Xiao a déclaré que les régulateurs détermineront si la même règle s'appliquera dans d'autres villes, car l'entreprise vise à s'étendre à plus de dix villes locales.

Les véhicules AutoX sont disponibles au public à Shanghai, et les usagers peuvent les héler grâce à l'application Autonavi d'Alibaba, une application de cartographie chinoise. L’application permet également aux utilisateurs de choisir de demander une voiture avec chauffeur. La dernière approbation de la startup par les autorités locales de Shenzhen est intervenue après six mois d'essais déjà réalisés sur place.

La Chine, qui abrite le plus grand secteur automobile du monde, pourrait un jour devenir le premier marché mondial des véhicules autonomes, selon un rapport de la société de conseil McKinsey. Selon ce rapport, le pays pourrait générer jusqu'à 1 100 milliards de dollars de recettes provenant des services de mobilité autonome d'ici 2040. Les concurrents chinois d’Autox accumulent également des kilomètres pour entraîner leurs algorithmes de conduite autonome tout en réservant des investissements importants pour financer la R&D et les essais pilotes.

L'industrie, cependant, a encore un long chemin à parcourir. Xiao estime qu'il pourrait falloir encore cinq ans pour que les taxis sans conducteur deviennent la norme en Chine. « La barre est incroyablement haute », a-t-il déclaré. « C'est extrêmement difficile, mais nous sommes très heureux ».

Source : CNN

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que pensez-vous du rythme de l’avancée vers les véhicules sans chauffeur ?

Voir aussi :

Waymo ouvre son service de voiture entièrement sans conducteur au grand public dans la région de Phoenix en Arizona dans un rayon d'environ 129 kilomètres carrés
Waymo obtient le feu vert en Californie pour prendre des passagers dans ces voitures autonomes, mais en se limitant à ses employés et leurs invités
Elon Musk reste confiant quant au projet de Tesla de mettre en service un million de robotaxis d'ici la fin de l'année, malgré la crise du coronavirus
Étude : les consommateurs sont de plus en plus favorables aux voitures autonomes, qui seront le mode de transport préféré de la majorité d'ici 2029

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !