IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Twitter vous avertira si vous "likez" les tweets trompeurs,
Alors que l'entreprise affiche déjà un avertissement lorsque vous essayez de "retweeter" un tweet étiqueté

Le , par Stan Adkens

100PARTAGES

4  0 
Twitter élargit ses réponses à la désinformation en informant les utilisateurs lorsqu'il s'agit de tweets au contenu litigieux. Le site Web de médias sociaux a déjà ajouté des étiquettes d'avertissement lorsque les utilisateurs essaient de retweeter un message qui tente de diffuser des informations erronées ou de la désinformation.

Twitter a commencé à signaler les tweets au contenu litigieux et potentiellement trompeur cette année à l'approche des élections présidentielles 2020. Grâce à cette fonction, le site Web vous avertira chaque fois que vous essaierez de retweeter ou de citer un message étiqueté comme tel afin de limiter la diffusion d'informations erronées. Le réseau social a étendu cette fonctionnalité de sorte que vous recevrez également un avertissement si vous tentez de "liker" un tweet litigieux, a annoncé l'entreprise lundi. Si vous appuyez sur le bouton "Coeur" d'un message étiqueté comme trompeur, un message d'avertissement apparaîtra avec un bouton "En savoir plus".


Twitter a introduit de nouvelles étiquettes sur le coronavirus en mai afin de « fournir un contexte et des informations supplémentaires » aux tweets contenant des « informations contestables ou trompeuses » sur la pandémie.

Il a également ajouté des étiquettes aux tweets du président Donald Trump, qui n'a cessé de diffuser des messages litigieux sur des rivaux politiques qui volent l'élection, qui a mis en doute l'intégrité des compteurs de votes, qui a affirmé sans fondement que les bulletins de vote sont secrètement rejetés et qui a revendiqué des victoires dans les États clés où les votes continuaient d'être comptés.

« Il est vital de donner un contexte sur les raisons pour lesquelles un Tweet étiqueté est trompeur dans le cadre de notre élection, covid-19, et des règles des médias synthétiques et manipulés », a déclaré Twitter dans un communiqué lundi dernier.

« Ces messages ont permis de réduire de 29 % les citations d'informations trompeuses. Nous les élargissons donc pour montrer que vous likez un Tweet étiqueté », a-t-il ajouté.


Les avertissements avant les retweets et les likes sur les tweets étiquetés ne sont pas les seules restrictions que Twitter a récemment mises en place pour ajouter un peu de friction à la plateforme et réduire la diffusion de fausses informations. L'entreprise a ajouté une fonction qui encourage les utilisateurs à lire les articles avant de les partager, et a modifié son bouton de retweet pour qu'il soit par défaut un "quote tweet" afin de donner « aux gens un moment supplémentaire pour réfléchir au pourquoi et à ce qu’ils ajoutent à la conversation », selon un blog post publié le 12 novembre par Kayvon Beykpour et Vijaya Gadde de Twitter.

En effet, actuellement, lorsque les utilisateurs tentent de partager un retweet, Twitter ouvre une fenêtre pour composer un quote tweet au lieu de partager immédiatement ce tweet avec vos followers. Vous n'avez cependant pas besoin d'écrire quoi que ce soit, et vous pouvez toujours publier un retweet standard – il suffit de cliquer sur le bouton "Retweet" dans la fenêtre de composition. Ces changements ont été apportés aux retweets en octobre en prévision de la période des élections aux États-Unis.

Twitter a aussi décidé en octobre de ne pas montrer non plus les recommandations "Liké par" ou "suivies par" de personnes que vous ne suivez pas, et l'encadré des tendances ne montre que les tendances avec un contexte supplémentaire inclus. Tout comme les changements apportés aux retweets, ces modifications étaient censées être en place jusqu'à la fin de la semaine électorale aux États-Unis, selon Twitter. Tous ces changements ont été annoncés pour la première fois le 9 octobre.

La chercheuse Jane Manchun Wong, spécialiste des fonctionnalités expérimentales des applications, a découvert cette fonction élargie au début du mois. Les tweets qu'elle a testés, qui étaient liés aux élections, ont tous montré un avertissement :


Une semaine après le jour de l'élection, Twitter a révélé qu'il avait qualifié 300 000 tweets de trompeurs entre le 27 octobre et le 11 novembre. Sur ce total, 456 ont été bloqués pour ne pas être retweetés ou likés et ont été cachés derrière un avertissement avant même d'avoir pu être consultés. L'entreprise affirme que ses efforts ont permis de réduire de 29 % le nombre de tweets contenant des informations trompeuses.

L’extension de la fonctionnalité d’avertissement avant un retweet à l’avertissement si vous "likez" les tweets trompeurs annoncée par l'entreprise lundi, est en cours de déploiement sur le Web et sur iOS dans le monde entier cette semaine, et elle sera disponible sur Android dans les prochaines semaines, a déclaré Twitter.

Par contre, selon BuzzFeed News, les étiquettes que Facebook a mises sur les nombreux messages litigieux liés aux élections diffusés par le président Donald Trump au lendemain de l'élection présidentielle américaine n'ont pas réussi à ralentir leur diffusion sur le réseau social, d’après des données internes vues par le site d’information.

Après qu'un employé ait demandé un peu plus tôt ce mois, sur les forums de discussion internes de l'entreprise, si Facebook disposait de données sur l'efficacité des étiquettes, un spécialiste des données a révélé que les étiquettes - appelées "informs" en interne - ne contribuent que très peu à réduire leur diffusion, a rapporté BuzzFeed News la semaine dernière.

« Nous avons la preuve que l'application de ces informations aux messages diminue leur partage d’environ 8 % », ont déclaré les scientifiques. Les scientifiques ont noté, en outre, que l'ajout des étiquettes ne devrait pas réduire la diffusion de faux contenus. Au contraire, ils sont utilisés « pour fournir des informations factuelles dans le contexte du post ».

« En prévision de cette élection, nous avons développé des étiquettes d'information, que nous avons appliquées aux messages des candidats dans le but de connecter les gens avec des sources fiables sur l'élection », a déclaré la porte-parole de Facebook, Liz Bourgeois, ajoutant que les étiquettes n'étaient « qu'une partie de nos efforts plus larges d'intégrité électorale », a rapporté BuzzFeed News.

Source : Twitter

Et vous ?

Que pensez-vous de la mise à jour de Twitter qui vous avertira si vous "likez" les tweets trompeurs ?
Twitter va-t-il donc désormais se charger de nous dicter comment nous devons penser ?

Voir aussi :

Twitter construit "Birdwatch", un système pour lutter contre la désinformation en ajoutant plus de contexte aux tweets, qui pourrait mettre tout le monde à contribution
Twitter tente d'empêcher les internautes de partager des articles qu'ils n'ont pas lus dans le cadre d'une expérience qui évitera de susciter des réactions sur le RS uniquement sur la base du titre
Twitter va permettre à ceux de ses employés dont les postes le permettent de rester en télétravail de façon permanente, ce, même après la levée des restrictions en lien avec la pandémie de coronavirus
Twitter désigne le célèbre hacker informatique "Mudge" comme responsable de la sécurité, il devrait apporter des changements dans les pratiques de sécurité de l'entreprise

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 26/11/2020 à 17:23
Twitter a fait tomber son masque. Point de neutralité, si ce n'est celle de sa vérité qu'ils veulent imposer. "Liker ou RT un tweet dit trompeur" = "attention vous ne pensez pas comme nous, ce n'est pas bien". Une preuve de plus du danger de la lutte contre les fake news.
3  0 
Avatar de Planetary
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 26/11/2020 à 23:28
Prochaine étape, le ministère de la vérité ?
Surtout au vu du récent papier du washington post qui accusait la France de ficher les musulmans, sans preuve. Et ce sont ces sources, qui ne cache même pas leur parti pris politique, qui vont décider de ce qui est "vrai" ou non.
1  0 
Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/11/2020 à 13:27
Perso, la neutralité des RS j'y ai jamais cru. Et s'il y en avait une quelconque ce n'était de toute façon pas fait pour durer, vu l'ampleur des mastodontes. Il faut se faire une raison.

Aussi je suis assez mitigé. Pour l'instant le peu de tweets que j'ai vu avec ce genre d'étiquette ne se mouillent pas trop, et donnent une source officielle fiable sur des choses qui sont quand même très simples à trancher. Par ex Trump qui s'est déclaré président.

Si cela restait ainsi, à ne pas nager en eaux troubles, pourquoi pas. Même si je demande à voir quand à l'utilité réelle du dispositif.
Car les gens qui suivent trump sur twitter, je ne pense pas que ça va changer grand chose sur leur façon de penser ou d'agir, vu que beaucoup considèrent déjà que les thèses officielles sont fausses... Mais c'est peut être utile pour ceux qui ont encore un avis partagé.
Faudrait des études pour voir ce qu'il en est.
0  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/12/2020 à 16:23
Citation Envoyé par onilink_ Voir le message
Perso, la neutralité des RS j'y ai jamais cru. Et s'il y en avait une quelconque ce n'était de toute façon pas fait pour durer, vu l'ampleur des mastodontes. Il faut se faire une raison.

Aussi je suis assez mitigé. Pour l'instant le peu de tweets que j'ai vu avec ce genre d'étiquette ne se mouillent pas trop, et donnent une source officielle fiable sur des choses qui sont quand même très simples à trancher. Par ex Trump qui s'est déclaré président.

Si cela restait ainsi, à ne pas nager en eaux troubles, pourquoi pas. Même si je demande à voir quand à l'utilité réelle du dispositif.
Car les gens qui suivent trump sur twitter, je ne pense pas que ça va changer grand chose sur leur façon de penser ou d'agir, vu que beaucoup considèrent déjà que les thèses officielles sont fausses... Mais c'est peut être utile pour ceux qui ont encore un avis partagé.
Faudrait des études pour voir ce qu'il en est.
Le monde de l'IT est un monde plutôt démocrate (voire libertairen), à l'image de la Californie qui abrite la célèbre Silicon Valley et qui a bien déteint sur elle. Ou l'inverse, mais toujours est-il que IT et Californie sont idéologiquement en phase, tous deux anti-républicains. Il était plus facile pour eux de passer pour neutre de 2008 à 2016, quand Obama qui pensait comme eux était au pouvoir. C'était bien aussi sur la fin de George Bush Jr, quand beaucoup n'en pouvaient plus de lui. Mais depuis 2016 ils ont un gros poil à gratter, un certain "Donald John Trump". Jusqu'ici ça allait car il se limitait à un rôle de rigolo sur les réseaux. Mais depuis 2016 ce n'est plus la même. C'est désormais une personne importante, avec beaucoup de pouvoir, qui ne pense pas comme eux et qui ne se prive pas pour le dire à longueur de journées et qui teste même les limites de tolérance et du monde de l'IT. Trump a le mérite de les mettre face à leurs responsabilités : soit vous êtes vraiment neutres et vous vous comportez comme tels, soit vous assumez vos idées quitte à jouer les modos zélés face à moi. Twitter n'a fait que tomber dans le piège du Donald.
0  0