Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, arrêté par la police britannique
à l'ambassade d'Equateur à Londres où il s'était réfugié

Le , par Patrick Ruiz

109PARTAGES

20  0 
L’annonce est tombée il y a peu par le biais du site web de la police métropolitaine de Londres.

L'intégralité de la note d'information du service métropolitain de Police de Londres :

« Julian Assange, 47 ans, a été arrêté aujourd'hui, jeudi 11 avril, par des agents du service de police métropolitain (MPS) à l'ambassade d'Equateur, Hans Crescent, SW1, sur mandat délivré par le tribunal de première instance de Westminster le 29 juin 2012, pour défaut de remise au tribunal.

Il a été placé en garde à vue dans un commissariat central de Londres où il restera avant d'être présenté dès que possible devant le tribunal de première instance de Westminster.

Le service de police métropolitain de Londres avait le devoir d'exécuter le mandat au nom du tribunal de première instance de Westminster et a été invité à l'ambassade par l'ambassadeur à la suite du retrait de l'asile par le gouvernement équatorien. »

Sajid Javid – secrétaire d’État à l’intérieur – tweete : « près de 7 ans après être entré à l'ambassade de l'Equateur, je peux confirmer que Julian Assange est maintenant en garde à vue et qu'il fait face à la justice au Royaume-Uni. Je tiens à remercier l’équateur pour sa coopération et le service de police métropolitain pour son professionnalisme. Personne n'est au-dessus de la loi. »



Une vidéo de l’arrestation du fondateur de WikiLeaks est également disponible.


Julian Assange a, depuis 7 ans, refusé de quitter l'ambassade, affirmant que s'il le faisait, il serait extradé vers les États-Unis pour y être interrogé sur les activités de Wikileaks. Noter en effet que la plateforme existe depuis 2006 et est reconnue pour son activité de publication de documents à caractère sensible, ce, dans le but de les rendre accessibles à tous. Tenez par exemple, WikiLeaks est reconnu pour la mise en ligne de documents de la fameuse série Vault 7. Les publications de sa plateforme ont, entre 2017 et 2018, mis à nu certains détails des activités d’espionnage des agences gouvernementales américaines - WikiLeaks : comment la CIA aurait piraté les smart TV de Samsung pour les transformer en dispositifs d'écoute des conversations privées ou encore Vault 7: WikiLeaks dévoile le projet Angelfire, utilisé par la CIA pour compromettre les systèmes Windows XP et 7 en ciblant le secteur de démarrage ; la liste est longue (le dossier complet ici).

Une publication du Washington Post confirme les craintes du fondateur de WikiLeaks. D’après ce que rapporte le quotidien américain, les autorités britanniques ont arrêté le fondateur de WikiLeaks en réponse à une demande d'extradition des États-Unis après que l'Équateur a annulé son asile à son ambassade à Londres. Sur son compte Twitter, Jennifer Robinson – avocat de Julian Assange – confirme : « Assange a été arrêté non seulement pour violation des conditions de sa mise en liberté sous caution, mais aussi à la suite d'une demande d'extradition américaine. »


D’après le président de l’Equateur, la décision de la levée d’asile d’Assange a été prise en toute souveraineté. « L'Équateur a, de façon souveraine, décidé de mettre fin à l'asile diplomatique accordé à M. Assange en 2012. L’asile de M. Assange est insoutenable et n’est plus viable », rapporte le Washington Post de ses propos. La Russie pour sa part a pris position en qualifiant l’acte des autorités britanniques « d’étranglement de la liberté. »

Après son apparition devant le tribunal de première instance de Westminster, Assange doit donc en principe être conduit aux États-Unis. Il y répondra des faits déjà mentionnés et surtout de soupçons de collusion avec Chelsea Manning dans l’affaire de la diffusion d’une vidéo de bavure militaire.


Sources : MET, WP

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Le scénario de cette arrestation est-il surprenant ?

Voir aussi :

Julian Assange quittera « sous peu » l'ambassade d'Équateur à Londres où il est réfugié depuis 26 mois déjà

WikiLeaks : première bande-annonce de « The Fifth Estate », irez-vous voir le film qui retrace l'affaire et la vie de Julian Assange ?

Un grand nombre de documents russes qui ont fait l'objet de fuites ont été publiés sur Internet par un collectif d'activistes de la transparence

Macron Leaks : WikiLeaks publie plus de 21 000 emails certifiés comme fiables en Marche compte en informer le Procureur de la République

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sebastiano
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/04/2019 à 16:15
Ca tombe étrangement bien, hein ? Hier soir, le président équatorien a annoncé un prêt de plus de 10 milliards de dollars de la part de différentes banques mondiales.

Sachant que l'ambassadeur équatorien n'a certainement pas décidé de lâcher Assange en se levant, de mauvaise humeur, ce matin...

Le hasard fait toujours bien les choses en politique : https://www.lapresse.ca/internationa...e-mondiale.php
Avatar de air-dex
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 11/04/2019 à 17:55
Au bout d'un moment il faudrait peut-être ouvrir les yeux sur WikiLeaks. C'est avant tout un site ouvertement anti-américain, très loin d'être neutre concernant ses positions politiques. Ils ne sont pas là pour le Bien ou le Mal mais avant tout pour taper sur les USA. Je me rappelle d'une réaction officielle de WikiLeaks suite à une fusillade terroriste aux USA. Quelle était cette réaction ? "Non à ceux qui tuent car ils sont contre la liberté " ? Perdu ! C'était "bien fait pour ta gueule l'Oncle Sam !" On a vu plus neutre et objectif que ça comme défenseur des libertés.

La soi-disante sainte-nitouche d'après lui-même devra désormais répondre de ses actes.
Avatar de tanaka59
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/04/2019 à 19:04
Pour que Assange est la peine la plus réduite possible il est vivement conseillé de "plaider coupable" pour piratage. De mette ensuite en évidence l'aspect "lanceur d'alerte" et tout le blabla qui va avec.

Au vu de la position des USA , des pays scandinaves et du Royaume Unis, pas vraiment le choix pour ne pas s'attirer les foudre le Moscou ...

Comme avec " Edward Snowden" les russes voudraient bien "Assange " chez eux ...

Dans quelques mois on entendra plus parler de lui il sera en résidence surveillé ou que sais je encore ...

De nos jour tout le monde espionne tout le monde ... que voulez vous.
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 11/04/2019 à 21:48
Voici l'acte américain d'accusation contre Julien Assange, le fondateur de Wikileaks,
arrêté par la police britannique à l'ambassade d'Equateur

Dans une note d'information du service métropolitain de Police de Londres, nous avons appris que :

« Julian Assange, 47 ans, a été arrêté aujourd'hui, jeudi 11 avril, par des agents du service de police métropolitain (MPS) à l'ambassade d'Equateur, Hans Crescent, SW1, sur mandat délivré par le tribunal de première instance de Westminster le 29 juin 2012, pour défaut de remise au tribunal.

Il a été placé en garde à vue dans un commissariat central de Londres où il restera avant d'être présenté dès que possible devant le tribunal de première instance de Westminster.

Le service de police métropolitain de Londres avait le devoir d'exécuter le mandat au nom du tribunal de première instance de Westminster et a été invité à l'ambassade par l'ambassadeur à la suite du retrait de l'asile par le gouvernement équatorien. »

Sajid Javid – secrétaire d’État à l’intérieur – a tweeté : « près de 7 ans après être entré à l'ambassade de l'Equateur, je peux confirmer que Julian Assange est maintenant en garde à vue et qu'il fait face à la justice au Royaume-Uni. Je tiens à remercier l’équateur pour sa coopération et le service de police métropolitain pour son professionnalisme. Personne n'est au-dessus de la loi. »


D’après ce que rapporte le quotidien américain Washington Post, les autorités britanniques ont arrêté le fondateur de WikiLeaks en réponse à une demande d'extradition des États-Unis après que l'Équateur a annulé son asile à son ambassade à Londres. Sur son compte Twitter, Jennifer Robinson – avocat de Julian Assange – confirme : « Assange a été arrêté non seulement pour violation des conditions de sa mise en liberté sous caution, mais aussi à la suite d'une demande d'extradition américaine. »


Petit rappel

Rappelons que Chelsea Elizabeth Manning, née Bradley Edward Manning, avait été à l'origine de la fuite de données sensibles en rapport avec les opérations de l'armée américaine en Irak pour le compte de WikiLeaks.

Trois ans après son arrestation, l'ex-analyste du renseignement a été jugé, comme il l'a souhaité, devant le colonel Denise Lind, et non par un jury militaire.

Il avait envoyé au site de Julian Assange des télégrammes diplomatiques et des vidéos de combats et fait face à 22 chefs d'accusation parmi lesquels collusion avec l'ennemi (en l'occurrence Al-Qaïda), crime passible de la prison à vie.

Il n’a reconnu sa culpabilité que pour 10 d'entre eux dont la possession et la diffusion d'informations classées secrètes sur l'Irak et l’Afghanistan.

Lors de l'audience préliminaire qui s'est tenue en février 2013, Manning a expliqué vouloir exposer la « soif de sang » des militaires et leur « mépris pour la vie humaine » durant ces deux guerres. Il avait notamment transmis une vidéo montrant l’attaque menée en Irak, en 2007, par un hélicoptère américain en train de tirer sur des civils dont deux photographes de Reuters.

« J'assume l'entière responsabilité de mes actions. J'avais le sentiment d'accomplir quelque chose qui me permettrait d'être en paix avec ma conscience » avait-il déclaré fièrement.


Quels sont les chefs d’accusation à l’encontre de Julien Assange ?

Les États-Unis ont dévoilé un acte d'accusation à l'encontre de Julian Assange, accusant le fondateur de WikiLeaks de conspirer pour voler des dossiers secrets du gouvernement.

Dans l'acte d'accusation, le gouvernement affirme qu'Assange a travaillé avec Chelsea Manning pour obtenir des documents classifiés. Les procureurs ont déclaré que Manning avait accédé à des fichiers gouvernementaux classifiés, les avait fournis à Assange et avait ensuite collaboré avec Assange pour tenter de déchiffrer le mot de passe d'un réseau gouvernemental classé.

L'acte d'accusation décrit les communications entre Manning et Assange à partir du printemps 2010. WikiLeaks a par la suite publié une cache importante des télégrammes du département d'État, et Manning a été inculpé. Elle a été condamnée à une peine de prison, mais sa peine a été commuée par le président Obama. Le mois dernier, elle a de nouveau été emprisonnée pour avoir refusé de témoigner au sujet de WikiLeaks.

Les procureurs ont également affirmé qu'Assange avait activement encouragé Manning à consulter des dossiers, disant à un moment donné que « les yeux curieux ne sont jamais asséchés, d’après mon expérience »..

Actuellement, Assange est accusé d'avoir accéder sciemment à un ordinateur, sans autorisation, pour obtenir des informations qui ont été déterminées par le gouvernement américain comme protégé contre toute divulgation non autorisée pour des raisons de défense nationale et relations publiques. Notamment des documents relatifs à la défense nationale classées "Secret Défense" avec des raisons de penser que, si de telles informations étaient révélées, cela pourrait être utilisé pour faire du tort aux États-Unis. Il est également accusé de complot en vue de commettre une intrusion dans un ordinateur. Il risque jusqu'à 5 ans de prison.

Sur l'acte d'accusation, il est indiqué que « le but principal du complot était de faciliter l'acquisition puis la transmission par Manning d'informations classifiées relatives à la défense nationale des États-Unis afin que WikiLeaks puisse les propager publiquement sur son site Web ».

Le gouvernement pourrait porter des accusations supplémentaires contre Assange à une date ultérieure.

La réaction de l'EFF

« Bien que l'acte d'accusation de Julian Assange porte sur une tentative présumée de briser un mot de passe - une tentative qui n'a apparemment pas réussi - il s'agit encore, à la base, d'une attaque contre la publication de documents divulgués et de l'acte le plus récent d'une tentative qui s'étend sur presque dix ans de punir une personne qui a donné l'alerte et l'éditeur du document qui s'y trouve. Plusieurs parties de l'acte d'accusation décrivent un comportement journalistique très courant, comme l'utilisation du stockage dans le Cloud ou le fait de recevoir sciemment des informations classifiées ou de censurer des informations d'identification concernant une source. D'autres parties rendent suspects les outils logiciels libres courants comme Linux et Jabber. Et bien que nous soyons soulagés que le gouvernement n'ait pas choisi d'inclure aujourd'hui des accusations fondées sur la publication, si Assange est effectivement extradé, le gouvernement peut émettre des actes d'accusation de substitution. Il ne devrait pas le faire. Les fuites sont un élément essentiel de la libre circulation de l'information qui est essentielle à notre démocratie. Les reportages sur les fuites de documents, y compris les reportages sur des informations classifiées, constituent un rôle essentiel du journalisme américain.»

Sources : acte d'accusation (au format PDF), EFF.
Avatar de SimonDecoline
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 11/04/2019 à 22:53
Je n'ai pas trop suivi l'affaire mais si j'ai bien compris, des gouvernements violent les droits de l'homme, espionnent, corrompent, etc et le problème c'est le gars qui publie des documents qui le prouvent ? En tout cas, l'Equateur semble avoir bien changé depuis le départ de Rafael Correa...
Avatar de esperanto
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 11/04/2019 à 23:45
Citation Envoyé par air-dex Voir le message
C'est avant tout un site ouvertement anti-américain, très loin d'être neutre concernant ses positions politiques.
C'est sûr, être anti-américain est un crime passible de la peine de mort, alors qu'attend-on pour tous les fusiller?

Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Quelle était cette réaction ? "Non à ceux qui tuent car ils sont contre la liberté " ? Perdu ! C'était "bien fait pour ta gueule l'Oncle Sam !" On a vu plus neutre et objectif que ça comme défenseur des libertés.
En de telles circonstances, n'importe quel américain se défendrait en brandissant le deuxième amendement, tu sais, la liberté d'expression...
Quoique non, ça c'est pour la télé, en réalité depuis le Patriot Act...
Bon, en même temps Assange n'est pas américain de toute façon.
Avatar de CoderInTheDark
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/04/2019 à 8:41
La Russie pour sa part a pris position en qualifiant l’acte des autorités britanniques « d’étranglement de la liberté.
Ouarf ptd mdr
C'est l'hôpital qui se moque de la charité.
Poutine qui défend la liberté, ça mérite un poisson d'avril
Avatar de Tartare2240
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/04/2019 à 8:47
J'avoue avoir un point de vue très partagé sur son arrestation. Autant c'est une honte pour la liberté d'expression puisqu'il va être extradé aux USA, faire face à des actes d'accusations stupides comme celui d'être lanceur d'alerte, etc...
Autant il est accusé de viol en Suède. Et ça, c'est quelque chose de tout autre à mon avis. Une accusation dont il n'avait aucun droit de se défiler.
Je pense que Wikileaks survivra à l'arrestation d'Assange. Et que le futur leader se mettra moins en avant.
Avatar de slowsaz
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/04/2019 à 9:16
Citation Envoyé par Tartare2240 Voir le message
J'avoue avoir un point de vue très partagé sur son arrestation. Autant c'est une honte pour la liberté d'expression puisqu'il va être extradé aux USA, faire face à des actes d'accusations stupides comme celui d'être lanceur d'alerte, etc...
Autant il est accusé de viol en Suède. Et ça, c'est quelque chose de tout autre à mon avis. Une accusation dont il n'avait aucun droit de se défiler.
Je pense que Wikileaks survivra à l'arrestation d'Assange. Et que le futur leader se mettra moins en avant.
Tu as du louper des informations depuis le temps. La personne qui l'a accusé de viol a retiré sa plainte il y a quelques temps maintenant et cela a bien été prouvé que c'était dans le seul but de l'extraire vers les Etats-Unis comme il l'a toujours dit Je viens de voir que je m'étais trompé sur ce point, autant pour moi même si "L'enquête sur les accusations de viol qui cible Julian Assange avait été clôturée, faute d'éléments permettant de faire avancer les investigations". Néanmoins, je ne crois aucunement en cette plainte et surtout "l'acharnement" de cette personne depuis qu'Assange a été mis en lumière, tout arrive comme par hasard, au même moment. Il faut arrêter de se laisser manipuler par les gouvernements aussi facilement, les choses tombent toujours dans des timing parfaits comme le financement miraculeux par les banques envers l'Equateur et hop, plus d'asile politique.

Ce qu'a fait Assange et de nombreuses autres personnes qui sont dans l'ombre était quelque chose de nécessaire pour éveiller la conscience publique (même si au final peu de personnes s'y intéressent réellement et c'est bien triste). Wikileaks est un réseau de personnes donc oui il survivra comme il survit depuis qu'Assange n'est plus vraiment libre mais ça ne change rien au fait que cette personne ou plutôt ce genre de personne doit être protégé pour que la liberté d'expression perdure.
Avatar de mh-cbon
Membre actif https://www.developpez.com
Le 12/04/2019 à 9:21
y'a des com' qui sont pilotés par l'élysée..
Contacter le responsable de la rubrique Accueil

Partenaire : Hébergement Web