Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le chiffre d'affaires d'Huawei a augmenté de 13,1 % au premier semestre malgré les pressions américaines,
Mais l'entreprise risque d'être bannie des réseaux 5G de la Grande-Bretagne

Le , par Stéphane le calme

442PARTAGES

8  0 
Huawei Technologies, la société de télécommunications et fabricant de smartphones n° 2, a annoncé lundi une augmentation de 13,1 % de son chiffre d'affaires au premier semestre, affichant une croissance plus lente alors que les responsables américains continuent de faire pression sur les fournisseurs et les clients de l'entreprise.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 13,1 % pour atteindre 454 milliards de yuans (57,16 milliards d'euros) au premier semestre, contre 401,3 milliards de yuans l'année précédente. Cependant, le taux de croissance de la société était en baisse par rapport à 23,2 % au premier semestre 2019. Huawei a déclaré que les marges bénéficiaires nettes étaient de 9,2 %, contre 8,7 % au premier semestre 2019.

L'augmentation des ventes de Huawei survient après plus d'un an de pression des responsables américains sur les fournisseurs et les clients de l'entreprise. La société vend des équipements de mise en réseau 5G aux opérateurs et des smartphones ainsi que des ordinateurs portables au grand public.

Les responsables américains ont placé Huawei sur une liste noire en mai de l'année dernière, limitant les ventes à la société de produits fabriqués aux États-Unis tels que les semi-conducteurs. Huawei a constitué des inventaires et a également continué à concevoir ses propres puces et à les faire fabriquer par Taiwan Semiconductor Manufacturing Co Ltd et d'autres.

« Huawei a promis de continuer à remplir ses obligations envers les clients et les fournisseurs, de survivre, d'aller de l'avant et de contribuer à l'économie numérique mondiale et au développement technologique, quels que soient les défis futurs auxquels l'entreprise est confrontée », a déclaré la société dans un communiqué publié lundi.

En mai, les autorités américaines ont annoncé de nouvelles règles visant à restreindre la capacité de Huawei à s'autoapprovisionner en puces, une capacité qui est essentielle à ses efforts pour vendre du matériel réseau 5G.

Les résultats du premier semestre ont montré une croissance plus rapide que les résultats du premier trimestre de Huawei publiés en avril. Pour le premier trimestre, les revenus ont augmenté d'environ 1 % à 182,2 milliards de yuans, contre une croissance de 39 % un an plus tôt. La marge bénéficiaire nette du premier trimestre s'est rétrécie à 7,3 %, contre environ 8 % un an plus tôt.

Huawei n'a pas parlé de ses ventes de smartphones. Le cabinet d'études IDC a indiqué que Huawei était le deuxième plus grand fabricant de téléphones au premier trimestre de 2020, avec 17,8 % de part de marché, derrière le n°1 Samsung Electronics et devant le n° 3 Apple Inc.

Le tableau s'assombrit-il pour Huawei ?

La société chinoise de technologie a publié son rapport un jour avant que les responsables britanniques ne décident de retirer le matériel Huawei des réseaux de télécommunications du pays. En effet, le Premier ministre Boris Johnson devrait bannir Huawei des réseaux 5G britanniques, une décision historique qui va certainement provoquer le courroux de Pékin, mais les félicitations du président Donald Trump tandis que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine s'intensifient.

Les États-Unis ont poussé Johnson à revenir sur sa décision de janvier d'accorder à Huawei un rôle limité dans la 5G, tandis que Londres a été consternée par une répression à Hong Kong et par la perception que la Chine n'a pas dit toute la vérité sur le coronavirus. Le Conseil national de sécurité britannique (NSC), présidé par Johnson, se réunira mardi pour discuter de Huawei. Le secrétaire aux médias, Oliver Dowden, annoncera une décision à la Chambre des communes plus tard dans la journée. Le parti travailliste d'opposition a déclaré que sa déclaration interviendrait après 11h30 GMT.


L'excuse immédiate pour le virage politique est l'impact des nouvelles sanctions américaines sur la technologie des puces, qui selon Londres affecte la capacité de Huawei à rester un fournisseur fiable. Les entreprises de télécommunications ont déjà dû limiter le rôle de Huawei dans la 5G à 35 % d'ici 2023. La réduction à zéro sur deux à quatre années supplémentaires est actuellement en discussion, bien que les opérateurs aient averti qu'aller trop vite dans ce sens pourrait retarder la technologie clé et perturber les services.

Interrogé sur Huawei en juin, Johnson a déclaré qu'il protégerait les infrastructures critiques des « fournisseurs d'État hostiles ». Le secrétaire à la Justice, Robert Buckland, a déclaré lundi que la « priorité » serait la sécurité nationale. Les États-Unis affirment que Huawei, le plus grand producteur mondial d'équipements de télécommunications, est un agent de l'État communiste chinois et ne peut donc avoir ni sa confiance ni celle de ses alliés.

Huawei a toutefois nié être un espion à la solde de la Chine et a déclaré que les États-Unis voulaient freiner sa croissance, car aucune entreprise américaine ne pouvait offrir la même technologie à un prix compétitif.

Impossible de se passer d'Huawei en moins de 10 ans ?

En janvier, Johnson a tenu tête à Trump en autorisant un plafonnement de 35 % à la participation de sociétés dites à haut risque dans la 5G (parmi lesquelles Huawei). Il a exclu ces sociétés du « cœur » sensible de la 5G, où les données sont traitées, ainsi que des réseaux et emplacements critiques tels que les sites nucléaires et militaires.

Le patron de BT, l'opérateur historique de télécommunications du Royaume-Uni, a estimé lundi sur les ondes de la BBC qu'il était impossible de retirer tous les équipements d'Huawei de l'ensemble du réseau national en moins de dix ans. Philip Jansen a aussi averti de pannes et de problèmes de sécurité si le secteur était tenu de cesser toute transaction commerciale avec Huawei pendant la mise en place du réseau de téléphonie de nouvelle génération, la 5G.

Il s'exprimait avant une décision qui pourrait être rendue publique mardi par le secrétaire à la Culture et au Numérique Oliver Dowden sur l'avenir de Huawei au Royaume-Uni. Si on essaie de ne pas recourir à Huawei [pour implanter la 5G], idéalement nous voudrions avoir 7 ans devant nous et pourrions probablement le faire en 5 ans, a déclaré lundi Philip Jansen.

Si on veut n'avoir aucun élément de Huawei dans toute l'infrastructure des télécoms à travers le Royaume-Uni, je pense que c'est impossible à faire en moins de 10 ans, a-t-il ajouté, rappelant que le géant chinois faisait partie des infrastructures Télécom britanniques depuis près de 20 ans, étant un gros fournisseur de BT et d'autres opérateurs au Royaume-Uni.

Jansen fait notamment valoir que le fait de se passer de Huawei rapidement pourrait à court terme poser des risques pour la sécurité du réseau.

Huawei a déclaré que les implications des sanctions américaines n'étaient pas encore claires, et a exhorté la Grande-Bretagne à attendre. Le journal Telegraph a déclaré vendredi que le gouvernement devait fixer un délai de 2025 pour le retrait de l'équipement Huawei.

Sources : ShareCast , Financial Times

Voir aussi :

Huawei sort son propre ordinateur de bureau avec un système d'exploitation national (chinois) basé sur Linux et son propre processeur ARM
La France n'interdira pas l'utilisation des équipements de Huawei, mais encouragera les opérateurs de téléphonie 5G à ne pas s'en servir
Huawei, Hikvision et autres entreprises chinoises seraient détenues ou contrôlées par l'armée chinoise, selon l'administration Trump
Eric Schmidt, ex-PDG de Google, avertit que Huawei est une menace pour la sécurité nationale : les informations provenant de ses routeurs « ont fini » entre les mains du gouvernement chinois

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mubelotix
Membre actif https://www.developpez.com
Le 14/07/2020 à 11:20
A un moment va falloir faire quelque chose. Si on ne passais pas notre temps à bouffer sur le dos de nos entreprises elles ne se feraient sans doute pas dominer à ce point.
0  1