Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des sources de renseignement américaines ont parlé d'empoisonner Julian Assange et l'ont mis sur écoute, y compris dans les toilettes,
Entend un tribunal londonien lors d'une audience d'extradition

Le , par Nancy Rey

111PARTAGES

5  0 
Les conversations de Julian Assange dans la dernière partie de son séjour de 7 ans à l'ambassade équatorienne à Londres ont été systématiquement mises sur écoute, même dans les toilettes, a entendu un tribunal londonien mercredi. Les détails de la présumée opération d'espionnage contre Assange et toutes les personnes qui lui ont rendu visite à l'ambassade ont été exposés mercredi dans son dossier d'extradition, sous la forme de preuves apportées par des anciens employés d'une société de sécurité espagnole, Undercover Global.

Les déclarations écrites ont été lues mercredi, par Mark Summers QC, lors de l'audience d'extradition de Julian Assange au Old Bailey de Londres. Il est l'un des avocats de Assange, qui lutte contre son extradition vers les États-Unis pour des accusations liées à des fuites de documents classifiés qui auraient exposé les crimes de guerre et les abus des États-Unis. Dans les témoignages, deux témoins anonymes qui travaillaient pour une entreprise espagnole ayant un contrat de sécurité à l'ambassade ont déclaré que le fondateur de WikiLeaks a été soumis à une opération d'écoute de plus en plus intense à partir de 2017, après que Donald Trump soit devenu président des États-Unis.


Mardi, la juge Vanessa Baraitser a accordé l'anonymat aux deux témoins, craignant pour leur sécurité. Les avocats agissant au nom du gouvernement américain n'ont pas contesté la soumission des déclarations anonymes, mais ont déclaré qu'elles étaient largement hors de propos par rapport à l'affaire examinée par le tribunal.

Les deux témoins ont affirmé que David Morales, le directeur de la société de sécurité espagnole Undercover Global, était passé du "côté obscur" et avait donné l'ordre d'installer des caméras dotées de capacités audio sophistiquées pour enregistrer secrètement les réunions de Assange à l'ambassade, en particulier celles avec ses avocats. James Lewis QC, agissant pour le gouvernement américain, a déclaré mardi à la cour que l'affaire américaine était susceptible d'être que les preuves des anciens employés de Undercover Global étaient « totalement non pertinentes ».

Assange a vécu à l'ambassade pendant sept ans à partir de 2012 après y avoir trouvé refuge tout en craignant son éventuelle extradition vers les États-Unis. Il a été expulsé en avril 2019 et se trouve depuis dans une prison londonienne.

Les témoins anonymes ont tous deux affirmé que Morales a déclaré que la surveillance avait été initiée à la demande de « nos amis américains » et qu'il avait été largement récompensé. Dans les preuves, l'un des témoins a déclaré que Undercover Global avait commencé avec de maigres contrats. Et qu'en réalité, seul un contrat au début avait été signé en octobre 2015 avec le gouvernement de l'Équateur afin d'assurer la sécurité des filles du président du pays et de son ambassade à Londres. Cependant, ils ont déclaré que cela avait changé lorsque Morales a participé à une foire commerciale du secteur de la sécurité à Las Vegas, où il a obtenu un contrat avec Las Vegas Sands, une société appartenant au milliardaire américain Sheldon Adelson. L'Américain était un ami et un partisan de Donald Trump, qui était candidat à la présidence à l'époque. À son retour d'un de ses voyages aux États-Unis, David Morales a réuni tous les travailleurs du bureau de Jerez et nous a dit : « Nous avons progressé et désormais nous jouerons dans la cour des grands », a déclaré le témoin.

L'autre témoin anonyme, qui était employé comme expert en informatique à partir de 2015, a affirmé qu'alors qu'il était à Jerez, une ville du sud de l'Espagne, où se trouvait le siège de Undercover Global, Morales avait déclaré en décembre 2017 que « les Américains étaient désespérés ». Le témoin a déclaré qu'il avait été suggéré que « des mesures plus extrêmes soient prises à l'encontre de l'"invité" pour mettre fin à la situation de la permanence de Assange à l'ambassade ».

Plus précisément, le témoin a déclaré que l'idée a été émise de laisser la porte de l'ambassade ouverte, "ce qui permettrait d'argumenter qu'il s'agissait d'une erreur accidentelle, ce qui permettrait à des personnes d'entrer de l'extérieur de l'ambassade et d'enlever la personne en exil". Selon le témoin, il y avait même une suggestion que Assange pouvait être empoisonné. « Toutes ces suggestions, selon Morales, étaient à l'étude lors de ses contacts aux États-Unis », a déclaré le témoin.

Le témoin a également affirmé que Morales lui avait demandé d'installer, en décembre 2017, un microphone dans un extincteur situé dans une salle de réunion de l'ambassade, ainsi que dans des toilettes où Assange avait tenu des réunions par crainte d'être la cible d'espionnage. Le témoin a été chargé d'installer de nouvelles caméras à l'ambassade qui contrairement aux précédentes, enregistreraient également l'audio. Il a déclaré que Morales a par la suite donné des instructions pour que les caméras aient une capacité de retransmission en direct « afin que nos amis aux États-Unis » puissent accéder à l'ambassade en temps réel.

Cela a "alarmé" l'employé de l'époque qui a déclaré que ce n'était pas techniquement réalisable. La réponse de Morales, selon lui, a été de lui envoyer un document avec des instructions détaillées sur la manière de procéder. « Il est évident que le document doit avoir été fourni par une tierce partie, dont le témoin s'attend à ce qu'il s'agisse des services de renseignements américains », a déclaré Summers, en lisant certaines parties de la présentation. Le témoin aurait refusé, affirmant que c'était manifestement illégal.

Les procureurs américains ont inculpé Assange, 49 ans, de 17 chefs d'accusation d'espionnage et d'un chef d'accusation d'utilisation abusive d'un ordinateur suite à la publication par WikiLeaks de documents militaires américains secrets il y a dix ans. Ces accusations sont passibles d'une peine maximale de 175 ans de prison.L'équipe de défense de Assange affirme qu'il a droit aux protections du Premier Amendement pour la publication de documents ayant fait l'objet d'une fuite qui a révélé les méfaits de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan. Ils ont également déclaré qu'il souffre de problèmes de santé mentale très variés, notamment de tendances suicidaires, qui pourraient être exacerbés s'il se retrouvait dans des conditions de détention inhospitalières aux États-Unis.

L'audience d'extradition de Assange, qui a été retardée par la pandémie de coronavirus, doit se terminer cette semaine.

Source : The Guardian

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

Voir aussi :

La justice américaine aggrave ses accusations contre Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks aurait conspiré avec des membres d'Anonymous et d'autres groupes de hackers

Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, arrêté par la police britannique, à l'ambassade d'Équateur à Londres où il s'était réfugié

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange condamné à 11 mois de prison par les Britanniques, en attendant une éventuelle extradition vers les USA

Julian Assange ne souhaite pas se livrer à une extradition vers les États-Unis, pour « avoir fait du journalisme qui a remporté de nombreux prix »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/10/2020 à 12:31
Ils vont demander au MI6 de leur fournir du Novitchok, le poison mortel qui ne tue personne, et accuser les russes
6  1 
Avatar de abgech
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 16:26
C'est les mêmes services US qui font pression pour que l'UE ne s'équipe pas en matériel Wuawei à cause du risque d'espionnage. En matière d'espionnage, ils doivent savoir de quoi ils parlent.
3  0 
Avatar de jpiotrowski
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 21:15
Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Au bout d'un moment il faudrait peut-être ouvrir les yeux sur WikiLeaks. C'est avant tout un site ouvertement anti-américain, très loin d'être neutre concernant ses positions politiques. Ils ne sont pas là pour le Bien ou le Mal mais avant tout pour taper sur les USA. Je me rappelle d'une réaction officielle de WikiLeaks suite à une fusillade terroriste aux USA. Quelle était cette réaction ? "Non à ceux qui tuent car ils sont contre la liberté " ? Perdu ! C'était "bien fait pour ta gueule l'Oncle Sam !" On a vu plus neutre et objectif que ça comme défenseur des libertés.

La soi-disante sainte-nitouche d'après lui-même devra désormais répondre de ses actes.
Néanmoins, cela reste leur droit d'être anti-américains, comme d'autres en Europe ont été anti-russes à une époque, et c'était justifié...
Les USA ne sont pas du côté de la Liberté mais du côté de leurs intérêts économiques et stratégiques. Comme tout le monde.
3  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/10/2020 à 11:44
Mettre quelqu'un sur écoute, quand on fait partie des services secrets, c'est la routine. Il est officiellement considéré comme ennemi, il est ciblé, voilà, c'est la vie.

Cette histoire d'empoisonnement, c'est autre chose, quand même.
0  0 
Avatar de jpiotrowski
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 21:13
Citation Envoyé par abgech Voir le message
C'est les mêmes services US qui font pression pour que l'UE ne s'équipe pas en matériel Wuawei à cause du risque d'espionnage. En matière d'espionnage, ils doivent savoir de quoi ils parlent.
HUAWEI, camarade ! HUAWEI !
0  0 
Avatar de jpiotrowski
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 21:16
Citation Envoyé par mh-cbon Voir le message
y'a des com' qui sont pilotés par l'élysée..
Complotiste
0  0