Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Eric Schmidt, l'ancien PDG de Google, pense que les réseaux sociaux sont des « amplificateurs pour des idiots »
Et s'insurge contre les actions en justice à l'endroit de Google

Le , par Stéphane le calme

120PARTAGES

18  0 
L'ancien PDG de Google, Eric Schmidt, a déclaré que les « excès » des médias sociaux devraient entraîner une réglementation accrue des plateformes Internet dans les années à venir.

Schmidt, qui a quitté le conseil d'administration de la société mère de Google Alphabet Inc. en 2019 mais est toujours l'un de ses plus gros actionnaires, a déclaré que le procès antitrust intenté mardi par le gouvernement américain contre l'entreprise était déplacé, mais que davantage de réglementation pourrait être nécessaire pour les réseaux sociaux en général.

« Le contexte des réseaux sociaux servant d'amplificateurs pour les idiots et les fous n'est pas ce que nous voulions », a déclaré Schmidt lors d'une conférence virtuelle organisée par le Wall Street Journal mercredi. « À moins que l'industrie ne réagisse de manière vraiment intelligente, il y aura une réglementation. »

Sans savoir à qui « nous » fait référence, vous pourriez penser qu'il parle de la façon dont l'ensemble de l'industrie technologique n'a pas réussi à empêcher des sites comme Facebook et Twitter de créer des chambres d'écho et de polariser la politique dans le monde.

Il est certainement un membre de l'élite technologique, auquel de nombreux autres PDG ont prêté attention.

Vous vous souvenez peut-être que Schmidt a également personnellement contrôlé l'un des plus grands réseaux sociaux pendant de nombreuses années : YouTube. Il a présidé le rachat de 1,65 milliard de dollars en 2006. Il est ensuite resté PDG de Google jusqu'en 2011 et a été président exécutif d'Alphabet jusqu'au début de 2018.

Cette année, YouTube a finalement révélé qu'il gagnait 15 milliards de dollars par an, alors peut-être que l'achat était désormais justifié en termes purement financiers. Sur le plan social, cependant, on dirait plutôt qu'il s'excuse que l'âge d'or de YouTube est révolu. Ce n’est « pas ce que nous voulions ».

YouTube de Google a tenté de réduire la propagation de la désinformation et des mensonges sur Covid-19 et la politique américaine au cours de l'année dernière, avec des résultats mitigés. Facebook Inc. et Twitter Inc. ont également été critiqués ces dernières années pour avoir permis la diffusion de messages racistes et discriminatoires qui se sont vus très diffusés en ligne.

Schmidt a également fait valoir que l'énorme activité de recherche de Google, la cible de la poursuite antitrust du ministère de la Justice des États-Unis, continue de connaître un tel succès parce que les gens la choisissent plutôt que ses concurrents, et non parce qu'elle utilise sa taille pour bloquer ses petits concurrents.

« Je ferais attention à ces arguments de dominance. Je ne suis tout simplement pas d’accord avec eux », a déclaré Schmidt. « La part de marché de Google n'est pas de 100 %. »


Eric Schmidt, ancien PDG de Google

Un avis (sans surprise) partagé par Kent Walker, directeur juridique de l'entreprise, qui a déclaré dans un billet de blog : « Les gens utilisent Google parce qu'ils choisissent de le faire et non parce qu'ils y sont contraints ou parce qu'ils ne peuvent pas trouver d'alternatives ». Walker a déclaré que le procès ne ferait « rien pour aider les consommateurs. Au contraire, cela favoriserait artificiellement des alternatives de recherche de qualité inférieure, augmenterait les prix des téléphones et rendrait plus difficile pour les utilisateurs d'obtenir les services de recherche qu'ils souhaitent utiliser. »

Il faut noter que le ministère américain de la Justice a intenté mardi une action antitrust en justice contre Alphabet Inc., la maison-mère de Google, affirmant que la société utilise son pouvoir de marché pour évincer ses rivaux. Le ministère a déclaré que rien n'était hors de propos, y compris une dissolution de la société de recherche et de publicité sur Internet.

« Aujourd'hui, des millions d'Américains dépendent d'Internet et des plateformes en ligne pour leur vie quotidienne », a déclaré le procureur général William Barr dans un communiqué. « La concurrence dans ce secteur est d'une importance vitale, c'est pourquoi la poursuite d'aujourd'hui contre Google pour violation des lois antitrust est une affaire de la plus haute importance à la fois pour le ministère de la Justice et pour le peuple américain ».

« Au cours des 16 derniers mois, la division antitrust a recueilli des preuves convaincantes que Google ne fait plus de concurrence uniquement sur le fond, mais utilise à la place son pouvoir de monopole - et des milliards de profit de monopole - pour verrouiller les voies clés de recherche sur les téléphones mobiles et les navigateurs ainsi que les appareils de nouvelle génération, privant les concurrents de la distribution et de l'évolutivité », a-t-il ajouté.

« Le résultat final est que personne ne peut contester la domination de Google en matière de recherches et de publicité relatives aux recherches ».

Le ministère de la Justice a aussi accusé Google de conclure des accords avec des grandes enseignes comme Apple et d'étouffer la concurrence par le biais de contrats et d'accords commerciaux exclusifs. Les accords de Google avec Apple, les opérateurs de téléphonie mobile et d'autres fabricants de téléphones pour faire de son moteur de recherche l'option par défaut pour les utilisateurs représentaient la majeure partie de sa part de marché dominante dans la recherche, a déclaré le ministère, avançant un chiffre estimé à environ 80 %.

À ce propos, Google a fait valoir qu'il n'y avait rien de mal dans ses accords avec Apple ainsi que d'autres fabricants de smartphones, en les comparant aux marques de céréales payant pour un placement de premier plan dans les rayons des magasins. L'entreprise a également déclaré qu'il n'était pas difficile pour les consommateurs de changer les paramètres par défaut de Google vers un autre moteur de recherche.

Et d'expliquer « qu'Apple propose Google Search dans son navigateur Safari, car ils déclarent que Google est "le meilleur". Cet arrangement n'est pas exclusif - nos concurrents Bing et Yahoo! payent pour figurer en bonne place, et d'autres services concurrents apparaissent également. »

Source : Wall Street Journal

Et vous ?

Que pensez-vous de ses propos ?
« Je ferais attention à ces arguments de dominance. Je ne suis tout simplement pas d’accord avec eux », a déclaré Schmidt. « La part de marché de Google n'est pas de 100 %. » Cette déclaration peut-elle être interprétée comme les enquêtes antitrust ne devraient entrer en jeu que lorsque vous avez exclu tous les concurrents et que vous servez maintenant littéralement tous les êtres humains sur terre ? À quel moment, selon vous, devrait-on avoir la possibilité de déclencher une enquête antitrust (en fonction d'un seuil de parts de marché - par exemple 70, 80, 90 % -, de la capacité financière, etc.) ?
Partagez-vous le point de vue de Schmidt qui a fait valoir que l'énorme activité de recherche de Google continue de connaître un tel succès parce que les gens la choisissent plutôt que ses concurrents, et non parce qu'elle utilise sa taille pour bloquer ses petits concurrents ?
Partagez-vous le point de vue de Schmidt qui pense que les réseaux sociaux sont des « amplificateurs pour des idiots » ?

Voir aussi :

Le ministère US de la Justice accuse Alphabet (Google) de protéger illégalement son monopole sur le marché de la recherche à coups de milliards de dollars et n'exclut pas un démantèlement
Le paramètre "Effacer les données du site lorsque vous quittez Chrome" n'est respecté que pour les sites non Google, Jeff Johnson se demande s'il s'agit d'un bogue ou d'un comportement intentionnel
Hacktoberfest 2020 : comment une vidéo sur YouTube a gâché un évènement annuel qui célèbre l'open source. L'organisateur s'excuse et prend des mesures pour limiter les dégâts
YouTube est traduit en justice par une ex-modératrice, elle souffrirait de symptômes de SSPT et de dépression en regardant des vidéos de décapitations, de fusillades et d'abus d'enfants
YouTube commence le déploiement de YouTube Shorts, un concurrent de TikTok quelques semaines après Reels d'Instagram

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 22/10/2020 à 15:12
Si je ne me trompe pas.
Google , a aussi développé son réseaux social.
Google+ (Google Plus) dont la fin de la mise en ligne a était planifié en avril 2019.
Et comme par hasard, l’article précise :
Schmidt, qui a quitté le conseil d'administration de la société mère de Google Alphabet Inc. en 2019
---
Pathétique individu, même, si je suis pire que lui, concernant les réseaux sociaux !!!
2  1 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/11/2020 à 15:24
Bonjour,

Eric Schmidt, l'ancien PDG de Google, pense que les réseaux sociaux sont des « amplificateurs pour des idiots » et s'insurge contre les actions en justice à l'endroit de Google .

Que pensez-vous de ses propos ?
Il a raison sur plusieurs "axes" :

> réguler une plateforme comme Youtube/Facebook/Twitter de manière automatique .

On connait le résultat = une censure de contenus pourtant légitime ... Ceux qui ont pondu le contrôle par algorithme des contenus sont déjà à côté de la plaque, car sur tout site conventionnel cela nécessite l'aval d'un admin et non pas des robots qui prennent des décisions arbitraires. Rien n'est binaire en "jugement/appréciation".

> avoir ouvert Youtube/Facebook/Twitter pour tout type de contenu.

Politique et religion n'ont à rien faire sur ces réseaux sociaux. C'est les 2 thématiques qui génèrent le plus de problèmes. Ceux qui ont autorisés ces thématiques sont allés trop loin en autorisation

Dés le départ Youtube/Facebook/Twitter devait rester à vocation de loirs/multimédia/détente.

> les comportements .

On voit que sur Facebook et Twitter tout ce qui est théorie du complot, ou commentaire "absurde/manquant de sens" est aussi très prolifique ... C'est pas pour être méchant, n'ayons pas peur des mots crus. L'effet "de meute" sur une population plutôt populaire ("babache", "cas soc", "naif" ...) Peuvent très facilement devenir un fléau car elles gobent n'importe quoi ...

> les entreprises.

La encore on a autorisé tout est n'importe quoi . Cela va de la page officiel du FBI à la page officiel de Amazon ou encore le boulanger du coin Belge ... La encore il y a d'un point de vu logique un manque de sens entre entreprise / institution, qui vendent des biens/services et des institutions qui représentent" pour donner une "image" / dégager une certaines "orra"

« Je ferais attention à ces arguments de dominance. Je ne suis tout simplement pas d’accord avec eux », a déclaré Schmidt. « La part de marché de Google n'est pas de 100 %. » Cette déclaration peut-elle être interprétée comme les enquêtes antitrust ne devraient entrer en jeu que lorsque vous avez exclu tous les concurrents et que vous servez maintenant littéralement tous les êtres humains sur terre ?

À quel moment, selon vous, devrait-on avoir la possibilité de déclencher une enquête antitrust (en fonction d'un seuil de parts de marché - par exemple 70, 80, 90 % -, de la capacité financière, etc.) ?
Il existe des situations monopolistiques . Sur les réseaux de transports physiques et d’énergie par exemple , pour des cas définis.

Pour l'aspect correspondance / partage de l'information c'est plus problématique.

Facebook / Google / Twitter on a la fois la main sur :

> la data utilisateur
> la data fournisseur de service
> la place d'échange / marketplace
> les standards de communications et de raprtition

A l'échelle de la France c'est comme ci la poste avait la main sur la société de livraison de courrier, l'arcep, la cnil, le csa, signal spam, l'afnic et d'autres organismes de régulations à la fois .

D'un point de vu juridique il est absolument impossible d'être à la fois fournisseur/gestionnaire/metteur en relation ET régulateur.

Les GAFAM n'ont pas à "imposer" des standards de fonctionnement de quelque nature que ce soit.

Partagez-vous le point de vue de Schmidt qui a fait valoir que l'énorme activité de recherche de Google continue de connaître un tel succès parce que les gens la choisissent plutôt que ses concurrents, et non parce qu'elle utilise sa taille pour bloquer ses petits concurrents ?
Google dispose d'une aura de notoriété. Comme c'est connu beaucoup de monde l'utilise. Sur la durée la notoriété à pris une proportion mondiale et monstrueuse avec la benediction des politiques de tous bords depuis 15/20 ans.

Problème cette notoriété à laissé place à un mastodonte devenu hors de contrôle , qui plus est mondial et non plus "national/territorial" . Donc le lobbying pour faire peser la balance n'est pas le poids que le boulanger ou le boucher du coin a ...

Un Google en version uniquement US/Canada ou EU n'aurait pas eu le même poids donc plus facilement maitrisable.

L'arguement du "blocage" des concurrents est donc fortement discutable car quand on a une taille énorme le rapport de force est de facto biaisé.

Partagez-vous le point de vue de Schmidt qui pense que les réseaux sociaux sont des « amplificateurs pour des idiots » ?
Tout à fait . Des "sachants" plutôt que des "techniques" qui prennent des décisions "dogmatiques" pour imposer les standards. La manière de lutter contre les contenus nuisibles qui est largement discutable. Les "comportements" d'une classe plutôt "populaire" qui gobe et / ou arrive à penser / montrer des choses irrationnelles.
0  1